20170317 – News /«Spirit», le nouvel album de Depeche Mode | www.cnewsmatin.fr

Depuis ses débuts, le groupe a vendu plus de cent millions d’albums dans le monde. [(C) Theo Wargo / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Quatre ans après «Delta Machine», Depeche Mode revient avec «Spirit». Ce nouvel album qui sortira le 17 mars 2017 s’accompagnera d’une tournée mondiale.

Après plus de trente-cinq ans de carrière, ils auraient pu rester sur leurs acquis et reprendre les recettes qui ont largement contribué à leur succès. Mais ce serait bien mal connaître Dave Gahan, Martin L. Gore et Andy Fletcher, membres de Depeche Mode, qui ne cessent de se réinventer musicalement, et ressentent ce besoin constant de ne pas être enfermés dans un style.

A lire aussi : Martin L. Gore :  «C’est l’un des meilleurs albums de Depeche Mode»

La preuve avec la sortie, cette semaine, de leur quatorzième album studio «Spirit» (Columbia/ Sony). Avec ce nouveau disque encore plus énergique que les précédents, le trio de Basildon, marqué par l’élection présidentielle américaine, dresse le bilan d’un monde instable et prône, dans des textes engagés, l’éveil des consciences, à l’instar du morceau «Where’s the Revolution». Il évoque également un autre aspect sombre de l’existence, celui de la rupture amoureuse, comme dans «Poison Heart».

Pour ses douze titres inédits qui parlent avant tout d’humanité, Depeche Mode a fait appel au producteur James Ford, connu pour ses diverses collaborations avec Foals, Arctic Monkeys et Florence and The Machine. «Nous avons fait un album que je crois véritablement puissant, tant au niveau du son que dans son message», confiait récemment le chanteur Dave Gahan.

Le groupe défendra ces nouvelles compositions dans le cadre d’une tournée européenne qui sera lancée en mai, et qui devrait rassembler plus d’un million et demi de fans. Ce «Global Spirit Tour» fera étape en France avec trois dates déjà annoncées : le 12 mai à Nice, le 29 mai à Lille et le 1er juillet au Stade de France. Pour tous ceux qui n’auraient pas encore obtenu leur précieux sésame, des billets sont encore disponibles.

Source : «Spirit», le nouvel album de Depeche Mode | www.cnewsmatin.fr

20170316 – « Spirit », l’album de la révolte de Depeche Mode

 

Depeche Mode fait son grand retour, quatre ans après « Delta machine », avec « Spirit », 14ème album du nombre. Notre programmateur Thierry Dupin l’a écouté pour vous.

Depeche Mode
Martin Gore, Andrew Fletcher et Dave Gahan © Anton Corbijn

Les fans du groupe de Basildon ne seront pas déçus en retrouvant le son électro-pop mêlé aux guitares et à la batterie qui est devenu, au fil du temps, la marque du trio Dave Gahan / Martin Gore / Andrew Fletcher qui sévit sur les scènes du monde entier depuis maintenant 36 ans !

« Spirit », enregistré entre New York et le studio de Martin Gore à Santa Barbara (Californie), propose douze titres réalisés sous la houlette du stimulant James Ellis Ford, producteur, entre autres, de Simian Mobile Disco, des Arctic Monkeys, The Last Shadow Puppets (dont il est aussi le batteur), Foals, Klaxons, marquant une rupture avec Ben Hillier qui avait collaboré sur les trois précédents albums du groupe.

Ford a insufflé à l’album un son lourd et dense en cohérence avec la gravité des textes.

Paru le 3 février dernier, le premier single Where’s the revolution donnait le ton du nouvel opus, sombre et tourmenté qui dresse le bilan d’un monde instable et du désenchantement actuel, notamment par l’élection de Donald Trump aux États-Unis, où ces enfants de la classe ouvrière anglaise qui ont connu l’ère Thatcher résident depuis plusieurs décennies, mais aussi par le Brexit, survenu durant l’enregistrement. Les textes, très engagés, en appellent quasiment à la révolte et prônent l’éveil des consciences : « Je n’aime pas trop m’aventurer sur le terrain de la politique, mais en ce moment, c’est difficile de se retenir », déclare Dave Gahan dans « Les Inrockuptibles ».

