20170211 -Star Wars: Fan Petition for Old Republic Netflix Series Reaches Over 140k Signatures

Star Wars: Fan Petition for Old Republic Netflix Series Reaches Over 140k Signatures

With the success of the Marvel-Netflix partnership, and now quantifiable proof to the tune of over […]

the tune of over a billion dollars that Star Wars can exist and thrive outside of the core Skywalker Saga thanks to Rogue One: A Star Wars Story, fans of the galaxy far, far away are hoping beyond anything else for one thing: A Star Wars live-action TV series. Whenever the subject comes up, fans immediately look to Netflix as a possibility; Lucasfilm and Marvel are sister companies under Disney, after all, and Netflix has shown incredible care in co-producing series like DaredevilJessica Jones, and Luke Cage.

As far as subject matter, while some fans would like to see the TV series that George Lucas originally conceived of, exploring the underworld of the Star Wars galaxy during the « dark times » era of the height of the Empire, many have brought up the idea of exploring the times of the Old Republic. Introduced to fans in Knights of the Old Republic, the era thousands of years in Star Wars past quickly became a favorite. It was the height of both the Jedi and Sith’s powers, with hundreds if not thousands of each running around. The galactic conflicts were not handled as often by fleets and superweapons as they were by feats of Force wielders.

One fan has taken matters into her own hands, as Jasmine St-Philippe started a petition to demonstrate the desire for a Netflix-Lucasfilm collaboration on an Old Republic series. Unsurprisingly to Star Wars fans, it’s had quite the response, currently sitting at over 140,000 of the required 150,000 signatures.

« The Old Republic era is a pivotal point in the Star Wars timeline because that’s where everything changed, from the Jedi Civil War and the fall of Revan, the First Jedi Purge, and an omnipresent darkness that not only watched the chaos from afar but also kick-started the downfall, » she writes. « Our fanbase would love to see this on Netflix, and I feel that you would enjoy creating and adapting these stories as much as we would enjoy watching them. »

While petitions like these don’t directly lead to a massive multi-million (or even billion) dollar decision like developing and creating an entire TV series, they do put, into writing, a demonstrated following, a true passion from fans who would be putting their support toward something like this.

Recently, Star Wars Rebels gave a sizable nod to Old Republic fans, alluding to the Jedi-Mandalorian war (in the game called simply the Mandalorian Wars) that was a major part of the story of that era. So at the very least, Lucasfilm employees definitely still think about – and because they’re fans, too – love the story of the era from even longer, longer ago in a galaxy far, far away.

Go sign the petition, get it to 150,000 signatures, and maybe we’ll at least be one step closer to seeing this fan-favorite era come to life.

h/t The Star Wars Hub, who tipped us to this on our fb page.

 

Source : Star Wars: Fan Petition for Old Republic Netflix Series Reaches Over 140k Signatures

20170211 – News : Depeche Mode – Where’s the Revolution » OÜI FM

Découvrez le nouveau clip des Britanniques.

Découvrez le nouveau clip des Britanniques.

Au début du mois de février, Depeche Mode mettait en ligne le premier morceau, intitulé Where’s the Revolution de son prochain album, Spirit. Ce jeudi 9 février, le groupe dévoile le clip de cette chanson, réalisé par Anton Corbijn, photographe et réalisateur néerlandais qui s’occupe de bon nombre de clips du groupe depuis 1986, et qui s’occupe également de tout le contenu visuel de Spirit. Le premier qu’il avait réalisé était Question of Time, issu de l’album Black Celebration.

Vous pouvez découvrir le clip ci-dessous :

Depeche Mode sortira Spirit, son 14e album studio, le 17 mars. Produit par James Ford (qui s’est notamment occupé de Foals ou encore Arctic Monkeys), le disque sera disponible sous plusieurs formats, dont une version double-CD qui contiendra pas moins de cinq remix assurés, entre autres, par Matrixxman et Kurt Uenala.

