20170821 – News – Bientôt des pourboires obligatoires en France ?

Les clients français laissent de moins en moins de pourboires (photo d’illustration). @ MIGUEL MEDINA / AFP

L’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie « travaille sur le sujet » pour lutter contre la baisse des sommes laissées par des clients de plus en plus adeptes du paiement par carte.

« Ils se font rares. Et les Français donnent des sommes moins conséquentes. » Le diagnostic sur les pourboires d’Hervé Becam, vice-président de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih), est sans appel. Le spécialiste n’avance pas de chiffres précis. Mais en 2014, une étude commandée par Tripadvisor indiquait que seuls 15% des voyageurs donnaient systématiquement des pourboires – 16% n’en laissant, à l’inverse, jamais. Et selon les acteurs du secteur, la situation ne va pas en s’améliorant. L’Umih formule actuellement des propositions pour en appeler au législateur.

« La transmission de ce geste se perd ». Comment expliquer cette baisse ? « La nouvelle génération est habituée au système virtuel, où elle achète davantage sur internet et ne dispose pas de l’opportunité de laisser un pourboire. La transmission de ce geste se perd », analyse l’économiste Pascale Hébel, interrogée par Le Figaro. Hervé Becam abonde auprès du même média : « Lorsque les consommateurs sont satisfaits du service rendu, ils préfèrent laisser des commentaires positifs sur des sites comme TripAdvisor plutôt que de laisser un pourboire. »

Une tendance qui vient renforcer un modèle français peu coutumier de la pratique. L’étude de 2014 présente ainsi les consommateurs de plusieurs pays européens – l’Italie ou l’Espagne par exemple – comme plus généreux que les Français. L’écart est encore plus important avec les touristes en provenance des Etats-Unis. « Les Américains donnent 5 à 6 euros, les Français quelques centimes dans la coupelle », résume une gérante de restaurant interrogée par Le Parisien.

« Initier un cercle vertueux ». Et pour cause : aux Etats-Unis, le pourboire est… obligatoire, puisqu’il fait partie du salaire des serveurs. De quoi donner des idées à l’Umih ? « On travaille sur la manière d’initier un cercle vertueux pour nos salariés », répond Hervé Becam, qui souhaite « faire des propositions au législateur ». Sans, forcément, passer par la contrainte. Mais en tentant d’inclure dans le système des pourboires d’autres acteurs que les serveurs, comme les cuisiniers et les réceptionnistes.

Source : Bientôt des pourboires obligatoires en France ?

Avis Pimpf : autant il est vrai que les français ne sont pas ou n’ont jamais été vraiment les plus généreux en pourboire, mais pour cause car ici dans les cafés et restaurants les employés ont un salaire fixe et les pourboires sont dans l’esprit pour vraiment gratifier du service,  dans les autres pays européens proches il est connu que dans la restauration les salaires sont vraiment bas ( je ne dis pas que ce n’est pas le cas en France mais bon cela reste à mon avis plus élevé qu’ailleurs) et les gens  donnent plus facilement un pourboire. La comparaison avec les USA est inutile puisque la bas la majorité de leur salaire est fixé avec leur pourboire, et quand un client est mécontent du service il n’a pas obligation de laisser de pourboire ou en laisse un très bas… par contre ici de la à en instituer un automatiquement, à ce moment autant revoir les salaires de la profession ce sera mieux?

Publicités

20170821 – News – Londres : après les 12 coups de midi ce lundi, Big Ben se taira peut-être pour 4 ans – Le Parisien

Une des quatre horloges de Big Ben, le 14 août 2017 (AFP/Daniel LEAL-OLIVAS)

Célèbre monument de Londres, le Big Ben entre en période de travaux ce lundi et doit cesser de sonner pour quatre ans.

A midi ce lundi, Big Ben sonnera douze coups avant de se taire pour rénovation, mais les travaux censés durer quatre ans pourraient être abrégés face au mécontentement de nombreux responsables politiques de ne plus entendre les bongs de la célèbre cloche londonienne.

