Pimpf (Personnel) : Mon identité.. Nationale… Européenne… Internationale…

Mon identité.. Nationale… Européenne… Internationale…

drapeaux_mondiaux

J’ai longtemps pensé à mon “identité” un peu comme tout le monde je pense, en plus c’est un des sujets récurrents qui revient en France tant d’un point de vue social que politique.

Je n’aurais pas la prétention d’aborder LA vérité, mais en tout cas Ma vérité , mon cas et ma vision personnelle.

Je suis le  résultat  de cette mixité d’origine et d' »identités », mes parents sont portugais , nés au Portugal et venus en France dans les années 60 pour chercher un travail et des conditions de  vie meilleure ( le Portugal vivait encore sous la dictature du gouvernement de Salazar et vraiment à un rythme d’un autre âge).

 Moi je suis né au début des années 70 en France, en province dans la Sarthe mais rapidement on est venu vivre à Paris dès le milieu des années 70 depuis c’est la que j’ai grandi, j’ai suivi comme n’importe quel enfant mon parcours scolaire,mon parcours militaire, ma vie professionnelle et ma vie personnel ainsi que mon  quotidien dans les rues de Paris.

Ma relation avec mes racines portugaises était bien sûr à la maison avec mes parents puisque nous parlions aussi bien français que portugais  que du frantugais ( un fabuleux mélange des deux langues dont nous  jouons encore aujourd’hui avec envie et qui laisse perplexe ma femme encore aujourd’hui qui se demande comment on fait pour faire le tri, nous sommes capable de switcher entre les 3 modes lors d’une même discussion)

 

L’autre moment de rattachement aux racines est lié aux évènements festifs de l’année qui nous permettait de nous réunir tous entre amis et famille proche présents en région parisienne, car oui nous sommes finalement nombreux dans le coin, et la les fameuses journées et repas d’où on a l’impression que l’on ne quitte jamais la table tellement le repas est long suivi des longues discussions des parents  chargés de souvenirs et à refaire le monde autour de la table… )
Je pense que beaucoup d’entre vous doivent connaître ce genre d’ambiance… c’était la aussi l’occasion de goûter de nouveau aux plats du pays préparés avec amour et attention par mère, tantes, cousines, rien que d’y penser ça me donne l’eau à la bouche tout ces bons plats, ces entrées soignées et décorées, attention pas de chichi pas de cérémonies ( ou presque) mais tout à la bonne franquette avec juste l’envie de présenter des jolies plats en grande quantité et de passer un bon moment tous ensemble à table (Noël, Paques, les anniversaires, les baptêmes,etc…)

 Le dernier grand rattachement aux racines était le moment des grandes vacances, car mes parents, travaillaient toute l’année pour partir 4 à 5 semaines durant l’été et prendre la voiture se faire les 1500 km de traversée de la France, du nord de l’Espagne et rejoindre la région du Portugal d’où mes parents sont originaires, du district de Bragança dans la région de Tras os Montes au Nord Est du Portugal.

 La bien sûr j’y retrouvais mes oncles et tantes encore présent, ma grand mère maternelle, mes grands oncles, à l’époque encore tout petit mon arrière grand père paternel bref  tout un pan de ma famille qui me lie au Portugal.

Mais le retour au Portugal n’est pas toujours simple, on passe du coté très citadin de Paris au coté rural et campagnard du petit village d’où sont originaires mes parents. J’ai vu arriver depuis ma petite enfance, l’électricité dans les maisons du village, l’eau courante aussi dans chacune des maisons, on aurait l’impression que je décris une époque archaïque et pourtant je pense que dans certains coins paumés de France, certains villages n’étaient pas mieux lotis à la même époque, même si globalement je pense que le niveau de confort en général était mieux.