Dave Gahan, chanteur du trio, a commenté : « Nous sommes incroyablement fiers de Spirit, et nous avons hâte de le partager avec tout le monde. Avec James Ford et l’équipe de production, nous avons fait un album qui, je le crois, est profondément puissant, tant au niveau du son que de son message. »

Voici les paroles :

You’ve been kept down
You’ve been pushed ’round
You’ve been lied to
You’ve been fed truths
Who’s making your decisions
You or your religion
Your government, yourcountries
You patriotic junkies

Where’s the revolution
Come on people
You’re letting me down
Where’s the revolution
Come on people
You’re letting me down

You’ve been pissed on
For too long
Your rights abused
Your views refused
They manipulate and threaten
With terror as a weapon
Scare you till you’re stupefied
Wear you down until you’re on their side

Where’s the revolution
Come on people
You’re letting me down
Where’s the revolution
Come on people
You’re letting me down

The train is coming
The train is coming
The train is coming
The train is coming
So get on board
Get on board
Get on board
Get on board
The engine’s humming
The engine’s humming
The engine’s humming
The engine’s humming
So get on board
Get on board
Get on board
Get on board

Where’s the revolution
Come on people
You’re letting me down
Where’s the revolution
Come on people
You’re letting me down

Source : Depeche Mode – Where’s the Revolution » OÜI FM

20170211 – News :  Depeche Mode se rebelle dans le clip très engagé de « Where’s the Revolution »

Dave Gahan appelle à la révolution dans son nouveau clip, à la fois beau et angoissant, réalisé par Anton Corbijn, collaborateur de longue date du groupe de Basildon.

« Où est la révolution ? », lance Dave Gahan au milieu d’une usine désaffectée. Devant lui, une poignée d’ouvriers effectuent une chorégraphie, puis des femmes militaires arrivent de nulle part et agitent des drapeaux sans regarder le chanteur. Ont-ils entendu le message ? La révolte est-elle en marche ou déjà perdue ? Le clip de Where’s The Revolution, le nouveau single de Depeche Mode, est à la fois beau et angoissant.

Minimaliste, esthétique, tournée quasiment intégralement en noir et blanc, la vidéo est signée Anton Corbijn, l’un des plus célèbres réalisateurs de clips pop-rock (U2, Echo and The Bunnymen, Nirvana), et collaborateur de longue date de Depeche Mode. Le Néerlandais a façonné une grande partie de l’image du groupe, à coup de direction artistique, photos officielles du trio, vidéos musicales, captations live. Corbijn est notamment l’auteur des clips de Walking in My Shoes, Enjoy The Silence (première version), Never Let Me Down Again, plus récemment de celui de Should Be Higher.

Un clip engagé pour réveiller les masses

La tonalité grave et inquiétante des paroles de Where’s The Revolution prend une ampleur plus grande avec ce clip très sombre, mais qui, parfois, nous arrache un sourire. Quand, par exemple, on retrouve Dave Gahan, Martin L. Gore et Andrew Fletcher gesticulant avec une fausse barbe rappelant celle de Karl Marx, le théoricien de la révolution. En 2017, Depeche Mode a donc décidé de réveiller les masses et dénoncer un monde de plus en plus corrompu avec force.

« Qui prend vos décisions ? Vous ou votre religion ?/Votre gouvernement, vos pays/Vos junkies patriotes ? » déclare avec rage le chanteur du haut de son pupitre en bois. Attendu le 17 mars, le nouvel album de Depeche Mode, Spirit, s’annonce engagé. Les Britanniques défendront leur 14e disque sur scène dans quelques mois avec le Global Spirit Tour. Ils joueront le 12 mai à Nice, le 29 mai à Lille et le 1er juillet au Stade de France.

Source : VIDÉO – Depeche Mode se rebelle dans le clip très engagé de « Where’s the Revolution »

20170211 – News : Vanves : jugée dangereuse, la balançoire ferme au public – Le Parisien

Les promeneurs bravent le froid et quelques flocons de neige, ce vendredi après-midi, en arpentant le parc Frédéric-Pic, à Vanves. Quand une jeune mère de famille, accompagnée d’un bambin, observe : « Ah, les balançoires sont en travaux ? » Niché derrière une petite colline, le jeu pour les enfants est désormais entouré de barrières de sécurité, installées depuis la veille.

En cause : le sol amortissant, qui a été jugé dégradé lors de l’état des lieux réalisé par le bureau de contrôle des équipements, Sportest. « Cela peut être dangereux et engendrer des chutes », indique-t-on à la ville de Vanves. Aucun incident n’avait toutefois été signalé jusqu’ici.

