20170215 – News / Atteint d’un sixième cancer de la peau, Hugh Jackman brise le silence

Sur son compte Instagram, Hugh Jackman, atteint pour la sixième fois d’un cancer de la peau, a conseillé à ses fans d’utiliser de la crème solaire lors de leurs vacances pour éviter de souffrir du même mal que lui.

Hugh Jackman prêche la bonne parole. Il y a un an, l’acteur annonçait une tragique nouvelle : il avait été opéré d’un cancer de la peau pour la cinquième fois. A l’époque déjà, il faisait de la prévention pour prévenir ses fans des risques du cancer. « Un exemple de ce qu’il arrive lorsque vous ne mettez pas de crème solaire. Carcinome basocellulaire. Une forme bénigne de cancer mais tout de même sérieuse. S’il vous plait, mettez de la crème solaire et faites des consultations régulières » a écrit l’acteur, espérant servir d’exemple pour le plus grand nombre, en légende d’un cliché de lui avec un pansement sur le nez.

Une fois encore, Hugh Jackman a été opéré d’un cancer de la peau comme en témoigne un cliché de lui avec un pansement sur le nez posté sur Instagram. Il conseille alors à ses fans une nouvelle fois : « Mettez de la crème solaire ! ». L’acteur qui incarne Wolverine s’est fait retirer un carcinome basocellulaire après s’être probablement exposé trop longtemps au soleil sans protection. Cela fait donc six fois que Hugh Jackman se fait opérer pour guérir ce mal qui le ronge depuis novembre 2013. Il s’était rendu compte de son problème de santé en voyant une tâche apparaitre sur son nez.

A post shared by Hugh Jackman (@thehughjackman) on Feb 13, 2017 at 12:42pm PST

Source : Atteint d’un sixième cancer de la peau, Hugh Jackman brise le silence

Publicités

20170215 – News / Education : le site qui fait les devoirs à votre place – Le Parisien

FAIT DU JOUR. A peine lancé, le service Bonnenote ravive la polémique sur ces sites qui proposent de faire les exercices des élèves à leur place, moyennant finances.

La pilule passe très mal dans le monde de l’éducation. « C’est scandaleux, une marchandisation totale du système éducatif», s’étrangle Liliana Moyano, la présidente de la fédération de parents d’élèves FCPE. Au feu les cahiers, par ici la monnaie ! Un entrepreneur de 24 ans, Victor Der Megreditchian, vient d’importer en France un commerce florissant outre-Manche : il propose aux jeunes de faire les devoirs à leur place, moyennant finances. Le nom de son site fait rêver : il s’appelle Bonnenote.fr. Les résultats de notre test un peu moins.

 

Sur la Toile anglaise, Ivory Research, entre autres, vend depuis des lustres et sans complexe des devoirs «de qualité», garantis sans plagiat. On peut même y choisir le niveau attendu pour la copie, sachant qu’une «first grade» (plus de 16/20) coûtera beaucoup plus cher qu’une note moins clinquante.

 

Des devoirs sur mesure, du collège au master

Bonnenote, petite sœur revendiquée de cette entreprise, promet à son tour aux francophones «un devoir sur mesure» dans toutes les matières, du collège au master. La start-up ressemble à la plate-forme Uber : elle met en relation des clients avec des «rédacteurs». Ces derniers, libres de travailler un peu, ou jour et nuit, sont notés par les élèves pour la qualité de leurs productions et rémunérés en fonction.

 

«Nous ciblons une clientèle d’étudiants, mais notre service intéresse aussi des parents qui aident leurs enfants dans leurs devoirs et veulent gagner du temps», confie le fondateur. Voilà deux ans qu’il travaille à son projet, après avoir lui-même abondamment utilisé les sites de custom writing à Londres, où il vient de finir ses études de commerce. «Beaucoup d’élèves n’arrivent pas à commencer une copie, c’était mon cas», raconte-t-il. Le site, en plus des devoirs tout faits, permettra sous peu de commander des exposés, des présentations, et même les fiches de lecture d’ouvrages qu’on n’a jamais ouverts.

 

7,20 euros minimum par page

 

7,20 euros, c’est le prix minimum pour une page de devoirs sur le site Bonnenote. Les tarifs peuvent s’envoler à 24 euros la page, en fonction du niveau demandé et du temps imparti pour livrer la copie. Ainsi, un devoir de maths de collège rendu dans les trois jours coûte 10,08 euros. Cinq pages d’exposé de master seront livrées sous deux semaines pour 60,48 euros. Le rédacteur touche entre 70 et 90 % du prix hors taxes, en fonction du niveau de satisfaction du client. Le reste revient au site.