 Bref pour en revenir à ce retour au petit village du Portugal à accompagner  mes cousins à sortir les vaches dans le pré, aller cueillir les fruits, les patates, le coté campagnard de ces vacances me plaisait bien mais que pour les vacances, mon coté citadin reprenait le dessus et je ne me voyais vraiment pas rester vivre la. Un des points qui m’avait choqué étant enfant est que dès qu’on revenait au Portugal pour les vacances dans une maison que mes parents avaient construites eux mêmes nous n’étions pas réellement les enfants de retour au pays, non pour certains et des fois même pour des membres de nos familles nous étions les “français” qui venaient passer leur vacances au Portugal, les proches des fois faisaient la remarque sans vouloir blesser, mais malgré tout la remarque pouvait choquer.

 De retour à Paris après les vacances estivales nous redevenions les portugais de retour du pays .

Suite à ces remarques que vous allez sûrement dire anodines, comment devons nous nous sentir ? de retour au Portugal nous étions les français , en France nous ne sommes “que des portugais”  quelle est la mon identité, je trouvais ces commentaires plus que particulier.

Pour ma part d’un point de vue “légal” la réponse était toute donnée, j’étais portugais, je ne possédais que des papiers d’identité portugais  car à l’époque malgré le fait d’être né, élevé et éduqué en France je n’avais pas le droit à la nationalité française. J’ai même eu droit à l’age de 16 ans de faire ma carte de séjour portugaise pour résider en France, par contre j’ai eu l’occasion de  faire en même temps mon dossier de demande de nationalité française afin de pouvoir être à 18 ans , l’âge adulte civil et d’acquérir la nationalité française.

 Je l’ai fait et j’ai du à l’époque  obtenir tous mes papiers et certificats scolaires, mes parents ont du faire des papiers justifiant qu’ils étaient bien la depuis toutes ces années afin que je puisse avoir cette nationalité française , moi né , élevé et éduqué dans ce pays. C’était la loi il fallait l’appliquer mais déja je dois avouer que je trouvais cela injuste , je n’étais pas déclaré en douce à l’école mes parents avaient suivi les règles, eux mêmes ont toujours suivi les régles et travaillé  légalement e France, donc ils ne se cachaient pas de leurs activités ni de de leur présence dans le pays alors pourquoi devoir de plus prouver que j’étais bien dans ce pays dont je suivais les règles à la lettre ? bref… la loi est faite ainsi il fallait la suivre.

 Je dois avouer que le sujet de mon identité a  surtout commencé à me titiller lors de mon adolescence. pourquoi  allez vous me dire ? vous aurez deviné que tout simplement  c’est une des périodes de sa vie où on se remet facilement en cause.et moi la dessus je n’étais peut être pas à l’aise, incertain comme beaucoup d’ados de mon âge.
Un des points qui aujourd’hui me font mal est qu’à cette époque je n’assumais peut être plus très bien cette identité portugaise, non pas à cause de mes parents, mais du fait que cette différence, ne me faisait pas appartenir au “moule” que l’on souhaite voir appliquer aux enfants et  aux citoyens français.

Pourquoi moi je n’avais pas le droit d’être français et pourquoi l’administration même à l’école n’arrête pas de nous rappeler nos différences, que ce soit  des mots anodins, des petites remarques ou sourire narquois, on sent des fois un petit coté “raciste gentil” dans les remarques. J’imagine des choses ? non je ne crois pas et je vais vous expliquer pourquoi, j’ai cette “chance”( si on peut appeler cela comme ça) d’avoir un prénom et nom de famille qui font tout à fait “français” et qui ne porte pas de connotation d’origine portugaise ( genre Joao ou Roberto da Silva, je n’ai rien contre les Joao ou Roberto Da Silva, je donne un exemple au hasard) souvent même on me prenait pour un breton car mon nom de famille est courant en bretagne ( il est courant au Portugal aussi car c’est un nom avec de fortes origines celtes et il y a une forte présence celte dans le nord du Portugal dont il reste encore aujourd’hui des vestiges) .

