Captain America (DVD / Blu-Ray) (1990)

J’ai vu récemment cette adaptation des aventures de Captain America des années  90.

Ils ont voulu faire un film sur ce personnage Marvel mais avec des moyens très dérisoire, pour vous donner une idée les épisodes de la série TV Hulk avec Lou Ferrigno pourraient presque passer pour des chefs d’œuvre à coté de ce film.

L’un des points positif  de ce film c’est que l’on respecte assez  fortement les origines de Captain America, en présentant un Steve Rogers frêle et boitant qui veut s’engager dans l’armée lors de la seconde guerre mondiale et participer à un programme qui fera de lui le premier super soldat d’une armée puissante luttant au nom des États-Unis d’Amérique.

Captain America/ Steve Rogers est interprété par Matt Salinger , qui physiquement tient la route mais n’a pas non plus une air à avoir inventé le fil à couper le beurre…

Le film a comme producteur exécutif Stan Lee lui-même , mais ce film ne contient pas de cameo de gens de chez Marvel , ce n’était pas encore à la mode à l’époque.

Quelque petites références sont faites comme un des colonel qui s’appelle Kirby, une référence claire à Jack « The King »  Kirby qui est un des créateurs et le dessinateur originel du personnage.

Les éléments négatifs du film sont du au fait qu’ils ont voulu donner un coup de « jeune »  à Captain America, le faisant ainsi apparaitre dans les années 90 et combattre un Red Skull  / Crâne Rouge qui ressemble plus à un boss de la mafia qu’au personnage des comics ( d’ailleurs dans le film il  a soi disant subi une opération esthétique afin de lui rendre une apparence un peu plus « normale »)

Le reste des jeu d’acteurs est très léger… on retrouve  l’acteur Ronny Cox dans le rôle du président des États-Unis qui se fait enlever facilement par le Red Skull , et qui n’hesite pas à combattre  et à tuer du  vilain ( un président guerrier précurseur à celui d’ « Independance Day »)

Les acteurs jouant les rôles de filles de Red Skull et de Sharon Carter sont plutôt jolies mais assez insignifiantes… et les combats  finaux dans le film frisent le ridicule ( ça mériterait presque de figurer dans l’émission « Bienvenue à Nanarland » sur Allociné).

Bref Un essai raté pour Marvel qui n’a pas rencontré un grand succès.

Note finale : 5/10 (principalement pour avoir respecté l’esprit et les origines des personnages)

Film (DVD / Blu-Ray) : Captain America (serial)

J’ai eu l’occasion d’acquérir le DVD du serial des aventures de Captain America qui passaient à la TV américaine en 1944.

Les serials étaient les ancêtres des séries TV  d’aujourd’hui ils avaient pour caractéristiques  d’avoir une histoire qui se déroulait au fur et à mesure des épisodes les liant les uns aux autres et ayant ainsi une trame globale (aujourd’hui les séries tel que 24 h sont un peu dans cette veine) il fallait ne pas louper un épisode afin de bien comprendre la trame complète de la série.

Cette série était réalisée par la compagnie Republic Serial qui avait décidé de ne reprendre  que l’idée du personnage de Captain America. Ils ont par contre changé tout le reste :

– Tout d’abord exit Steve Rogers , ici Captain America est incarné par Grant Gardner , qui est procureur (District Attorney) ce qui lui permet de lutter doublement contre le crime.

– De plus ici pas de version du sérum du Super Soldier, C’est juste un homme normal qui se bat contre le crime (incarné par le vilain Scarab que l’on découvre dès le début de la série) et se prend souvent de sacrés tannées lors de ses combats

– Il n’a pas de bouclier (erreur ultime !!!)  , il utilise parfois un pistolet. Et ici il combat le crime aux USA et ne combat pas les Nazis comme le personnage de comics de l’époque.

– De plus il faut avouer que Grant Gardner n’a pas vraiment le physique su super athlète il est limite un peu bedonnant (un peu à la manière du Batman des années 60 à la tv) et ses scènes de combat sont loin d’être vraiment convaincantes…

– Ici Captain America n’est pas épaulé par Bucky mais par sa secrétaire Gail Richards (interprétée par Lorna Gray) qui fait limite plutôt penser à l’interaction entre le Green Hornet et sa secrétaire ou Superman avec Lois Lane…

Bref cette très ancienne série est vraiment à voir en prenant pas mal de recul, ne pas trop prendre en compte la différence importante qu’il y a entre le comics et la série et plus pour une pièce de souvenir de la tv de cette époque à réserver aux fans du personnage de Captain America.

Note finale : 6,5 /10

Film (DVD/Blu-ray) : THE PUNISHER (2004)

Marvel a voulu offrir un « reboot » / une renaissance de son personnage du Punisher en  2004.
Ils ont trouvé leur acteur en la présence de Thomas Jane pour incarner Franck Castle..
Afin d’ajouter un peu de consistance au casting ils ont recruté John Travolta pour invoquer le vilain  Howard Saint, le « parrain » de la pègre locale.
Ce film comparativement aux autres adaptations du Punisher a le mérite de montrer qui est le Punisher, démarrant le film alors qu’il est encore un flic en mission d’infiltration dans le milieu de la pègre.
Le seul souci est que sa dernière mission qui devait permettre de mettre fin à un trafic d’armes a causé la mort d’un fils d’un gros boss de la pègre  Howard Saint, incarné par John Travolta.

