20180119 – ‘Star Wars Rebels’ Final Episodes Trailer Released — Comicbook.com

dt7kucnv4aavvzi

The end begins when #StarWarsRebels returns for its final episodes Monday, February 19 at 9pm EDT on @DisneyXD. pic.twitter.com/0PClrMeRGV– Star Wars (@starwars) January 19, 2018The trailer for Star Wars Rebels final episodes has been released. »This story is about Ezra at the end of the day, » Rebels executive producer Dave Filoni told Nerdist. « No matter how…

https://youtu.be/-jWIDwq44ZI

via ‘Star Wars Rebels’ Final Episodes Trailer Released — Comicbook.com

20180119 – What Was Star Trek: Discovery’s Best ‘Mirror’ Image? Pirates Haunt The Bad Place? Fake Flash Power? And More Qs — TVLine

We’ve got questions, and you’ve (maybe) got answers! With another week of TV gone by, we’re lobbing queries left and right about shows including Agents of S.H.I.E.L.D., Hawaii Five-0, Arrow and The Good Place! 1 | Why did Agents of S.H.I.E.L.D.‘s Faulnak say that his brother had tainted “the Kasius family name?” Is Kasius’ last name also Kasius??…

via What Was Star Trek: Discovery’s Best ‘Mirror’ Image? Pirates Haunt The Bad Place? Fake Flash Power? And More Qs — TVLine

20180119 – Acrylic pulp style illustrations by Jason Edmiston

@ArtPicsChannel : Acrylic pulp style illustrations by Jason Edmiston (29 works) https://t.co/ZcUGoe54XT https://t.co/Eovz4jLqeA

via Acrylic pulp style illustrations by Jason Edmiston (29 works) https://t.co/ZcUGoe54XT https://t.co/Eovz4jLqeA — social pic feed

20180119 – News : Official Synopsis for Solo: A Star Wars Story Revealed | StarWars.com

Starwars.com

Here’s where the fun begins.

The official synopsis for Solo: A Star Wars Story was revealed today, offering some new details on the upcoming film. Read it below:

Board the Millennium Falcon and journey to a galaxy far, far away in Solo: A Star Wars Story, an all-new adventure with the most beloved scoundrel in the galaxy. Through a series of daring escapades deep within a dark and dangerous criminal underworld, Han Solo meets his mighty future copilot Chewbacca and encounters the notorious gambler Lando Calrissian, in a journey that will set the course of one of the Star Wars saga’s most unlikely heroes.

While not much else is known about the film, director Ron Howard has documented his experience making Solo: A Star Wars Story on Twitter and Instagram throughout production — with everything from set photos to shots of his morning coffee. StarWars.com has compiled all of his updates in one post, which you can view here.

Solo: A Star Wars Story is slated for release on May 25, 2018.

StarWars.com. All Star Wars, all the time.

Source : Official Synopsis for Solo: A Star Wars Story Revealed | StarWars.com

20180119 – News / Patrimoine : la France accepte de prêter la tapisserie de Bayeux au Royaume-Uni

//embedftv-a.akamaihd.net/4228d393fefde33baa910d706bea0765

C’est un trésor finement brodé de fils de laine. Une tapisserie de 70 mètres de long qui raconte l’épopée de Guillaume le Conquérant. Le 14 octobre 1066, à la bataille d’Hastings, les troupes anglaises et normandes s’affrontent sans relâche. Guillaume le Normand mène ses soldats à la victoire, il est sacré roi de l’Angleterre. Ce symbole de l’histoire britannique n’a, jusque là, jamais traversé la Manche. En signe d’amitié, la France pourrait prêter la tapisserie de Bayeux à la Grande-Bretagne.

Un prêt prévu pour 2023

Outre-Manche, le geste est apprécié : « Ce sera intéressant de la voir en vrai« , « c’est une période fascinante« , commentent des Londoniens. Déjà en 1953, pour le couronnement de la reine Elizabeth II, le Royaume-Uni avait réclamé la tapisserie, sans succès. Cette fois, la France accepte de prêter son trésor. Mais les Britanniques devront attendre 2023 pour pouvoir l’admirer et le voyage sera compliqué, car la tapisserie est, en l’état, trop fragile. Elle sera restaurée pour qu’elle puisse enfin voir l’Angleterre.