Le groupe défendra ces nouvelles chansons au cours d’une tournée européenne qui démarrera en mai.

Aller plus loin

Spirit, 14ème album de Depeche Mode

Source : « Spirit », l’album de la révolte de Depeche Mode

20170211 – News : Depeche Mode – Where’s the Revolution » OÜI FM

Découvrez le nouveau clip des Britanniques.

Découvrez le nouveau clip des Britanniques.

Au début du mois de février, Depeche Mode mettait en ligne le premier morceau, intitulé Where’s the Revolution de son prochain album, Spirit. Ce jeudi 9 février, le groupe dévoile le clip de cette chanson, réalisé par Anton Corbijn, photographe et réalisateur néerlandais qui s’occupe de bon nombre de clips du groupe depuis 1986, et qui s’occupe également de tout le contenu visuel de Spirit. Le premier qu’il avait réalisé était Question of Time, issu de l’album Black Celebration.

Vous pouvez découvrir le clip ci-dessous :

Depeche Mode sortira Spirit, son 14e album studio, le 17 mars. Produit par James Ford (qui s’est notamment occupé de Foals ou encore Arctic Monkeys), le disque sera disponible sous plusieurs formats, dont une version double-CD qui contiendra pas moins de cinq remix assurés, entre autres, par Matrixxman et Kurt Uenala.

Dave Gahan, chanteur du trio, a commenté : « Nous sommes incroyablement fiers de Spirit, et nous avons hâte de le partager avec tout le monde. Avec James Ford et l’équipe de production, nous avons fait un album qui, je le crois, est profondément puissant, tant au niveau du son que de son message. »

Voici les paroles :

You’ve been kept down
You’ve been pushed ’round
You’ve been lied to
You’ve been fed truths
Who’s making your decisions
You or your religion
Your government, yourcountries
You patriotic junkies

Where’s the revolution
Come on people
You’re letting me down
Where’s the revolution
Come on people
You’re letting me down

You’ve been pissed on
For too long
Your rights abused
Your views refused
They manipulate and threaten
With terror as a weapon
Scare you till you’re stupefied
Wear you down until you’re on their side

Where’s the revolution
Come on people
You’re letting me down
Where’s the revolution
Come on people
You’re letting me down

The train is coming
The train is coming
The train is coming
The train is coming
So get on board
Get on board
Get on board
Get on board
The engine’s humming
The engine’s humming
The engine’s humming
The engine’s humming
So get on board
Get on board
Get on board
Get on board

Where’s the revolution
Come on people
You’re letting me down
Where’s the revolution
Come on people
You’re letting me down

Source : Depeche Mode – Where’s the Revolution » OÜI FM

20170211 – News :  Depeche Mode se rebelle dans le clip très engagé de « Where’s the Revolution »

Dave Gahan appelle à la révolution dans son nouveau clip, à la fois beau et angoissant, réalisé par Anton Corbijn, collaborateur de longue date du groupe de Basildon.

« Où est la révolution ? », lance Dave Gahan au milieu d’une usine désaffectée. Devant lui, une poignée d’ouvriers effectuent une chorégraphie, puis des femmes militaires arrivent de nulle part et agitent des drapeaux sans regarder le chanteur. Ont-ils entendu le message ? La révolte est-elle en marche ou déjà perdue ? Le clip de Where’s The Revolution, le nouveau single de Depeche Mode, est à la fois beau et angoissant.

Minimaliste, esthétique, tournée quasiment intégralement en noir et blanc, la vidéo est signée Anton Corbijn, l’un des plus célèbres réalisateurs de clips pop-rock (U2, Echo and The Bunnymen, Nirvana), et collaborateur de longue date de Depeche Mode. Le Néerlandais a façonné une grande partie de l’image du groupe, à coup de direction artistique, photos officielles du trio, vidéos musicales, captations live. Corbijn est notamment l’auteur des clips de Walking in My Shoes, Enjoy The Silence (première version), Never Let Me Down Again, plus récemment de celui de Should Be Higher.

