20170604 – Cancer de la prostate : un nouveau traitement fait chuter le risque de mortalité de près de 40%

Ce nouveau traitement fait chuter le risque de mortalité de près de 40%, avec des effets secondaires considérés comme limités. (VOISIN / PHANIE / SPL / MEDIADRUMWORLD.COM / MAXPPP)

Depuis vendredi et jusqu’à mardi prochain, les plus grands spécialistes du cancer sont réunis à l’Asco, le congrès mondial du cancer de Chicago. Des équipes venues de la planète entière viennent y présenter les derniers résultats de leurs études cliniques, qui mènent souvent, quand ils sont concluants, à des changements de stratégie dans le traitement de telle ou telle tumeur.

8 à 9 000 décès chaque année en France

C’est le cas cette année pour le cancer de la prostate avec métastases : une équipe française de l’institut Gustave Roussy a présenté hier les conclusions d’une étude tellement prometteuse qu’elle devrait très prochainement révolutionner le traitement de ce type de pathologie, très fréquente, qui touche plus de 50 000 hommes et cause 8 à 9 000 décès chaque année en France.

Ainsi, quand Philippe, 57 ans, se casse le col du fémur en 2014, on lui découvre dans la foulée un cancer de la prostate avec des métastases osseuses un peu partout. À l’époque, le pronostic est sombre. « Sur internet, il y avait des taux de survie d’un an… Forcément, ça fait peur », se souvient Philippe. À Gustave Roussy, le professeur Karim Fizazi propose alors à Philippe un nouveau protocole : en de pareils cas, le traitement standard est l’hormonothérapie : on empêche l’organisme de produire des hormones masculines qui nourrissent la tumeur. Dans cet essai, on a combiné pour être plus efficace deux types d’hormonothérapies.

Deux hormonothérapies au lieu d’une

« On a utilisé deux hormonothérapie au lieu d’une car jusqu’à maintenant, explique Karim Fizazi, la première hormonothérapie empêchait la fabrication des hormones masculines par les testicules mais subsistait la fabrication des hormones masculines par les glandes surrénales et par les cellules tumorales elles-mêmes qui, lorsqu’on les ennuie, se débrouillent pour fabriquer des hormones elles-mêmes. La deuxième hormonothérapie empêche cela. »

Le résultat est spectaculaire : aujourd’hui, après plus de deux ans de traitement, Philippe n’a quasiment plus de traces visibles de sa tumeur, et vit et travaille normalement. L’étude à laquelle il a participé portait sur 1 200 patients et montre que ce nouveau traitement fait chuter le risque de mortalité de près de 40%, avec des effets secondaires considérés comme limités. Des résultats qui devraient conduire très vite à l’abandon du traitement standard pour administrer dès le diagnostic cette double hormonothérapie.

Source : Cancer de la prostate : un nouveau traitement fait chuter le risque de mortalité de près de 40%

20170604 – Read Prime Minister Theresa May’s Full Speech on the London Bridge Attack — TIME

Britain’s Prime Minister Theresa May called for a shakeup in counter-extremism and counter-terrorism efforts in a speech made on Downing Street following Saturday evening’s terrorist attack in London. May said that the United Kingdom is experiencing a “new trend” in the terrorism threat and hinted at a broad crackdown on extremism in the country. She…

via Read Prime Minister Theresa May’s Full Speech on the London Bridge Attack — TIME

20170604 – La Poste « veille » sur vos parents : 5 arguments pour comprendre la polémique – L’Obs

Les visites de La Poste doivent « maintenir du lien social », assure le groupe. (Groupe La Poste)

Entré en vigueur il y a quelques jours, le service « Veiller sur mes parents » de La Poste fait déjà débat. « L’Obs » vous présente les arguments de La Poste et des opposants à la mesure.

C’est un nouveau service de La Poste qui fait parler de lui. « Veiller sur mes parents », dernière offre dans la stratégie de diversification de l’entreprise, propose un service de visite à domicile pour les aînés. Bien pratique pour les enfants qui s’inquiètent et ne peuvent – ou ne veulent – rendre visite à leurs parents. Ce qui alimente d’ailleurs beaucoup la polémique.

