20170317 – News / Astuce geek : 10 choses à savoir pour mieux chercher sur Google – LCI

COUP DE POUCE – Vous cherchiez un sujet sur Google et vous voilà noyé sous des millions de réponses. Pas de panique ! Il suffit d’appliquer quelques conseils pour bien cibler et optimiser votre requête sur le moteur de recherche.

Une question, une information à vérifier ou juste un délire entre amis : le moteur de recherche de Google est devenu un réflexe pour beaucoup. Au point de s’y perdre parfois parmi les millions de réponses qui apparaissent pour une simple requête.

De manière générale, pensez comme le moteur de recherche et pas comme vous parleriez. Google est là pour vous aider, mais n’est pas devin ni votre miroir magique. Si vous lui demandez « Où puis-je trouver un fleuriste ? », il comprendra nettement moins bien qu’en tapant « Fleuriste à proximité ». Alors pour optimiser votre recherche et aller directement à l’essentiel, voici nos conseils :

1. Si votre requête comporte plusieurs mots associés, pour l’optimiser, mettez les termes à rechercher ente guillemets. Google ne proposera alors que les pages où la sélection apparaît comme demandée (ex: « le sommet de l’Europe » : avec ou sans les guillemets, on passe de 382.000 à plus de 16 millions de réponses).

… le reste des astuces sur le lien ci dessous :

Source : Astuce geek : 10 choses à savoir pour mieux chercher sur Google – LCI

Publicités

20170317 – News / Le Grand Paris Express gagne en profondeur – Libération

Balade le long de la future ligne de métro 15, qui reliera Pont-de-Sèvres (Boulogne) à Noisy-Champs, où la construction des gares, parfois spectaculaire, a commencé.

A force d’entendre parler du projet de métro automatique Grand Paris Express depuis 2008, on avait fini par oublier qu’il faudrait un jour le creuser. Ce jour, c’est maintenant. Après avoir été projetés, négociés, dessinés, financés, concertés, enquêtés, déclarés d’utilité publique et progressivement attribués aux constructeurs, les 205 kilomètres commencent à se traduire en chantiers. On n’en est pas encore aux tunneliers, qui ne perceront qu’à partir de 2018, mais la construction des gares est lancée. Et se révèle plutôt spectaculaire.

Pour le donner à voir, la Société du Grand Paris (SGP), commanditaire de l’ouvrage, a organisé fin février une visite au long de la future ligne 15 sud, qui part du pont de Sèvres (à l’ouest) pour rejoindre la gare de Noisy-Champs (à l’est). A bord de l’autocar, on apprend que la ligne mesure 33 kilomètres, traverse 22 communes, comporte 16 gares, dont 15 en interconnexion avec les réseaux métro et RER. Elle concernera un million de personnes et doit ouvrir avant 2025.

Tournicotis

A Sèvres, on apprend aussi de la bouche d’Isabelle Rivière, chargée des relations territoriales, que le maire de l’époque, François Kosciusko-Morizet (le père de NKM), «aurait bien aimé avoir la gare sur sa commune». Mais à Boulogne, l’interconnexion avec le métro 9 était bien meilleure. «M. Kosciusko-Morizet a accepté de n’avoir que le puits de ventilation.» Isabelle Rivière, qui a mené des dizaines de négociations de ce genre, souligne qu’il faut «saluer les élus qui acceptent un puits. Une gare, c’est sexy, un équipement comme ça…»

Une gare du Grand Paris Express est une boîte de 109 mètres de long sur 22 à 25 mètres de large. Ces parallélépipèdes seront glissés dans le sous-sol plus ou moins profondément et s’accompagneront en surface d’une construction bien plus ambitieuse qu’une bouche de métro. Les 68 nouvelles gares ont été confiées à des architectes, et à peu près toutes les célébrités du secteur ont été servies. Pour le génie civil, en revanche, il n’existe pas tant de joueurs capables de répondre aux appels d’offres d’un projet de 24,9 milliards d’euros.

