20170323 – News / Google Maps : avec le partage de sa position en temps réel, on vous retrouvera à coup sûr… – ZDNet

Par La rédaction de ZDNet.fr | Jeudi 23 Mars 2017

Google continue à enrichir son application star Maps. Aujourd’hui, le géant de Mountain View annonce une nouvelle fonction qui pourrait un peu faire froid dans le dos : le partage de sa position en temps réel avec ses contacts. La nouveauté sera disponible dans le courant de la semaine pour Android, iOS et desktop.

« Retrouver vos amis au coeur d’un festival de cinq mille personnes vous semble une mission impossible ? Vous avez l’habitude de faire patienter vos proches à chaque rendez-vous ?  Google Maps peut vous aider ! », explique Google.

« A partir d’aujourd’hui, les utilisateurs de l’application Google Maps découvriront une nouvelle fonctionnalité qui leur permettra de partager leur localisation en temps réel avec leurs proches : idéal lorsque vous êtes au coeur d’une foule ou si vous souhaitez vous assurer que vos amis rentrent à bon port après une soirée ! », poursuit le groupe.

Il sera également possible d’envoyer des informations lors d’un trajet afin que les personnes qui vous attendent sachent exactement où vous en êtes. Impossible de leur cacher quoi que ce soit, vous serez suivi à la trace… via l’option « Partager la progression du voyage ».

Que vos proches puissent savoir à tout moment où vous vous trouvez pourrait néanmoins avoir un côté un peu intrusif… Google précise néanmoins que « chaque utilisateur est maître d’activer cette fonctionnalité en permanence ou pour quelques minutes seulement et ce, avec les contacts de son choix ». Pas d’activation par défaut donc (et heureusement) mais les hommes et les femmes jaloux apprécieront la nouveauté en l’activant à l’insu de leur partenaire ?…

Source : Google Maps : avec le partage de sa position en temps réel, on vous retrouvera à coup sûr… – ZDNet

20170321 – News / L’iPad Air 2 remplacé par un nouvel iPad 9,7″ à partir de 409 € | iGeneration

Apple lance aujourd’hui un nouvel iPad 9,7“ au prix de 409 € (329 $). C’est le tarif le plus abordable jamais proposé pour un iPad de 9,7”, souligne Apple.

Simplement baptisé « iPad », il remplace l’iPad Air 2 qui était vendu 30 € de plus. Il est équipé d’un processeur A9 (A8X sur l’iPad Air 2), de 32 Go de stockage minimum (contre 16) et d’un appareil photo 8 Mpx à ouverture ƒ/2,4. Il n’est pas compatible avec l’Apple Pencil et n’a pas de Smart Connector.

Cet iPad a donc des avantages sur l’iPad Air 2… mais aussi des désavantages. D’une part, il est un peu plus épais et plus lourd (7,5 mm d’épaisser et 469 g contre 6,1 mm et 437 g). D’autre part, son écran n’est pas laminé et n’a pas de revêtement antireflet.

Il sera en vente à partir du 24 mars à 16 h 01 en trois finitions (argent, or et gris sidéral).

Voici tous les prix :

  • iPad Wi-Fi 32 Go : 409 €
  • iPad Wi-Fi 128 Go : 509 €
  • iPad Wi-Fi + Cellular 32 Go : 569 €
  • iPad Wi-Fi + Cellular 128 Go : 669 €

Source : L’iPad Air 2 remplacé par un nouvel iPad 9,7″ à partir de 409 € | iGeneration

20170318 – News / Geek : Trahis par leur sex-toy  » intelligent « , des utilisateurs touchent 3,75 millions de dollars !

Quand les nouvelles technologies s’invitent sous notre couette, le résultat n’est pas toujours concluant. En preuve, le scandale du sex-toy  » intelligent  » we-vibe et le partage des données personnelles des utilisateurs… En procès depuis un an, la firme à l’origine du produit a été condamnée à payer aux victimes 3,75 millions de dollars de dommages et intérêts. Rien que ça !

C’est bien connu, on n’arrête pas le progrès. Après l’anneau connecté et la possibilité de connaître ses performances sexuelles, le sex-toy intelligent se retrouve à ses dépens sur les devants de la scène. En 2016, de nombreux utilisateurs de  » we-vibe « , vibromasseur 2.0, ont déposé plaintes contre la firme canadienne Standard Innovation. A l’origine du recours en justice,  » des données personnelles et sensibles «  divulguées à leur insu sur la toile ! Parmi elles, leur adresse mail directement liée à leur température corporelle, leur degré d’usage, l’intensité de vibration du sex-toy… Bref, des informations que personne ne souhaite voir devenir publiques !

Justice pour les consommateurs

Pour contrebalancer le poids de cette grossière erreur, l’entreprise créatrice de  » We-vibe  » a été condamnée à indemniser financièrement les victimes du piratage. Coût total des dommages et intérêts : 3,75 millions de dollars, soit 10 000 dollars par utilisateur. Heureuse  » d’avoir conclu un accord raisonnable et juste « , la direction de Standard Innovation affirme avoir résolu les problèmes liés à la sécurité. Vaut mieux tard que jamais comme dirait l’autre…

 

Que pensez-vous de ce genre de joujoux connectés ?