Testée depuis plusieurs mois et généralisée à la France métropolitaine le 22 mai, l’initiative suscite en effet de nombreuses réactions – des plus dithyrambiques aux plus critiques. Qu’ils soient pour ou contre, « l’Obs » a listé les arguments du débat.

#POUR : rassurer les familles et les personnes âgées

Dans le détail, La Poste propose quatre offres (de 19,90 euros à 139,90 euros) pour qu’un postier rende visite à la personne âgée de votre choix entre une et six fois par semaine. En cas de pépin, le service permet aussi une téléassistance 24h/24 (qui peut joindre les secours), assurée par un sous-traitant. Après chaque visite, le facteur envoie un compte-rendu au souscripteur du contrat, précisant l’heure de la visite et l’état du visité.

Patrick Brilouet est syndicaliste à SUD. Il a exercé comme postier durant plus de trente ans à Nantes. Sur le fond, il estime que l’initiative a du bon : « s’inquiéter de nos aînés, c’est plutôt une bonne chose ».

Idem pour Mireille, citée par « Le Monde », qui a souscrit à ce service pour son père.

« Je cherchais quelque chose qui me sécurise. […] Le fait que ça soit La Poste a beaucoup compté dans mon choix. J’ai plus confiance que dans une aide à domicile. »

La Poste peut en effet compter sur la bonne image dont bénéficie ses employés à vélo. Un sondage TNS-Sofres de 2012 révélait que le facteur était « le deuxième personnage préféré de la vie quotidienne des Français ».

#CONTRE : privatiser la gentillesse

« Ce service n’a rien inventé », assure néanmoins Patrick Brilouet.

« Bien souvent, les facteurs qui ont des personnes âgées dans leur tournée s’intéressent déjà à elles. La relation entre le facteur et la population est quotidienne, on finit forcément par connaître des choses sur les gens. »

Lui estime qu’avec ces nouveaux services, « on cherche à faire du facteur un commercial ». « En ce moment, les facteurs sont incités à faire leur tournée en démarchant les personnes âgées pour savoir si elles sont intéressées », regrette le facteur militant, qui revendique avoir un « rôle social ».

« La Poste joue sur la relation humaine qu’on a avec la population et la dénature. Aujourd’hui, on ouvre toujours la porte à un facteur. Si on se met à vendre des tas de trucs aux gens,  j’ai peur qu’à terme on ne nous ouvre plus. »

Surtout que ce service ne sera pas accessible à tout le monde. Si l’offre de lancement démarre à 19,90 euros par mois (pour une visite hebdomadaire), les frais montent à 139,90 euros pour se donner bonne conscience six jours sur sept. Ce que déplore Patrick Brilouet :

« Vu le prix assez onéreux, ça va s’adresser à une catégorie privilégiée de la population. En tant que syndicat, je très attaché au service public. Là on en est loin, on est dans un service commercial pur. »

Du côté de la Poste, on fait valoir qu’il ne s’agit pas « d’une monétisation d’une pratique existante », mais bien de la « création d’un nouveau service ». Eric Baudrillard, directeur des services aux particuliers de La Poste :

« On ne dit pas que les facteurs ne doivent plus parler gratuitement aux gens qu’ils croisent. Cela va continuer. Mais là c’est un service régulier, avec des visites fixées à des jours réguliers, avec des comptes-rendus envoyés aux proches, avec un service de téléassistance. »

#CONTRE : quelle qualité du service ?

Si l’offre est séduisante, que vaut-elle par rapport à celle d’un(e) aide à domicile – qui propose aussi de passer du temps avec vos parents ? En termes de prestation, l’aide à domicile offre un soutien matériel dans la vie quotidienne (alimentation, toilette, déplacements, etc.) que ne prend pas en charge « Veiller sur mes parents », qui est assure uniquement le côté « lien social », rappelle Eric Baudrillard.

