20170104 – Le passage souterrain de la gare de Clamart a rouvert – Le Parisien

Il était très attendu à Clamart, Vanves et Issy-les-Moulineaux notamment pour les personnes qui ont des difficultés à se déplacer. Le passage souterrain de la place de la Gare à Clamart, qui permet de passer sous les voies ferrées, a rouvert après deux ans de fermeture.

Le nouveau tunnel piéton, équipé d’ascenseurs, est désormais accessible aux personnes à mobilité réduite. Il relie la rue du clos Montholon à la place de la Gare. Côté Clamart, son entrée est située à l’aplomb des voies entre la rue de Fleury et le bâtiment de la gare. Côté Vanves, elle se situe au pied de l’ancien hôtel.

Bonne nouvelle pour les piétons… et les commerçantsCe tunnel rouvert permet donc aux piétons de rallier rapidement Clamart à Vanves et Issy-les-Moulineaux. C’est aussi une bonne nouvelle pour les commerçants du quartier de la gare de Clamart, qui avaient perdu une partie de leur clientèle venue d’Issy et de Vanves avec la fermeture du tunnel.

Le passage souterrain avait été condamné en janvier 2015 par la mairie dans le cadre de son projet de réaménagement du quartier, en attendant l’arrivée du Grand Paris Express. Depuis, les piétons n’avaient d’autre solution que d’emprunter les escaliers de la gare ou de faire un long détour par le pont Calmette.

En attendant, la mairie avait mis en place un service de chauffeur à la demande pour les personnes âgées ou handicapées. Celui-ci est désormais terminé puisqu’il ne se justifie plus avec la réouverture du tunnel. Les travaux du tunnel ont été financés par la Société du Grand Paris.

  leparisien.fr

Source : Le passage souterrain de la gare de Clamart a rouvert – Le Parisien

20170104 – Suspension de la commercialisation de l’Uvestérol D : quelles alternatives ?

Le mode d’administration de ce médicament contre les carences en vitamine D est soupçonné d’être à l’origine de la mort d’un nouveau-né peu avant Noël.

Source : Suspension de la commercialisation de l’Uvestérol D : quelles alternatives ?

20170104 – Il y 50 ans The Doors publaient leur 1er album. — ByZegut

Il y a 50 ans, le 4 janvier 1967 The Doors publiaient leur premier album éponyme sur Elektra Records. Afin de célébrer les 50 ans de cet enregistrement historique, le groupe publiera THE DOORS: 50TH ANNIVERSARY DELUXE EDITION. Ce coffret 3CD/1Vinyle et sa version digitale seront disponibles le 31 mars. En précommande ici: http://amzn.to/2iIyZT7

via Il y 50 ans The Doors publaient leur 1er album. — ByZegut

20170104 – Qu’est-ce qu’une fausse-route ? Que faire si cela arrive ?

La fausse-route peut avoir de graves conséquences. Voici la conduite à adopter en cas de passage de liquide ou d’aliments solides dans les voies respiratoires.

La fausse-route survient lorsqu’un liquide ou un aliment solide passe non par l’œsophage, mais par la trachée, c’est-à-dire par les voies respiratoires. La victime peut alors s’étouffer. L’apnée forcée va entraîner plusieurs conséquences : l’augmentation du taux d’hémoglobine désoxygénée dans le sang va rapidement entraîner un bleuissement de la peau (cyanose) ; cette perte d’oxygénation concerne aussi le cerveau, ce qui peut se traduire par une perte de connaissance. La mort peut survenir en quelques minutes.

Chez un adulte, la fausse-route d’un liquide est presque toujours accompagnée d’une toux qui va permettre son expulsion. Mais chez le très jeune enfant, ou dans le cas général de l’absorption d’un objet solide, les risques d’étouffement sont importants. Si la respiration ne s’est pas rétablie au bout de quelques secondes, des mesures d’urgence doivent être prises.

