20160411 – News : En quoi la consommation d’huile de palme influe sur notre santé et notre environnement ?

L’huile de palme contenue dans la pâte à tartiner de Ferrero peut causer des problèmes de santé et avoir des conséquences sur l’environnement.

Fin de la polémique. Deux jours après avoir appelé à boycotter la pâte à tartiner Nutella au motif que la production d’huile de palme, utilisée dans sa fabrication, était responsable de la déforestation, la ministre de l’écologie, Ségolène Royal, a dû s’excuser après le tollé suscité en Italie, d’où le groupe est originaire.

Qu’est-ce que l’huile de palme ?

On obtient l’huile de palme en pressant à chaud la pulpe des gros fruits rouges du palmier à huile. Elle est principalement utilisée dans l’agroalimentaire, appréciée pour sa consistance et sa durée de conservation. On la retrouve dans d’autres produits de consommation courante comme le dentifrice ou le rouge à lèvres, mais aussi comme agrogazole (carburant à base d’huile végétale) pour les moteurs diesel.

Originaire du golfe de Guinée, en Afrique, le palmier à huile est cultivé de façon industrielle en Asie du Sud-Est, en Indonésie et en Malaisie (85 % de la production mondiale). D’autres pays, comme la Colombie et le Brésil, se sont lancés dans la culture de cette plante pour faire face à la demande mondiale.

Quelles répercussions sur la santé ?

On trouve de l’huile de palme dans de nombreux produits alimentaires, parfois seulement sous l’étiquette « huile hydrogénée » ou « graisses végétales ». La liste est longue : pâte à tartiner, biscuits, plats préparés, gâteaux apéritifs ou encore crèmes glacées. De fait, un Européen moyen consomme environ douze litres d’huile de palme par an, selon l’ONG environnementale les Amis de la Terre.

La forte concentration en acides gras saturés peut provoquer des maladies cardiovasculaires, mais ces mêmes acides, qui se trouvent dans d’autres aliments comme le fromage ou la viande, augmentent le bon cholestérol.

Quelle incidence environnementale ?

Selon un rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la culture du palmier à huile serait responsable de 17 à 27 % des déforestations en Indonésie, et 80 % en Malaisie. En effet, la culture de cette plante, qui ne pousse que dans la zone équatoriale, entre en conflit avec la forêt dense.

La biodiversité est menacée par ce phénomène de déforestation. Chaque année, de nombreuses espèces endémiques, dont 5 000 orangs-outans, seraient victimes de l’exploitation des palmeraies en raison de la réduction de leur milieu de vie.

Pour préserver l’environnement et freiner la déforestation, l’huile de palme biologique pourrait représenter une solution. Cependant, le quotidien britannique The Guardian rapportait en 2010 que 126 paysans colombiens avaient été expropriés par l’entreprise Daabon Organic pour développer une nouvelle plantation.

Quels sont les mécanismes de contrôle ?

Sur son site Internet, Ferrero affirme que l’huile de palme contenue dans tous les pots de Nutella est « certifiée 100 % ségréguée [l’huile de palme durable est séparée de l’huile de palme non durable] par la RSPO » – sans préciser ce qu’est la RSPO.

Association internationale à but non lucratif, la Table ronde pour une huile de palme durable (RSPO) réunit depuis 2004 toute la filière huile de palme, des producteurs aux utilisateurs, en passant par les transformateurs ou les ONG environnementales, comme WWF. Elle compte parmi ses membres de nombreuses entreprises productrices d’huile de palme… dont Ferrero.

Au total, RSPO certifie 18 % de la production mondiale d’huile de palme. L’organisme affirme que ses pratiques permettent de « réduire la déforestation, de préserver la biodiversité, et de respecter […] les droits fondamentaux et les conditions de vie de millions de travailleurs dans les plantations, de petits agriculteurs et de populations autochtones ».

Or, le rapport de l’association Les Amis de la Terre souligne que la RSPO classe les forêts en deux catégories : les forêts « primaires ou à haute valeur pour la conservation » qui sont protégées, tandis que les forêts dégradées ou secondaires peuvent être rasées.

Contrairement à la certification biologique, l’huile de palme « durable » (certifiée par la RSPO) tolère la présence du pesticide paraquat, selon ce même rapport. La présence, même à faible dose, de ces produits phytosanitaires neurotoxiques dangereux peut porter atteinte à la digestion ou provoquer une insuffisance rénale.

Ferrero veut, également, aller plus loin que les engagements pris par la RSPO. Sa Charte sur l’huile de palme prévoit de « garantir la traçabilité du produit tout en luttant contre la déforestation » et de préserver l’environnement. Elle est contrôlée par l’organisme The Forest Trust (TFT), dont le but est d’aider les entreprises et les usines à respecter l’environnement et améliorer la vie des populations locales.