Le public a été invité à venir écouter en nombre Big Ben donner une dernière fois de la voix, au palais de Westminster, siège du Parlement britannique, avant une cure de jouvence de 29 millions de livres (31,7 millions d’euros) qui concernera la tour et l’horloge qu’elle abrite.

 

Big Ben sonne chaque heure depuis 158 ans

Cette tour victorienne de 96 mètres, un des monuments les plus photographiés du Royaume-Uni, est souvent dénommée Big Ben alors que le surnom ne désigne en fait que son imposante cloche de 13,7 tonnes.

Elle sera déconnectée et ne sonnera plus les heures comme elle l’avait fait depuis 158 ans presque sans discontinuer, accompagnée d’un carillon de quatre cloches plus petites pour les quarts d’heure.

A l’inverse, l’horloge continuera de fonctionner grâce à un mécanisme électrique de substitution, et au moins un de ses quatre cadrans restera toujours visible au public.

 

 

Des personnalités politiques indignées

Plusieurs élus, jusqu’au sommet du gouvernement britannique, se sont indignés à la perspective de ne plus entendre résonner, jusqu’en 2021, les lourds bongs qui ouvrent en direct plusieurs émissions de la BBC – sauf pour des événements importants comme le Nouvel an.

Pour les partisans du Brexit, il serait même inconcevable que Big Ben ne marque pas la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne le 29 mars 2019. «Il serait très étrange si à minuit, ce jour-là, elle ne sonne pas, très bizarre. C’est le coeur de notre nation», a estimé le député conservateur Peter Bone dans le Daily Mail.

Face à ces réactions virulentes, le Parlement a annoncé dans un communiqué qu’il pourrait faire marche arrière, alors qu’il avait validé la rénovation en 2015. Plusieurs élus ont fait valoir que la durée des travaux n’avait pas été précisée.

«A la lumière des inquiétudes exprimées par un certain nombre de députés, la commission de la Chambre des Communes va réévaluer la durée pendant laquelle les cloches resteront silencieuses» à la reprise parlementaire en septembre, selon le Parlement.

 

Selon un sondage de l’institut YouGov cité samedi par Press Association, les Britanniques penchent un peu plus (44%) pour la mise sous silence de Big Ben pendant les travaux, sauf pour les occasions spéciales, que pour une solution permettant de la maintenir en activité.

 

 

Big Ben en quelques chiffres :

 

  • Big Ben pèse 13,7 tonnes, pour une hauteur de 2,2 mètres et un diamètre de 2,7 mètres.
  • La tour culmine à 96 mètres. Elle compte 11 étages, 334 marches jusqu’au beffroi et 399 jusqu’à la lanterne.
  • Chacun des quatre cadrans de l’horloge affiche un diamètre de 7 mètres, et leurs chiffres romains une longueur de 60 centimètres.
    Les grandes aiguilles, celles des minutes, sont faites de cuivre et mesurent 4,2 mètres, pour un poids de 100 kilogrammes chacune. Les petites aiguillent, en bronze, sont plus courtes – 2,7 mètres – mais plus lourdes: 300 kilogrammes.

Source : Londres : après les 12 coups de midi ce lundi, Big Ben se taira peut-être pour 4 ans – Le Parisien

20170821 – News – Réforme du Code du travail: Ce qui risque de bientôt changer pour vous

Cet été, le Premier ministre Edouard Philippe et la ministre du Travail Muriel Pénicaud ont multiplié les entretiens avec les partenaires sociaux. Ici, la rencontre à Matignon avec la CFE-CGC, le 27 juillet 2017. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA
  • Syndicats et organisations patronales vont connaître une partie du contenu des ordonnances cette semaine.
  • L’intégralité du texte sera dévoilée le 31 août.
  • De nombreux salariés pourraient connaître des changements avec ces ordonnances.