Vous vous demandez sûrement la ou je veux en venir, et bien c’est simple, dans certains conditions certaines pensant que j’étais un bon “petit français”  se permettaient de faire des remarques désobligés sur les personnes d’origine étrangère et ça me choquait, par contre lors de traitement pur administratifs certains se retrouvait gênés du fait d’apprendre que  j’étais portugais et que leurs remarques étaient déplacées. Je râge aujourd’hui avec le recul de ne pas avoir osé leur rentrer dans le lard et leur reprocher  leurs remarques, mais cela ne sert à rien aujourd’hui j’aurais du le faire à l’époque et vaincre ma timidité …

J’ai eu quelques cas que ce soit à l’école, ou je ne mettais pas cela en avant ou j’ai eu des cas un peu similaire, je me souviens d’un évènement en particulier cela avait été la visite de la centrale nucléaire de Saclay quand j’étais au lycée, un des points qui m’avait choqué c’est que tous les enfants étrangers ou du moins ayant des noms de famille ou prénom à origine étrangère n’avait été pris dans la liste des étudiants sélectionnés pour aller visiter la centrale, moi avec le fait d’avoir un prénom et nom de famille passe partout j’y étais allé ! ça m’a marqué énormément à l’époque.

De même dans le cadre du travail j’ai longtemps été méfiant  et n’ai pas annoncé ou voir même pas fait du tout mes origines étrangères au boulot, j’ai eu ainsi l’occasion d’assister quelques fois à des remarques hypocrites de certains qui quand personne d’origine étrangère ne se trouve près d’eux ( ou du moins ils le pensaient fortement) se permettent de faire des remarques racistes mais sous le ton de l’humour, et clairement l’humour forcé. Par contre ces fois la sans révéler mes origines j’ai eu au moins la présence d’esprit à l’époque de faire remarquer que ces remarques étaient déplacées , mais très souvent ce genre de personnes font valoir un “sens de l’humour différent que je ne comprends pas”… Cela peut surprendre et imaginer que c’est moi qui me fait des films dans la tête mais vous faites  bien la différence entre une note d’humour  et la remarque raciste masqué sous raison d’humour de mauvais goût.

Bref ces temps la semblent déjà un peu lointain derrière moi car aujourd’hui j’assume complètement mes origines et ma nationalité , je suis franco portugais  selon moi et d’un point de vue légal, j’ai les deux nationalités et j’y tiens, car aujourd’hui autant je me sens français car je suis né et j’ai grandi ici mais je suis aussi portugais car très attaché à mes racines et mes origines familiales, j’ai eu de plus la chance de pouvoir gratter un peu plus et en savoir plus sur mes origines, le coté celte très présent du coté de ma famille paternel et très ancré dans la région Nord Est du Portugal et  des racines espagnoles et peut être aussi italienne du coté de la famille de ma mère…

Je viens à ajouter cela aujourd’hui un point non négligeable qui est mon fils qui a accentué ces origines et cette identité, ou pour moi il est l’exemple de cette mixité, par mon épouse il récolte des origines polonaises, belges et du nord de la France , par moi l’origine Portugaise/ Espagnol/ Italienne … alors il est le vrai fruit de cette mixité même à des degrés lointains qui passent en France.

J’ai fait bénéficier à mon fils la double nationalité française et portugaise qui pour moi sera un atout dans son avenir, je lui parle Portugais presque exclusivement depuis qu’il est tout petit car cela lui servira quand il sera plus grand ( moi grâce au fait d’être bilingue de naissance cela m’a facilité les choses pour aujourd’hui parler, écrire normalement en français, portugais, anglais, espagnol, italien, ça m’a beaucoup aidé à l’école)

Quand j’entends fréquemment les discours du front national je me sens visé par leurs remarques, car d’une certaine manière je fais partie ou je suis descendant de ce gens qui viennent piquer le boulot de ces français de “pure souche” ( qu’est ce que ça veut dire d’ailleurs être français de pure souche justifier d’un arbre généalogique sur 15 génération de personnes à la nationalité française établie et reconnue ? je me demande…) même si ces gens travaillent honnêtement, et légalement en France…

 Je souhaite de par ma  vision qui n’est surement pas parfaite mais qui est ce qu’elle est faire bénéficier à mon fils de ma vision du monde, de lui faire prendre conscience à quel point il est riche en diversités et qu’il faut savoir les valoriser. Je ne suis pas pour le communautarisme à outrance, mais il est normal pour les personnes immigrés de vouloir conserver un lien des traditions qui les lient à leurs racines et à leurs identité.

