20161129 – TGV et Intercités : tous les gros retards indemnisés

À partir de jeudi, la SNCF appliquera le règlement européen, qui prévoit de dédommager les voyageurs, quels que soient les motifs de retard.

 

À la SNCF, les trains peuvent prendre du retard, l’application des règlements européens, aussi. Le 1er décembre, la compagnie ferroviaire appliquera un texte de Bruxelles qui va améliorer la vie des voyageurs.

Selon nos informations, dès jeudi, dès qu’un TGV ou un Intercités arrivera à destination avec trente minutes de plus que l’horaire prévu, le voyageur sera indemnisé, quel que soit le motif de ce retard. Et plus simplement si la SNCF est responsable. Une règle qui aurait dû profiter à tous depuis fin 2014, mais que l’entreprise s’est bien gardée de faire savoir.

Pour preuve, les modalités d’indemnisation qui sont encore consultables sur son site Internet. Il est indiqué que l’usager est dédommagé uniquement si le retard est imputable à l’entreprise. Les accidents de personne, actes de malveillance et les problèmes météo ne sont donc pas pris en compte.

« Il est vrai que les termes et conditions prêtent à confusion », s’étonne une source à Bruxelles, qui précise pourtant « qu’aucune plainte sur la non-application du règlement par la SNCF n’a été déposée ». « On s’est engagé auprès de la DGCCRF pour se mettre aux normes. C’est un gros projet, ça a pris du temps, se défend la SNCF. On a, malgré tout, compensé beaucoup de retards, même quand ils n’étaient pas de notre responsabilité. Sauf que nous n’avons jamais communiqué dessus. »

Source : TGV et Intercités : tous les gros retards indemnisés

Publicités

20161120 – News : Retards, annulations: la SNCF face au fléau des feuilles mortes

Les feuilles qui s’accumulent sur les voies rendent difficile les conditions de circulation des trains, entraînant de nombreuses perturbations pour les voyageurs. La SNCF a investi plusieurs millions pour faire face au phénomène.

Source : Retards, annulations: la SNCF face au fléau des feuilles mortes

20161024 – Plus belle ma gare de Vanves / Malakoff !

Info Pimpf : L’info date un peu mais cela reste toujours pratique d’avoir une gare de transilien ainsi à proximité

La gare de Vanves Malakoff vient de se refaire une beauté ! Quelques jours des travaux ont entièrement transformé l’aspect de sa façade !

L’agglomération avait initialement prévu d’offrir un nouveau parvis à la gare, plus fonctionnel et esthétique pour les voyageurs.

Transilien a sauté sur l’occasion pour refaire une beauté à la façade de la gare et commander un nouvel abri vélo !

Après quelques jours de chantiers et de poussière, voici le nouveau visage de la gare de Vanves !

Lessivage, nettoyage, peinture et remise à neuf de l’éclairage ont ainsi été réalisés.

Côté vélo, l’ancien abri ne suffisait plus aux nombreux sportifs de la commune qui étaient contraint d’accrocher leurs vélo autour de l’abri. Transilien à donc profité de l’agrandissement du parvis pour étendre ce service en un abri plus spacieux.
Actuellement en cours de fabrication, ce nouvel abris vélo viendra, d’ici l’été, habiller le parvis tout neuf.

Source et crédits :  Plus belle ma gare de Vanves Malakoff !

20160530 – Ce que coûtent encore aux Français les retraités de la SNCF et la RATP

En 2015, le coût de l’ensemble des régimes spéciaux de retraites a été de 6,45 milliards d’euros dont 3,3 milliards pour les agents de la SNCF et 618 millions pour ceux de la RATP, selon la Cour des comptes. Des chiffres en très légère baisse par rapport à 2014.

Chaque année, l’État est obligé d’en appeler aux contribuables pour maintenir à flot les coûteux régimes spéciaux de retraites. Ces régimes, au nombre de onze, sont, pour la plupart, encore plus anciens que la Sécurité sociale, créée qu’en 1945.

Concrètement, ces régimes permettent à leurs bénéficiaires de partir plus tôt. Ainsi, en 2012, les nouveaux retraités de la SNCF avaient en moyenne 55 ans et 10 mois et ceux de la RATP 54 ans (contre 62 ans pour le régime général), selon un rapport du Conseil d’Orientation des retraites de l’an dernier. Des privilèges qui passent mal auprès des Français. 66% d’entre eux étaient ainsi favorables à leur suppression en juin 2013. Et l’actuelle période de grèves ne risque pas d’améliorer les choses.

Un problème démographique

Ces régimes spéciaux concernent encore 721.000 retraités. Ils font face à un lourd déséquilibre démographique. À la SNCF, on dénombre ainsi à peine 152.700 cheminots qui cotisent pour financer les pensions de 270.000 retraités.

