20180104 – News / Technologies – Apple : une faille de sécurité de plus de quinze ans découverte dans macOS

Un chercheur en sécurité a découvert une faille importante datant au moins de 2002. Depuis quelques mois Apple enchaîne les vulnérabilités sur son système d’exploitation.

La faille aurait beau avoir plus de quinze ans, elle n’en donne pas moins accès à tout le contrôle de macOS. C’est la découverte réalisée par le chercheur en sécurité Siguza qui a dévoilé la chose sur Twitter et GitHub. Cette vulnérabilité zero-day concerne directement le kernel de l’OS d’Apple. Consolation pour les potentielles victimes, il faut toutefois avoir accès à la machine pour pouvoir l’exploiter.

Le bug vient d’une vulnérabilité qui aboutit à une escalade dans les privilèges locaux (LPE). Elle peut permettre à un utilisateur sans privilèges d’obtenir un accès root sur le système et d’exécuter du code malicieux. Un malware codé spécifiquement pour exploiter cette faille peut alors s’installer sur le système à très bas niveau. Cette vulnérabilité du LPE se trouve dans IOHIDFamily, une extension du kernel conçue pour gérer les interfaces comme un clavier ou un écran tactile.

Enchaînement de failles sur macOS

Selon Siguza, la vulnérabilité semble dater de 2002, mais certains indices suggèrent que la faille pourrait avoir dix ans de plus, comme l’explique The Hacker News. Etant donné son ancienneté, elle est donc présente sur absolument toutes les versions de macOS.

Etant donné que la faille n’est exploitable que physiquement sur les machines et non à distance, Siguza a décidé de la rendre directement publique sur sa page GitHub. Nul doute…

Lire la suite sur 01net.com

Source : Apple : une faille de sécurité de plus de quinze ans découverte dans macOS

20180104 – News / Technologies : Apple change désormais la batterie de votre iPhone pour 29 euros sans aucune condition

Les changements de batterie d’iPhone se feront même si celle-ci n’est pas endommagée. Ceux qui l’ont changée en décembre 2017 pourront également se faire rembourser la différence.

Après l’annonce, la mise en pratique. Toute fin décembre 2017, Apple annonçait une baisse draconienne du prix du changement de batterie des iPhone. Mais derrière l’effet d’annonce, il était alors difficile de savoir comment cela allait se mettre en place concrètement. Quelques jours après, on commence à en savoir un peu plus.

Selon le site iGen, aucune condition n’est désormais requise pour changer la batterie de son iPhone 6, 6s, SE ou 7. Depuis l’annonce le doute s’était en effet installé, jusqu’à présent Apple facturait un changement de batterie 89 euros, mais ne l’effectuait que si celle-ci était en dessous de 80 % de sa capacité initiale. Au-dessus de ce chiffre, Apple était intransigeant : impossible de remplacer sa batterie, même en payant, si l’outil de diagnostic n’était pas d’accord.

60 euros remboursés pour un changement en décembre

Mais une note distribuée en interne auprès des employés d’Apple explique que ces conditions pré-requises ne seront désormais plus d’actualités. A la demande du client, la société changera la batterie pour 29 euros, quel que soit son état.

Autre bonne nouvelle, ceux ayant procédé à un changement de batterie à 89 euros entre le 14 décembre et le 31 décembre 2017 se verront rembourser les 60 euros de différence. Si le changement a été fait juste avant le 14 décembre, un remboursement peut être effectué à la…

Lire la suite sur 01net.com

Source : Apple change désormais la batterie de votre iPhone pour 29 euros sans aucune condition

20180104 – News : Voeux à la presse : Macron veut lutter contre les « Fake news »

Le président de la République présentait ses vœux à la presse à l’Elysée mercredi. L’occasion pour Emmanuel Macron de faire quelques annonces sur les médias et les “fake news”.

Davantage une conférence sur la presse qu’une conférence de presse a proprement parler. Depuis l’Elysée, Emmanuel Macron renouait mercredi avec la tradition des vœux à la presse. L’occasion pour le chef de l’Etat de donner le ton sur la relation qu’il souhaitait entretenir avec le monde des médias : “une saine distance”.