Dans le cas de Ferrero, TFT apporte un label qui montre que les produits ne sont pas issus de la déforestation. Mais là aussi, l’association les Amis de la Terre apporte une nuance de taille : le système de traçabilité TFT ne garantit pas, comme le fait le label FSC (Forest Stewardship Council), que le bois vient d’une forêt gérée durablement. Il assure seulement que la gestion forestière est en cours d’amélioration, ce qui représente « un risque de confusion pour le consommateur » selon l’association.

  • Article d’Amandine Réaux
    Journaliste au Monde

Source : En quoi la consommation d’huile de palme influe sur notre santé et notre environnement ?

Publicités

20160411 – NEWS :Comment définir aujourd’hui ce qu’est une sexualité “normale” dans une société du tout numérique | Atlantico.fr

L’immense succès des mommy porn à connotation SM a déclenché une vague de sondages concernant leur impact sur la sexualité des françaises, en particulier.

Une enquête de l’IFOP sur plus de 1 000 femmes, commandée par le journal Femme Actuelle (2013), montre une progression des pratiques sado maso  » soft  » : 24 % des femmes interrogées déclarent avoir reçu une fessée de la part de leur partenaire, alors qu’elles n’étaient que 8 % en 1985. Les pratiques SM plus hard (soumission, domination) restent, pour elles, très marginales et non souhaitées.

Il en va de même pour les sex toys, que 38 % des femmes déclarent utiliser plus ou moins fréquemment, et le fantasme de faire l’amour dans un lieu public pour pimenter sa vie de couple, partagé par 51 % d’entre elles..

En ce qui concerne l’utilisation des nouvelles technologies dans leur sexualité, les SMS coquins sont échangés avec leur partenaire par 47 % des femmes et 41 % ont déjà visionné en couple un film pornographique. 10 % ont même filmé leurs ébats avec une caméra ou leur smartphone.

Ce genre de sondage nous montre, au-delà la déculpabilisation de certaines pratiques, le rapprochement générationnel entre hommes et femmes et l’expression de leurs fantasmes. Il existe actuellement un réel désir des femmes, dans ces jeux sexuels, à rompre avec une certaine banalité et elles en sont actrices, jusqu’à se rapprocher de certaines limites qui anciennement pouvaient être connotées perverses (SM, voyeurisme…). Nous voyons que, sous le désir d’élargir son répertoire sexuel, pour diversifier le plaisir conjugal, les frontières d’une sexualité normale adulte sont très mouvantes en fonction des époques, et rendent plus difficile la définition d’une sexualité  » anormale  » ou même addictive.

Une recherche nationale plus officielle1 et plus exhaustive, menée auprès de plus de 12 000 personnes entre 18 et 69 ans, troisième du genre depuis 1970, permet ainsi de voir les bouleversements de notre sexualité depuis ces 4 dernières décennies.

Les modifications sociales, relevées par cette enquête en grand nombre, donnent des pistes d’explications à cette évolution : la modification des structures familiales, l’augmentation de l’autonomie sociale et économique des femmes, les lois sur la parité et leur application, l’apparition du PACS et les débats sur le mariage homosexuel, l’inscription de la question de la violence contre les femmes à l’agenda politique, mais aussi la précarisation de certains groupes sociaux affectés par le chômage et les difficultés de la vie quotidienne. Bien évidemment, le contexte épidémiologique (VIH, hépatite…) a également eu une influence sur nos pratiques sexuelles.

Ici également, ce sont les femmes qui ont vu le plus leur sexualité se modifier :

— L’âge de leur premier rapport sexuel se rapproche de celui des hommes (17,6 pour 17,2 pour les hommes). Mais la différence générationnelle la plus importante reste que, pour les nouvelles générations, le premier partenaire ne devient que très rarement le futur conjoint. Ainsi, il devient plus une  » expérience « , au même titre que les garçons.

— Le nombre de partenaires sexuels pour les femmes est en augmentation et se rapproche insensiblement de ce que déclarent les hommes (avec à mon avis une propension nette à majorer pour ces derniers) : 4,4 pour les femmes contre 11,6 pour les hommes. L’enquête, à ce propos, nuance un peu cet écart, en relevant que les femmes ne retiennent que ceux qui ont compté dans leur vie !

— Si la fréquence des rapports sexuels s’est peu modifiée en quarante ans et reste fixée à 8,7 rapports par mois, c’est la sexualité des seniors (50‑69 ans) qui a le plus évolué, et surtout celle des femmes qui déclarent 7,3 rapports par mois au lieu de 5,3 en 1992.