Chez un adulte, le premier réflexe doit être de cinq claques fermes dans son dos, entre ses deux omoplates. La victime doit être légèrement penchée en avant. Sous l’effet des claques, les poumons et la plèvre vibrent, ce qui peut parfois suffire à déclencher un réflexe de toux.

Si cela ne suffit pas, il faut pratiquer la manœuvre de Heimlich : on doit se positionner derrière la victime, placer un poing fermé entre le nombril et le sternum, maintenu à l’aide de l’autre main. Il faut ensuite presser fortement vers soi, et vers le haut : cette compression fait généralement sortir le corps étranger. Si la victime perd connaissance, il faut appeler les secours, l’allonger au sol, et commencer le massage cardiaque. Si la victime est une femme enceinte, une procédure légèrement différente, décrite ici en images, doit être adoptée.

Une situation d’étouffement, chez le jeune enfant, se traduit par un arrêt brutal de la respiration et des pleurs.

Attention : si l’enfant à des difficultés respiratoires, mais émet encore des sons, « le premier réflexe doit être d’appeler le 15 – un médecin régulateur enverra des secours –, mais il ne faut rien faire, car secouer l’enfant, lui taper dans le dos, le prendre par les pieds, c’est prendre le risque de déplacer l’élément qui l’empêche de respirer, et de l’asphyxier pour de bon », détaillait dans notre émission le docteur Céline Farges, pédiatre-réanimateur au Samu de Paris.

Si la situation d’étouffement se confirme, la conduite à tenir est détaillée en images ici (à partir de 2’20).

Source : Qu’est-ce qu’une fausse-route ? Que faire si cela arrive ?

20170104 – Les Français divorcent en moyenne après 15 ans de mariage – Le Parisien

C‘est un fait : on divorce moins en France. En 2014, selon les chiffres de l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), 123 500 divorces ont été prononcés pour 240 000 mariages (- 1,1 % par rapport à 2013). Plus d’un sur deux (53 %) était un divorce par consentement mutuel.

 

Cette tendance à la baisse se manifeste d’ailleurs depuis plusieurs années, puisqu’on note un recul des divorces de 8 % entre 2010 et 2014. Cela est-il dû à une baisse simultanée des mariages ? Non, puisque les unions ont seulement baissé de – 1 % pendant ces quatre années.

 

Des divorces différés à cause des difficultés économiques

 

Les experts mettent plutôt en avant un changement de comportement lié aux difficultés économiques des foyers qui entraîneraient les époux à différer leur divorce. Une conséquence de la crise en somme. Toutefois, il existe de grandes disparités selon les départements. On divorce ainsi plus fréquemment dans les grandes villes, notamment à Paris (un mariage sur deux ne survit pas) et dans le Sud, que dans l’ouest de la France. Selon le ministère de la Justice, les séparations interviennent en moyenne après quinze ans de mariage.

 

A ce moment-là, les hommes ont environ 43 ans et les femmes 41 ans et demi. La plupart des couples mariés qui se séparent avaient le plus souvent fondé une famille. Plus de la moitié des divorces prononcés en 2014 (53 %) impliquait ainsi des mineurs, soit 113 000 enfants. Toujours selon l’Insee, le divorce pèse plus économiquement sur les femmes. Elles perdent jusqu’à 19 % de leurs revenus (ce taux pouvant aller jusqu’à 26,5 % lorsqu’elles travaillent à temps partiel) contre seulement 2,5 % pour les hommes.

Source : Les Français divorcent en moyenne après 15 ans de mariage – Le Parisien

20170104 – Les Parisiens seraient plus débridés sexuellement, selon une étude

Une étude publiée par l’Ifop assure que les Parisiens auraient une sexualité plus libérée que le reste de la population française.

Triolisme, échangisme ou bisexualité… À en croire une étude Ifop réalisée auprès de 2007 Parisiens pour un site de “porno live”, la capitale serait un terrain de jeu privilégié, au regard de la province, lorsqu’il s’agit de pratiques sexuelles. C’est du moins la conclusion de cet “Observatoire de la vie sexuelle des Parisiens à l’heure des nouvelles technologies”.