Source : Geek : Trahis par leur sex-toy  » intelligent « , des utilisateurs touchent 3,75 millions de dollars !

20170317 – News / Astuce geek : 10 choses à savoir pour mieux chercher sur Google – LCI

COUP DE POUCE – Vous cherchiez un sujet sur Google et vous voilà noyé sous des millions de réponses. Pas de panique ! Il suffit d’appliquer quelques conseils pour bien cibler et optimiser votre requête sur le moteur de recherche.

Une question, une information à vérifier ou juste un délire entre amis : le moteur de recherche de Google est devenu un réflexe pour beaucoup. Au point de s’y perdre parfois parmi les millions de réponses qui apparaissent pour une simple requête.

De manière générale, pensez comme le moteur de recherche et pas comme vous parleriez. Google est là pour vous aider, mais n’est pas devin ni votre miroir magique. Si vous lui demandez « Où puis-je trouver un fleuriste ? », il comprendra nettement moins bien qu’en tapant « Fleuriste à proximité ». Alors pour optimiser votre recherche et aller directement à l’essentiel, voici nos conseils :

1. Si votre requête comporte plusieurs mots associés, pour l’optimiser, mettez les termes à rechercher ente guillemets. Google ne proposera alors que les pages où la sélection apparaît comme demandée (ex: « le sommet de l’Europe » : avec ou sans les guillemets, on passe de 382.000 à plus de 16 millions de réponses).

… le reste des astuces sur le lien ci dessous :

Source : Astuce geek : 10 choses à savoir pour mieux chercher sur Google – LCI

20170317 – News / Alexa / Google Assistant : qui commande à la maison ?

Il y a 3 ans, Amazon présentait l’Echo, une enceinte connectée dotée d’une intelligence artificielle nommée Alexa. Deux ans plus tard, nous assistions à la riposte de Google qui, au détour de sa conférence I/O, annonçait le Home, un assistant domotique avec Google Assistant comme porte-voix. Ce dernier s’imposait dès lors comme le principal concurrent à l’offensive Amazon. Portrait de deux identités virtuelles pas si différentes.

À gauche : l’assistant domotique Amazon Echo, à droite : l’assistant Google Home

Les pionniers de la maison connectée tels que Creston, AMX ou encore Somfy sont à présent devancés depuis 3 ans par deux nouveaux acteurs que nous n’attendions pas forcément sur ce segment : Amazon et Google. L’histoire commence en 2014, lorsqu’Amazon présente l’Echo, une enceinte connectée dotée d’une intelligence artificielle (IA) nommée Alexa. De la même façon qu’Apple a Siri ou que Microsoft a Cortana, le géant de l’e-commerce entend bien déployer son propre assistant virtuel. En à peine deux ans, ledit assistant s’est gentiment installé dans quelques terminaux mobiles (tablettes, montres connectées), dans une petite série de voitures et de plus en plus dans la maison (fours, aspirateurs). Il n’a pas fallu longtemps pour que Google suive cette tendance. En mai 2016, lors du Google I/O, le roi d’Internet riposte en présentant Google Home, solution connectée sous forme d’enceinte exploitant Google Assistant, l’intelligence artificielle de Google.

Dossier-Google-Home-Amazon-Echo-face-a-face.jpg

Les deux enceintes Amazon Echo et Google Home embarquent donc respectivement les IA que sont Alexa et Google Assistant. L’une comme l’autre se revendiquent comme cœur de la maison connectée : système de divertissement, de pilotage des objets connectés et d’assistance capable de répondre aux demandes vocales de l’utilisateur. Depuis l’essor de ces deux assistants domotiques, c’est tout le petit monde de la maison connectée qui vibre au rythme des enrichissements de ces appareils et qui voit naître pléthore de produits concurrentiels.

Assistant virtuel : l’esprit

Alexa d’Amazon et Google Assistant de Google donc, sont référencés comme des Intelligences Artificielles (IA). Certains préféreront sans doute les termes d’assistants virtuels, assistants intelligents ou assistants vocaux. Qu’à cela ne tienne, l’intention est la même. Il s’agit surtout et avant tout d’un outil logiciel qui a la lourde tâche de satisfaire son utilisateur. Pour ce faire, il combine une technologie qui permet d’interpréter le langage naturel et une intelligence artificielle. C’est la richesse de cette interconnexion qui définit les possibilités offertes en pratique par Alexa ou Google Assistant. Tous deux exploitent le contexte dans lequel ils évoluent et analysent les habitudes des utilisateurs pour fournir des réponses et propositions plus pertinentes. De là, les perspectives sont nombreuses et les utilisateurs peuvent envisager tout et, pourquoi pas, n’importe quoi.