 

Bonnenote n’est pas le premier à se lancer en France. En 2009, Stéphane Boukris avait créé le très explicite Faismesdevoirs.com. Tentative avortée : après trois jours d’une polémique monstre, le jeune loup a sabordé son navire «sous la pression du gouvernement», confie-t-il aujourd’hui. «A l’époque, nous avions eu 20 000 demandes de correction en trois heures ! L’idée en termes de business est bonne. Moralement, c’est autre chose», concède-t-il.

 

Victor Der Megreditchian se défend, quant à lui, de participer à une triche organisée. «Nous voulons seulement aider les élèves à avoir leurs diplômes, affirme-t-il très sérieusement. Notre objectif est de leur donner l’exemple du devoir parfait, ensuite le client est responsable de ses actes. C’est comme un médicament : ce n’est pas la faute du laboratoire si le patient l’utilise mal, ou trop.» En cas de gros temps, il n’est pas inquiet et se dit prêt à «changer de business model». Sur le papier, le projet a tout pour générer, si ce n’est des bonnes notes, au moins de jolis résultats financiers : avec 2,5 milliards de chiffre d’affaires par an, le marché du soutien scolaire français est le plus prospère d’Europe.

Source : Education : le site qui fait les devoirs à votre place – Le Parisien

20170215 – News / Paris: Après les doigts dans la porte, Serge, le lapin de la RATP, se coince les pieds dans l’escalator

La RATP lance dès ce mercredi une nouvelle série d’autocollants à l’effigie de Serge, son lapin mascotte, pour prévenir les risques d’accidents dans les escaliers mécaniques…

 

Le nouveau sticker dela RATP à l'effigie de Serge le lapin
Le nouveau sticker dela RATP à l’effigie de Serge le lapin – DR
Article de Romain Lescurieux

Il est de retour. Après un relooking intégral en 2014 ainsi qu’un passage récent et inexpliqué à Marseille, Serge, le lapin de la RATP, vit de nouvelles mésaventures. La bestiole qui « se fait pincer très fort » les doigts dans une porte du métro depuis des années, se coince désormais les pieds dans un escalator.

« Les escaliers mécaniques peuvent représenter un danger »

A partir de ce mercredi, la RATP lance en effet une nouvelle série de stickers de sa mascotte créée en 1977, avec ce message : « Attention ! N’approche pas tes pieds du bord, tu risques de te faire très mal ». Et pour cause.

« Les escaliers mécaniques peuvent représenter un danger dont les voyageurs, pour la plupart habitués à emprunter le même trajet au quotidien, n’ont pas ou plus nécessairement conscience », indique-t-on au sein de la RATP. « Face à ce risque », la Mascotte prévention de la RATP, le lapin Serge, se voit donc « confier une autre mission via un nouveau sticker apposé sur les 115 escaliers mécaniques les plus accidentogènes du réseau », selon l’entreprise.

Notamment dans les stations Rue du Bac et Vaugirard sur la ligne 12, à La Motte Piquet Grenelle et Gare d’Austerlitz sur la 10, à Saint Lazare et Bercy sur la ligne 14. Ou encore à Saint-Michel et Luxembourg sur le RER B.

« Stop the Gif »

A cette occasion, la RATP organise aussi un jeu-concours : « Stop the Gif ». Deux GIFs Serge le Lapin seront diffusés sur la page Facebook RATP et via le compte Twitter de Serge le lapin (qui compte quand même 3.800 abonnés).

 

Pour gagner des stops lacets, des tours de cou et des trousses de secours le tout à l’effigie du célèbre lapin, les usagers sont invités à faire une capture d’écran lorsque le GIF Serge se coince le pied dans un escalier mécanique. Et à poster la photo en commentaire du post.

Source : Paris: Après les doigts dans la porte, Serge, le lapin de la RATP, se coince les pieds dans l’escalator

20170215 – Arriving Late to Legion? Here’s What to Look For — CBR.com — Comics In France

If ever there was a series that benefited from repeat viewings it’s “Legion,” FX’s new sci-fi thriller very loosely based on Marvel’s X-Men universe. Developed by Noah Hawley (“Fargo”), the series borrows from the comics David Haller, the mentally ill son of Charles Xavier created by Chris Claremont and Bill Sienkiewicz, and places him in… via […]

via 20170215 – Arriving Late to Legion? Here’s What to Look For — CBR.com — Comics In France