Côté ingénierie, les deux tronçons de la ligne 15 sud ont été attribués aux sociétés Ingérop et Systra. La construction elle-même fait l’objet de huit marchés dont les deux plus gros sont celui que pilote Bouygues (entre Villejuif et Créteil, 6,6 kilomètres de tunnel, 807 millions d’euros) et Vinci Construction (entre Fort d’Issy-Vanves-Clamart et Villejuif, 8 kilomètres, 926 millions d’euros). Les marchés comportent des clauses réservant 20 % des dépenses aux PME et 5 % d’emplois d’insertion.

Dès septembre, les 4,7 kilomètres de tunnel entre la ¬ligne et le site de maintenance de Bry-Villiers-Champigny ont été remportés par le groupement Alliance, piloté par Demathieu Bard, entreprise ne faisant pas partie du club des majors mais qui, pour faire bon poids, s’était alliée avec des italiens et des belges. Un marché de 363 millions seulement, si l’on ose dire, mais la présence de constructeurs étrangers «a fait grincer les dents», admet-on à la SGP.

Le savoir-faire n’est sans doute pas réservé aux français mais pour réaliser ce métro, il va en falloir. Entre Pont-de-Sèvres et Clamart, «tous les ouvrages sont dans l’eau et il y a trois traversées sous-fluviales», explique Guillaume Pons, le directeur de la ligne, tandis que nous longeons le fleuve. Entre Châtillon et Arcueil-Cachan, ajoute-t-il, «nous avons un sujet géologie». 5 kilomètres de carrières. Contrairement au métro parisien qui passe sous les rues, le Grand Paris Express tracera sa voie dans les profondeurs (à 40 ou 50 mètres par endroits), ce qui permet de s’affranchir des tournicotis de la voirie, de tracer de grandes lignes droites et de vastes courbes pour atteindre une vitesse moyenne de 110 km/h (55 km/h dans Paris).

 

«Ripage»

Nous voilà devant la gare SNCF de Clamart. Ici s’ajoutera celle de Fort d’Issy-Vanves-Clamart. Sa «boîte» sera glissée sous les voies actuelles, après avoir été construite en surface puis poussée : cela ¬s’appelle un «ripage» – on peut voir la vidéo du premier, à Champigny en janvier. Ce deuxième est prévu le 15 août : la population est invitée à partager ce moment spectaculaire.

Le car poursuit son trajet. On longe quantité d’immeubles d’habitation qui profiteront un jour du métro mais vont d’abord déguster les nuisances. A ¬défaut de pouvoir diminuer les décibels, la SGP distribue de l’info à haute dose aux riverains. «Nous avons des comités de suivi des travaux tous les deux mois et je fais des réunions de quartier à la demande», explique Isabelle Rivière. «Elle va tout le temps chez les gens, elle prend le café», chuchote Philippe Yvin, le président du directoire de la SGP, admiratif. A Clamart, le chantier va se dérouler pendant dix-huit mois, jour et nuit. Se soucier des voisins est la moindre des choses, éviter des recours au tribunal est prudent aussi.

Quatre futures stations plus loin, le chantier de la gare de Cachan, où le Grand Paris Express se connectera au RER B, donne une idée de l’environnement sonore. Le marché a été déménagé à 100 mètres de là, «à nos frais», précise Yvin. Le Café du marché, lui, est resté sur place, comme la pharmacie et la retoucherie, tous trois aux premières loges du potin. A nouveau, une gare va se glisser sous les rails du train, du RER B en ¬l’espèce. Vu l’âge vénérable de la «ligne de Sceaux», qui remonte au XIXe siècle, la RATP a préféré s’occuper elle-même de la construction d’un pont pour soutenir ses voies. La SGP se chargera, elle, du ripage de sa boîte, le week-end de la Toussaint. Avec arrêt de la circulation des RER évidemment.

