20160531 – 10 conseils de sexologues pour une sexualité de couple plus épanouie

SEXUALITÉ – Lorsqu’on est en couple depuis des années, le sexe n’est pas toujours spontané. C’est quelque chose qui doit parfois se travailler,

 

SEXUALITÉ – Lorsqu’on est en couple depuis des années, le sexe n’est pas toujours spontané. C’est quelque chose qui doit parfois se travailler, même si, culturellement, cette idée est un peu difficile à admettre.

« Je ne m’explique pas vraiment pourquoi nous voulons que le sexe soit quelque chose de spontané », nous explique Megan Fleming, psychologue et sexologue basée à New York. « Le fait est que, chez la plupart des couples, il faut que toutes les conditions soient réunies pour faire l’amour, qu’ils soient reposés et détendus. »

La bonne nouvelle, c’est qu’il existe des astuces pour s’adonner plus souvent au sport en chambre. Voici quelques conseils prodigués par notre spécialiste et quelques-uns de ses collègues.

1. Testez de nouvelles sensations, encore et encore

« Lorsque vous testez de nouvelles pratiques, détendez-vous et vivez le moment présent. Tentez de nouvelles choses, recommencez et évaluez votre ressenti. Donnez plus de place aux sensations qui vous procurent du plaisir, tout en faisant certains ajustements et en essayant de nouvelles choses. » – Megan Fleming

2. Lancez l’idée d’un câlin à tour de rôle

« Il arrive trop souvent que l’un des deux partenaires ait plus envie de faire l’amour que l’autre, ce qui peut, à la longue, provoquer un sentiment d’humiliation et de culpabilité chez l’initiateur/l’initiatrice. La vie sexuelle dans un couple serait plus équilibrée si chaque partenaire proposait à tour de rôle d’aller batifoler sous la couette. » – Moushumi Ghose, sexologue et auteur du livre Classic Sex Positions Reinvented.

3. Couchez-vous à la même heure

http://giphy.com/embed/8q4bhy3TJzDfG?html5=true

 

« Aller au lit en même temps que son partenaire est un rituel qui renforce la relation amoureuse. Les confidences sur l’oreiller, et le fait d’être couchés côte à côte tout en étant encore éveillés, sont plus propices aux ébats amoureux. » – Laurel Steinberg, psychothérapeute spécialisée dans les troubles de la sexualité.

4. Cessez de voir le sexe comme une obligation sur votre planning

« J’aimerais que chacun prenne le temps de lever le pied, de se poser et de se ressourcer pour être disponible affectivement et physiquement, pour profiter de moments sensuels à deux. De nombreux couples sont surmenés, stressés, et voient le sexe comme une obligation à rayer de leur planning afin d’être à nouveau productifs. Dans l’idéal, faire l’amour doit être un moment de pure détente et de plaisir. Mais, dans les faits, il faut prendre le temps de se rendre disponible. » – Sari Cooper, sexologue diplômée, coach sexuelle et présentatrice de l’émission Sex Esteem, diffusée sur le web.

5. Voyez le porno d’un autre œil

« Lorsque le porno pose problème au sein d’un couple, ce n’est pas lui qui en est responsable mais plutôt les cachotteries qu’il engendre. Mon conseil: accordez-lui une place dans votre couple. Regarder du porno à deux est un bon moyen de provoquer l’excitation qui conduit au désir sexuel. Explorez les différents types de pornos, comme si vous zappiez d’une chaîne à l’autre. Vous n’êtes pas obligé d’aimer tout ce que vous verrez. » – Ian Kerner, sexologue et auteur du livre Elle d’abord: Petit guide à l’intention des hommes pour faire plaisir aux femmes, best-seller du New York Times.

6. Parlez de vos fantasmes et désirs les plus secrets

http://giphy.com/embed/CAlBTS57uDXoY?html5=true

 

« Ne vous contentez pas de discuter de ce que vous aimez faire au lit ou de vos zones érogènes. Découvrez si votre partenaire veut être dominé-e ou dominant-e. Sachez si vous pouvez ou non aller au-delà des comportements sexuels conventionnels (la« sexualité vanille »). Si davantage de couples arrivaient à parler ouvertement de leurs désirs et fantasmes les plus secrets, leur intimité s’en trouverait renforcée, sans parler de l’excitation et de la tension sexuelle ressenties! » – Moushumi Ghose

7. Dormez nu-e (au moins de temps en temps).

« Dormir nu-e au côté de votre partenaire favorise le peau à peau et permet de ressentir encore davantage votre excitation mutuelle, ce qui augmente les chances de faire de l’amour. » – Laurel Steinberg

8. N’ayez pas peur de parler de sexe

« Beaucoup de couples ont du mal à parler de sexe de manière positive et directe. En thérapie, je dois souvent leur apprendre à évoquer leur vie sexuelle sans que cela tourne à l’engueulade. La discussion doit se faire sur un ton léger, en répondant de manière sincère à des questions sur ce qui leur plaît ou non. » – Angela Skurtu, sexologue et conseillère conjugale à Saint-Louis (Missouri).