Un clip engagé pour réveiller les masses

La tonalité grave et inquiétante des paroles de Where’s The Revolution prend une ampleur plus grande avec ce clip très sombre, mais qui, parfois, nous arrache un sourire. Quand, par exemple, on retrouve Dave Gahan, Martin L. Gore et Andrew Fletcher gesticulant avec une fausse barbe rappelant celle de Karl Marx, le théoricien de la révolution. En 2017, Depeche Mode a donc décidé de réveiller les masses et dénoncer un monde de plus en plus corrompu avec force.

« Qui prend vos décisions ? Vous ou votre religion ?/Votre gouvernement, vos pays/Vos junkies patriotes ? » déclare avec rage le chanteur du haut de son pupitre en bois. Attendu le 17 mars, le nouvel album de Depeche Mode, Spirit, s’annonce engagé. Les Britanniques défendront leur 14e disque sur scène dans quelques mois avec le Global Spirit Tour. Ils joueront le 12 mai à Nice, le 29 mai à Lille et le 1er juillet au Stade de France.

Source : VIDÉO – Depeche Mode se rebelle dans le clip très engagé de « Where’s the Revolution »

20170208 – News : Dave Gahan : « Spirit », le nouvel album de Depeche Mode – Exclu – Rolling Stone

Dave Gahan, le lead singer de Depeche Mode, revient en exclusivité pour Rolling Stone, sur la création de «Spirit», leur nouvel album, à paraître le 17 Mars

 Nous sommes dans une période de grands changements. Plus je vieillis, plus je suis touché par ce qu’il se passe dans le monde. Je pense à mes enfants et au monde dans lequel ils vont grandir. Ma fille, Rosie, a été très affectée par la présidentielle américaine de l’an dernier… Elle en a pleuré et moi, je me suis dis « Waouh »…«

Même s’il partage avec nous ses craintes sur l’état du monde, il est de bonne humeur et porte un regard objectif sur lui-même. «Martin [Gore] et moi vivons aux Etats-Unis alors nous sommes tous deux très affectés par ce qu’il se passe ici. Martin m’a dit «Je sais que pour certaines personnes, cela peut ressembler à des propos de rockstars nanties qui vivent dans leurs grandes villas de Santa Barbara sans se soucier du reste de la planète, et c’est vrai que nous avons de la chance. Mais cela ne veut pas dire qu’on se fiche de ce qu’il se passe dans le monde. Cela me touche vraiment ». Et je lui ai répondu : ‘Je comprends. Je ressens la même chose.»

et le reste du groupe pendant l’écriture de Spirit, leur prochain album à paraître le 17 mars prochain. La majorité des 12 chansons de ce nouvel LP traitent directement du malaise général et de la souffrance actuelle.

 «Je ne dirais pas que c’est un album politique, dit Gahan, parce que je n’écoute pas de la musique de façon partisane. Mais c’est clairement un album sur l’humanité et notre place sur Terre».

Il dénonce dans Spirit les fanatiques qui «nous font revenir des siècles en arrière», en appelle au changement dans «Where’s the Revolution ?» (« Qui prend vos décisions, chante t-il, vous ou votre religion ? » et se lance dans une introspection dans « Poison Heart ». Musicalement, ces chansons ont une teinte sombre et des textures complexes, des sonorités à la fois glaciales et chaudes, rappelant la période de l’album Violator, tout en restant dans la continuité de leur dernier opus sorti en 2013, Delta Machine.

