20170205 – News :Avons-nous tous quelque chose à pardonner à nos parents ? | Le Figaro Madame

Avons-nous tous quelque chose à reprocher à nos parents ? Assurément. Faut-il leur pardonner ? Sûrement pas. Une psychologue et une philosophe livrent leurs explications.

Par Cécile Bertrand | Le 01 février 2017

Souvenirs douloureux, rancœurs, non-dits… Le cercle familial est le catalyseur de nombreuses émotions qu’elles soient positives ou négatives et pose la question des reproches. Isabelle Filliozat, psychologue et psychothérapeute (1) et Nicole Prieur, philosophe et thérapeute familiale (2), lèvent le voile sur le lien complexe qu’entretiennent les adultes avec leurs parents et explorent la question du pardon.

Lefigaro.fr/madame.– En vouloir à ses parents est-il un passage obligatoire ?
Isabelle Filliozat : Très clairement, oui. La colère est extrêmement utile pour aller de l’avant et pour grandir, à condition qu’elle soit exprimée. Lorsque l’on ne parvient pas à avoir une relation intime avec ses géniteurs, c’est souvent parce que l’on a une colère non-extériorisée en nous, comme un abcès qui n’a jamais été percé.
Nicole Prieur : Si la relation avec ses parents génère beaucoup d’amour, elle est aussi le lieu de frustrations et d’insatisfactions. Chacun a en lui ce que j’appelle une « calculette inconsciente », qui enregistre tout ce que l’on a pas reçu. Non seulement en vouloir à son père et à sa mère est un passage obligé, mais c’est aussi essentiel pour grandir. Lorsque l’on idéalise trop ses parents, on reste dans un rapport infantile avec eux.

Y a-t-il un âge particulier où l’on a besoin de faire des reproches à ses parents ?
I.F. : On peut le faire à tout âge. Évidemment, l’adolescence est un âge propice où les souffrances de l’enfance remontent. Il est aussi normal qu’à certaines périodes, l’enfant ait besoin de prendre de la distance avec sa famille. Je constate que cela se produit souvent entre 20 et 28 ans.
N.P. : Il n’y a évidemment pas de règle mais généralement cela se passe autour des 25 ans. C’est l’âge de l’autonomie, non seulement financière, mais également psychique. Passé cet âge, on a besoin de construire sa vie et de s’affranchir d’un héritage familial encombrant.

Source : Avons-nous tous quelque chose à pardonner à nos parents ? | Le Figaro Madame

Publicités

7 réflexions au sujet de « 20170205 – News :Avons-nous tous quelque chose à pardonner à nos parents ? | Le Figaro Madame »

    1. Tout à fait . Il n est pas toujours facile en tant qu enfant d accepter que ses parents sont humains et faillibles comme tout chacun . Je ne rentrerai pas dans les considérations psy a 2 sous mais cela peut avor une influence sur notre comportement et notre caractère.

      J'aime

N'hesitez pas à partager vos impressions & opinions

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s