20190310 – Captain Marvel

Même si le film Captain Marvel est bien et sympa, celui-ci reste mon Captain Marvel / Mar-Vell préféré

Publicités

20190309 – en salle prêt à regarder Captain Marvel

www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=141110.html

20180428 – Ego démesuré, plagiat et coups bas… La face cachée de Stan Lee, le ‘père’ des super-héros Marvel

Le succès des Marvel comics ? C’est lui. Le nonagénaire le plus célèbre du cinéma ? C’est lui. Pourtant, ce CV brillant cache mal certaines controverses. Dernière en date, lundi 23 avril, une masseuse a porté plainte pour agression sexuelle contre lui. Franceinfo se penche sur Stan Lee à l’occasion, mercredi, de la sortie en salles de « Avengers : Infinity War »

Le créateur de comics Stan Lee photographié à Los Angeles (Etats-Unis) le 7 mars 2017. (RICHARD CARTWRIGHT / DISNEY ABC TELEVISION GROUP / GETTY IMAGES)

Qui est vraiment Stan Lee ? Ce vieux monsieur de 95 ans apparaît une poignée de secondes à l’écran aux cotés de tous les personnages de la galaxie Marvel : Spiderman, Thor, Captain America et les Avengers, dont le dernier volet, Infinity War, sort en salle mercredi 25 avril. Pour le jeune public biberonné aux super-héros, Stan Lee est le père, voire le grand-père, de tout cet univers. Au détail près qu’une poignée d’historiens et de fans lui contestent la paternité de ses œuvres. Lundi 23 avril, une masseuse a aussi porté plainte pour agression sexuelle contre lui. Franceinfo dresse son portrait.

La merveilleuse méthode Marvel

Début des années 1960. Madison avenue, à New York. Stan Lee est l’éditeur de la division comics de la boîte de son cousin, Martin Goodman, qui est loin d’être un philanthrope. Stan Lee commence en bas de l’échelle, en gommant les planches encrées par les grands noms de la profession. Puis en rédigeant les pages de texte dans les revues de comics, celles que personne ne lit jamais, mais qui sont indispensables pour obtenir des tarifs postaux préférentiels et rassurer les parents soucieux que leur progéniture lise de vrais livres. Petit à petit, il monte en grade, au point de signer les scénarios des séries les plus prestigieuses.

Signer les scénarios, c’est une façon de parler. Il reste très peu de traces de son travail. « Parfois, il se contentait de me donner des indications au téléphone », se souvient Jack Kirby, dessinateur et co-scénariste des Quatre Fantastiques, héros qui ont sorti Marvel de l’ornière. « Il est arrivé que je n’ai rien besoin de dire à Jack », confie Stan Lee au magazine Castle of Frankenstein au faîte de leur gloire, en 1968. Cette alchimie va se cristalliser en ce qu’on appelle la Marvel Method, comme le souligne Xavier Dupont, un des meilleurs connaisseurs de l’œuvre de Stan Lee, à qui il a consacré une conférence au dernier festival d’Angoulême.

Kirby et Lee se réunissaient le vendredi, discutaient pendant trois heures des histoires à venir, un assistant prenait des notes, et la semaine suivante, Kirby revenait avec 20 planches.Xavier Dupontà franceinfo

Tant que les bandes dessinées, qui plus est celles consacrées aux super-héros, demeurent cantonnées aux kiosques, aucun nuage à l’horizon. « Personne n’avait vraiment le temps de déposer ses créations et d’en garder les preuves, rappelle Bob Batchelor, auteur d’une biographie de Stan LeeIls étaient trop occupés à terminer leurs planches à temps et à cravacher sur leur table à dessin pour faire bouillir la marmite. » A l’époque, un Kirby est payé 25 dollars la planche, et en tombe cinq par jour pour nourrir femme et enfants. Personne ne se formalise vraiment que les Quatre Fantastiquessoient inspirés de personnages qu’il avait vendus à un autre éditeur.