Source : Patrimoine : la France accepte de prêter la tapisserie de Bayeux au Royaume-Uni

20180119 – News  : Diocèse de Paris : la quête passe au paiement sans contact

Dans une église du XVIème arrondissement de Paris, les traditionnelles corbeilles de la quête seront secondées par des terminaux de paiement sans contact à partir de dimanche.

Ceux qui vont à la messe dans les églises parisiennes n’auront plus d’excuses pour éviter la quête en fin de messe à partir de dimanche. Le diocèse de Paris a annoncé l’installation de cinq terminaux de paiement sans contact dans la paroisse Saint-François de Molitor, dans le XVIème arrondissement, révèle Le Parisien jeudi.

Des corbeilles connectées. En plus des habituelles corbeilles destinée à recevoir l’offrande des fidèles, cinq corbeilles « connectée » circuleront dimanche. Elles sont équipées d’un smartphone relié à une borne de paiement équipée du paiement sans contact. La forme du panier a été conservé pour que les paroissiens gardent leurs « repères », assure Christophe Rousselot, directeur du développement des ressources financières au diocèse de Paris, auprès du Parisien.

Les participants pourront donc choisir la somme qu’ils donnent (2, 3, 5 ou 10 euros) et apposer leur carte de crédit sur le terminal pour réaliser rapidement la transaction. Un bip sonore finalisera enfin l’opération. « Peut-être qu’il faudra régler la puissance du ‘bip’ pour ne pas que cela gêne la messe », sourit Karine Dalle, porte-parole du diocèse de Paris au micro d’Europe 1.

Pallier l’absence de monnaie. « C’est une première dans le sens où le geste de l’offrande reste le même », poursuit-elle. Et il sera même anonyme. « L’enjeu, on le connaît, c’est la disparition des espèces. On n’a bien souvent plus de monnaie dans son porte-monnaie. Donc on essaye d’anticiper les modes de paiement des années futures. »

À Paris, le don moyen des paroissiens pendant la quête est de 3 euros. Il revient entièrement aux églises et sert à payer les dépenses courantes comme l’électricité et le chauffage, précise le quotidien.

Source : Diocèse de Paris : la quête passe au paiement sans contact

20180119 – News : Etats généraux de la bioéthique : à quoi ressemblera l’homme de demain ?

Image d’illustration.@ PHILIPPE HUGUEN / AFP

Les spécialistes ont six mois pour réfléchir et formuler des propositions sur l’avenir de la bioéthique et la gestion des progrès technologiques.

Définir la base d’une nouvelle loi de bioéthique. C’est l’objectif des Etats généraux de la bioéthique qui s’ouvrent jeudi matin. Ils seront l’occasion d’une vaste consultation avec un site web, une soixantaine de débats citoyens dans les régions, une centaine d’auditions par le Comité national d’éthique, et un comité citoyen représentatif. Le gouvernement choisira ensuite les thèmes qu’il souhaite voir figurer dans sa prochaine loi de bioéthique fin 2018 ou début 2019. Les thèmes, eux, ont été fixés par le Comité national d’éthique. Dans la liste, on retrouve d’abord ceux poussés par la société elle-même et que le grand public connait bien comme la fin de vie, la PMA ou la GPA, mais aussi les thèmes issus des progrès scientifiques et technologiques récents.

Médecine prédictive. Parmi ces avancées, certaines concernent la médecine prédictive. Grâce aux progrès scientifiques, il est désormais possible de savoir qu’une personne va développer la maladie d’Alzheimer dans 20 ou 25 ans. Mais doit-on l’en informer alors même qu’aucun traitement ne peut lui être proposé ? La réponse est complexe.

Avancée technologique. De manière plus générale, les nouvelles technologies posent aussi de nombreuses questions qui, parfois, semblent venues d’un film de science-fiction. « Aujourd’hui, on peut manipuler le cerveau de l’homme, la pensée peut être augmentée. On aura des puces qui pourront redonner des performances à des personnes qui seraient peut être atteintes de maladie dégénératives », explique le professeur d’éthique médicale Emmanuel Hirsch. « Nous sommes dans des domaines ou on pourra anticiper le risque qu’une personne commette tel ou tel crime ou d’attentat », poursuit-il. « C’est de la science réelle aujourd’hui ! La question est : qu’est-ce qui est acceptable et jusqu’où on veut aller ? », s’interroge-t-il.