«Chance inouïe»

Entre Cachan (altitude 42 mètres) et Villejuif, le car grimpe par des rues sinueuses vers l’Institut Gustave-Roussy, perché sur une butte en haut du parc des Hautes-Bruyères (120 mètres). Le métro va devoir faire le même trajet en sous-sol, sachant que le matériel ferroviaire n’apprécie pas trop les pentes de plus de 5 %. La gare Villejuif-Institut-Gustave-Roussy va donc être l’une des plus profondes de la ligne, à plus de 40 mètres. Les premières études la plaçaient à - 70. «On l’a remontée au maximum», dit Guillaume Pons. Mais, mais, mais… comme ce sera un grand fût à ciel ouvert, il se peut que la lumière du jour atteigne le fond. Très fort. Pour le moment, sur le site, il n’y a rien sauf le premier adjoint au maire, Jorge Carvalho, qui accueille les visiteurs.

A Villejuif, les lignes 14 (Saint-Denis Pleyel-Aéroport d’Orly, à terme) et 15 vont se croiser. «On a une chance inouïe de faire partie de ce noyau des transports», s’enthousiasme l’élu, qui souligne le projet de 3 300 logements prévu pour accompagner l’arrivée du métro. La gare va consommer 7 500 m² du parc. «Un don ¬foncier de la ville, ce qui n’est pas si courant», note le président du directoire. Il vient d’acheter 29 hectares sur l’ancien site des usines Peugeot d’Aulnay-sous-Bois pour y mettre un des centres de maintenance du métro. PSA ne lui en a pas fait cadeau : «29 millions, 100 euros le mètre carré mais PSA paie la dépollution. Ça nous met le prix final à 70. C’est une bonne affaire…»

Villejuif aura deux gares : la seconde est en centre-ville, au terminus de l’actuelle ligne 7. Sur l’avenue Louis-Aragon, toute une rangée de bâtiments viennent d’être démolis. Le métro a beau traverser les tréfonds, il lui faut pas mal d’émergences en surface, et quand elles rencontrent une construction qui barre le chemin, on la démolit. La SGP bénéficie d’un droit de passage dans les sous-sols, sorte de servitude qui lui évite d’avoir à acquérir des cubages démentiels de tréfonds. En surface, elle achète. Nombre de bâtiments et terrains ont été acquis grâce aux talents de négociatrice de Marie-Françoise Hébrard, «une star du métier», précise Yvin. En tout cas, d’une efficacité incontestable : les instances judiciaires contre les expropriations sont «marginales», assure-t-on à la SGP. Et vu qu’on arrose abondamment les chantiers de démolition pour éviter la poussière, le Café des Sports de Villejuif a, paraît-il, pu garder sa terrasse ouverte.

Source : Le Grand Paris Express gagne en profondeur – Libération

20170317 – News / Guide de la famille Tout-Écran : des conseils pratiques pour les parents – Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Vous vous posez des questions pour accompagner vos enfants dans ce monde numérique d’information en continu ? Le guide pratique « Famille Tout-Écran » propose des éclairages utiles et des conseils pratiques à tous les parents, autour de cinq thématiques : apprendre à ses enfants à s’informer, conseiller ses enfants sur l’usage des réseaux sociaux, maîtriser en famille le temps dédié aux écrans, protéger ses enfants des images violentes, s’engager et s’impliquer en tant que parents.

Cet ouvrage gratuit est une mine de conseils pour les parents souhaitant guider leurs enfants « connectés », à l’heure du numérique :

  • des conseils de professionnels, d’experts, journalistes, enseignants, associations, éducateurs, psychologues, scientifiques.
  • de nombreuses ressources et sites simples à utiliser avec vos enfants, pour les aider à comprendre l’actualité et à prendre du recul par rapport aux écrans et à l’information.
  • des pistes, des outils et des activités pour dialoguer avec vos enfants.
  • un quiz « Quel parent connecté êtes-vous ? »

Il s’adresse aussi à l’ensemble des acteurs éducatifs et associatifs.

Le guide pratique « Famille Tout-Écran » a été mis en place par le Clemi. Il est né de la réflexion d’un groupe de travail dédié aux pratiques informationnelles des plus jeunes, composé notamment des membres du Conseil d’orientation et de perfectionnement du Clemi : le ministère de la Culture, France Télévisions, Radio France, le CSA, la Cnil, la Caf, l’Unaf, le Cemea, la Ligue de l’enseignement, Parents 3.0, Jets d’encre, ICEM-Pédagogie Freinet, et le ministère de l’Éducation nationale.

