20170131 – Découvrez le train du Polar à destination d’Angoulême

A l’occasion de la 44ème édition du Festival international de la bande dessinée, les voyageurs du train 8407 participent à un jeu autour du Prix SNCF du Polar.

Il est 8h46 lorsque j’embarque à bord du «train du Polar» ce jeudi 26 janvier. Le TGV Paris Montparnasse-Bordeaux accueille chaque année depuis huit ans des animations autour du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême. Pour le premier jour de l’événement, c’est autour du Prix Fauve SNCF (qui récompense la meilleure bande dessinée polar) que le train s’agite.

«Pour ce prix, c’est le public qui vote»

A bord, des papiers et des stylos sont disposés sur chaque siège. Au programme, une énigme à résoudre au long du voyage. Dans la voiture 11, je rencontre Frédéric Prilleux, spécialiste de la BD policière et membre de la sélection du Prix SNCF du Polar. Il me donne son avis sur la sélection 2017: «Les BD sont diverses par leurs univers graphiques et par leurs histoires mais pour ce prix c’est le public qui vote, nous on propose juste les œuvres», explique-t-il. Je sens tout de même une petite préférence pour «L’été diabolik», qu’il décrit comme «une œuvre à l’histoire rocambolesque à travers des couleurs détonantes.» C’est d’ailleurs cet album, réalisé par Alexandre Clérisse et Thierry Smolderen, qui a finalement remporté le Prix Fauve SNCF 2017.

J’avance dans la rame et je croise le chemin de Jean-François, responsable des animateurs à l’énergie débordante. Aujourd’hui, et à bord du train de la BD, il est bénévole, mais d’habitude il porte une toute autre casquette: «J’anime les rames du train du Polar depuis quatre ans et j’adore faire ça. Sinon, je suis coordinateur sécurité et je travaille à la SNCF depuis 18 ans maintenant», raconte-il vêtu de son chapeau d’enquêteur.

Jean-François

Dans la voiture bar, Jean-François répond aux questions des voyageurs et gère ses équipes d’animation.

Jean-François me décrit l’ambiance dans ce train un peu spécial: «Avec les autres animateurs, on essaye de créer la surprise chez les voyageurs. On passe dans les rames pour leur proposer de participer au jeu mais on ne vend rien. On leur propose juste une escapade culturelle au cours de leur trajet. On discute avec eux et l’ambiance est chaleureuse, c’est un vrai plaisir.» Alors que nous avançons dans la rame, il me raconte l’une de ses anecdotes préférées: «Une fois, dans un train comme celui-ci, une voyageuse m’a dit qu’elle regrettait que le train n’ait pas de retard», s’amuse-t-il. Les neuf animateurs (un par voiture) déambulent eux aussi pour proposer aux passagers de participer à l’énigme et de tenter de remporter des cadeaux.

Yoann en visite dans la voiture restaurant

Direction la voiture bar où l’ambiance bat son plein. Editeurs, visiteurs et animateurs cherchent ensemble les réponses aux sept questions posées par le jeu. Un artiste, mandaté par la SNCF, constelle des feuilles disposées sur les murs et les vitres de motifs empruntés à l’univers de la BD. Le but est de donner des indices supplémentaires aux participants. C’est là qu’un passager de renom s’approche de lui: Yoann, l’un des auteurs de Spirou. Emu, le dessinateur du train échange quelques mots avec son idole. 500 personnes sont à bord, mais toutes ne vont pas à Angoulême. C’est le cas de l’un des participants à «l’énigme du TGV»: Benjamin, qui se rend à Poitiers. Penché sur sa feuille, le voyageur tente de trouver la réponse finale à l’énigme: «L’initiative est très sympathique, cela permet de passer le temps tout en apprenant des choses», commente-t-il.

Dessins

En dessinant des indices, un artiste aide les voyageurs à trouver la réponse à l’énigme.