9. Arrêtez de considérer la pénétration comme une fin en soi

http://giphy.com/embed/130mOUpRt2hlRu?html5=true

 

« Si l’on compare sexe et nourriture, la pénétration est généralement le plat que l’on sert le plus, même si les recettes sont assez limitées. Essayez donc de l’enlever de la carte, mais gardez les orgasmes, et voyez ce que vous réserve ce menu torride. Testez les rapports sans pénétration: les caresses manuelles et bucco-génitales, les baisers profonds et autres frottements. » – Ian Kerner

10. Planifiez un rendez-vous coquin

« Le mariage platonique est l’une des préoccupations les plus courantes des couples d’aujourd’hui. Quand ils se décident à consulter, ils ont souvent arrêté de faire l’amour depuis des années. En tant que sexologue, je rencontre tous les cas de figure et je donne à presque tous les couples la même consigne: planifiez un moment en amoureux. Cet engagement doit toutefois être tenu, parce qu’il est très facile couples de transformer un rendez-vous coquin hebdomadaire en quelque chose de plus conventionnel, et de faire l’impasse sur la sensualité, les échanges tactiles, et sur une bonne vieille partie de jambes en l’air. Pour pimenter sa vie sexuelle et sortir de la routine, il faut prendre le temps de se (re)découvrir pour le plaisir. » – Patti Britton, coach sexuelle et auteur de The Art of Sex Coaching: Expanding Your Practice.

Cet article, publié à l’origine sur le Huffington Post américain, a été traduit par Laura Aznar pour Fast for Word.

Source : 10 conseils de sexologues pour une sexualité de couple plus épanouie

20160531 – Pour la moitié des parents, l’école n’est plus adaptée aux enfants d’aujourd’hui – Le Point

Plus de la moitié des parents d’élèves estiment que l’école contemporaine n’est plus adaptée aux enfants de la génération actuelle, révèle un sondage publié mardi.

Quelque 52% des parents interrogés par OpinionWay pour la fédération des parents d’élèves de l’enseignement catholique (APEL), en partenariat avec La Croix, jugent que l’école n’est plus adaptée aux enfants d’aujourd’hui. Ce pourcentage grimpe à 77% pour les parents de lycéens.

Les parents mettent l’accent sur la nécessité « de tenir compte des différences individuelles entre élèves » (à 92%) et d' »adapter les pédagogies » (à 91%). Ils prônent la réduction du temps scolaire à une demi-journée (à 73%) et le remplacement des classes traditionnelles par des regroupements selon les niveaux de performances (à 63%).

Ils insistent également à 89% sur l’importance de veiller au bien-être des élèves, selon cette enquête réalisée auprès de parents d’enfants scolarisés dans le public et le privé.

La transmission des savoirs et connaissances fondamentaux devrait rester la priorité de l’école pour la moitié des parents (alors qu’elle ne remplit ce rôle en priorité que pour 44% d’entre eux). Mais les attentes vis-à-vis de l’école contemporaine « sont recentrées sur l’individu » et « l’épanouissement de l’élève », note Julien Goarant, directeur des études à OpinionWay.

« On souhaite une individualisation des parcours tout en faisant des élèves des personnes qui ne soient pas individualistes », relève Caroline Saliou, présidente de l’Apel, dont le congrès se déroule à Marseille en fin de semaine avec pour thème « Pourquoi l’école? ».

L’enseignement privé catholique sous contrat accueille quelque 18% des enfants en France.

Le sondage a été réalisé en ligne par OpinionWay les 13 et 14 avril, auprès de 544 parents d’élèves.

31/05/2016 15:59:20 –  Paris (AFP) –  © 2016 AFP

Source : Pour la moitié des parents, l’école n’est plus adaptée aux enfants d’aujourd’hui – Le Point

20160531 – Migrants : une ONG publie la photo d’un bébé mort noyé en Méditerranée

Sea-Watch, qui participe aux opérations de sauvetage de migrants en Méditerranée, souhaite alerter l’opinion et pousser les responsables européens à agir.