Vignette Guide Famille Tout Ecran
Guide pratique « La famille Tout-Écran »

  • Être parent à l’ère du numérique
  • Présentation de la Famille Tout-Écran
  • Apprendre à vos enfants à s’informer
  • Conseiller vos enfants sur l’usage des réseaux sociaux
  • Maîtriser en famille le temps dédié aux écrans
  • Protéger vos enfants des images violentes
  • S’engager et s’impliquer en tant que parents

Guide « La Famille Tout-Écran »

Source : Guide de la famille Tout-Écran : des conseils pratiques pour les parents – Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

20170317 – News / La famille reste un sujet de clivage

Présidentielle 2017. L’ouverture de la procréation médicalement assistée à toutes les femmes fait débat.

La politique familiale divise fortement les candidats. L’extrême droite et la droite veulent revenir sur certaines ­mesures emblématiques du quinquennat Hollande, en particulier la loi sur le mariage pour tous de mai 2013. Marine Le Pen est la seule à promettre son abrogation. Elle prévoit pour la remplacer la création d’une « union civile », qui ­serait un « pacs amélioré » (sur la transmission du patrimoine ­notamment), sans effet rétroactif : les couples mariés le resteraient.

François Fillon, lui, se pose en candidat de la famille et bénéficie du soutien indéfectible de Sens commun, composante des Républicains issue de La Manif pour tous, hostile à la loi Taubira. Il ne reviendrait pas sur le mariage entre personnes de même sexe mais réserverait l’adoption plénière aux couples hétérosexuels. « La filiation n’a de sens qu’à l’égard d’un homme et d’une femme », affirme le candidat sur son site. L’adoption simple, qui n’offre pas les mêmes droits et n’efface pas la filiation biologique d’origine, resterait possible pour les couples homosexuels.

De plus, le candidat LR veut des sanctions renforcées contre la gestation pour autrui. Il promet de restaurer l’universalité des ­allocations familiales (Marine Le Pen aussi) et de relever le plafond du quotient familial. Tous deux veulent revenir sur le congé parental, aujourd’hui raccourci si le père n’en prend pas une partie.

Avis attendu depuis quatre ans

A gauche, Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon vont dans le sens opposé, en promettant d’accomplir une promesse faite par François Hollande en 2012 : l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA, aujourd’hui réservée aux couples hétérosexuels infertiles) à toutes les femmes, quelle que soit leur orientation sexuelle et sans indication médicale.

Emmanuel Macron assume la loi Taubira et affirme que « toutes les configurations familiales ont droit à une égale considération ». Il se ­déclare en outre favorable à l’ouverture de la PMA, mais se montre très prudent sur ce sujet qui divise. Dans un entretien à La Croix du 13 mars, il indique qu’il « respectera » l’avis du Comité ­consultatif national d’éthique pour trancher sur le sujet. Or, cet avis, qui est attendu depuis quatre ans, ne sera pas forcément conclusif. « Je regarderai aussi l’état de la société (…) pour agir de manière apaisée », ajoute le candidat.

En matière de soutien aux ­familles, Jean-Luc…

Source : La famille reste un sujet de clivage

20170317 – News / Sexualité. Des jeux de rôle pour relancer le désir ? – Santé – LeTelegramme.fr