Le site devra donc faire l’objet d’une rénovation ou du remplacement du sol. La date de réouverture de l’accès aux balançoires n’a, cependant, pas encore été fixée. Les autres aires de jeux déployées sur le parc Pic « restent accessibles aux enfants », précise-t-on à la ville.

  leparisien.fr

  

Source : Vanves : jugée dangereuse, la balançoire ferme au public – Le Parisien

20170211 – News : Une exposition sur les DC Comics à Paris : ActuSF

Le Musée Art Ludique à Paris vous propose une exposition hors du commun à découvrir du 31 mars au 10 septembre 2017 : l’exposition « L’Art de DC – L’Aube des Super-Héros ».
En collaboration avec DC Entertainment et avec la participation de Warner Bros. Consumer Products, vous pourrez avoir l’occasion de découvrir un véritable hommage à l’histoire de DC et à ses iconiques Super-Héros et Super-Vilains tels que Superman, Batman, Wonder Woman et le Joker.
Vous pourrez y voir plus de 250 planches originales historiques, plus de 300 œuvres de recherches pour le cinéma et de nombreux costumes et accessoires véritables des films. Mais également les dessins originaux de création des super-héros et super-vilains ainsi que des scènes et lieux iconiques imaginés par des artistes de grand renom parmi lesquels Bob Kane, Neal Adams, Frank Miller, Jim Lee, Alex Ross et de nombreux autres…, les costumes authentiques créés pour les grands films DC tels que le costume mythique porté par Christopher Reeve dans Superman ou celui porté par Lynda Carter dans Wonder Woman. Il y aura les costumes et accessoires créés pour les films de Zack Snyder, Tim Burton, Joel Schumacher et Christopher Nolan ainsi que ceux du très attendu Wonder Woman qui sortira en salles le 2 juin prochain.
Cette exposition symbolise l’apport artistique essentiel et visionnaire, qui a influencé son temps et s’intègre désormais dans la culture et l’imaginaire de notre mythologie contemporaine.
À ne pas manquer !

Source : Une exposition sur les DC Comics à Paris : ActuSF

20170211 – News : Après « Star Wars », les suprémacistes blancs s’en prennent à Netflix

La mise en ligne d’une bande-annonce pour la série « Dear White People », qui met en scène un groupe d’étudiants noirs, a déclenché la fureur de sympathisants d’extrême droite américains, qui appellent au boycott de Netflix.

Source : Après « Star Wars », les suprémacistes blancs s’en prennent à Netflix

20170211 – News : Jain, l’irrésistible ascension d’une globe-trotteuse musicale

logo_europe12111121111

@ THOMAS SAMSON / AFP

Elle est la petite reine des Victoires de la musique 2017. Après avoir remporté la Victoire du meilleur clip en début de cérémonie, la chanteuse de 25 ans a raflé le trophée prestigieux de la révélation féminine.

Avec sa pop-world touche à tout et colorée, nourrie depuis l’enfance par un parcours de globe-trotteuse, Jain se retrouve à 25 ans seulement en haut de l’affiche, récompensée par deux Victoires de la musique dont la plus prestigieuse, celle d’artiste féminine.

Battue mais remarquée en 2016. Nommée mais pas lauréate l’an passé dans la catégorie « album révélation » pour Zanaka, Jain – prononcez « Jane », à l’anglaise – doit cette fois sa consécration à une année faste, avec un album certifié double disque de platine, soit 200.000 ventes, et des concerts particulièrement enlevés. Aux yeux du grand public, tout a d’ailleurs commencé il y a un an, par sa performance remarquée aux Victoires 2016 : elle avait emballé le Zénith avec son imparable tube Come. Si Louane lui avait soufflé la Victoire de la révélation, Jain avait marqué les esprits ce soir-là.

Depuis, tout le monde ou presque a fini par danser sur sa musique. Et Jain a parfaitement su faire fructifier cette exposition médiatique. Si ce premier single et les suivants, tous chantés en anglais, ont imposé le melting-pot sonore de Jain, dans lequel la pop trépigne sous doses électros et influences africaines, la chanteuse a également su créer sa propre identité visuelle. Dans les pas d’une Christine and the Queens ou d’un Stromae. Dans ses clips comme en concerts, elle porte une petite robe noire et blanche ou comme vendredi soir une combinaison-short, mais elle n’oublie jamais son col claudine. Une allure de sage écolière qui tranche avec l’artiste en pleine ébullition, parfois déchaînée, que certains spectateurs ont vu passer au-dessus de leur tête, dans une bulle transparente, à la fin de ses concerts.

Source : Jain, l’irrésistible ascension d’une globe-trotteuse musicale