Le moment de vérité approche. Cette semaine, le ministère du Travail doit présenter aux organisations syndicales et patronales une partie du contenu des fameuses ordonnances qui pourront bouleverser la vie des salariés et des employeurs. Si les textes ont été soigneusement conçus à l’abri des regards, le cadre général, à savoir le projet de loi d’habilitation, est quant à lui connu puisqu’il a été adopté par le Parlement début août.

Trois grands thèmes sont définis : la « nouvelle articulation de l’accord d’entreprise et de l’accord de branche », la « simplification et le renforcement du dialogue économique et social et de ses acteurs », et enfin « la sécurisation des relations de travail ». Alors concrètement, qu’est-ce qui pourrait changer ?

Ce qui pourrait changer… pour les CDI

Le thème a beaucoup fait débat cet été. Le « CDI de chantier » ou « contrat de chantier », pour l’instant limité au BTP, pourrait être étendu à d’autres sphères. Ce contrat de travail dure le temps d’une mission, ou d’un chantier. Comme il n’a pas de date de fin précise, ce qui le range dans la catégorie des CDI, il peut donc excéder la durée maximale d’un CDD (18 mois, hors exceptions). Une fois la mission terminée, l’employeur peut tout à fait licencier le salarié, qui touche alors des indemnités légales, mais pas de prime de précarité.

Le projet de loi ne définit pas les domaines (informatique, automobile, etc) qui pourraient être concernés par ce contrat. Il se borne à indiquer que le recours au CDI de chantier devra être validé « par accord de branche », ce qui laisse la possibilité au gouvernement d’exclure certains secteurs… ou pas.

Ce qui pourrait changer… pour les CDD

Le contrat à durée déterminée est pour l’instant strictement délimité par le Code du travail. Dorénavant, les branches auront droit d’y apporter des modifications. Le secteur de la restauration rapide pourrait par exemple décider d’augmenter le nombre de renouvellements possibles d’un CDD ou d’allonger sa durée.

« Les motifs de recours au CDD pourront également être élargis, craint Fabrice Angéï, spécialiste du dossier à la CGT. Il va y avoir des marchandages branche par branche, ce qui conduira à du dumping social : certaines branches seront encore plus dévalorisées qu’aujourd’hui. De plus, rien ne dit qu’à terme les entreprises ne puissent pas elles-mêmes décider des conditions des CDD, si les branches décident de leur déléguer cette compétence ».

>> Lire aussi : Quels sont les principaux points de friction avec les syndicats sur la réforme du Code du travail ?

Ce qui pourrait changer… pour les accords d’entreprises

C’est l’un des points clés des ordonnances. Le projet de loi veut faciliter « les modalités de négociation, de révision et de conclusion d’un accord (…) dans les entreprises dépourvues de délégué syndical ». François Asselin, président de la Confédation des petites et moyennes entreprises (CPME) revendique « un dialogue social direct : s’il n’y a pas de syndicats, il faut pouvoir signer un accord avec les délégués du personnel » affirme-t-il.

Autre point important : le recours au référendum d’entreprise où les syndicats sont présents. Pour l’instant, seuls les syndicats représentant au moins 30 % des voix ont le pouvoir d’organiser un référendum. Celui-ci possède une valeur légale, qui valide un accord d’entreprise. Si le texte reste en l’état, l’employeur pourrait lui aussi faire valider un accord via le vote des salariés, même en cas de refus des syndicats majoritaires. ​Une ligne rouge pour de nombreux leaders syndicaux.

Ce qui pourrait changer… en cas de licenciement

Les ordonnances vont définir un barème obligatoire pour les dommages-intérêts versés au salarié lorsqu’il est victime d’un licenciement jugé abusif, notamment en fonction de l’ancienneté dans l’entreprise. Jusqu’à présent, le barème était indicatif. Pour Fabrice Angéï, c’est tout simplement « un contournement du juge (…) Cela va permettre de connaître le prix à payer pour se séparer d’un salarié, quels qu’en soient les motifs ».

