20170205 – News : Automédication : les laboratoires veulent en profiter

L’automédication progresse en France, pour la deuxième année consécutive. Et les industriels comptent bien se saisir du marché.

Les Français se soignent de plus en plus eux mêmes. Les ventes de médicaments en pharmacie sans ordonnance ont augmenté de 3,3% en 2016, selon des chiffres des fabricants du secteur parus vendredi. En y ajoutant les dispositifs médicaux et les compléments alimentaires non prescrits, le marché français de l’automédication a connu une croissance de 4,8%, poursuit l’Afipa, l’association des laboratoires spécialisés dans ce secteur. C’est la deuxième année de hausse consécutive, après plusieurs années moroses. L’Afipa l’assure : le terrain est fertile pour une automédication d’ampleur. Et les laboratoires comptent bien en profiter.

Les Français plébiscitent l’automédication. Aujourd’hui, en France, 15% des ventes de médicaments se font sans prescription d’un médecin, ce qui reste peu comparé à la plupart de nos voisins. A titre de comparaison, cela monte à 44% en Allemagne et à 41% en Suède. En outre, le déremboursement de plusieurs médicaments décidée par l’Assurance maladie et les pics de grippe expliquent en partie la hausse des chiffres de 2016. Mais les professionnels en sont certains : le marché va s’envoler.

L’Afipa avance pour preuve un sondage, réalisé à sa demande par l’institut OpenHealth : 91% des Français se disent capables de gérer leurs problèmes de santé bénins seuls. Et 80 % approuvent l’automédication pour « se soigner rapidement » et « parce qu’ils connaissent le traitement approprié à leurs symptômes ». Interrogé par Les Echos, Dominique Giulini, président de l’Afipa et directeur de GSK Santé grand public, assure que « 2017 pourrait être une année tremplin car tous les clignotants sont au vert ». Même les médecins généralistes approuveraient la pratique, pour 63% d’entre eux, selon le même sondage. Cela leur permettrait, selon l’Afipa, de désengorger leurs cabinets et de se concentrer sur les maladies plus lourdes.

Les laboratoires se préparent. Sentant un terrain fertile, les laboratoires s’organisent. Plusieurs grands noms, comme Bayer, GSK ou Sanofi, ont fait le pari de se lancer dans les médicaments non remboursables. Quelques-uns abandonnent même certains de leurs anciennes spécialités pour se concentrer davantage sur ce secteur : GSK a ainsi laissé tomber la lutte contre le cancer, en cédant sa filiale à un autre laboratoire, tout comme Sanofi avec sa désormais ex filiale sur la santé animale. Le fabricant du Doliprane a par exemple mis la main sur les pastilles contre la toux Lysopaïne et les comprimés contre la constipation Dulcolax, autant de médicaments accessibles sans ordonnance.

En France, il y a quand même cette idée que la médecine est gratuite et les médicaments remboursables
 …

Source : Automédication : les laboratoires veulent en profiter

Publicités

N'hesitez pas à partager vos impressions & opinions

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s