Six mois pour trancher. Désormais, il va être nécessaire de répondre à ces questions. Certains patients qui ont perdu la vue peuvent par exemple bénéficier d’une rétine artificielle. Mais quelqu’un qui a déjà bons yeux peut-il aussi demander aussi cet implant pour voir encore mieux, plus finement et plus précisément ? Les spécialistes ont six mois pour trancher ces épineuses questions.

Source : Etats généraux de la bioéthique : à quoi ressemblera l’homme de demain ?

20180119 – News : Des dons pour aider un couple à voir sa fille, hospitalisée à Paris à cause d’une leucémie – France 3 Bourgogne-Franche-Comté

A onze ans, Morgane souffre de leucémie. Elle est hospitalisée depuis le 13 décembre à Paris alors que sa famille vit au Creusot. Une chaîne de solidarité s’est formée pour permettre à ses parents d’aller la voir régulièrement.

Elle pleurait au téléphone. Donc on avait prévu de monter vendredi, mais on va partir jeudi. » Cette semaine encore, Jennifer et Frédéric Dumerger prendront leur voiture pour parcourir les quelques 380 km qui séparent leur domicile du Creusot (Saône-et-Loire) de Paris, où leur fille Morgane est hospitalisée des suites d’une leucémie.

L’enfant a été diagnostiquée en 2012 de ce cancer des cellules souches du sang, à l’âge de cinq ans. Première chimiothérapie à Dijon (Côte-d’Or), puis rémission : la maladie a reculé mais a fini par ressurgir. En décembre 2017, Morgane a été admise à l’hôpital Robert Debré (Paris), où elle a bénéficié d’une autogreffe de cellules souches il y a trois semaines.

« On dormait dans la voiture »

Une hospitalisation au cours de laquelle ses parents n’ont pas pu l’accompagner autant qu’ils l’auraient voulu. L’hôpital ne dispose pas d’accueil spécifique et la famille a des revenus limités. Frédéric est en arrêt maladie, Jennifer sans emploi. « Je faisais les allers-retours dans la journée, en partant à 4h du matin et en faisant des pauses, se remémore la mère. On dormait dans la voiture. »

Ils bénéficient bien d’une allocation d’éducation d’enfant handicapé,grâce à laquelle le couple touche environ 800€ par mois. Une somme insuffisante pour le trajet, le logement et les frais de quatre personnes, qui a coûté 1200 euros la semaine passée. Morgane a une sœur de 16 ans et un petit frère qui en a 7. « Au début, [son frère] ne pensait pas qu’elle était encore vivante », souligne Jennifer. Ils montent donc à Paris avec leurs parents.

Des aides précieuses

Touchées par la situation de la famille, plusieurs associations se sont mobilisées. D’abord les assistantes maternelles de l’école du Creusot, qui organisent des collectes, puis Constance, la petite guerrière astronaute. L’organisation, fondée par deux parents qui ont perdu leur fille à cause d’une leucémie en septembre dernier, a monté une cagnotte sur un site participatif pour aider la famille dans ses déplacements.

Grâce à ces soutiens, la famille peut dormir sur place et rester plusieurs jours au chevet de Morgane. « Une maman – ou un papa, d’ailleurs – qui ne peut pas être avec son enfant dans ces moments-là, c’est une torture, souligne, émue, Agnès Guinet, co-présidente de l’association Constance. C’est une présence pour repousser la mort, c’est vraiment vécu comme ça. »

« Des maladies 24h/24« 

Depuis le décès de sa fille, elle accompagne des familles qui, pour beaucoup, rencontrent des difficultés similaires à celles des Dumerger. « Ce sont des maladies 24h/24, explique-t-elle. Ça ne vous lâche jamais. A tout moment on peut aller à l’hôpital, parce qu’il y a une fièvre, des convulsions… Il y a forcément des problèmes financiers. »

Début janvier, Jennifer et Frédéric sont partis en urgence pour Paris. Leur fille, qui convulsait, avait été placée en soins intensifs. Elle en est à présent sortie. « Là, ça va, soupire sa mère. Elle commence à s’asseoir, à manger. » Si son état continue de s’améliorer, elle pourrait être transférée à Dijon, avant, éventuellement, de rentrer chez elle.