>>>Retrouvez tous les articles sur les coulisses de la SNCF

Quelques minutes plus tard, une annonce vocale retentit. C’est Jean-François: «Rendez-vous à la voiture bar pour le tirage au sort». Il est 10h15. Tout au long de cette deuxième partie du voyage, c’est quatre personnes qui, toutes les 30 minutes, remporteront l’une des BD en compétition pour le Prix Fauve SNCF. «On est vraiment au contact des passagers et l’esprit de la BD est là. Les clients sont contents et nous le disent», explique Stéphanie, l’une des animatrices. En plus des cheminots bénévoles, quelques animateurs extérieurs sont rémunérés pour l’occasion. C’est le cas de Maxime: «C’est la première fois que je participe à ce genre d’événement, je joue le jeu et c’est enrichissant d’échanger avec les voyageurs sur les énigmes.»

Des cadeaux et des rencontres

En voiture bar, les voyageurs discutent, répondent aux questions et certains empoignent même les feutres pour dessiner sur les feuilles disposées sur les rames. Une voix enjouée retentit, nous venons de passer Poitiers: «Bienvenue à bord du TGV du Polar, nous vous invitons à rejoindre la voiture bar.» Désormais, les dessins sont tous différents les uns des autres, les univers se croisent à l’image des voyageurs de la voiture restaurant de ce jeudi matin. Accoudé au bar, Aymeric discute avec ses collègues. Editeur chez Bayard, c’est sa douzième édition du Festival, il raconte: «Je prends toujours ce train qui permet d’arriver assez tôt à Angoulême. Le Festival débute véritablement ici, dans le train. J’ai déjà rencontré des auteurs dans les rames avec qui nous avons échangé. Il y a une atmosphère spéciale et un bouillonnement intellectuel certain, comme dans le salon.»

Jean-François repasse dans la voiture: «Je vais donner le cadeau en voiture 13». Assise à sa place, Annie se voit remettre l’une des BD en lice pour le Prix Fauve SNCF: «Prof. Fall» de Ivan Brun et Tristan Perreton. Tout le monde applaudit. Jean-François discute avec Annie pendant quelques minutes. Il est maintenant 11h25 et le train entre en gare d’Angoulême. Samedi, un autre train du Polar, cette fois autour du Prix SNCF du Polar est parti de la gare Montparnasse pour Angoulême. Les voyageurs y ont cette fois visionné les courts métrages en compétition sur des tablettes distribuées par les animateurs et lu des BD primées. A bord, Jean-François et son équipe ont de nouveau fait vivre aux voyageurs le Festival… En mouvement.

Source : Découvrez le train du Polar à destination d’Angoulême

20170130 – Arts / La Boîte Verte :Comment les effets et les cascades des films muets étaient réalisés

Une petite collection de vidéos qui montrent comment des scènes innovantes du cinéma muet ont été filmées : Safety Last! (1923) : Modern Times (1936) : Ella Cinders (1926) : Deux expositions étaient réalisées sur le même film, en cachant une partie de la scène avec un masque noir à chaque fois. Little Lord Fauntleroy […]

Safety Last! (1923) :

Lecteur vidéo

00:02
00:08

Lecteur vidéo

00:00
00:08

Modern Times (1936) :

Lecteur vidéo

00:02
00:08

Lecteur vidéo

00:03
00:16

Ella Cinders (1926) :

Lecteur vidéo

00:01
00:04

Deux expositions étaient réalisées sur le même film, en cachant une partie de la scène avec un masque noir à chaque fois.

Lecteur vidéo

00:06
00:07

Little Lord Fauntleroy (1921) :

Lecteur vidéo

00:01
00:02

Pour que Mary Pickford puisse s’embrasser elle-même il a fallu découper et masquer très précisément sa silhouette puis réaliser deux expositions :

Lecteur vidéo

00:05
00:12

The Black Pirate (1926) :

Lecteur vidéo

00:03
00:06

Lecteur vidéo

00:02
00:06

Sherlock Jr. (1924) :

Lecteur vidéo

00:01
00:10

Buster Keaton a roulé sur le pont intact et a été filmé en masquant le bas, puis le pont a été cassé et le bas de la scène a été filmé.
La partie à la fin n’est pas truquée, Keaton a vraiment fait ça.

Ben-Hur (1925) :

Lecteur vidéo

00:08
00:08

Karl Struss a utilisé une méthode en maquillant les modèles avec certaines couleurs et en utilisant des variations de filtres colorés pour faire apparaître le maquillage quand il le souhaitait.

Lecteur vidéo

00:00
00:06

Et pour finir je vous conseille d’aller voir ce post sur le film Wings de 1927 qui a des scènes filmées de manières incroyables.