Mais ce sont les pratiques qui ont le plus changé et qui modifient notre regard sur une sexualité dite  » normale  » :

— Le nombre de femmes qui déclarent avoir eu une expérience homosexuelle a presque doublé (2,6 % en 1992 contre 4 % en 2006).

— L’usage d’Internet, pour les rencontres affectives et sexuelles, a également bouleversé nos habitudes, plus particulièrement sur la sexualité des adolescents.

Cependant, nous pouvons déjà relever que cette pratique de rencontre  » flambe  » chez les filles de 18 ans et dépasse les garçons (36 % pour les filles contre 24 % pour les garçons.).

Cette évolution ne va pas sans difficultés, car cette étude révèle une vie sexuelle plus diversifiée mais également des tensions, liées à une contradiction qui perdure entre pratiques et représentations sociales. Cette émancipation féminine se heurte à des a priori persistants :  » La sexualité féminine ne serait pensable qu’en référence à l’affectivité et la conjugalité alors que la sexualité masculine serait par nature plus diverse et plus liée à des besoins naturels. « 

Ce qui pourrait expliquer également que, dans cette enquête, le recours à la prostitution ne semble pas être en diminution chez les hommes. Ce sont toujours les hommes entre 20 et 34 ans qui représentent la plus forte clientèle (près de 5 % des hommes à ces âges). Ainsi, après 50 ans, plus d’1 homme sur 4 a eu au moins un rapport sexuel payant dans sa vie. Car cette évolution de nos pratiques sexuelles, tant dans leurs natures que dans leurs fréquences, ne modifie en rien les difficultés que nous pouvons rencontrer au sein de notre relation de couple, au cours d’une vie, et de son retentissement sur notre vie sexuelle. Et cela, quel que soit notre niveau social, comme le montre le cas de Jean venu me consulter, pensant être malade.Le recours à la prostitution recouvre des situations extrêmement différentes, tant parmi les travailleurs du sexe que des clients. C’est une des raisons pour lesquelles le débat actuel sur la pénalisation des clients est si compliqué. Du côté des prostituées, il n’existe pas de situations univoques, entres celles qui s’engage dans cette  » auto entreprise  » soumise aux impôts et charges diverses, de manière volontaire, celles qui sont engluées dans leur toxicomanie, les victimes de réseaux proxénètes… et pour les clients, ceux qui sont dans une  » misère sexuelle « , les pervers sadiques et violents, ceux qui, en difficulté dans leur couple, préfèrent ce recours à une relation extraconjugale, comme mon patient.

Extrait de Fantasmes et réalités sur les Sex addicts, de Jean-Claude Matysiak, publié chez JC Lattès.

capture_1

Source : Comment définir aujourd’hui ce qu’est une sexualité “normale” dans une société du tout numérique | Atlantico.fr

20160411 – Comics Movies News :David Wenham Cast In Marvel’s Iron Fist | Comicbook.com

Comics In France

David Wenham has joined the cast of Marvel’s Iron Fist as Harold Meachum, Marvel Television […]

David Wenham has joined the cast of Marvel’sIron Fist as Harold Meachum, Marvel Television announced on Monday.

Meachum is a ruthless corporate leader who was once the partner of Danny Rand’s father. In the Marvel Comics universe, Meachum’s betrayal of the Rands is partly responsible for Danny coming to live and train in the mystic city of K’un-L’un. Meachum’s role in Danny’s life in the Marvel Cinematic Universe will be revealed over the course of Iron Fist’s first season.

As with previous casting, this announcement was accompanied by a teaser image released on Marvel.com. The image shows a New York Bulletin newspaper cover reporting that Meachum is ill.

Wenham is joining a cast that already includes Finn Jones as Danny Rand and Jessica Henwick as Colleen Wing.

Wenham is likely best known to sci-fi and…

Voir l’article original 113 mots de plus

20160411 – Final X-MEN: APOCALYPSE Character Posters Feature ‘Archangel’ And The Titular Villain

Comics In France

We were told that the final two mutants would be unveiled today via the official X-Men: Apocalypse app, and now one has been revealed to be Ben Hardy’s Archangel. Who do you think the last one will be?

The official X-Men Movies app has unveiled one of the two final X-Men: Apocalypsecharacter posters (you can see the rest HERE), and as expected, it’s En Sabah Nur’sAngel of Death (Ben Hardy).

Though his appearance does pay homage to some aspects of Archangel’s comic counterpart, fans were disappointed that they didn’t go full-on bald, blue killing machine. I guess 3 blue mutants in one movie was enough!

We’ll update as soon as the last poster hits, though it can really only be one of two characters at this point: Jubilee, or Apocalypse himself.