«Si nous ne voulons plus voir de telles images, nous devons mettre fin à cette situation!» L’ONG allemande Sea-Watch, qui participe aux opérations de sauvetage de migrants en Méditerranée, entend ainsi alerter l’opinion européenne. Les images en question sont celles d’un tout jeune enfant mort noyé au large des côtes libyennes. Diffusées lundi, elles ont été prises trois jours plus tôt par un photographe indépendant après le naufrage d’un navire transportant quelque 350 migrants. «Beaucoup d’entre eux étaient déjà morts lorsque l’équipe Sea-Watch est arrivée», relate l’organisation qui dispose de deux bateaux en mer Méditerranée. Sur les images, l’enfant apparaît dans les bras d’un sauveteur à bord d’une embarcation. L’ONG ne donne pas davantage de précision sur l’âge et l’identité car, son navire ne pouvant accueillir de migrants à son bord, le corps a été transféré sur un navire de la marine italienne.

À l’arrivée des secouristes, l’enfant flottait dans l’eau les bras étendus, raconte à Reuters le sauveteur de Sea-Watch photographié. «J’ai attrapé le bébé par les avant-bras et j’ai immédiatement tiré le petit corps vers moi pour le protéger, comme s’il était encore vivant, poursuit l’homme qui a souhaité garder l’anonymat. Ses bras étaient tendus avec ses petits doigts en l’air, le soleil éclairait ses yeux lumineux et chaleureux, mais sans vie.» «J’ai commencé à chanter une chanson pour me réconforter et essayer de donner le moindre sens à ce moment déchirant et incompréhensible. Il y a six heures, cet enfant était vivant.»

Au total, vingt-cinq autres corps ont été repêchés dans le naufrage. La semaine dernière, au moins 880 migrants, dont une quarantaine d’enfants, ont trouvé la mort au large de la Libye, selon le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés.

Consciente que les photos diffusées sont susceptibles de choquer l’opinion, l’équipe du Sea-Watch a unanimement approuvé la diffusion de deux images. «La gravité de la situation exige la publication», justifie l’ONG. «Ces images tragiques doivent être vues par la société européenne car les tragédies sont la conséquence de la politique étrangère européenne.» Son fondateur, Harald Höppner, met ainsi clairement en cause les autorités européennes «Dans le sillage de ces événements terribles, il devient clair que les appels des politiciens européens à mettre un terme à ces morts en mer ne sont que des mots.» «Seul l’établissement de nouveaux systèmes assurant des entrées légales et en sécurité dans l’UE peut finalement conduire à en finir avec cette tragédie humanitaire», poursuit Sea-Watch.

Ces nouvelles images ne sont pas sans rappeler celles du corps sans vie du petit Aylan, Syrien de trois ans retrouvé noyé en septembre sur une plage turque. La photo avait fait le tour du monde et suscité une vague d’indignation planétaire. Seulement, aujourd’hui, son père Abdullah Kurdi ne cache plus son dégoût. «Des enfants réfugiés continuent de se noyer chaque jour, la guerre en Syrie n’a pas stoppé», explique-t-il ce mardi dans les colonnes du quotidien italien La Repubblica. «Je vois certains pays construire des murs, d’autres ne pas vouloir nous accueillir. Mon Aylan est mort pour rien, très peu de chose a changé.»

Source : Migrants : une ONG publie la photo d’un bébé mort noyé en Méditerranée

20160531 – L’étude santé du jour : remplacer les tampons par une coupe menstruelle peut améliorer votre vie sexuelle – metronews

A l’heure où les dioxines, glyphosate et autres pesticides sont suspectés d’envahir les protections périodiques, la coupe menstruelle se présente comme une alternative aux tampons et aux serviettes hygiéniques. Mieux, elle aurait des effets bénéfiques sur la vie sexuelle, selon une étude menée par la marque Intimina et relayée par leDailymail britannique. Comment ? Le port de la coupe menstruelle limite le risque de sécheresse vaginale et tonifie les muscles vaginaux.

EN SAVOIR + >> Les tampons et serviettes hygiéniques « potentiellement toxiques »

Méthodologie : 1 500 femmes questionnées
Pour cette enquête, la société d’hygiène intime, Intimina, qui vend aussi des coupes menstruelles, a interrogé près de 1 500 femmes. Les volontaires ont rempli un questionnaire en détaillant leurs sensations pendant leurs périodes menstruelles, et notamment après avoir arrêté d’utiliser des tampons. Mauvaises odeurs, sécheresse intime, vie sexuelle, crampes ou encore sommeil, aucun sujet n’a été épargné aux sondées.