 Moi aujourd’hui de mon coté français je ressors cette passion pour l’art , l’histoire et la bonne bouffe, mais du coté portugais de cette passion de la découverte des autres de voir du monde, de l’humilité et de la simplicité mais aussi peut être de ce coté fataliste et à prendre sur soi très commun chez les portugais. Je me sens aussi européen dans le sens géographique du terme, je ne me reconnais moins dans cette Europe économique qui ne tient pas la route,, mais plus dans cette approche européenne des peuples et de la culture qui est celle qui pour moi a le plus de sens. je me sens aussi citoyen du monde, car même si nous n’avons pas tous les mêmes cultures et les mêmes traditions  mais c’est dans l’échange et le partage avec les autres je pense que nous pourrons tous progresser. Je me sens aussi citoyen de la Terre, ce qui me permet aussi de relativiser car au final nous ne sommes même pas un grain de poussière à l’échelle de l’univers, et ça nous devrait faire prendre du recul et moins se prendre la tête, mais c’est la une tâche ardue car le propre de l’homme est et sera toujours de se remettre en cause afin de pouvoir avancer et progresser.

 Voila c’est un des rares billets que je poste ou je me révèle un peu ça m’arrive rarement, mais celui ci ça fait longtemps qu’il me trotte dans la tête, si vous avez réussi à lire tout cela je vous remercie et vous félicite 🙂

Pimpf.
Enjoy…

21 réflexions au sujet de « Pimpf (Personnel) : Mon identité.. Nationale… Européenne… Internationale… »

  1. Très beau billet mon chéri. Je peux témoigner, cela faisait longtemps que tu avais besoin d’écrire ce ressentit qui fait partie intégrante de ta personnalité. Depuis que je porte ton nom de famille, moi-même j’ai pu vivre des expériences, dans une moindre mesure, où les gens sont surpris d’apprendre l’origine portugaise et non pas bretonne. De mon coté, il est certain que j’aurai une toute autre expérience dans mon enfance si accolé à mon nom de famille (d’origine polonaise), mon aeuil n’avait pas fait rajouter une particule. Dans un style très différent, j’ai expérimenté la « discrimination » positive de part cette particularité historique. Pour ma part, ce que j’exècre ce sont les généralisations, les petites phrases qui ont pour vocation de mettre les individus dans des cases. Cela va pour moi à l’encontre de ce qu’est l’individu : un mélange unique issue de ses origines, de son environnement tout au long de sa vie, de ses expériences, des médias, des modèles… Certes, les origines peuvent apporter un marqueur fort sur certains traits de caractère, mais pourquoi en faire un stigmate ? On en revient au débat philosophique sur la « normalité ».

    Aimé par 3 personnes

    1. Merci ma belle de ta réponse en effet ce sujet trotte dans ma tête depuis très longtemps sans vouloir asséner une vérité absolue mais ma vision dzs choses. Beaucoup de fils d’immigrés ont sûrement eu des parcours pire que le mien et plus difficiles mais je tenais aussi à partager mon point de vue et ma vision des choses surtout depuis la venue de notre fils dans nos vies . Merci de ton soutien.

