20161127 – Les parents priés d’arrêter de faire croire leurs enfants au Père Noël, Société

 

Deux psychologues avertissent sur les effets à long-terme de ce mythe sur la confiance des enfants en leurs parents.

Faut-il faire croire aux enfants que le Père Noël existe ? Pour la plupart des parents, entretenir cette croyance est une manière de perpétuer les rites de Noël et de faire vivre une part de magie dans l’imaginaire de leur fils ou leur fille. Mais viendra inévitablement le moment où la magie prendra fin, où l’enfant comprendra que le Père Noël n’a jamais existé.

Ce moment de désillusion n’est pas toujours sans conséquence. Dans un article publié dans la revue Lancet Psychiatry , deux psychologues mettent en garde contre ce « gentil mensonge », « un exercice moralement ambigu ». Mentir aux enfants, même sur quelque chose d’aussi merveilleux que le Père Noël, pourrait saper leur confiance en leurs parents et les laisser en proie à une « dure déception », écrit le Guardian qui pu interviewer les chercheurs.

« Le mythe du Père est un mensonge si durable entre parents et enfants, qui demande tant d’implication, que si une relation est vulnérable, cette désillusion peut être celle de trop. Si les parents peuvent mentir de façon si convaincante et pendant une si longue période, sur quoi d’autres peuvent-ils mentir ? », explique Kathy McKay, psychologue clinicienne à l’Université de Nouvelle-Angleterre, en Australie et co-auteur de l’étude. « Il y a un risque pour les enfants de se sentir blessés » en comprenant que l’on a abusé de leur naïveté.

« Si tu n’es pas gentil, le Père Noël ne viendra pas »

Pourquoi ce « mensonge collectif à l’échelle mondiale », comme l’appellent les psychologues, persiste ? D’abord en raison à la tendance de l’être humain à se conformer, même lorsqu’un comportement est illogique. Mais les psychologues suggèrent aussi que les parents cherchent égoïstement à faire revivre leurs souvenirs d’enfance, à échapper eux aussi à la réalité à travers les yeux de leurs enfants. « La persistance de fanatisme dans des histoires comme Harry Potter, Star Wars ou Doctor Who dans l’âge adulte illustre bien ce désir », ajoute Kathy McKay dans le DailyMail .

Chris Boyle, psychologue à l’Université d’Exeter et auteur principal, a une position moins dure que sa consoeur. « Il est intéressant de se demander si le fait de mentir de cette manière affectera les enfants d’une manière qui n’a pas été envisagée », explique-t-il. Mais il « ne prévoit pas de passer dans les rues d’Exeter en glissant des tracts à travers les portes ». S’il a des enfants, il jouera peut-être lui aussi le jeu du Père Noël, admet-il.

En revanche, le psychologue juge sévèrement les parents entretenant l’idée d’un Père Noël potentiellement terrifiant, jugeant si les enfants ont été gentils ou méchants. « Certains parents l’utilisent comme un outil de contrôle lorsqu’ils sont un peu sous pression, au moment de la préparation de Noël », note Chris Boyle, en soulignant que leur publication dans the Lancet n’est pas basée sur l’observation des enfants mais est théorique. « Ce n’est peut-être pas la meilleure méthode parentale. On parle d’un être mythique qui décide si vous obtenez des cadeaux ou pas ».

Le délicat moment de la révélation

Malheur à celui qui apprendra à un enfant que le Père Noël n’existe pas avant qu’il ne l’apprenne par lui-même ! « Ma filleule croit en Père Noël en ce moment et ce n’est pas mon rôle d’aller contre les souhaits de ses parents », abonde Kathy McKay. « Quand elle m’en parlera, je lui dirai que je veux qu’elle grandisse en sachant qu’il y aura toujours de l’honnêteté entre nous ».

Si l’on décide de faire croire ses enfants à l’existence du Père Noël, il faut préparer le moment où ils apprendront la vérité. « Il arrivera un moment où l’enfant va vous demander « Est-ce que le Père Noël est réel? » et à ce moment-là, vous devrez décider quoi dire », confirme Chris Boyle. L’enfant acceptera mieux la disparition du Père Noël s’il est accompagné, lorsqu’il commence à avoir des doutes, que s’il l’apprend de façon brutale, comme de la bouche de ses camarades de cour de récréation, souvent moins délicats.