Ce que l’étude a montré : 26% ont une meilleure vie sexuelle
Concernant la vie sexuelle, 26% des sondées ont déclaré être plus épanouies au lit lorsqu’elles utilisaient la coupe menstruelle. Une constatation qui s’explique par une diminution de la sécheresse intime (dans 66% des cas) et un meilleur tonus vaginal. Également, 46% des interrogées ont vu la qualité de leur sommeil s’améliorer grâce à la coupe. Plus globalement, 84 % d’entre elles se sentent plus en confiance et 78% déclarent être plus à l’aise. En effet, 62% des femmes ont remarqué une diminution des mauvaises odeurs pendant la période de règles et 34% ont eu moins de crampes au niveau du bas ventre.

EN SAVOIR + >> Témoignage – « Pourquoi j’ai adopté la coupe menstruelle »

Ce qu’il faut en conclure : une alternative aux tampons et serviettes hygiéniques
Tampons, serviettes et maintenant coupe menstruelle…En période de règles, les femmes ont de plus en plus de choix. Et parmi toutes ces options, la coupe menstruelle serait LA solution pour éviter les effets secondaires des autres protections, comme les sécheresses vaginales, les démangeaisons ou encore les mauvaises odeurs.

En forme de cloche, le petit objet en silicone médical s’introduit comme un tampon. Maintenue grâce aux muscles vaginaux la coupe « récupère » le sang. Elle doit être vidée et rincée deux à trois fois par jour, selon le flux. Et pour une utilisation hygiénique, l’objet doit être stérilisé avec de l’eau bouillante entre deux périodes menstruelles. De plus les coupes pourraient vous faire faire des économies puisqu’elles peuvent être conservées jusqu’à 10 ans. Les intéressées pourront trouver leur bonheur en pharmacie à partir de 30 euros.

EN SAVOIR + >> Règles : la coupe menstruelle, petit mode d’emploi

Source : L’étude santé du jour : remplacer les tampons par une coupe menstruelle peut améliorer votre vie sexuelle – metronews

20160531 – L’origine du terme « bug » pour un problème informatique | Presse-Citron

L’utilisation du « bug » pour un dysfonctionnement informatique date des années 40. En s’introduisant dans les gros relais, les insectes causaient des « bugs ».

Ce micro-récit, que je relaye, a été raconté sur The Next Web. Le 9 septembre 1945, Grace Hopper, un officier de l’US Navy,  travaille sur un ordinateur Harvard Mark II (l’un des ancêtres du PC ?). Elle trouve un papillon coincé entre les  relais électriques de la machine. A l’époque, les ordinateurs remplissent un volume considérable (des salles entières), consomment beaucoup d’énergie et produisent beaucoup de chaleur. Une température qui attire de nombreux insectes (bugs en anglais) qui s’invitent un peu partout entre les composants des machines.

Le papillon en question cause un court-circuit et provoque un dysfonctionnement de l’ordinateur. Et c’est de là que viendrait l’expression « bug dans l’ordinateur ». Celle-ci n’a peut-être pas été inventée par l’officier de la Navy. Mais comme elle tenait un journal, il s’agirait du premier rapport de bug de l’histoire.

Avec le progrès technologique, nous avons maintenant des PC et des Mac très compacts. Mais l’expression a continué à être utilisée, même si l’époque des papillons est bien révolue. Désormais, « bug » ou bogue en français, est synonyme de blocage ou de dysfonctionnement. Et le mot est parfois plus utilisé pour désigner un problème de software que de hardware.

Comme le langage évolue, les récentes générations utilisent le « bug » pour exprimer un blocage en général, ne se limitant plus au domaine de l’informatique pour utiliser cet anglicisme.

Mais en tous cas, la prochaine fois que vous direz que vous avez eu un « bug », rappelez-vous de cet insecte que l’officier de la Navy a pris soin de coller dans son journal.

(Source)

Source : L’origine du terme « bug » pour un problème informatique | Presse-Citron

20160531 – Le Pentagone utilise des vieux ordinateurs. Et alors ? | Presse-Citron

Un hacker explique l’avantage de contrôler des armes nucléaires avec un IBM Series/1 et des disquettes de 8 pouces.

Aujourd’hui, on utilise des machines qui auraient leurs places dans un musée dans certains bureaux de l’administration américaine. C’est en substance ce que l’on conclut d’un rapport récemment publié par le Government Accountability Office. Dans ce rapport, il est par exemple indiqué que le Pentagone, pour coordonner « des fonctions opérationnelles de la force nucléaire des Etats-Unis », utilise encore des machines IBM Series/1 datant des années 70 ainsi que des disquettes de 8 pouces. Cette information, en particulier, a fait le tour du web. Et si de nombreux internautes trouvent cela insensé, des spécialistes en sécurité pensent qu’il y a aussi du bon.

