20170317 – News / L’album antirévolutionnaire de Depeche Mode – Le Point

PAR

Modifié le 17/03/2017 à 16:55 – Publié le 17/03/2017 à 16:32 | Le Point.fr

Le trio sort Spirit, un quatorzième disque sombre et mystique… comme tout ce qu’il fait depuis 25 ans ! Serait-il devenu son propre cliché ?

Le 5 octobre 1981, Depeche Mode révolutionnait la musique britannique, en sortant Speak & Spell, un premier album aux mélodies sautillantes entêtantes (comment oublier les sept notes vivement pressées sur un synthé de « I just can’t get enough » ?), qui influença – pour le meilleur et pour le pire – le paysage sonore de la décennie qu’elle ouvrait.

Trente-six ans et 100 millions d’albums vendus plus tard, le trio de Basilson (Essex) est de retour, et contrairement à tous ceux qui ont laissé leur marque sur l’histoire du rock, ils ne portent pas sur leur visage les stigmates de leurs excès (de drogue, d’alcool, de fêtes, de femmes). « C’est un des rares groupes des années 80 qui a survécu et qui conserve un certain niveau de qualité musicale », s’enthousiasme le journaliste Jacques Braunstein, fan de la première heure.

Leur musique a en effet peu évolué depuis 1982, date à laquelle Martin Gore remplaça Vince Clarke à la composition. Dans Spirit, le quatorzième album de Depeche Mode, sorti ce vendredi, on retrouve ainsi les sombres mélodies post-punk de Gore, toujours aussi inquiétantes, quasi-fascistes, et dans ses textes les mêmes interrogations sur Dieu, le monde qui part en vrille et les politiciens pourris. « On n’y est pas encore, on n’a pas évolué », annonce d’emblée Dave Grahan dans « Going Backwards », de sa belle voix traînante, étonnamment peu altérée par les overdoses à répétition, magnifiée par des synthés mystiques qui sonnent presque comme des orgues. Clean depuis vingt ans, il a même réussi à s’imposer comme coauteur des chansons du groupe.

Pourtant ces vétérans ne parviennent toujours pas à se renouveler, et les chansons se succèdent et se ressemblent encore. D’ailleurs, Anton Corbijn, photographe et compagnon de toujours du groupe (il a réalisé 19 de leurs clips depuis 1986), est encore une fois derrière la caméra pour la vidéo de « Where’s The Revolution ? », leur dernier single. Alors, elle est où la révolution ? Chez Depeche Mode, nulle part, mais c’est ce qui devrait ravir leurs fans.

Source : L’album antirévolutionnaire de Depeche Mode – Le Point

Advertisements

N'hesitez pas à partager vos impressions & opinions

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s