20171227 – En un an, la CGT a perdu un tiers de ses adhérents

Les effectifs de la confédération syndicale sont en chute libre, et ses bastions historiques ne sont pas épargnés.

Après la perte de sa première place dans le secteur privé lors des dernières élections professionnelles, la CGT affronte voit désormais le nombre de ses adhérents dégringoler. Le Canard enchaîné à paraître ce mercredi révèle en effet que la confédération syndicale a vu ses effectifs fondre de 34% en un an. Et même s’il s’agit là d’un chiffre provisoire, l’organisation dirigée par Philippe Martinez doit faire face à une crise sans précédent.

Dans le détail, le nombre d’adhérents ayant réglé au moins un mois de cotisation est passé de 649.899 à 427.431 lors des douze derniers mois, indique l’hebdomadaire satirique.

La CGT en perte de vitesse dans la métallurgie

Certaines fédérations sont particulièrement touchées, comme celle du commerce, qui a vu ses effectifs chuter de 45.000 à 22.000 en l’espace d’une année. Les cheminots, eux, ne sont plus que 30.000, contre 42.000 en 2016. Tandis que la métallurgie, fief historique de la CGT, a perdu 43% de ses adhérents en quatre ans, selon Le Canard.

Alors que la CGT peine à mobiliser au-delà de ses troupes contre les réformes sociales du gouvernement, l’année 2018 s’annonce donc compliquée pour l’organisation syndicale basée à Montreuil.

Pour justifier ces chiffres catastrophiques, Philippe Martinez évoque les manœuvres financières de certaines fédérations, qui pour gagner du temps (et soulager un peu…

Lire la suite sur BFM Business

Source : En un an, la CGT a perdu un tiers de ses adhérents

Avis Pimpf : cela se ressent fortement dans le monde du travail , la CGT n’est plus vraiment le mouvement syndical majoritaire d’autrefois…
Le problème des mouvements syndicaux se rejoint avec celui du monde des patrons il n’y a pas que des « méchants » dedans ou des « gentils » il y a aussi un paquet de monde qui s’y met pour être protégé et pas toujours pour défendre le droit des autres collègues …  le dialogue n’existe plus cela va direct au conflit et quand il y a vraiment besoin d’eux  ils ne sont pas toujours au rendez vous car souvent ils craignent déjà pour leur propre poste… cela semble un peu caricatural ce que je dis et heureusement tous ne sont pas comme cela , mais le mouvement syndical et l’opposition justifiée qu’il y a avec certains dirigeants pour défendre le point de vue des salariés est très biaisée de nos jours… il faut qu’il y ai des forces égales de part et d’autres afin de faire avancer les choses et plus de dialogues entre les deux cela éviterait aussi les situations absurdes dont on est souvent témoin en France dans notre quotidien…

Publicités

5 réflexions au sujet de « 20171227 – En un an, la CGT a perdu un tiers de ses adhérents »

    1. cela dépend peut être des entreprises, sur celles que je cotoye je déplore le manque de présence syndical et d’action car on fait souvent passer des mesures à coup de menace sur l’emploi … et au bout du compte tout le monde se tait … ce qui est dommageable pour l’ensemble des salariés.

      J'aime

      1. Il ne faut pas confondre présence syndicale et syndiqués. En règle générale, ceux qui s’affichent dans un bras de fer avec l’entreprise représente une infime partie des membres de la CGT. Le gros du troupeau sont des membres passifs qui le sont en prévision de l’orage. Ils s’informent pour apprendre à collecter des preuves en vue de porter leur affaire aux prud’hommes. Il en faut des grosses pour s’afficher et se battre. La majorité des travailleurs sont lâches et préfèrent claquer la porte, trouver un autre emploi ou des tonnes d’excuses, que de se battre pour le respect des droits élémentaires! 😀

        Aimé par 1 personne

      2. Je n’ai pas le même point de vue que vous sur leur action, je travaille dans le milieu des instituts de prévoyance où nous avons cette particularité d’avoir une gestion paritaire c’est à dire à la fois des membres des activités entreprises /patrons et des représentants des syndicats qui pilotent les activités et défendent justement les acquis et droits des salariés .
        Ces dernières années le combat amené pour aider à garder les droits des salariés me semble des plus faibles vus les retours et les représentations au sein de ces mêmes institutions sont bien en train de changer sur les organismes syndicaux majoritaires ce qui pour moi se rapproche de ce qui est décrit dans l’article.

        Quand à l’action syndicale elle même heureusement que certains défendent les causes et les droits des travailleurs mais admettons que certains se syndiquent aussi pour sauver leur peau et pas pour le bien des autres. Il y aune vraie valeur ajouté à avoir toujours un contre pouvoir à mon sens, mais qui au vue des salariés s’amenuise.

        A titre personnel la seule fois de ma carrière ou je me suis vu en difficulté et j’ai été prendre conseil près d’un syndicat on m’a demandé d’adhérer pour pouvoir porter ma demande et me défendre, je ne dis pas que tous réagissent comme cela mais j’ai trouvé la démarche singulière ( je ne l’ai pas fait , j’ai porté l’information auprès de la DRH et j’ai changé de poste car j’allais y laisser ma santé ) 🙂

        il faut une représentation syndicale forte et importante, mais je pense que leur action doit évoluer et que le patronat doit aussi changer sa manière de faire (le contexte politique actuel n’aide pas beaucoup certes) espérons juste qu’au final les salariés ne soient pas les grands perdants dans tout cela .
        Bonnes fêtes de fin d’année.

        J'aime

      3. Ce que je constate à l’unio locale, c’est que la plupart des syndiqués ne veulent pas que cela se sâche. Dans les multinationales les plus « presse-citrons », les délégués syndicaux ont a faire face à des fourberies telles que beaucoup baissent les bras car ils ont que très rarement le soutient des salariés qui ont peur de devenir une cible. Je constate une grande lâcheté dans la plupart des cas. C’est normal que l’on demande de se syndiquer (1% du salaire/mois) pour une défense car un défenseur syndical dans la grande majorité des cas peut remplacer un avocat. Pour les conseils c’est toujours gratuit. Il faut comprendre que c’est du bénévolat et que l’investissement en temps aille en priorité aux syndiqués. Les bénévoles sont surchargés, il y a toujours une majorité de membres qui profitent du système et très peu mettent la main à la pâte. Il faut savoir que c’est très peu payé pour toutes les formations d’une grande qualité auxquelles on peut accéder.

        Aimé par 1 personne

N'hesitez pas à partager vos impressions & opinions

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s