Pimenter ses ébats avec des scénarios et des déguisements ? Sur le papier, l’idée est séduisante. Pourtant, quand la libido est un peu à la traîne, ce n’est pas forcément la meilleure façon de raviver la flamme. Explications. Tapez « jeux de rôle érotiques » dans un moteur de recherche, vous ne manquerez pas d’idées en retour : l’hôtesse et le passager exigeant, l’infirmière sexy et le malade, l’écolière fautive et son sévère professeur, l’escort-girl et le riche homme d’affaires… « Tous ces scénarios peuvent effectivement contribuer à améliorer l’imaginaire d’un couple allant bien, à amplifier sa connivence et son plaisir », reconnaît Philippe Arlin, psychologue et sexologue, auteur de « Sexuellement incorrect ». « Mais quand les partenaires ont déjà bien du mal à s’imaginer en situation sexuelle dans des circonstances habituelles, de tels mises en scène risquent de s’avérer contre-productives ! Sans compter qu’ils vont presque toujours dans le même sens : à Madame d’endosser un rôle pour exciter Monsieur. Or que cette dernière joue la femme soumise ou aguicheuse, cette configuration est difficile à assumer pour les deux partenaires si des blocages existent au sein du couple. » D’abord des câlins gratuits Pour faire renaître le désir, d’un côté comme de l’autre, mieux vaut donc s’y prendre autrement, en commençant par exemple par des câlins gratuits. Dépourvus de toute intention sexuelle, ces contacts physiques déchargent les deux partenaires d’une sacrée pression et leur permettent de redécouvrir le plaisir simple d’être dans les bras de l’autre. « Les deux amants peuvent être nus, c’est même recommandé, mais cette étreinte doit rester chaste, sans mains baladeuses ni baisers fougueux », explique Philippe Arlin. « Pratiqués régulièrement et de la manière la plus spontanée possible, ces câlins gratuits réinjectent de la complicité entre les conjoints, complicité dont ils bénéficieront lors des rapports sexuels ultérieurs. »

© Le Télégramme – Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/sante/sexualite-des-jeux-de-role-pour-relancer-le-desir-17-03-2017-11438475.php

Source : Sexualité. Des jeux de rôle pour relancer le désir ? – Santé – LeTelegramme.fr

20170317 – News / 13 personnalités geek qui se présentent à la présidentielle

A l’approche des élections présidentielles, Hitek a imaginé les slogans de campagne de quelques personnalités Geek. Du programme le plus extrême mené par Voldemort à celui le plus écolo défendu pas Yoda, voici un tour d’horizon de l’éventail politique Geek. Des candidats qui n’ont pas forcément énormément de choses à envier à nos politiciens, mais si certains manquent un tout petit peu de crédibilité. Oui Hodor, on parle bien de toi ! Alors quel candidat vous séduit le plus ?

Source : 13 personnalités geek qui se présentent à la présidentielle

20170317 – News / Paris : l’égorgeur du 11e était fiché S – Le Point

L’individu de 31 ans qui a égorgé son frère de 29 ans puis son père de 63 ans rue de Montreuil dans le 11e arrondissement de Paris vient d’être interné à l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police, connue sous le sigle I3P, située dans le 13e. Il n’a pas pour autant été déclaré irresponsable de ses actes. « Seules une évaluation approfondie ainsi qu’une décision de l’autorité judiciaire » pourraient le permettre, indique-t-on à la préfecture de police.

L’individu a pu être identifié : Ramzi D., un Tunisien originaire de la ville de Tataouine, est fiché S en raison de sa radicalisation. Les premiers témoins avaient déclaré avoir entendu Allahou Akbar, « une formulation qui, si elle a bien été prononcée et cela reste à déterminer, ne suffit pas à qualifier un acte criminel en « terroriste », précise une source judiciaire qui écarte toute « connotation terroriste ». En clair, les motifs de son acte, à ce stade de l’enquête, semblent internes à la famille. Aucune appartenance à une quelconque raison n’a pu être établie jusqu’à présent.

Vers 11 h 15, au 119 rue de Montreuil, tout près de la place de la Nation, l’auteur présumé, né à Paris, a porté plusieurs coups de couteau à la gorge de son frère cadet dans le hall de l’immeuble. Une dispute – peut-être liée au mode de vie supposé du cadet – serait à l’origine de l’assassinat. Il a ensuite frappé son père, de nationalité tunisienne, de trois coups de couteau, avant de l’égorger une fois à terre.

Source : Paris : l’égorgeur du 11e était fiché S – Le Point

%d blogueurs aiment cette page :