Gahan et Gore se sont rendus compte très tôt qu’ils avaient le même regard sur les événements internationaux, alors qu’ils entamaient les premières séances de le nouvel album l’an dernier avec leur acolyte Andy Fletcher. Cette vision partagée leur a permis de dégager une ligne directrice. « Nous avons choisis le titre Spirit parce qu’on s’est demandé : « Où est passé notre esprit, notre énergie ? Où est passé notre sentiment d’humanité ? dit Gahan. Nous avions envisagé de prendre le titre Maelstrom mais ça sonnait trop heavy métal. ».

« On s’est vraiment engueulés, dit Gahan en riant, c’était très chargé en émotions »

Ils ont fait appel au producteur James Ford, qui les avaient impressionnés par son travail pour Florence and the Machine, Artic Monkeys et Simian Mobile Disco. Ford a aidé les musiciens rester sur la même longueur d’onde. A part quelques petits désaccords entre Gahan et Gore, réglés par Ford (« On s’est vraiment engueulés, dit Gahan en riant, c’était très chargé en émotions »), l’enregistrement de l’album a été plutôt facile et rapide, avec des séances réalisées au studio de Gore à Santa Barbara et d’autres à New York.

Le groupe sort son premier single, signé par Gore, « Where’s the Revolution ». Ce lent crescendo, porté par des vagues de synthés, agit comme un appel aux armes (renforcé par la question posée par le titre) sur lequel Gahan chante « The train is coming/Get on board » (le train arrive, montez à bord). « Martin l’a écrit dans un esprit très sarcastique, très British », dit Gahan.

Si nous voulons que les choses changent, qu’il y ait une révolution, nous devons en parler et partager nos préoccupations

Cet état d’esprit se retrouve dans un autre titre de Spirit, « BackWards ». Au début, Gahan chante «We are the bigots/we have not allowed/We have no respect. We have lost control – Nous sommes des fanatiques/ Nous n’avons pas autorisé cela/ Nous n’avons aucun respect/Nous avons perdu le contrôle). Et, il enchaîne sur une critique de ceux «qui ont une mentalité d’hommes des cavernes » et de ceux qui ne « ressentent plus rien à l’intérieur», au milieu de vagues jaillissantes de claviers et d’une rythmique percussive accompagnée par les chœurs de Gore. «Si nous voulons que les choses changent, qu’il y ait une révolution, nous devons en parler et partager nos préoccupations, estime Gahan. Cela ne semble pas être le cas à Londres. On a l’impression de partir totalement dans une autre direction et je pense que Martin ressentait le besoin d’exprimer cela».

Ce thème se retrouve également dans une autre chanson composée par Gore, «So Much Love», un titre plus enjoué, porté par des sons électros, qui parle de la révélation de l’amour que nous portons tous en nous-mêmes. «Nous avons tous tellement d’amour en nous, nous en avons réellement mais nous avons peur de nous en servir», dit Gahan. «C’est le vieux de truc de John Lennon, Love & peace, mec».

C’est l’exact opposé de la ballade « Poison Heart », un titre particulièrement accrocheur et euphonique, concocté avec le batteur du groupe, Christian Eigner et leur claviériste, Peter Gordeno. «Ils m’ont envoyé la ligne de guitare et elle avait un peu le style soul des Muscle Shoals Studios, dit Gahan, c’était très différent et la mélodie me trottait dans la tête ». La chanson débute par une lente marche funèbre, dans la lignée de « I Put a Spell on You »  de Screanmin’Jay Hawkins et se construit ensuite sur un pont Beatlesien avec seulement un zeste de guitare saturée. Gahan, qui parle de Gore comme «n‘étant pas très causant quand il s’agit de parler des chansons des autres», affirme que Gore a dit que «Poison Heart» était la meilleure chanson que Gahan ait jamais composée. «You have poison in your heart/Tu as du poison dans ton cœur» fredonne-t-il au tout début de la chanson. Et un peu après, il chante «You know it’s time to break up/You’ll always be alone/ Tu sais qu’il est temps de se séparer/Tu resteras toujours seul» mais Gahan assure que ce n’est pas une chanson de rupture.