      Aimé par 2 personnes

  2. Et bien là je dois dire que je suis sur les fesses !!!! wahouuuu
    je rattape mon retard énormissime en lecture de billets et j’attaque ton blog ! J’tais prête à te dire « je passe enfin mais je ne commenterai pas partout parce que je suis trop en retard » mais LA il m’est impossible de ne pas m’arrêter !
    c’est un très joli billet, plein de tout, d’émotions, de ressentis, de coup de gueule, de tout quoi et c’est terriblement agréable !!!!
    On découvre un peu le Pimpf rieur avec ses blagues, le Pimpf coquin qui nous sort de son chapeau des pin-ups de tout style, le Pimpf musicien … on a là un billet sur une personne que j’appréciais déjà mais que je suis contente d’avoir croisé et de suivre 😉
    Un pur plaisir !!!
    Puce et Pimpf, je vous embrasse très fort tous les deux sans oublier bien sûr P Junior…
    Un très beau billet… très sympa !!!!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Blue j’apprécie beaucoup ton commentaire c’est en effet un des rares billets ou je montre un peu plus de mon côté en dehors des pin up , des blagues, des comics , de la science fiction. Un blog perso comme le mien n’a pas vocation à être grand public et à plaire à tous je ne partage que ce que j’aime ce qui m’interpelle et me fait rire et la je parle un peu de moi. Ravi que cet aspect te plaise car c’est un sujet important ppur moi 🙂 Avec le temps qui passe je prete plus attention à mes racines mes origines et ma diversité d’identité c’est ce qui fait ce que je suis aujourd’hui mais aussi ce que je souhaite transmettre à mon fils 🙂 Bises

      Aimé par 1 personne

  3. Merci …
    C’est un peu mon histoire aussi et celle de ma fille.
    Le fait d’avoir un prénom et un nom dits « français « mais des origines différentes (sans parler de la couleur de peau)…
    A chaque fois que j’entends le FN, je pense à mon papa traité si souvent de « bougnoul » – à ma fille qui est métisse guadeloupéenne..Bref, tu l’auras compris; français oui mais…..

    Aimé par 1 personne

    1. Merci de ton retour. je pense qu’il y a malheureusement un relent raciste en France qui.ne consiste pas la majorité ( du moins je l’espère sincèrement) mais il est suffisamment présent pour être néfaste à long terme. Je pense que si justement j’aurais eu une autre teinte de peau je n’aurais pas eu la « chance » d’entendre certaines remarques blessantes de certains qui en se croyant avec « les leurs » osent se lacher un peu plus sur leurs amis, leurs collègues, etc… malheureusement la bêtise humaine est présente partout et à tout niveau social.
      On constate souvent que.kes gens ont peur ou rejette leurs craintes sur ce qu’ils ne connaissent pas ou ne comprennent pas. J’ose à peine imaginer les remarques que ton père et toi et fille a déja du entendre. Merci de ton commentaire

      Aimé par 1 personne

      1. Hélas, oui, il y a des gens « racistes » (même si le mot me gêne, car je ne connais qu’une race: la race humaine)….
        Oh, mais devant moi, ces mêmes personnes ont osé se lâcher comme tu le dis.( Je suis très claire de peau, contrairement à mon papa). Et pour anecdote, j’ai eu un jour un gros problème avec une nounou quand ma gosse était petite : son mari tenait des propos discriminatoires (surtout sur les blacks). Or, comble du paradoxe, elle gardait en + de ma fille métisse , une petite fille africaine….
        Bref….
        Et je ne te dis pas ce que j’ai pu entendre quand certaines personnes ont su que j’étais avec un noir (dont j’attendais un enfant…) à l’époque…(même séparée de lui, c’est moi qui subis les moqueries, c’est incroyable!)
        Bon, heureusement, il y a des AUSSI des gens formidables partout: des gens qui acceptent toutes les origines, toutes les religions, toutes les différences….
        C’est ça qui nous faire avancer ^^
        Merci de ton post une nouvelle fois.