Selon, François Kraus, directeur des études à l’Ifop, la capitale “constitue en effet un terrain propice au développement d’un modèle de ‘sexualité récréative’ dans laquelle sexualité et affectivité sont souvent dissociées”. Par ailleurs, la métropole parisienne constituerait “un espace où la sexualité est moins contrôlée et où la transgression des interdits est beaucoup moins sanctionnée”. Paris serait ainsi “le territoire de la liberté sexuelle par excellence”.

Un refuge pour les sexualités minoritaires

Avec 13% de Parisiens se définissant comme homosexuel, soit près du double de l’ensemble des Français (7%), la capitale apparaîtrait donc comme un “havre de paix pour les gays et les lesbiennes”. La contrainte à une sexualité hétérosexuelle et conjugale y apparaît ainsi beaucoup moins forte que dans le reste du pays.

Si Paris s’affirme comme un “refuge pour les sexualités minoritaires”, nous dit l’étude, elle est aussi l’endroit des expérimentations “bisexuelles”. Quelle que soit l’identité sexuelle affichée, les expériences sexuelles à caractère “bisexuel” apparaissent beaucoup plus répandues à Paris que dans le reste du pays : 27% à Paris contre 17% à l’échelle nationale pour les hommes. Les Parisiennes, quant à elles, sont trois fois plus nombreuses à déclarer avoir déjà fait l’amour avec une autre femme : 14% contre 9% en moyenne.

Echangisme, triolisme…

Même chose pour l’”échangisme”, les Parisiens sont trois fois plus nombreux (15%) que la moyenne des Français (5%) à avoir échanger de partenaires entre couples. Tout aussi surprenant, les chiffres concernant le “triolisme”, c’est à dire le fait pour un couple d’inviter un tiers dans ses relations sexuelles. Le nombre d’adeptes est beaucoup plus élevé à Paris (29%) qu’à l’échelle nationale (16%). Les Parisiens apparaissent ici plus affranchis que la moyenne à l’égard des codes traditionnels de la sexualité imposant le principe d’exclusivité sexuelle entre partenaires.

Couple fragilisé

La proportion de célibataires est nettement plus élevée dans la population adulte vivant dans Paris intra-muros (43%) que dans la population résidant en province (33%)  L’ancienneté de la relation de couple est aussi moins élevée : les “vieux couples” étant deux fois moins nombreux dans la capitale (25%) qu’à l’échelle nationale (41%).  L’infidélité y est également une pratique plus courante, notamment dans la gent masculine : 58% à Paris contre 48% en moyenne à l’échelle nationale.

Renouvellement important des partenaires

Une des raisons de la fragilisation du couple traditionnel est la possibilité de rencontres accrues dans la capitale. La population parisienne affiche un nombre moyen de partenaire sexuels au cours de la vie quasiment deux fois plus élevé (19) que la moyenne (11).  Paris constitue ainsi un environnement propice aux “coups d’un soir” : les deux tiers des hommes (66%) et la moitié des femmes (50%) ont déjà eu un rapport sans lendemain  Dans le cadre de ce genre d’aventures, 44% des hommes et 14% des femmes admettent même avoir déjà fait l’amour avec une personne sans connaître son prénom.

Au regard de ces chiffres, Paris apparaît bien, toujours selon l’étude, comme “un lieu où se déploient aujourd’hui les codes sexuels et amoureux de demain”.

Source : Les Parisiens seraient plus débridés sexuellement, selon une étude

20170104 – Arts / Street Art – Les jolis portraits de Fin DAC | Ufunk.net

Une sélection des créations street art de Finbarr Dac, aka Fin DAC, un artiste irlandais basé à Londres qui réalise depuis bientôt dix ans de magnifiques portraits féminins,

dont le dénominateur commun est un masque coloré de peinture dégoulinante sur les yeux. Vous pouvez également suivre ses créations sur Instagram.

Source : Street Art – Les jolis portraits de Fin DAC | Ufunk.net