Source : Comment les effets et les cascades des films muets étaient réalisés

20170129 – Arts / La Boîte Verte :Une fresque de tous les super-héros de Marvel

29Une fresque de tous les super-héros de Marvel reconstituée en mettant à coté les couvertures des albums « The Official Handbook of the Marvel Universe » publiées sur sur un peu plus d’un an. Clic droit ici, puis ouvrir dans un nouvel onglet pour la voir en grand.

Source : Une fresque de tous les super-héros de Marvel

20170128 – La Fnac casse les prix : la Nintendo Switch à 299 €

En savoir plus

La dernière console de Nintendo, la Switch, qui doit sortir le 3 mars 2017, n’a pas vraiment convaincu la presse ni la Bourse. Son prix, notamment, a été rapidement jugé trop élevé alors que la console est vendue sans aucun jeu. Une critique que Nintendo aurait écoutée ?

Mise à Jour du 26 janvier 2017 à 14h08 : Sur le site de la Fnac, ce jeudi 26 janvier 2017, la Nintendo Switch a encore baissé jusqu’à tomber sous la barre des 300 euros, à 299 euros précisément. De plus avec le code promo SWITCH30 vous bénéficiez de 30€ versés sur votre compte fidélité.

Profiter de l’offre Nintendo Switch version grise à 299 €
Profiter de l’offre Nintendo Switch version colorée à 299 €

La Switch baisse de prix avant même sa sortie

Le 24 janvier 2017 le prix de la Nintendo Switch semble avoir baissé chez la plupart des revendeurs chez qui il est possible de précommander la console pour la recevoir le « Day One ». Une nouvelle baisse est à signaler et qui pourrait faire la différence.

Celle-ci a pris tout le monde au dépourvu : juste après l’annonce à la presse et la présentation de la Switch, le 13 janvier 2017, le géant Amazon affichait la console à 349 euros alors même que Nintendo n’avait dévoilé les prix officiels que pour le Japon et les Etats-Unis. Ce prix n’a toutefois, pas duré longtemps.

Très rapidement, Amazon a revu le prix à la baisse à 324,99 euros, probablement après avoir refait ses calculs. Puis, le 23 janvier 2017, tout s’est enchaîné avec plusieurs baisses dans la même journée, fait plutôt exceptionnel. Nintendo aurait-elle décidé de faire baisser le prix de sa console pour la rendre plus attractive ou bien l’erreur provient-elle d’Amazon qui a affiché un prix sans le connaître réellement ?

Source : La Fnac casse les prix : la Nintendo Switch à 299 €

20170128 – Offline : Netflix permet l’enregistrement sur carte microSD (Android)

Voilà qui sera bien plus pratique

Il y a deux mois, Netflix lançait son mode hors ligne sans crier gare, et avec une limitation pour le moins curieuse : l’impossibilité de stocker des données sur une carte microSD. Une mise à jour vient de corriger le tir.

Netflix logo

Ladite mise à jour a commencé à pointer le bout de son nez ce mardi. Elle permet, tout simplement, de télécharger des films, épisodes de séries et autres contenus vidéo sur la carte microSD insérée dans le terminal pourvu de l’application Netflix. Il n’y a virtuellement pas de limite à la quantité qui peut être téléchargée pour une consommation hors ligne. Toutefois, le service bride le nombre de téléchargements simultanés. De plus, les contenus demeurent disponibles seulement pour un temps limité. Enfin, il n’est pas possible de partager ses films en prêtant une carte : seul l’appareil qui a téléchargé un contenu peut lire ledit contenu.

Rappelons que la fonction hors ligne a aussi fait son apparition, en novembre dernier, au sein de l’application iOS. Les terminaux mobiles d’Apple étant dépourvus d’emplacement pour carte microSD, toutefois, il est exclu de voir débarquer une mise à jour similaire.

Source : Offline : Netflix permet l’enregistrement sur carte microSD (Android)

20170128 – Etats-Unis : Donald Trump interdit l’entrée aux ressortissants de 7 pays musulmans

Le nouveau président des Etats-Unis, Donald Trump a signé un décret visant à limiter l’immigration et l’accueil des réfugiés.

Source : Etats-Unis : Donald Trump interdit l’entrée aux ressortissants de 7 pays musulmans