Pareil pour Spiderman. Officiellement créé par Stan Lee en 1962, le plus populaire des personnages Marvel a été en fait designé par Jack Kirby, qui lui-même avait suivi l’idée de son scénariste Joe Simon…

Le créateur de comics Stan Lee en compagnie de Spiderman, dans ses bureaux de Beverly Hills (Etats-Unis), le 18 décembre 2008.
Le créateur de comics Stan Lee en compagnie de Spiderman, dans ses bureaux de Beverly Hills (Etats-Unis), le 18 décembre 2008. (JONATHAN ALCORN/ZUMA/REA)

Le Alexandre Dumas des comics ?

Les historiens des comics se muent en archéologues pour démêler qui a créé quoi. « Prenez les Quatre Fantastiques. Les premières planches ont mystérieusement disparu, ce qui fait qu’on ne peut pas savoir si Stan Lee a corrigé les dialogues de Jack Kirby dans la marge, illustre Jean Depelley, auteur d’une biographie de référence sur Jack KirbyEt quand des querelles ont éclaté sur la paternité des héros, un synopsis du numéro 8, tapé par Stan Lee, a fait surface, comme par hasard, presque huit ans après la publication. »

Reste que, quand les premiers dessins animés inspirés des super-héros Marvel sont mis en chantier, la production invite Stan Lee dans un loft situé juste à côté des studios pour qu’il supervise la fabrication. Jack Kirby, lui, reste enfermé dans son atelier. Quelques mois plus tard, la direction de Marvel et le fameux oncle Martin Goodman aux oursins plein les poches ne renouvellent pas son contrat… ce qui permet au passage de régler la question des droits d’auteur : pour Marvel, l’auteur des Quatre Fantastiques,c’est Stan Lee. Point. Et comme il est salarié de l’entreprise, sa création appartient à Marvel. Point final.

Nous sommes en 1969, et si Jack Kirby poursuivra sa boulimie de planches notamment du côté de DC Comics, grand rival de Marvel, avec un succès moindre, Stan Lee va voir s’évaporer son génie créatif et ne va plus produire grand chose de notable. Le charme est rompu. « Je compare volontiers leur association à celle entre Alexandre Dumas et Auguste Maquetson nègre, appuie Xavier Fournier. Il est établi qu’Alexandre Dumas n’a pas fait grand chose sur certains romans, à part repasser derrière son collaborateur pour changer le rythme ou retoucher un dialogue. Cela dit, quand Auguste Maquet s’est émancipé, ses romans n’ont pas volé bien haut. » Des experts quantifient à 30% le rôle de Stan Lee dans le processus créatif avec ses auteurs. Mais sa capacité à concevoir un univers complexe où les histoires des personnages s’entrecroisent – obligeant les fans à s’acheter la quasi-totalité du catalogue – relève du génie.

« Stan souffre d’un complexe de Dieu »

Le souci est qu’avec le temps, Stan Lee et son bagout a renvoyé dans l’ombre tous ceux qui ont travaillé avec lui. « On a attribué beaucoup trop de choses à Stan », regrette Gerry Conway, un vétéran de l’industrie des comics qui a commencé en 1970. « Stan souffre d’un complexe de Dieu »persifle Jack Kirby. Dick Ayers, un auteur de l’âge d’or, se souvient s’être fait enguirlander après avoir dépanné un Stan Lee débordé par un scénario urgent pour une série. Quand Dick Ayers demande à signer son travail, Stan Lee aurait éructé : « Signer ? Mais depuis quand tu as un ego ? » Pendant des années, la première page de nombreux comics Marvel était surmontée d’un « Stan Lee presents », qui n’a été enlevé qu’en 2005, plusieurs décennies après que le moustachu ait cessé de produire la moindre idée. L’affaire finira en justice – « Le procès le plus amical de ma vie »ironisera Stan Lee – et se soldera par un gros chèque de l’ordre de plusieurs millions de dollars.