La durée de la présence auprès de la personne âgée n’est pas la même non plus. Les aides à domicile ne se déplacent qu’à partir d’une heure d’activité, tandis que les visites de La Poste durent « quelques minutes, entre 2 et 10/12 selon les cas, le temps de prendre et de donner des nouvelles », précise le directeur des services aux particuliers. Et pas question de faire des heures sup’. « Ce qu’on apprend aux facteurs c’est de mettre un terme poliment à la conversation quand elle s’éternise au-delà du raisonnable. »

Niveau prix, l’offre de La Poste n’est finalement pas si intéressante. Pour une moyenne de sept minutes de visite (sur la base des « 2 à 10/12 » qu’a indiqué Eric Baudrillard à titre d’exemple), et compte tenu des tarifs indiqués plus haut, le service revient grosso modo à 42 euros de l’heure (pour une visite par semaine) et 49 euros de l’heure (pour six visites). Eh oui, plus vous vous inquiétez pour Papa, plus vous mettez la main à la poche.

A titre indicatif, sur le site d’Age et perspectives, une agence de services à la personne, il est indiqué qu’une heure d’intervention d’une aide à domicile revient… à 11,50 euros à Paris (après déduction fiscale). Rappelons bien sûr qu’il ne s’agit pas des mêmes offres – l’argument principal en faveur de celle de La Poste étant la fréquence à laquelle le facteur peut discuter (rapidement) avec votre aïeul.

#CONTRE : Facteurs, pas médecins

Pour convaincre les facteurs – et les familles -, l’entreprise vante une triple formation. La première étape, sur internet, a été « co-construite avec le gérontopôle ‘Autonomie et longévité’ des Pays de la Loire ». Concrètement, il s’agit de conseils aux facteurs, sur « les bonnes postures d’écoute » et « les manières d’appréhender les personnes âgées ». Une deuxième étape, réalisée avant la première visite du facteur, doit permettre à un encadrant de « valider les acquis » de la formation en ligne en délivrant une « habilitation » au postier. Enfin, Eric Baudrillard assure qu’il sera possible de se « former en continu » lors de sessions d’entraînements dans les bureaux de Poste, à partir des retours sur expériences des facteurs.

« On n’est pas médecin, on peut pas savoir si la personne est en bonne santé », s’inquiète Patrick Brilouet. « Tout le monde n’a pas son certificat de secouriste, et ce n’est pas avec une formation ‘made in Poste’ qu’on va devenir des urgentistes aguerris », raille un autre syndicaliste SUD de la région lyonnaise, dans un billet publié sur un blog.

Quid d’une formation aux premiers secours pour les facteurs ? « On ne fait pas de formation médicale », précise Eric Baudrillard, qui assure quand même que « pour un certain nombre de cas – comme lorsqu’une personne tient à peine debout – il est évident que les facteurs doivent le signaler ».

Un point inquiète particulièrement ces derniers : l’engagement de leur responsabilité.

« Sachant qu’on est dans une société de plus en plus procédurière, à quel point notre responsabilité est engagée si le matin on a signalé qu’une personne allait bien, et que l’après-midi elle fait un malaise ? », se demande Patrick Brilouet.

Eric Baudrillard est catégorique.

« La responsabilité du facteur ne peut pas être engagée, seule celle de La Poste peut l’être. Par ailleurs, on ne demande pas au facteur de détecter des symptômes physiques de maladie, on est vraiment sur de la visite de lien social. »

#POUR : pas de surcharge de travail pour les facteurs ?

C’est l’autre grande inquiétude des intéressés : comment assurer sa tournée habituelle s’il faut s’arrêter plus longtemps ? Faudra-t-il travailler plus ? Pour quel salaire ?

Dans « Le Monde », les syndicats s’inquiétaient que le nouveau service « ne donne pas lieu à une rétribution supplémentaire et que leur tournée ne soit pas aménagée de façon à laisser plus de temps ».

Mais Eric Baudrillard promet qu’il n’y aura « absolument pas plus d’heures de travail », assurant que « la tournée du facteur sera adaptée en fonction du nombre de visites qu’il aura à faire ». Le cadre rappelle au passage que « 3.000 nouveaux facteurs » vont être recrutés d’ici la fin de l’année. En 2015, l’entreprise avait supprimé plus de 7.000 postes, rappelait l’AFP.