“Trop souvent, pouvoir et médias ont donné l’impression d’une complicité, et parfois d’une brutalité qui était son revers, dont (la) dignité démocratique fut la première victime”

Le président de la République a ainsi annoncé une loi visant à lutter contre les “fake news” et un texte concernant l’audiovisuel public verrait le jour en 2018.

Légiférer contre les “fakes news”

Emmanuel Macron a affirmé qu’un “texte de loi” allait être déposé “prochainement” pour lutter contre les “fake news” sur internet en “période électorale”.

“Nous allons faire évoluer notre dispositif juridique pour protéger la vie démocratique de ces fausses nouvelles”

Dans le viseur du président, l’horizontalité des informations qui donnent à toutes les nouvelles, vraies ou fausses, “le même rang”. Emmanuel Macron veut ainsi agir contre les médias financés par des pays étrangers et qui y contribuent selon lui à véhiculer ces “fake news”.

“Les plates-formes se verront imposer des obligations de transparence accrue sur tous les contenus sponsorisés afin de rendre publique l’identité des annonceurs et de ceux qui les contrôlent, mais aussi de limiter les montants consacrés à ces contenus”.

A plusieurs reprises, Emmanuel Macron avait notamment critiqué deux médias russes, RT et Sputnik, accusés de s’être comportés durant la campagne présidentielle “comme des organes d’influence (…) et de propagande mensongère”.

“Propagande”

Le chef de l’Etat en a toutefois dévoilé les contours en fustigeant “cette propagande articulée avec des milliers de compte sur les réseaux sociaux” qui “en un instant répandent partout dans le monde, dans toutes les langues, des bobards inventés pour salir un responsable politique, une personnalité, une figure publique, un journaliste”.

“En cas de propagation d’une fausse nouvelle, il sera possible de saisir le juge à travers une nouvelle action en référé permettant le cas échéant de supprimer le contenu mis en cause, de déréférencer le site, de fermer le compte utilisateur concerné, voire de bloquer l’accès au site internet”

Plus de pouvoirs au CSA

Emmanuel Macron a également annoncé que les pouvoirs du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) “seront accrus pour lutter contre toute tentative de déstabilisation par des services de télévision contrôlés ou influencés par des Etats étrangers”.

“Une réflexion” déontologique

Des vœux doublés de sa vision du travail de journaliste au sein d’une démocratie. Le chef de l’Etat a par ailleurs appelé “à responsabiliser les plateformes et les diffuseurs sur internet”, tout en demandant à la profession journalistique d’entamer “une réflexion” déontologique.

En ce sens, “la démarche de Reporters sans frontières d’inventer une sorte de certification des organes de presse respectant la déontologie du métier me paraît intéressante et souhaitable”, a-t-il déclaré.

Réformer l’audiovisuel public

Autre annonce importante : Emmanuel Macron a confirmé la présentation en Conseil des ministres, “avant la fin de l’année”, d’un projet de loi sur l’audiovisuel public.

“A la fin du premier trimestre 2018, des propositions partagées, chiffrées et structurées, construisant un scénario de transformation à mettre en oeuvre seront rendues (…) (Elles) seront la matière d’un débat que nous voulons large avec l’ensemble des professionnels”

Cette annonce intervient alors que le président a fustigé il y a quelques semaines la gestion de France Télévisions.

Ces propositions “seront la matière d’un débat que nous voulons large avec l’ensemble des professionnels” et “permettront ainsi de mettre, avant la fin de l’année, un projet de loi pour l’audiovisuel public sur la table du Conseil des ministres”.

“L’audiovisuel public est au service de la cohésion nationale, il est un miroir tendu à la Nation et il doit être pensé pour tous les publics, pour toutes les pratiques et viser l’excellence pour tous. C’est cela sa mission d’intérêt général et sa raison d’être”

Source : Voeux à la presse : Macron veut lutter contre les « Fake news »

Avis Pimpf : Certes les sites et autres médias colportant des informations erronées sont une plaie, mais s’il suffit de bien les identifier ce serait suffisant et de bien informezr à ce sujet. Que veut il faire , contrôler tous les médias et internet?  va-ton vers un état totalitaire ? je trouve cela inquiétant…