Stan Lee a toujours eu une très haute opinion de lui-même. Jeune, il choisit ce pseudonyme en lieu et place de son vrai nom, Stanley Lieber. Il le préserve pour « son grand roman américain », qui ne verra jamais le jour. Quand il revient de la guerre, ses collègues essaient de le maquer avec une collègue. Au restaurant, il se retrouve face à une certaine… Patricia Highsmith, future papesse du roman policier et qui révélera au grand jour, des décennies plus tard, son penchant pour les femmes. Son commentaire de leur dîner aux chandelles en 1948 ? « Stan Lee ne s’intéresse qu’à Stan Lee. »

Deux décennies plus tard, les dessinateurs éconduits se vengent, crayon en main. Jack Kirby donne à la planète Ego, qui apparaît notamment dans les Gardiens de la Galaxie, les traits de Stan Lee, avant de le brocarder en impresario sans scrupules dans un épisode de Mister Miracle. Joe Simon, co-créateur éconduit de Captain America, scénarisera une planche humoristique où un certain Stan Me se fait une spécialité de recycler des héros créés par d’autres…

« Homère » porte une moumoute

Cette boursouflure d’ego se voit aussi sur son apparence. Petit homme chétif dans les années 1950, Stan Lee sacrifie à la mode de la moumoute pour cacher sa calvitie lors de la décennie suivante. Le succès gonflant son compte en banque, il passera aux implants. Dans les années 1970, il n’est pas rare de le retrouver avec une chemise col pelle à tarte ouverte jusqu’au nombril et des pantalons pattes d’eph à faire pâlir d’envie Claude François ou Joe Dassin. Une rock star, une vraie. « Dès qu’il y avait une occasion de briller, il ne la laissait pas passer », résume Bob Batchelor. Dans sa biographie, Joe Simon raconte que lorsqu’un étudiant l’a qualifié d’« Homère du XXe siècle » lors de ses nombreuses conférences dans les universités, Stan Lee s’est rengorgé… avant de s’empresser de faire circuler la remarque dans la presse. Joe Simon se souvient aussi d’une conversation avec « Stan the man » sur le poste de directeur artistique qu’il s’était arrogé. « Je suis le seul à avoir répondu à l’annonce », répond Stan Lee sans se démonter. « Quelle annonce ? Et le fait que tu sois de la famille du patron n’a pas joué, peut-être ? »
« Ça alors, c’est vrai ! J’avais complètement oublié. »

Le créateur de comics Stan Lee à New York (Etats-Unis), le 10 juillet 1978.
Le créateur de comics Stan Lee à New York (Etats-Unis), le 10 juillet 1978. (SANTI VISALLI / ARCHIVE PHOTOS / GETTY IMAGES)

Après des décennies de vaches maigres à zoner dans les cocktails hollywoodiens pour convaincre des acteurs de seconde zone d’incarner Spiderman ou Hulk au cinéma, Stan Lee finit par connaître un regain de notoriété grâce à l’avalanche d’adaptations de ses héros sur grand écran et ses caméos, attendus par les fans comme le banquet final avec Assurancetourix attaché à un arbre dans Astérix« Mais si Jack Kirby était encore en vie [il est mort en 1994], il serait apparu dans les films, plaide Xavier Fournier. On le voit brièvement dans un téléfilmLe Procès de l’incroyable Hulk. »

Délit de fuite

Le seul tort de Stan Lee est-il d’être resté dans la lumière plus longtemps que les autres ? Avant l’enterrement de Jack Kirby, il s’était assuré, via un tiers, que sa présence n’indisposerait pas la famille. Le cyclothymique Jack Kirby venait de le vouer aux gémonies dans une interview au vitriol dans The Comics Journal. Juste après la cérémonie, Stan Lee s’apprêtait à partir discrètement, quand Mark Evanier, l’assistant de toujours de Jack Kirby s’est précipité vers lui en criant « Stan ! Stan ! » Croyant être pris à partie, il avait décampé sans demander son reste. Mark Evanier portait le message de la veuve de Jack Kirby qui souhaitait le voir dire quelques mots à l’assemblée. Trop tard.