Mathilde Goupil

Source : La Poste « veille » sur vos parents : 5 arguments pour comprendre la polémique – L’Obs

Avis Pimpf : Le métier de la poste doit évoluer, l’acheminement du courrier ne sera plus suffisant dans quelques temps, est ce une bonne chose que cette méthode ? en sachant déjà que dans les petites communes le postier / la postière fait déjà souvent effet de liens social avec les personnes âgées ou en difficultés, alors si ça peut être une activité volontaire et rémunérée pour eux pourquoi pas ?

20170604 – William Leymergie arrête Télématin et quitte France 2

Après 32 ans à la tête de Télématin, William Leymergie a fait valoir ses droits à la retraite. Crédits photo : ABACA

 

TÉLÉVISION – Après plus de 30 ans à la tête de la matinale de la chaîne, l’animateur a fait valoir ses droits à la retraite alors que des rumeurs annoncent son arrivée sur C8 à la rentrée prochaine.

Après le départ de David Pujadas du journal de 20 heures, c’est au tour de William Leymergie de quitter France 2 et son émission phare à la longévité historique Télématin . Si la chaîne invoque un départ à la retraite, ce serait, selon Le Parisien , pour mieux récupérer la case du midi de C8, occupée actuellement par La Nouvelle Édition de Daphné Bürki.

Au terme de 32 ans de bons et loyaux services à la tête de la matinale de la chaîne, à raison de trois heures de direct 6 jours sur 7, William Leymergie tire sa révérence. Dans un communiqué publié via son compte Twitter, France 2 a tenu à saluer le «formidable travail quotidien effectué avec toute son équipe».

Le programme rassemble en moyenne 1,21 million de téléspectateurs entre 6h30 et 9 heures du matin. La chaîne ne compte pas annuler ce vivier d’audience et annoncera prochainement son successeur. Selon le site Puremédias, c’est Bruce Toussaint qui serait en pole position pour récupérer les commandes de Télématin.

Un départ à la retraite sur C8?

Toujours selon le communiqué de France 2, William Leymergie aurait fait «valoir ses droits à la retraite». Hors selon Le Parisien, il serait en négociation avec Vincent Bolloré depuis plusieurs semaines. À partir du mois de septembre, il occuperait la case du midi sur C8. Il prendrait ainsi la suite de La Nouvelle Édition, animée par Daphné Bürki. En mai dernier, l’animatrice révélait que son émission ne serait pas reconduite. Le nom de William Leymergie aurait été pour la première fois évoqué pour la remplacer, avant un démenti de Caroline Got, la directrice de France 2: «On adore William Leymergie, on tient à lui. Pour nous, il reste». Le principal intéressé ne s’est pas exprimé à ce jour.

Avis Pimpf : Enfin ! devrais je dire, pour une fois ce n’est pas un article très gentil mais autant l’émission en elle même possède pas mal de rubriques intéressantes autant j’ai eu toujours du mal à apprécier le coté hautain de Lemergie envers son équipe  bref, le changement fait du bien , et je ne me fais pas de soucis pour lui  il arrivera à trouver autre chose à faire ailleurs ( je pense que la séance de nettoyage de la DG Delphoine Ernotte va faire de plus en plus de marque, après tout il a pris les devants)

Source : William Leymergie arrête Télématin et quitte France 2

20170604 – Allemagne : le festival Rock am Ring perturbé par une alerte terroriste

Vendredi 2 juin 2017 à Nürburg, près de Coblence : l’organisateur du festival Rock am Ring, Marek Lieberberg, annonce l’annulation du concert prévu et demande au public d »évacuer le site par mesure de sécurité. Vendredi 2 juin 2017 à Nürburg, près de Coblence : l’organisateur du festival Rock am Ring, Marek Lieberberg, annonce l’annulation du concert prévu et demande au public d »évacuer le site par mesure de sécurité. © Thomas Frey / dpa / AFP

Le festival de musique « Rock am Ring », le plus important du genre en Allemagne, évacué vendredi soir en raison d’une « menace terroriste », va reprendre, tout danger potentiel ayant été écarté, ont annoncé samedi les organisateurs sur leur site internet.