Saint va alors traquer celui qui a contribué à la mort de son fils et trouvé que Castle était un flic infiltré  lors de cette échange infructueux. Il décide avec sa femme (La belle et pulpeuse Livia Saint incarnée par  Laura Elena Harring qui a aussi été mise  en avant par David Lynch dans « Mulholand Drive »).
Castle va ainsi voir sa femme, son fils mais aussi  le reste de sa famille  ( dont son père incarné  par Roy Scheider – « Dents de la mer ») tué sous ses yeux par les membres du clan de Saint.
Il va en échapper par miracle, gravement blessé et laissé pour mort par les tueurs.

Il va utiliser un t-shirt noir décoré d’un crane blanc qui lui a été  offert par son fils.
Après avoir récupéré  physiquement Castle va tout faire pour obtenir sa vengeance et  éliminer l’ensemble des  membres du gang de Howard Saint le poussant même à douter de ses proches, en particulier  sa femme et son homme de main…

L’esprit du Punisher est bien présent dans le film on vraiment mis en avant le coté effet spéciaux sans trop en faire et les scènes de combat paraissent vraiment réelles sans être surfaites et  tomber dans les litres d’hémoglobine répandus  au travers des scènes…
Ils ont même pensé à ajouter une touche féminine par la présence de Rebecca Romijn, l’ancien top modèle qui a aussi incarné le personnage de Mystique dans la trilogie des  films sur les X-Men.

C’est ce qui est agréable dans ce film le personnage colle à l’image que l’on en a dans les comics. Professionnel, vengeur, efficace mais pas un super humain, il s’en prend plein la tronche face à certains tueurs à gage et autres malfrats, et ressort parfois blessé, écorché et pas en bon état ce n’est pas un super héros MAIS il est guidé par sa vengeance et c’est ce qui le motive à aller plus loin…

C’est aussi un personnage à la psychologie fragile et bouleversé, et le fait d’avoir réellement montré l’évolution du personnage depuis le début du film aide à mieux le comprendre et  l’appréhender.

John Travolta y joue un rôle plutôt en tant que vilain, bien que n’étant pas sa meilleure prestation mais après tout on ne lui en demande pas plus.

Thomas Jane y incarne un très bon Franck Castle, dans un registre différent de ce qu’avait pu faire Dolph Lundgren , mais les caractéristiques et l’iconographie du comic book sont présentes ; cela colle bien à son interprétation et à son look.

Note finale : 8/10.

Film (DVD/ Blu-ray) : Punisher (1989)

Sur la fin des années 80  (1989 pour être précis) une des premières adaptations d’un personnage de MARVEL se fait enfin sur grand écran et je m’en souviens pour l’avoir vu à l’époque au cinéma.

L’acteur Dolph Lundgren qui s’était fait connaitre surtout pour son rôle dans le film Rocky prend ici le rôle de Franck Castle l’ancien flic dont la femme et les enfants ont été tués par la mafia / la pègre.
Ce film était pour moi une bonne réussite et une bonne adaptation  de l’univers du Punisher, se cachant dans les bas fonds  et les égouts de New York  lui permettant d’accéder facilement à toute la ville.

Le film ne fait pas dans la dentelle et montre que le Punisher n’est qu’un homme très bien entrainé qui applique une vendetta contre les membres de la pègre qu’il accuse d’être directement ou indirectement coupables d’avoir provoqué la mort des siens.

Ce n’est pas non plus un super héros il souffre réellement quand on le frappe, lui tire dessus et  se fait attaquer au couteau. Seul son entrainement lui permette à chaque fois de faire autant de victimes et d’éviter de se faire tuer à chacune de ses attaques surprises
L’autre acteur connu de l’époque est Louis Gosset Jr dans le rôle de Jake Berkowitz qui joue le rôle de l’ancien coéquipier de Franck Castle , toujours actif dans la police.

On entend Dolph Lundgren en voix off, afin de mieux faire comprendre l’état d’esprit de Franck Castle et pourquoi il mène cette guerre contre la pègre. Cela collait bien à l’ambiance ressenti dans les comics du Punisher de la même époque. Car Castle est un homme peu expressif  si ce n’est par les armes !

Les scènes d’actions sont bien menées et l’approche du personnage du Punisher et assez clair  le public vient vite à cerner ce personnage de justicier aux méthodes un peu extrêmes mais ceci sans avoir recours à des scènes de violence inutiles  (ou du moins juste ce qu’il faut pour coller un peu au comic book)
L’ajout d’un acteur connu tel que Louis Gosset Jr dans le role de Jake Berkowitz l’ancien équipier de Franck Castle fait que cela ajoute au casting des personnages connus du film mais son rôle est un peu réduit.
Je me souviens de mon impression de l’époque d’avoir vraiment vu un film réflétant bien l’univers du Punisher de l’époque, le seul point que l’on pourrait mettre en avant est que bien sur le film a un peu vieilli pour son look très 80’s  et le fait qu’il n’est pas facilement trouvable en DVD  sur le marché français   ( j’ai pu l’avoir via le marché d’import sur le site amazon uk).

Le seul point qui a été un peu oublié c’est le look super héros et le signe d’identification du Punisher le crane sur fond noir que l’on ne voit dans le film que présent sur les poignards qu’il utilise et pas présent dans sa tenue, et c’est un peu dommage.
Un jour peut être Marvel décidera de sortir un coffret des 3 films consacrés au Punisher et celui-ci y sera en version remasterisée.

Note finale : 7/10.