        J'aime

  4. Mon cher ami, c’est avec plaisir que j’ai lu ton post, 2 fois. j’avais l’impression de revivre dans le passé. il n’y a que 3 détails où je ne m’identifie pas forcément, Dame nature ne l’a pas voulut.
    1 – J’ai un prénom et un nom de famille bien portugais et je l’assume même si j’en ai souffert durant les 24 ans et demi que j’ai vécu en France. Je serais curieuse de connaître ton nom et prénom et comment tu as pu passer au travers de la pluie!
    2 – Je suis née au Portugal, par accident, puisque mes parents vivaient déjà en France et ce depuis 3 ans. Donc revenir vivre au Pays natal et retrouver mes origines me complète.
    3 – La dernière chose qui me différencie de ton billet, c’est que en France, j’ai toujours vécue à la campagne. La vie citadine, je ne connais pas.
    L’extrait qui m’a fait sourrir, c’est a mistura des langues, c’est exactemente isso. E quando os nossos parents nous grondaient ça ne parlait que le português…. pareil para toi?

    Un billet bien émouvant où tu nous as fait partager un peu de toi.
    Mes amitiées à ton épouse et à ton fils.
    Isaura

    J'aime

    1. Ola Isaura muito obrigado por o teu comentario,
      Pour répondre à tes remarques j’ai un prénom portugais enfin qui existe au Portugal quand à mon nom de famille il est typique aussi la bas, il existait même au Portugal sous un nom d’entreprise qui l’écrivait sous ses deux variantes genre Tomaz,Tomaz & Tomas ( ce n’est qu’un exemple)
      Pour ma part j’ai qund même passé presque un an au Portugal mes parents ayant tenté un retour au pays qui ne s’est pas concrétisé. Mais depuis les vacances d’été etaient aussi le moment aue j’attendais pour revoir la famille et me resourcer même si parfois j’avais du mal à l’admettre.
      Pour moi le retour au Portugal à la campagne depuis tout petit m’a justement aidé à ne pas avoir qu’une vue citadine à la bobo, je me souviens de sortir les vaches au près avec mes cousins, de se balader à travers les champs, d’aller meme sortir les troupeaux de moutons ou de chèvres, ça changeait du côté citadin vivant dans des coins betonnés ( bien que mes parentq allaient souvent en foret au bois le weekend le vert et la campagne leur manquant)

      Sinon sim eu pratico le fratugais ainda tous les les jours, et surtout com mes parents , ou il faut sair as poubelles la em baixo e pensar bem a fermer o saco… 😉 rien que dans ma famille et mes proches on est très nombreux à le pratiquer mais parfois chacun avec ses variantes 😉 Et je te confirme les auelques fois ou je me faisais gronder c’était bien souvent en portugais. amitiés et de bientôt , obrigado de ter comentado este bilhete 🙂

      J'aime

  5. J’ai moi aussi un nom polonais avec une branche paternelle polonaise et une branche maternelle moitié italienne moitié belge. On pourrait croire que mes grands-parents et parents ont été les seuls à vivre le fait d’être ceux qui volent leur travail aux français, à être dits sales, mais même moi, j’ai vécu ce racisme. Et pourtant, pour intégrer leurs enfants parfaitement, ce sont des gens qui ont cessé de parler leur langue, pour couper tout lien culturel qui pourrait créer des obstacles. Mais ça n’empêche pas. Quand quelqu’un veut trouver quelque chose, il n’a aucun mal. Si ce n’était pas ça,  » sale polack », ce serait autre chose. Heureusement, il y a ça. Les enfants d’immigrés comme nous sommes de plus en plus perplexes sur la notion d’identité, et ce sont des questions qui prendront encore plus d’ampleur à l’avenir, je pense.
    Enfin, par chance, peut-être, avoir des origines italiennes et polonaises, c’est devenu cool, maintenant..

    Aimé par 1 personne

    1. je ne sais pas ce qui est cool ou pas , mais le fait tout comme toi et mi d’être des enfants de culture différentes et de cumuler avec l’identité française est une chance selon moi, cette ouverture à ces cultures étrangères a toujours été pour moi une des richesse de la France et un point qui est rejeté par ces partis extrémistes qui ne font que rejeter tous les ennuis sur les étrangers avec des propos se basant sur des données faussées. Mon fils est aussi un produit de différentes cultures, j’espère que cela lui sera utile et je ferais tout en oeuvre pour lui faire comprendre que c’est une richesse pour lui et non un handicap. Des racistes profonds et bien cachés comme toi et moi avons pu rencontrer il y en aura toujours malheureusement, il faut juste éviter que leur nombre devienne important.