La chanson ‘Cover me’ exprime également, mais d’une autre façon, cette thématique. Gahan l’a décrite comme étant une chanson à histoire. «Cela parle d’une personne qui voyage sur une autre planète et qui se rend compte que, malheureusement, tout se passe exactement comme sur la terre. Il ne peut pas échapper à lui-même. S’il veut que les choses changent, c’est à lui de réaliser des changements».

« Nos fans et les gens comme nous forment un clan qui, peut être, ne se sentent pas à l’aise en société. On est un peu maladroits, ringards, un peu différents. On s’est tous retrouvés et on a formé une bande.»

Gahan s’enthousiasme le plus sur la tournée européenne car la plupart des concerts sont presque complets avant même que le nouveau single n’ait été dévoilé. «On a passé tellement d’années à nous battre pour se faire écouter et respecter, avance-t-il. Quelques critiques de nos albums passés ont été très sévères. Et tu te dis, au finalOh, ces gens ne nous comprennent pas. Ils n’y comprennent rien.”» Mais au fil des 40 dernières années, Depeche Mode a réussit à fidéliser une importante base de fans. « Nos fans et les gens comme nous forment un clan qui, peut être, ne se sentent pas à l’aise en société. On est un peu maladroits, ringards, un peu différents. On s’est tous retrouvés et on a formé une bande.» Il rit, l’air fier. «C’est plutôt une grande bande maintenant».

Traduit et adapté par Alma ROTA

Source : Dave Gahan : « Spirit », le nouvel album de Depeche Mode – Exclu – Rolling Stone

20170205 – News : VIDÉO – Depeche Mode dévoile son nouveau titre : « Where’s the Revolution »

Le groupe d’electro pop fait sa Révolution avec un premier extrait de leur prochain album « Spirit », attendu le 17 mars.

Source : VIDÉO – Depeche Mode dévoile son nouveau titre : « Where’s the Revolution »

20170205 – NEWS : « Où est la révolution ? » demande Depeche Mode en prélude à son nouvel album

Par Laure Narlian @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox

C’est leur première chanson inédite publiée depuis quatre ans. Et « Where’s The Revolution » met carrément les pieds dans le plat de la période troublée actuelle. Elle annonce un album, « Spirit », dans lequel le groupe de Dave Gahan évoque le désenchantement dont souffre la société partout sur la planète. Un album promis pour le 17 mars.

Dans « Where’s The Revolution », le chanteur Dave Gahan appelle quasiment à la révolte. « Where’s the revolution?/Come on, people/You’re letting me down” dit le refrain, alors que le premier couplet interroge : « Qui prend vos décisions ? Vous ou votre religion ?/ Votre gouvernement, vos pays/Vos junkies patriotes ».

Si la tonalité engagée des paroles peut surprendre, on peut citer les précédents « People Are People » ou « Get The Balance Right ». Surtout, Dave Gahan souligne dans Rolling Stone que ces paroles écrites par Martin Gore sont « sarcastiques, à l’anglaise ».

« Où est passé l’esprit de l’humanité ? »

Le nouvel album, successeur de « Delta Machine » (2013), n’est pas un album politique à proprement parler, prévient Dave Gahan dans Rolling Stone, mais il y est néanmoins question de notre humanité. Le disque est baptisé « Spirit » (Esprit) parce que « Où est passé l’esprit? », « Où est l’esprit de l’humanité ? », demande-t-il, en précisant que l’album aurait pu s’appeler « Maelstrom » si cela ne faisait pas tant heavy metal.

Ce 14e album du groupe anglais a été enregistré aux Etats-Unis entre New York et le studio de Martin Gore à Santa Barbara (Californie). Il est produit par James Ford, connu pour son travail avec Simian Mobile Disco, Arctic Monkeys et Florence & The Machine.

La tournée « Global Spirit Tour » de Depeche Mode qui a prévu 32 dates en Europe de début mai à fin juillet, passera par la France le 12 mai à Nice, le 29 mai à Lille et le 1er juillet à Paris au Stade de France.

Source : « Où est la révolution ? » demande Depeche Mode en prélude à son nouvel album