La situation est à peine plus favorable à la RATP, avec 42.500 cotisants pour 48.200 pensionnés. Mais, pour parler des autres régimes spéciaux, chez les mineurs il y a 100 fois plus de retraités que de cotisants. Et pour les ex-employés des chemins de fers d’Afrique, il n’y a même plus personne pour financer les retraites des quelque 5.000 pensionnés.

Cette situation oblige donc l’État à verser d’imposantes subventions pour équilibrer les comptes de ces régimes. L’an passé, il lui ainsi fallu encore mettre sur la table 6,45 milliards d’euros, dont 3,28 milliards rien que pour le régime spécial des agents de la SNCF, 1,34 milliard d’euros pour les mineurs et 618 millions d’euros pour les employés de la RATP, selon le rapport de la Cour des Comptes publiés mercredi 25 mai.

Par rapport à 2014, où le coût des régimes spéciaux avait coûté 6,50 milliard d’euros. On observe donc une légère baisse. Mais la Cour des comptes déplore néanmoins que ce coût ait été plus élevé qu’initialement prévu.

Des dérapages dus à la SNCF 

En effet, le gouvernement avait initialement budgété 6,41 milliards d’euros dans la loi de Finances. Il lui a donc fallu remettre 37,6 millions d’euros à la fin de l’année pour que les comptes soient équilibrés.

Ce dérapage est uniquement dû au déficit plus important que prévu du régime de la SNCF: 3,28 milliards d’euros contre 3,19 milliards initialement budgétés. La Cour des comptes constate ainsi que les cotisations liées au régime spécial de la compagnie ferroviaire ont été « surévaluées ». Elle souligne également que la budgétisation est rendue plus compliquée « par la faiblesse des prévisions démographiques et financière des caisses » des retraites de la SNCF.

« Ceci met en lumière le besoin d’un investissement supplémentaire des responsables de programme (budgétaire, ndlr) à ce sujet, afin de ne pas les laisser se contenter de jouer un rôle passif de constat de dérapages mal anticipés », conclut la Cour.

Pour 2016, la loi de Finances prévoit pour le moment un coût de « seulement » 6,32 milliards d’euros pour l’ensemble des régimes spéciaux, soit une baisse supérieure à 100 millions d’euros par rapport à 2015. À moins que de nouveaux dérapages soient constatés en cours de route…

Article de  Julien MARION pour BFM Business

Source : Ce que coûtent encore aux Français les retraités de la SNCF et la RATP

20160429 – News : SNCF – TGV et Intercités en tarifs Loisirs : jusqu’à 15 euros de retenue pour un échange ou un remboursement – metronews

La SNCF durcit à compter du 1er mai les conditions d’échange et de remboursement des billets à tarifs Loisirs (rien ne change en revanche pour les tarifs Pro) pour mieux gérer le taux de remplissage de ses trains, précisent ce vendredi 29 avril 2016 nos confrères des Echos. Voici, concrètement ce qui sera désormais retenu :

Jusqu’à J-30 ⇒ L’échange ou le remboursement des tarifs Loisirs reste gratuit.

De J-30 à J-2 ⇒ Ces opérations sont désormais facturées 5 euros. (Pour rappel, elles étaient auparavant gratuites juqu’à la veille du départ puis facturées 12 euros le jour J.)

Veille et jour du départ ⇒ La retenue équivaut à 40% du prix du billet, plafonné à 15 euros pour les TGV et 12 euros pour les trains Intercités à réservation obligatoire. Ce qui donne par exemple 8 euros de retenue pour un billet à 20 euros, 12 euros pour un billet Intercités à 50 euros ou 15 euros pour un billet de TGV à 100 euros.

A noter ⇒ Si vous êtes titulaire d’une carte de réduction (Carte Jeune, Week-end, Senior, Enfant+, etc.) vous êtes avantagés. Jusqu’à deux jours avant le départ, l’échange ou le remboursement est gratuit. La veille et le jour-J l’opération et facturée 5 euros.

Source : SNCF – TGV et Intercités en tarifs Loisirs : jusqu’à 15 euros de retenue pour un échange ou un remboursement – metronews

20160302 – News : RATP: quelles sont les pires lignes de métros et RER?

Trains bondés, retards à répétition, prendre les transports en commun en Ile-de-France est rarement un moment de plaisir. Le Syndicat des transports d’Ile-de-France vient de publier un observatoire de la ponctualité qui permet  d’identifier les lignes à bannir… si l’on peut.

Source : RATP: quelles sont les pires lignes de métros et RER?

20160229 – News : SNCF – RATP : journée noire pour les usagers le 9 mars – Le Point

Plusieurs syndicats appellent à la grève le mercredi 9 mars. Ils réclament une hausse des salaires et une amélioration des conditions de travail.

Source : SNCF – RATP : journée noire pour les usagers le 9 mars – Le Point