      Je revoyais dernièrement le documentaire appelé « Apocalypse » produit par France TV, sur la 1ère et 2ème guerre mondiale ainsi que sur la montée au pouvoir de Hitler, à l’époque on n’a pas voulu croire que ce genre de fou pouvait un jour monter au pouvoir et profiter des circonstances politiques ou les forces en oeuvre étaient bien en place et s’imaginait bien protégés, j’espère sincèrement que nous ne viendrons pas à reproduire les mêmes circonstances dans les pays du monde en ce moment en conflit ou en difficulté car la marge est très fine et la comparaison avec ces évènements très proche je trouve.

      Il y a quelque chose qui doit se réveiller en France et vite pour ne pas reproduire les mêmes erreurs du passé ( l’histoire tend malheureusement à nous apprendre qu’on oublie souvent vite ce qui nous mène à entrer en conflit…)

      J'aime

  6. Ça me fait penser que j’ai acheté un film sur des Portugais, la cage dorée, mais il ne m’a pas du tout fait rire. Ces personnes honnêtes et travailleuses qu’on exploite ainsi, je n’ai pas pu le supporter et j’ai arrêté bien avant la fin. Si tu as aimé ou connais quelqu’un qui aime et qui ne l’a pas, je le donne volontiers.

    Aimé par 1 personne

    1. Tu seras surement surprise de savoir que ce film a été un énorme succès auprès la communauté portugaise , pourquoi? me demanderas tu et bien elle regroupe vraiment les vrais clichés sur cette population portugaise plutôt silencieuse dans la vie française, qui est arrivé ici pour travailler dur et faire leur vie. on retrouve dans ce film les deux grands secteurs ou les portugais se sont investis en France,le ménage (avec le métier de concierge) et le batiment, souvent ouvrier au départ pour finir souvent chef de chantier en fin de carrière, ce qui semble assez logique. ce film a plu car il montre le parcours assez classique d’une famille Portugaise en France, qui vit dans un logement assez petit et qui ne rêve que de retourner au Pays pendant les vacances afin de pouvoir retrouver la famille et souvent la maison familliale avec tous les souvenirs qu’elle conserve.
      Ne nous leurrons mais ne nous apitoyons pas non plus les Portugais comme les espagnols, les Italiens et les Polonais avant eux sont arrivés en France pas pour faire les beaux métiers mais pour faire les tâches  » subalternes » que beaucoup de « français » ne veulent pas faire ( c’est encore vrai aujourd’hui avouons le) donc cette situation reste classique pour les populations immigrés qui arrivent dans un pays ( le même schéma se reproduit en Angleterre, en Allemagne, etc… dans les grands pays accueillant des immigrés en grand nombre)
      Ce film au contraire m’a fait beaucoup rire car je me suis retrouvé dans cet antagonisme avec mes parents, mes parents depuis qu’ils ont l’âge de se tenir debout et de tenir leurs culottes travaillent, et ils travaillent dur ils ne savent faire quasiment que cela, c’est assez spécifique de leur génération et c’est aussi une valeur qu’ils m’ont inculqué (même si l’appliquer dans le monde de l’entreprise en France a du mal à marcher, ici on ne te reconnait pas très souvent pour ton travail mais par ta façon de communiquer , de te faire voir en entreprise et par ton réseau relationnel, la qualité et quantité de ton travail est rarement le premier point retenu, malheureusement, mais c’est la un autre débat)