« La vraie injustice qui est en train de se résorber, petit à petit, c’est de reconnaître les co-créateurs des personnages Marvel au même niveau que Stan Lee. » En 2014, peu après le rachat de Marvel par Disney, les héritiers de Jack Kirby ont reçu un gros chèque en plus de la reconnaissance du rôle du dessinateur. Ironie de l’histoire, il a été récemment honoré du Bill Finger Award, une récompense prisée chez les auteurs, du nom d’un… scénariste de Batman cannibalisé par Bob Kane, le seul nom retenu par l’histoire. Pas sûr que Stan Lee, dont la fortune est estimée à 50 millions de dollars, en prenne ombrage.

Source : Ego démesuré, plagiat et coups bas… La face cachée de Stan Lee, le ‘père’ des super-héros Marvel

20180427 – Avengers : Infinity War bascule dans l’âge adulte

Avec Avengers: Infinity War, les amateurs d’action, de grand spectacle et de «space opera» vont être servis. The Walt Disney Company France

CRITIQUE – Les frères Russo signent un film guerrier, empreint d’une gravité inhabituelle chez Marvel.

Le dix-neuvième film de la franchise Marvel, Avengers: Infinity War , affiche un budget pharaonique: 480 millions de dollars. Ce qui en fait l’un des films les plus chers réalisé à Hollywood. Après une décennie prodigieuse qui a vu naître une profusion de super-héros sur grand écran, que pouvait-on attendre d’un tel blockbuster?

» LIRE AUSSI – Tout ce qu’il faut savoir avant d’aller voir Avengers: Infinity War

En réalité, on sort de ce troisième volet d’Avengers un peu groggy, fortement impressionné par …

La suite de l’article en lien ci dessous :

Source : Avengers : Infinity War bascule dans l’âge adulte

Avis Pimpf : vu le film ce Mercredi le jour de sa sortie,

ma note pour ce film varie de 3,5 à 4 / 5 . Cela reste un bon film Marvel peut être le meilleur de ces 10 dernières années, mais cela reste un film ovni pour moi , il ne correspond plus trop aux comics que j’ai pu lire, il reste un très bon film grand public et pour un public plus jeune qui découvre tout cet univers mais  il fait mention à des références qui ne correspondent pas à ce que j’ai pu lire. L’infinity Gauntlet que j’ai pu lire et le personnage de Thanos que je suis depuis son arrivée dans les histoires de Captain Marvel mon autre personnage favori de l’univers Marvel (et sublimé par l’auteur/artiste Jim Starlin par la suite) n’a pas le même aperçu , il est loin d’être aussi altruiste en somme, il a une réelle obsession pour la mort , et il ne rêve que d’être son compagnon ultime, et je ne parle pas du reste des personnages.

Bref tout cela me fait ressortir à chaque film Marvel depuis l’ère Marvel Studios ( le premier Iron Man) et encore plus depuis l’ère Disney ,comme un goût d’inachevé et de décalage. J’y vais encore les voir au cinéma en tout fan boy de comics que je suis mais je n’en sors pas sublimé , un peu comme les derniers Star Wars, je sens que ce n’est plus pour moi … j’y apprécie plus d’y aller avec mon fils ainé , car il n’a pas les comics en référence comme moi .

20170317 – On a vu « Iron Fist » de Netflix, et c’est un sublime… Iron Flop

SÉRIES TV – Après les succès de « Daredevil », « Jessica Jones » et « Luke Cage », Netflix dévoile ce vendredi 17 mars l’intégrale de la saison 1 de « Iron Fist », dernier super-héros a être transposé des comic books à l’écran par ses soins.