Source : Des dons pour aider un couple à voir sa fille, hospitalisée à Paris à cause d’une leucémie – France 3 Bourgogne-Franche-Comté

20180119 – News  – Témoignage : un couple breton va porter plainte contre le groupe Lactalis – France 3 Bretagne

© MAXPPP/PHOTOPQR/LE TELEGRAMME

Un couple de Saint-Malo-de-Beignon dans le Morbihan a décidé de porter plainte contre le géant du lait. Leur enfant de 5 mois a consommé du lait infantile Lactalis potentiellement contaminé.

ls sont remontés contre le groupe Lactalis et comptent bien le faire savoir. Un couple de Saint-Malo-de-Beignon dans le Morbihan s’apprête à porter plainte contre le géant du lait alors que Nino, leur fils de 5 mois, a contracté les symptômes de la salmonellose et consommait du lait de Lactalis, potentiellement contaminé.

Les deux parents organisent une réunion publique prévue samedi 20 janvier à 14h30 devant l’office de tourisme de Ploërmel pour rassembler les parents de nourrissons victimes de lait contaminé. “Nous sommes en train de constituer un dossier pour porter plainte”, indique Eloïse Goelzer, la mère du petit Nino. La réunion publique leur permettra de se décider à déposer une plainte individuelle ou groupée.

“Il se tordait dans tous les sens”

Pendant trois longs mois, avant que l’affaire Lactalis soit révélée, les deux parents de Nino ont subi un calvaire. La maman, Eloïse raconte:

Nino pleurait toute la journée, il se tordait dans tous les sens, on n’arrivait pas à le calmer, même dans les bras. On était complètement impuissants. Mon conjoint a dû arrêter son travail pour m’aider.

Le nourrisson buvait alors du lait infantile « Picot riz ». Les médecins pensent que le bébé est atteint de reflux gastro-œsophagien (RGO) et changent son lait Picot pour un lait d’une autre marque, anti-reflux. Problème: « en complément de ce lait, on lui donnait Picot premières céréales” », un autre type de produit Lactalis potentiellement contaminé par la salmonelle.

“On s’est sentis trahis”

C’est seulement au moment où l’industriel laitier commence le rappel des lots que les parents de Nino s’aperçoivent que toutes leur boîtes de lait « Picot riz » et « Picot premières céréales » sont concernées.Eloïse Goelzer n’en revient pas:

On faisait confiance [à Lactalis] et on s’est sentis trahis. Il s’agit d’une grosse société, qui vend des produits pour des nourrissons dont le système digestif est fragile. Je ne comprends pas qu’il n’y ait pas plus de contrôles sanitaires.

Depuis 15 jours, le bébé va mieux “mais son début de vie a été gâché”, souligne Eloïse. Après s’être rapproché de l’association des familles victimes du lait contaminé aux salmonelles, les parents ont commencé à constituer un dossier en vue de porter plainte contre Lactalis. Ils appellent les parents de bébés victimes de lait contaminé à se rendre à leur réunion publique samedi prochain.

A ce jour, selon le parquet, six plaintes ont été enregistrées au pôle santé publique du parquet de Paris, chargé de les centraliser. Selon le dernier bilan datant du 11 janvier, 37 bébés ont été atteints de salmonellose en France après avoir consommé un produit d’alimentation infantile Lactalis infecté.

Source : Témoignage : un couple breton va porter plainte contre le groupe Lactalis – France 3 Bretagne

Avis Pimpf : terrible ce qui s’est passé avec les enfants infectés par ces laits infantiles de Lactalis, et tout ce laisser aller des distributeurs comme Leclerc et les autres….  le résultat est que l’on commence à peine à recenser les enfants infectés par les salmonelles … c’est terrible en attendant, les enfants et les parents débrouillez vous.