      Tout ça pour dire que oui j’ai aussi grandi comme dans le film dans une petite loge de gardien ( que je préfère à concierge) sur Paris, que j’ai eu à voir le boulot de dédication que mes parents ont eux avec l’immeuble et ses résidents, mais ils l’ont toujours fait avec plaisir, même avec les gesn pédants, ceux qui se croient tout permis, et qui abusent parfois de la gentillesse des autres, ce regard parfois supérieur qu’on peut te jeter parcequ’on considère que tu fais une tâche inférieur, tout ça existe MAIS ça reste une minorité….
      Pour finir cette anecdote je me souviens d’une fois une offre faite à ma mère d’aller dans un immeuble chic parisien du 16ème ou il fallait être vraiment la bonniche des résidents , sortir leur chien, pouvoir faire l’accueil des invité lors des fêtes de Noel, récuprer les enfants à l’école, et tout ceci grassement payé! mes parents ont refusé car l’argent ne paie pas la dignité ni le respect envers les autres, ils étaient bien et en harmonie avec les gens de l’immeuble. C’est vraiment à l’image de l’ensemble du peuple Portugais, un peuple gentil , aimable, travailleur , qui prend beaucoup sur lui ( le coté fataliste enraciné dans le coutume de ce pays) et qui n’est pas la pour se tourner les pouces. Comme dans toute culture, nous avons nos lot d’abrutis de voleurs, de malfaisant, de profiteurs mais cela reste une faible marge de la population, la majorité des portugais que je connais aime réussir par eux même et aiment leur travail ce film la Cage Dorée en est un bon exemple et c’est la première fois que l’on faisait un film du genre sur la communauté portugaise vue aussi de la part d’un réalisateur fils d’immigrés portugais tout comme moi. Si tu ne veux pas le DVD je suis prêt à le reprendre je l’ai déjà en plusieurs versions et ma famille proche aussi mais il y a surement encore des proches qui ne l’ont pas vu et qui aimeront le voir.

      J'aime

      1. En fait, je ne critiquais pas. Je sais que c’est un grand succès comique et c’est pour ça que je l’avais pris, espérant rire moi aussi. De plus, je ne me reconnais que dans une représentation de France métissée ou populaire comme la tienne, parce que c’est aussi celle dont je viens donc j’en attendais du rire, mais un rire franc. Mais je ne t’ai pas dit ? Le trouble dont je souffre inclut hypersensibilité notamment à l’injustice et au mépris. Toute situation les mettant en scène me stresse.

        J'aime

      2. Un peu comme le film « Qu’est ce qu’on a fait au bon dieu » qui a eu pas mal de succès je pense que le coté comique de certaines scènes vient du fait que l’on peut s’identifier à ces situations et prendre le recul face aux ridicules des situations.
        Sur le film et l’attitude des résidents vers Maria ou du chef d’entreprise envers José, certaines scènes m’ont fait rager intérieurement car elles me rappelaient certaines situations avec mes parents, mais la ou Pedro Alves a réussi selon moi à se sortir du coté triste c’est qu’il a réussi à accentuer parfois le ridicule de ces situations. Mais je peux comprendre que cela t’ai oppressé, pas de soucis 🙂

        J'aime

      3. son rattachement avec ses origines étrangères sont aussi lointaines voir un peu plus que les tiennes, vu du coté polonais ils ont quitté le pays fin 19ème / début 20ème et aujourd’hui si ce n’est le nom et peut être un gout particulier pour la Vodka il ne reste plus grand chose de leurs racines polonaises (ils ont d’ailleurs carrément arrêter de parler polonais avec leurs enfants en venant en France , c’est marrant cette coincidence), quand aux racines belges et du nord de la France, à part avoir un peu de famille dans le coin cela se limite cela, Comme il y a des recherches pour constituer leur arbre généalogique du coté de la famille, ils essayent d’avoir des infos sur leur aieux mais ça se limite à cela, ah si ils ont quand même conservé des armoiries de leur famille, c’est ce qui reste en lien 😉

        J'aime

      4. C’est fou, ça. Si tu m’annonces que ta femme est une de mes cousines, je n’aurai pas de mal à le croire. Ma famille polonaise est établie pour une part depuis le 19 ème et pour l’autre depuis les années 20. Le côté belge provient de la haute bourgeoisie, voire plus haut.

        J'aime

N'hesitez pas à partager vos impressions & opinions

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s