Si la plateforme de vidéo à la demande avait agréablement surpris en validant l’adage « jamais deux sans trois » avec son avant-dernière création Marvel, cette fois, c’est malheureusement « trois sans quatre ». On voulait y croire mais, contrairement aux adaptations précédentes, c’est raté.

Le HuffPost, qui a pu voir les six premiers épisodes de cette nouvelle série, vous explique ci-dessous pourquoi elle a tout d’un superbe flop.

Le pitch

Disparu quand il était enfant après un crash d’avion dans l’Himalaya, Danny Rand refait soudainement surface à New York quinze ans plus tard. Ses parents n’ayant pas survécu à l’accident de leur jet, le jeune homme tente de renouer le contact avec les seuls proches qui lui restent, ses amis d’enfance maintenant à la tête de l’entreprise familiale pesant plusieurs milliards et dont 51% des parts lui reviennent (la bande-annonce ci-dessous).

Sa réapparition n’est pas aussi simple qu’il l’avait espéré: personne ne veut croire qu’il est revenu d’entre les morts et qu’il peut mettre la main sur l’une des plus grosses fortunes de Manhattan. Sa tâche se complique au moment où il découvre que The Hand, l’ennemi juré contre lequel il a passé 15 ans à s’entraîner aux côtés des moines qui l’ont recueilli après le crash d’avion, est en ville et va le contraindre à invoquer l’Iron Fist, force mystique qu’il peut maîtriser pour rendre l’un de ses poings surpuissants.

Un poing de fer qui sonne bien creux…

Le problème qui saute aux yeux avec « Iron Fist », c’est qu’il n’y en a pas. Chacune des adaptations précédentes de Marvel sur Netflix mettait en avant un conflit intérieur, social, un traumatisme. Matt Murdock s’interrogeait sur le bien fondé de devenir Daredevil alors que ses convictions religieuses s’y opposait, « Jessica Jones » mettait en scène la puissance des séquelles des violences faites aux femmes, Carl Lucas alias Luke Cage nous plongeait à pieds joints au sein d’une communauté noire. Mais chez Iron Fist? Rien.

On se demande bien quel est le message de fond ou l’originalité quand on se retrouve à regarder des gens riches, beau et blancs qui arpentent en costumes les bureaux de leur gratte-ciel ou les étages de leur appartement au coeur de Manhattan, sans se poser aucune question existentielle.

Même après avoir visionné six des treize heures de la saison 1, pas l’ombre de tout cela.

.. La suite sur l’article du Huffington Post  en lien ci dessous :

Source : On a vu « Iron Fist » de Netflix, et c’est un sublime… Iron Flop

 

Avis Pimpf : je me ferai mon avis personnel car  de tous les personnages présentés sur Netflix Iron Fist est mon favori,  il fait partie de ma liste de héros Marvel  que j’apprécie ( et elle se réduit vu comment Marvel tue ou se débarasse de mes héros favoris ces dernières années). Pourtant le conflit et les histoires sombres existent bien autour du personnage de Daniel Rand ( il suffit de lire les comics) 😉

20161129 – Captain America : Marvel vient-elle de teaser l’identité du remplaçant de Chris Evans ? – Actualité Film – EcranLarge.com

Avengers : Infinity War: Si Doctor Strange fut une agréable parenthèse dans le Marvel Cinematic Universe, il y a quand même Avengers : Infinity War qui se profile. Et qui vient de révéler une image

Source : Captain America : Marvel vient-elle de teaser l’identité du remplaçant de Chris Evans ? – Actualité Film – EcranLarge.com

Avis Pimpf : il suffit de lire les comics on sait bien que Bucky le succède pendant un moment, et même Sam Wilson le Faucon qui sont tous deux dans le dernier opus de Captain America, donc les successeurs de Steve Rogers sont déja en place