Since the dawn of civilization, he was worshipped as a god. Apocalypse, the first and…

Voir l’article original 112 mots de plus

20160411 – X-Men Apocalypse : Jean Grey et Cyclops, des détails sur leur romance ! | melty

Comics In France

 tumblr_nz77h5pczz1s2791bo1_500

X-Men Apocalypse s’annonce comme un film riche en conflits, mais rassurez-vous les scénaristes nous ont réservé un peu de romance !

Reste-t-il un peu d’amour dans ce monde de brutes ? Alors que nos X-Men préférés affronteront l’un des mutants les plus puissants de l’histoire dans X-Men Apocalypse, nous sommes rassurés d’apprendre que le film de Bryan Singer contiendra un peu de romance et c’est tant mieux ! Les deux personnages concernés ne sont autres que les versions jeunes de Jean Grey et de Cyclops qui, malgré la période difficile dans laquelle ils évoluent, vont trouver un peu de réconfort l’un avec l’autre. Voici ce que le réalisateur a annoncé : « Au départ, il ne fait absolument pas attention à elle. Lorsqu’il arrive dans l’école de Charles-Xavier, Scott est aveugle et ne peut pas la voir. Puis d’un coup, il possède des lunettes qui lui permettent de voir et…

Voir l’article original 133 mots de plus

20160411 – News :De retour à la télé, Betty Boop restera-t-elle une icône subversive? | Slate.fr

Pin up Fan

Un nouveau dessin animé à destination des ados est annoncé pour 2018. Mais quel visage prendra la pin-up? Celui d’une femme émancipée? D’une victime? D’une mère au foyer? Des rôles qu’elle a déjà tous incarnés par le passé.

La pin-up américaine est de retour. Quatre-vingt-huit ans après son premier cartoon, Betty Boop reviendra bientôt sur le petit écran pour 26 nouveaux épisodes. Le studio Normaal Animationproducteur de Peanuts de Schulza annoncé début février le come-back de la starlette, souvent jugée subversive, pour septembre 2018. Mais difficile de savoir à quoi ressemblera cette nouvelle version du personnage créé dans les années 1930.

«Il encore trop tôt.» Du côté des producteurs français, aucune information ne s’échappe. L’équipe planche sur le graphisme et sur l’histoire, et «rien n’est encore établi», explique le service de communication. Outre- Atlantique, les studios Fleischer, créateurs de Betty Boop et partenaires de…

Voir l’article original 1 389 mots de plus

20160411 – News / Homosexualité, union libre, divorce : les annonces du pape François sur la famille

Homosexualité, union libre, divorce : les annonces du pape François sur la famille

Le pape François a publié vendredi ses directives sur la famille. S’il tend la main aux divorcés remariés et reconnaît la valeur de certaines unions libres, les homosexuels sont quasi-absents du texte.

Le pape François a publié vendredi ses directives sur la famille, dans un texte de 260 pages intitulé « Amoris Laetitia » (« La joie de l’amour »). La diffusion de ce document vient clore deux ans de synode houleux sur la famille, pendant lequel les sujets de division étaient nombreux. Dans ce contexte, le Vatican a demandé à tous les évêques, partout dans le monde, d’organiser dans chaque pays des conférences de presse pour expliquer ces directives.

  • La valeur de certaines unions libres reconnue

Le pape François reconnaît la valeur de certaines unions libres stables, que l’Eglise est appelée à prendre en compte, dans son « exhortation apostolique ». Les couples hétérosexuels en union libre ou mariés seulement civilement peuvent aussi être des « signes d’amour » à prendre en compte quand ils atteignent une « stabilité consistante à travers un lien public », ou lorsque leur union est « caractérisée par une affection profonde », écrit le pape.

  • La main tendue aux divorcés remariés

Le souverain pontife répond en partie aux attentes des divorcés remariés, en appelant à leur intégration dans l’Eglise et en rejetant les condamnations définitives. Dans son texte « Amoris Laetitia », le pape n’évoque cependant pas directement l’accès à la communion, au cœur de la revendication des catholiques divorcés et remariés civilement.

  • Statut quo pour les homosexuels

Les directives sur la famille maintiennent le statu quo sur les homosexuels, quasi-absents du texte et dont l’Eglise catholique refuse toujours de reconnaître les unions.

« En ce qui concerne le projet d’assimiler au mariage les unions entre personnes homosexuelles, il n’y a aucun fondement pour assimiler ou établir des analogies, même lointaines, entre les unions homosexuelles et le dessein de Dieu sur le mariage et la famille », écrit le pape dans son « exhortation apostolique » sur la famille.

Source : Homosexualité, union libre, divorce : les annonces du pape François sur la famille

 

Avis Pimpf : Dommage de ne pas bouger plus les lignes et les pensées, ce n’est pas encore assez…. enfin selon moi .