C’est le cas de Cris Thomas, alias Space Rogue, et employé de Tenable Network Security. Il est l’un des fondateurs d’un groupe de hackers qui avait déclaré devant le sénat américain en 1998 qu’ils étaient capables faire tomber internet en 30 minutes. Et aujourd’hui, il explique (cité par Business Insider) que « le plus gros problème de sécurité ici [avec ces machines IBM Series/1]n’est pas que l’ordinateur a 40 ans, mais plutôt la qualité de la serrure de la porte derrière laquelle se trouve la machine ».

En substance, pour lui, l’avantage d’une vieille machine comme celle-ci est qu’il n’est quasiment pas possible de la contrôler, si ce n’est en étant assis devant le terminal. Il ajoute même qu’il « n’y a pas de raison pour que ces machines ne restent pas là les 40 prochaines années », à condition de recopier régulièrement les données dans les disquettes et d’avoir un fournisseur pour les pièces de rechange.

Mais quoi qu’il en soit, le gouvernement américain prévoit déjà de remplacer ses systèmes obsolètes d’ici 2020.

Source : Le Pentagone utilise des vieux ordinateurs. Et alors ? | Presse-Citron

20160531 – Le pervers narcissique n’existe pas – Le Point

Mal du siècle ou invention bien commode ? Le psychanalyste Marcel Sanguet démonte le mythe du pervers narcissique. Un essai à contre-courant.

Séries télévisées, émissions radio, témoignages, livres, reportages, le pervers narcissique a colonisé l’espace médiatique, qui ne se lasse plus de raconter ses méfaits insaisissables. Cet être brillant, charmeur, dont la jouissance consiste à manipuler l’autre, aurait envahi les entreprises, les couples, les familles, les cours de récréation et les vestiaires des clubs de sport. Le pervers narcissique est partout.

Marcel Sanguet, psychologue clinicien et psychanalyste, examine l’épidémie ravageuse avec circonspection. Dans son ouvrage Le pervers n’est pas celui qu’on croit (éditions Eyrolles), l’auteur démontre que cette nouvelle figure de la psychopathologie du quotidien serait surtout une invention commode, une fable destinée à nous dédouaner de nos propres échecs. Notre époque aurait « inventé la catégorie morale du pervers pour la rendre responsable de nos maux », comme le début du XXe siècle popularisa l’hystérique pour dire le refoulement des désirs sexuels.

Créature fabuleuse

La fabrication du pervers a son utilité. « La notion de pervers, revisitée pour satisfaire à l’actuel mythe de la réalisation personnelle, qui suppose que tout est possible pourvu qu’on se donne les moyens d’y parvenir, permet de se dédouaner de nos médiocrités intimes : si la réussite n’est pas à la clef, la faute en incombe à ses pervers. » Autrement dit, sommés par la modernité de nous accomplir et de nous réaliser magnifiquement, il advient que nous demeurions englués dans nos banalités. Et ici surgit le pervers narcissique. C’est de sa faute – au bureau, à l’usine, en amour – si nous avons renoncé à atteindre nos buts, nos objectifs, notre chiffre d’affaires.

Nous vivons dans l’ère du « tout est possible ». « Que faire quand l’échec s’avance, quand le ratage pointe, quand la militation s’impose ? Deux solutions. La première est l’auto-accusation : le sujet n’est pas à la hauteur de ses attentes, il n’a pas atteint ses objectifs et ne doit s’en prendre qu’à lui-même », écrit l’auteur. C’est alors que se déploie la dépression. « La seconde solution, poursuit-il, est de désigner un autre, animé de malveillance et de la volonté de nuire, comme responsable de l’échec. L’invention du pervers devient une excuse de médiocrité. » La charge est vigoureuse, mais convaincante. Marcel Sanguet conclut d’ailleurs, non sans malice, que « la société fabrique à tour de bras des diagnostics de pervers narcissiques ». Sauf que « des pervers en chair et en os qui se réclament comme tels, il n’y en a pas. Curieusement, cette catégorie en plein essor n’offre que très peu l’occasion de rencontrer un de ses nombreux membres ». Le pervers serait une créature fabuleuse, une fabrication moderne. Un peu pervers, non, cette théorie ?

Source : Le pervers narcissique n’existe pas – Le Point