Cette position n’est pas partagée par tous les syndicats : dans un entretien accordé au Monde le 28 juin, Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière, affirmait que l’instauration d’un barème n’était pas une ligne rouge pour lui. Reste à connaître les montants qui auront été arbitrés.

>> Lire aussi : Une salariée attaque son ex-employeur après une succession de 1.117 CDD

« Il ne faut pas que ce soit un drame »

Autre changement qui s’annonce sur les licenciements : le gouvernement veut en finir avec le « formalisme » des prud’hommes. Au fil des débats, Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, n’a cessé de répéter cette histoire :

Pour François Asselin, « il faut sécuriser la rupture du contrat de travail. Lorsqu’on doit se quitter, il ne faut pas que ce soit un drame ni pour le salarié, ni pour l’entreprise ». Ce point étonne Fabrice Angéï : « Se séparer d’un salarié est assez facile aujourd’hui, il suffit de voir l’explosion du nombre de ruptures conventionnelles. Vouloir réformer le licenciement sous prétexte d’un trop grand formalisme, c’est un faux motif ».

Quel calendrier ?

Selon le ministère du Travail, la « semaine de concertation » démarrera le mardi 22 août. Le directeur de cabinet de Muriel Pénicaud, Antoine Foucher, recevra d’abord le Medef. Les autres partenaires sociaux se succéderont ensuite de mercredi à vendredi.

Une fois cette phase refermée, les derniers arbitrages seront rendus, avant l’envoi des ordonnances au Conseil d’État, pour consultation, le 28 août. Puis le 31 août, ce sera le grand jour : Edouard Philippe a promis que le projet serait officiellement présenté à cette date, normalement via une conférence de presse.

Source : Réforme du Code du travail: Ce qui risque de bientôt changer pour vous

20170821 – News – Attentats en Catalogne: Le conducteur de la camionnette qui a foncé sur la foule à Barcelone a été identifié

Un policier espagnol sur les Ramblas, vendredi 18 août, au lendemain d’un attentat qui a ensanglanté l’avenue la plus touristique de Barcelone. L’avenue a rouvert vendredi matin, mais reste fermée aux véhicules et très surveillée. — AFP

Le conducteur de la camionnette blanche qui a fauché jeudi des dizaines de passants sur les Ramblas à Barcelone, en tuant 13, a été identifié, a annoncé lundi la police catalane sur Twitter.

Le tweet ne nomme pas le fugitif mais le responsable de l’Intérieur de Catalogne, Joaquim Forn a déclaré sur Radio Cataluna: «tout porte à croire que Younes A. était au volant de la camionnette».

Est-il encore en vie?

Ce Marocain de 22 ans, dont la photo a été diffusée, est recherché dans tout le pays et au-delà des frontières espagnoles, sans que la police puisse dire s’il est encore en vie ou pas.

Quelques heures après l’attaque de Barcelone, une autre voiture avait à son tour fauché des badauds dans la station balnéaire de Cambrils, au sud de la capitale catalane. L’un des cinq occupants de l’Audi munis de fausses ceintures explosives, d’une hache et de couteaux, avait ensuite poignardé à mort une femme. Tous les cinq ont été abattus par la police.

Une cellule djihadiste de douze personnes

Les auteurs des deux attentats, revendiqués par Daesh constituent une cellule jihadiste de 12 personnes. Ils s’apprêtaient à commettre «un ou plusieurs attentats» de «manière imminente», quand un raté a entraîné la déflagration qui a détruit la maison où ils préparaient les attaques à Alcanar, à 200 km au sud-ouest de Barcelone, selon le chef de la police catalane Josep Lluis Trapero. Les enquêteurs estiment que cette explosion a poussé la cellule à agir précipitamment avec des véhicules pour tuer à Barcelone puis Cambrils.

Quatre suspects étaient en garde à vue lundi. Sur les cinq tués à Cambrils, trois de nationalité marocaine, ont été identifiés. Trois autres suspects ont été identifiés: Younès A. et deux hommes qui pourraient avoir péri dans l’explosion d’Alcanar.