Source : Les parents priés d’arrêter de faire croire leurs enfants au Père Noël, Société

Avis Pimpf : Sincèrement je partage cet article et son approche parceque cela fait débat tous les ans mais il faut arrêter avec ces approches de psy à 2 balles, oui on ment aux enfants, ou du moins on les fait rêver, l’enfance est faite pour cela, pour leur inculquer du rêve , du plaisir de l’espoir, il subsiste déja malheureusement suffisamment d’enfants dont l’enface est volé car leur contexte est lourd et difficile et qu’ils ne peuvent en profiter que de voler ce moment la aux enfants, moi perso je ne mens pas aux miens je leur dit un conte un mythe avec le père Noël , enfin bref je le vois ainsi …

20161127 – Vanves, une « Ode » à la culture

Villes en mue. A Vanves, un conservatoire dédié à la musique, à la danse et au théâtre joue la carte de la neutralité et de la sobriété avec ses façades à l’allure de touches de piano.

Située au sud-est de Paris, entre Malakoff et Issy-les-Moulineaux, Vanves (Hauts-de-Seine) faisait partie de l’ancienne « ceinture rouge », première couronne peuplée principalement d’ouvriers, qui encerclait Paris depuis les années 1920, et qui s’est aujourd’hui largement embourgeoisée.

Sous l’impulsion de Bernard Gauducheau (UDI), maire depuis 2001, la ville bouge. Au 17-21 de la rue Solférino trône désormais un tout nouveau conservatoire de musique, de danse et de théâtre, baptisé « L’Ode ». Posé en retrait de la rue, cet équipement culturel municipal, auquel on accède par un parvis pavé de dalles claires, joue la carte de la neutralité et de la sobriété.

Imaginé par le cabinet d’architectes Babin + Renaud, ce cube blanc, composé de pierre, de béton, de verre et d’acier, mesure 26 mètres de large pour 12,50 mètres de haut. « Grâce à une forme simple, épurée, dotée d’un volume volontairement peu imposant et avec des façades…

Source : Vanves, une « Ode » à la culture

20161127 -Cinq idées geek et originales à moins de 100 euros pour Noël

Pas facile de surprendre un geek à Noël. Au delà des gadgets amusants, il existe de nombreux cadeaux inattendus et utiles qui leur feront plaisir au quotidien.

Source : Cinq idées geek et originales à moins de 100 euros pour Noël

20161127 – Soyons coquins et vive la Pin-Up | Le Journal de Montréal

Lors du dernier Salon du livre de Montréal, nous avons rencontré une jeune illustratrice aux talents multiples.

 

Lors du dernier Salon du livre de Montréal, nous avons rencontré une jeune illustratrice aux talents multiples. Elle aime le jazz, les années 50, le swing de Cab Calloway et l’univers de la  Pin-up.  Établie au Québec depuis 8 ans, Maly Siri a travaillé avec la conceptrice de mode Vivienne Westwood, tout en concevant les dessins des parfums Naughty Alice, Cheeky Alice et Flirty Alice. Entre la peinture, les huiles et parfois les commandes publicitaires, elle a pour ainsi dire un talent fou.

Coquines et de cuir
Avec Pin-Up Art, des années 30 aux années 50, plus qu’une bande dessinée, c’est  un recueil d’illiustrations( artbook) que vous allez tenir entre vos mains. Sous un format entoilé, Maly Siri vous fera découvrir son univers avec les Good Girls et les Bad Girls, dont l’inspiration vient évidemment du grand maître Vargas, mais aussi de Norman Rockwell. Mais alors, pourquoi un opus sur les Pins –Up   «  j’ai essayé de sortir du cadre de la simple image. Pour moi, c’est un style, une époque et aussi, le synonyme d’élégance. Loin d’être une femme-objet, elle est séductrice sans se plier aux fantasmes  ».
En deux temps, soit une face de jour et une face de nuit, nous entrons dans une galaxie avec combien d’histoire à la clé. Du Hollywood avec Greta Garbo, Marlène Dietrich, Hedy Lamarr ou Mae West, nous passons aux soirées chics des années 30 et 40.