La police a confirmé à l’AFP que les recherches sur le site de ce festival, situé près de Coblence, dans le sud-ouest de l’Allemagne, et où quelque 90.000 personnes étaient attendues, étaient terminées.

« Après des fouilles intenses sur l’ensemble du site du festival, les soupçons d’un danger imminent ne se sont pas confirmés », ont expliqué les organisateurs samedi. La police a « donné son feu vert pour une reprise des travaux d’installation sur la scène », ont-ils ajouté. L’heure exacte de reprise de ce festival qui doit s’achever dimanche, n’a pas encore été communiquée.

La police allemande évoquait des « éléments concrets »

Le festival Rock am Ring avait été évacué vendredi soir en raison d’une « menace terroriste », moins de deux semaines après l’attentat de Manchester, dans le nord-ouest de l’Angleterre, contre une salle de concert. L’attentat du 22 mai dernier, qui a fait 22 morts, a été revendiqué par le groupe terroriste État islamique.

La police de Coblence avait indiqué disposer « d’éléments concrets, au vu desquels une possible menace terroriste n'(était) pas à exclure ». Aucun détail concret sur la nature de cette menace n’avait été communiqué.

Le concert de Rammstein annulé vendredi soir

Vendredi soir, la tête d’affiche devait être le groupe berlinois Rammstein. La police avait précisé que la sécurité de « Rock am Ring » avait déjà été renforcée dans la foulée de l’attentat de Manchester avec 1.200 hommes supplémentaires déployés près du village d’Adenau, dans le massif de l’Eifel.

Trois personnes arrêtées puis relâchées

Par ailleurs, trois personnes liées à la mouvance salafiste de la région voisine de Hesse, interpellées vendredi dans le cadre de cette enquête, ont été relâchées samedi matin. Les suspects disposaient d’une accréditation en tant qu’assistants pour ce festival et avaient donc un large accès au site, selon la police. Ils avaient été embauchés pour l’installation des barrières de sécurité, selon des médias locaux.

Parmi eux figure « au moins une personne qui n’est pas d’origine allemande et qui est connue des services de police dans la mouvance du terrorisme islamiste », a expliqué Wolfgang Fromm, de la police de Coblence, au cours d’une conférence de presse. Cette personne « avait accès aux coulisses de l’événement ».

En Allemagne, les autorités sont sur le qui-vive en raison de la menace islamiste pesant sur ce pays, particulièrement depuis un attentat au camion-bélier revendiqué par l’EI qui a fait 12 morts en décembre dernier sur un marché de Noël à Berlin.

Source : Allemagne : le festival Rock am Ring perturbé par une alerte terroriste

20170604  – Attaque au coeur de Londres : le bilan revu à six morts, des Français figurent parmi les 48 blessés – LCI

TERRORISME – La ville de Londres est une nouvelle fois frappée par une attaque terroriste. Vers 22 heures (23h en France), samedi soir, une camionnette blanche a foncé dans la foule sur le London Bridge dans le centre de la ville. A bord, trois hommes se sont ensuite dirigés vers le site tout proche de Borough Market armés de couteaux, s’attaquant à plusieurs passants avant d’être abattus. Suivez notre édition spéciale toute cette journée sur LCI.fr.

Le Royaume Uni est une nouvelle fois frappé par une attaque terroriste moins de trois mois après l’attaque de Westminster et trois semaines après l’attentat de Manchester. Six personnes au moins ont trouvé la mort samedi peu après 22 heures lors d’attaques successives dans le centre de Londres. Voici les dernières infos sur cette attaque au coeur de Londres.

Source : EN DIRECT – Attaque au coeur de Londres : le bilan revu à six morts, des Français figurent parmi les 48 blessés – LCI

Avis Pimpf : La Barbarie et ignominie continue, impossible de pouvoir prévenir des actes isolés ainsi, on ne va pas bloquer la circulation à pied ou à véhicules des personnes, c’est terrible tout cela au nom de leur religion , rien ne justifie de tuer les autres rien … Pensées pour les victimes et pour leurs famille