Source : Attentats en Catalogne: Le conducteur de la camionnette qui a foncé sur la foule à Barcelone a été identifié

 

Avis Pimpf : terrible bilan de ces attaques en Espagne, pensées pour les victimes et leur famille.

20170628 –  Au nom des lieux : Vanves (France Bleue) 

Par Jean Pruvostle lundi 12 juin 2017

Gare de Vanves – Malakoff – Rigil – CC

On franchit la porte de Vanves, au sud-ouest de Paris, et nous voilà dans les Hauts-de-Seine, à Vanves, limitrophe d’Issy-les-Moulineaux. Vanves : voilà un mot fort doux à prononcer mais qui n’éveille aucun autre mot s’en rapprochant.

Effectivement et, en fait, deux origines sont proposées pour le nom de la commune. D’un côté, ce pourrait être – et c’est ce qu’avancent les étymologistes du Robert – le nom déformé d’un gaulois, dont le nom aurait été Venopis, ce qui n’est pas vraiment transparent. De l’autre côté nombre d’étymologistes préfèrent voir dans le mot « Vanves » un mot celte, « venna », signifiant « barrage à poisson ». Cette interprétation semble plus satisfaisante, elle est corroborée par d’autres historiens qui rappellent que nos ancêtres pratiquaient la pisciculture, et Vanves pourrait donc venir de ce « vivier », qui aurait aussi donné son nom à la ville de Vanne. Quoi qu’il en soit, le nom du village n’a pas eu une orthographe et une prononciation stables, ainsi en 1793, on lit Vauves, puis quelques années plus tard Vanvre, avant de se stabiliser avec Vanves au XIXe s.

Alors en définitive comment appelle-t-on les habitants de Vanves ?

Ce sont les Vanvéens. Et pour les femmes les Vanvéennes, et au reste deux d’entre elles sont particulièrement célèbres : Marguerite Duras, décédée en 1996 et qui a vécu au 16 de l’avenue Victor Hugo, dans les années 1930. Et Marie-José Pérec, née en 1968, triple championne olympique en 1992 aux Jeux de Barcelone sur 400 m et 200 mètres. Enfin, on l’a peut-être oublié, et ce serait dommage, mais sous la Renaissance, existait une très belle expression qui était « avoir le cœur doux comme du bon beurre de Vanves », le beurre de Vanves était en effet réputé, sans doute parce que les vaches y étaient heureuses au milieu de prairies verdoyantes et de sources abondantes. On comprend que l’endroit devint vite lieu de villégiature. Toujours suivre les vaches, et bien les traiter.

Source : Vanves

20170625 – Vanves : deux chats morts dans l’incendie – Le Parisien

Le feu a épargné la locataire de l’appartement… mais pas ses animaux. Deux de ses quatre chats et plusieurs des oiseaux de cette femme de 54 ans sont morts dans l’incendie de son logement, à Vanves lundi soir. La surchauffe des câbles électriques serait à l’origine de l’embrasement de cet appartement situé au sixième étage d’un immeuble en comptant dix, rue Ernest-Laval. Les résidents incommodés par les fumées et inquiets ont spontanément évacué leurs logements le temps de l’intervention des pompiers, qui ont rapidement éteint le feu. La locataire du 6e , elle, a été conduite à l’hôpital. Et la fourrière a récupéré les quatre chiens, deux chats et dix-neuf perruches qui vivaient aussi dans l’appartement.

  leparisien.fr – 20 juin 2017

Source : Vanves : deux chats morts dans l’incendie – Le Parisien

20170604 – Read Prime Minister Theresa May’s Full Speech on the London Bridge Attack — TIME

Britain’s Prime Minister Theresa May called for a shakeup in counter-extremism and counter-terrorism efforts in a speech made on Downing Street following Saturday evening’s terrorist attack in London. May said that the United Kingdom is experiencing a “new trend” in the terrorism threat and hinted at a broad crackdown on extremism in the country. She…

via Read Prime Minister Theresa May’s Full Speech on the London Bridge Attack — TIME