Assistant domotique : le corps

Les enceintes Amazon Echo et Google Home hébergent les intelligences artificielles Alexa et Google Assistant. Dans les deux cas, il s’agit d’une enceinte cylindrique pensée pour être exposée dans n’importe quel intérieur. Toutes deux sont connectées en Wi-Fi à la box Internet du foyer.

La suite de l’article et le comparatif en détail sur le lien ci dessous

Source : Alexa / Google Assistant : qui commande à la maison ?

20170317 – News : L’iPhone 7 Plus est disponible aux couleurs du Macintosh de 1984 ! | meltyStyle

L’iPhone 7 Plus a tout pour plaire. Mais le grand smartphone pommé n’est pas aussi tape-à-l’oeil qu’un Macintosh de 1984.  Sauf cet iPhone qui est décliné aux couleurs de l’ordinateur original d’Apple.

Avis à tous les Apple addict, l’iPhone 7 Plus vient d’être décliné dans une nouvelle version. Si tu es un adepte des produits pommés, ce nouveau smartphone va te laisser sans voix. Réalisé par ColorWare qui a déjà coloré tous les AirPods, ce nouvel iPhone se pare de la fameuse pomme multicolore que l’on aurait aimé retrouver sur nos produits d’aujourd’hui. Mieux encore, il reprend le fameux gris du boitier du Macintosh de 1984. Tu l’as donc compris. Cet iPhone 7 Plus version Retro n’est pas comme tous les autres. Mais son prix pourrait te faire pleurer.

Si cet iPhone 7 Plus est vraiment magnifique, son prix pourrait être un vrai frein à l’achat. Commercialisé à 1899 dollars par ICI, ce smartphone pommé est excessivement cher. Mais comme dirait l’autre, quand on aime, on ne compte pas ! En attendant de gagner à l’EuroMillion, tu peux d’ores et déjà découvrir comment un petit génie d’informatique a réussi à remplacer iOS par Windows XP. Oui, rien n’arrête le progrès. T’es prêt à mettre 2000 euros pour avoir un iPhone unique dans son genre ? 

Source : L’iPhone 7 Plus est disponible aux couleurs du Macintosh de 1984 ! | meltyStyle

20170317 – News : Le père du web identifie trois grosses menaces sur internet

Tim Berners-Lee le créateur du web s’inquiète de l’avenir d’internet, car d’après lui trois grandes menaces pourraient faire vaciller sa création. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il s’est exprimé sur le sujet et qu’il demande aux internautes de s’engager pour rendre le web plus sain.

Voilà déjà 28 ans que le web a vu le jour et pendant tout ce temps il n’a cessé de grandir et d’offrir au monde toujours plus d’informations, de connaissances, de loisirs, de services, etc. Toutefois, aujourd’hui le web est menacé, non pas par des hackers ou par un pays adepte de la censure d’État, mais par les puissances du marketing.

Tim Berners-Lee fait part de son « inquiétude grandissante » concernant l’avenir du web

Tim Berners-Lee était sans doute très loin de s’imaginer il y a 28 ans, lorsqu’il a posé la première pierre du World Wide Web, qu’il aurait à prophétiser la mort de sa propre création. Ce dernier a tenu à mettre en avant les trois grandes menaces qui pèsent sur le web et qui pourraient bien lui coûter la vie.

Dans une lettre ouverte, ce dernier a évoqué son « inquiétude grandissante », concernant trois menaces à éradiquer rapidement, si l’on ne veut pas détruire la confiance des internautes dans le web. Il dénonce la perte de contrôle des individus sur leurs données personnelles, la diffusion de désinformation ou de « fake news » de plus en plus fréquentes afin de collecter des revenus publicitaires, et enfin la publicité politique qui pourrait totalement corrompre l’esprit des internautes.

Tim Berners-Lee a déclaré aux sujets des fausses informations : « Nous devons repousser la désinformation en encourageant les gardiens tels que Google et Facebook à poursuivre leurs efforts pour combattre le problème, tout en évitant la création d’organes centraux pour décider ce qui est vrai ou non ». Il réclame toutefois un plus grand contrôle de ces firmes et une transparence algorithmique totale.

Des acteurs malveillants cherchent à corrompre le web

Le père du web a également recommandé pour lutter contre ces trois menaces, de créer une charte que les acteurs du web devraient respecter et il fait également appel à l’ensemble des internautes pour que chacun puisse apporter une aide dans ces luttes, pendant qu’il est encore temps, avant que le web ne soit totalement corrompu et que les internautes ne fassent plus confiance aux informations qu’ils y trouveront. Des acteurs malveillants cherchent à profiter du système pour en tirer des gains financiers énormes ou des avantages politiques, ce qui en soit est également une menace pour la démocratie et pas uniquement pour le web !

Tim Berners Lee s'inquiète du poids de trois menaces sur l'avenir du web

Source

Source 2

Source : Le père du web identifie trois grosses menaces sur internet