Un objet de convoitise, légèrement émoustillant, drôle, et qui rappelons-le, nous fait découvrir une jeune artiste qui a bien du talent.

Source : Soyons coquins et vive la Pin-Up | Le Journal de Montréal

20161127 – Marvel TV: une série « The Inhumans » débarque sur ABC à la rentrée prochaine… et en IMAX ! – Geeks and Com’

Si vous l’avez loupée la semaine dernière, la grande nouvelle du côté de chez Marvel a été la confirmation d’une série télévisée Marvel’s The Inhumans sur la chaîne américaine ABC en septembre prochain. Cependant, ce n’est là qu’une partie de l’information. De plus, les deux premiers épisodes de la série seront diffusés sur les écrans IMAX partout dans le monde

Source : Marvel TV: une série « The Inhumans » débarque sur ABC à la rentrée prochaine… et en IMAX ! – Geeks and Com’

20161127 – Francophonie: un sommet où l’on dénonce «repli sur soi et rejet de l’autre» – RFI

C’est, ce dimanche 27 novembre, le deuxième et dernier jour du sommet de la Francophonie à Madagascar, une vingtaine de chefs d’Etat et de gouvernement y

Source : Francophonie: un sommet où l’on dénonce «repli sur soi et rejet de l’autre» – RFI

20161127 – News  / Kinder Suprise : le groupe Ferrero ouvre une enquête sur les conditions d’assemblage en Roumanie

logo_europe1211112111

Le tabloïd britannique The Sun jette le trouble sur l’assemblage des jouets Kinder Surprise en révélant qu’il serait réalisé par des enfants roumains rémunérés une misère par un sous-traitant.

Dans la presse internationale, un article du tabloïd britannique The Sun jette le trouble en Roumanie. Des enfants seraient exploités là-bas pour fabriquer le produit phare de la marque Ferrero: les oeufs Kinder.

Le scoop s’étalait cette semaine en Une du Tabloïd : les petites boîtes jaunes cachées dans le chocolat dont les enfants sont dingues seraient en fait fabriquées par de petits esclaves. On les voit dans leur cuisine en Roumanie avec leur maman, courbés sur des montagnes de jouets à assembler. Ils y passent 13 heures par jour pour un salaire honteux de 4,40 euros pour mille jouets assemblés. C’est atroce mais nous n’avons pas le choix, témoigne la famille, qui serait employée par un sous-traitant local du groupe Ferrero, non loin de la frontière avec la Hongrie. Panique en Italie, où la multinationale a aussitôt publié un communiqué disant son effarement. Une enquête a été ouverte depuis, à la fois par la multinationale et par la justice roumaine, pour faire le clair sur ces allégations.

Mais est-ce qu’on parle d’un système à grande échelle ?

Non clairement, le journal n’a rencontré en fait que deux familles, et seulement trois enfants que l’on voit sur les photos. La presse roumaine a retrouvé leur école, ils y vont tous les jours donc, non, Kinder n’exploite pas à une large échelle les enfants. Mais ce que révèle cette affaire est troublant, c’est le signe que la compagnie ne maîtrise pas tout à fait ses chaînes de production. Elle travaille avec des fournisseurs, qui eux-mêmes, sous-traitent localement. Ici, ce sous-traitant ferait travailler pour trois fois rien des gens désespérés, au chômage, sans le moindre contrôle de qualité des produits, qui sont quand même destinés à des enfants. À l’approche des fêtes, ça passe plutôt mal. Les enquêteurs roumains ont déjà entamé des poursuites, les enfants seront entendus par des psychologues. Dans une ambiance spéciale, rapporte la presse locale, plusieurs familles, même exploitées, comptent en fait sur ces maigres revenus. Pour rappel, Ferrero, qui possède aussi la marque Nutella, a vendu 1,5 milliard d’œufs Kinder l’an dernier. Son chiffre d’affaires dépasse huit milliards de dollars.

Source : Kinder Suprise : le groupe Ferrero ouvre une enquête sur les conditions d’assemblage en Roumanie