20160519 – TAG / Défi Grignotage de série #07 – The Tudors

THE TUDORS

Voici le septième pilote de série TV pour le   TAG du blog La Chambre Rose et Noire  qui s’intitule le Grignotage des séries

De nouveau je fais appel à mon abonnement Netflix et à  la liste de séries que j’ai dans ma liste à voir sur Netflix, cette fois ci mon dévolu s’est porté sur la série les Tudors

« Vous pensez connaître l’Histoire, mais vous n’en savez que la fin. Pour en atteindre le cœur, il faut la reprendre au début. »

La série raconte de manière romancée et librement adapté de la vérité historique, la vie d’Henri VIII d’Angleterre, son règne et ses mariages successifs.

Même si tout ceci est romancé, le mérite de ces séries est qu’elles retracent un pan de l’histoire et ici en particulier celui de Henri VIII et de son soucis avec ses femmes mais aussi de tout le contexte historique, comme contemporain de François 1er , un de ses ennemis, sans oublier toute l’intrigue dans la cour anglaise.

On ne raconte bien sûr qu’en majorité les aventures de la cour de la noblesse et de ceux qui les côtoient , mais c’est aussi souvent ce que les livres d’histoire retiennent en majorité.

henry_cavill_the-tudors_promo_10

Le casting est impressionnant un très bon Jonathan Rhys Meyers pour interpréter Henri Tudor / Henri VIII, sans oublier Henry Cavill  (oui notre Man of Steel himself) dans le rôle  de Charles Brandon, et toute une floppée d’acteurs que  lon retrouve dans pas mal de séries à succès de nos jours.  En tant que français elle a le mérite de nous donner le point de vue anglais de l’histoire et de ce qui se passait à l’époque. ce n’est pas plus mal.

Bref un bon feeling et un bonne mise en place de l’ensemble des personnages de la série.

Note finale  :

7/10

Note_7sur10

20160519 – TAG / Défi Grignotage de série #06 – Outlander

ols1_1

Voici le sixième pilote de série TV pour le   TAG du blog La Chambre Rose et Noire  qui s’intitule le Grignotage des séries

De nouveau je fais appel à mon abonnement Netflix et à  la liste de séries que j’ai dans ma liste à voir sur Netflix. Mon dévolu cette fois ci s’est porté sur la série Outlander :

En 1945, une infirmière de guerre, Claire Randall, se retrouve transportée dans l’Écosse révoltée de 1743. Elle y rencontre la rébellion et le fringuant guerrier des Highlands, Jamie Fraser.

tumblr_inline_nosfisokwm1tsjbwh_1280

Je ne sais plus avec qui j’avais échangé au sujet de cette  série , mais j’ai vraiment  accroché à la fois sur les acteurs , la thématique de la série et la manière dont l’histoire est menée (peut être un mélange de l’ambiance Highlander  avec code quantum et le tunnel du temps ?). Je n’ai vu pour l’instant que le premier épisode mais je verrai certainement cette première saison au complet. Ma note finale est de 7/10.

Note_7sur10

 

20160519 – Penny Dreadful Video: Behind the Scenes in the Wild West… Er, Spain — TVLine

Since Season 3 of Penny Dreadful was to follow wolfman Ethan (Josh Hartnett) home to the States and across the New Mexico territory, series creator John Logan set out to recreate “the authenticity of the West”… by taking the production to Spain, he reveals in this exclusive behind-the-scenes video. Turns out, the city of Almería…

via Penny Dreadful Video: Behind the Scenes in the Wild West… Er, Spain — TVLine

20160519 – Découverte exceptionnelle de deux nouvelles espèces de dinosaures aux Etats-Unis — Blog Archipel des Sciences

Deux nouvelles espèces de dinosaure à cornes ont été découvertes aux Etats-Unis, dont l’une par un amateur qui explorait la propriété qu’il venait d’acquérir. Ils avaient des cornes, des becs et des carapaces pour protéger leur cou. Deux nouvelles espèces de dinosaures ont été découvertes aux Etats-Unis. L’un d’eux a été surnommé Judith du nom […]

via Découverte exceptionnelle de deux nouvelles espèces de dinosaures aux Etats-Unis — Blog Archipel des Sciences

20160519 – News : Le sang-froid exemplaire du policier dont la voiture a été incendiée

VIOLENCES – Des images amateur montrent l’agression des forces de l’ordre par des manifestants…

C’est un héros pour l’instant anonyme. Le policier dont la voiture a été incendiée par des casseurs, quai de Valmy, mercredi, est célébré par de nombreux internautes, qui saluent son sang-froid exemplaire face à ses agresseurs. Des images de l’incident ont été publiées dans la soirée, notamment par InfoCritiqueWeb sur YouTube (avancer à 3’55).

Alors qu’un casseur jette un fumigène par l’arrière de la voiture, dont la vitre a été cassée, le policier sort calmement du véhicule. Agressé avec une barre, il évite la première attaque. Puis bloque les coups, une fois, deux fois et trois fois de ses bras. Au lieu de sortir son arme, il part tranquillement alors qu’un manifestant lance « Arrête, putain », à l’agresseur.

>> A lire aussi: Que sait-on de l’attaque de la voiture de police?

#KungFuFighting

Un clip publié sur Vine par l’utilisateur Florent Derue accompagné du hashtag #KungFuFighting a été vu plus de 100.000 fois, tout comme la vidéo, plus longue, publiée sur Facebook par la page PartageInfoPolice. Sur Twitter, de nombreux internautes réclament une médaille pour l’officier.

L’incident a eu lieu en marge de la manifestation des policiers pour dénoncer la « haine anti-flics ». Quatre personnes, dont deux jeunes hommes de 19 ans et un de 21 ans, ont été interpellées dans la soirée, et Bernard Cazeneuve a prévenu que d’autres suivraient. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour tentative d’homicide volontaire.

Source : VIDEO. Le sang-froid exemplaire du policier dont la voiture a été incendiée

Avis Pimpf : C’est une dérive que je condamne  quel est l’intérêt de s’attaquer ainsi aux flics ?  ils sont la pour faire leur boulot  non ? En plus vu la pancarte qu’ils ont laissé sur la voiture ils voulaient vraiment tuer du flic ? c’est vraiment minable ( alors oui j’attends déjà la grande théorie du complot comme quoi c’est  du chiqué que c’est fait par les flics pour s’attirer encore plus de sympathie du grand public, faut arrêter la grande fumette… rien qu’à voir comment certains groupuscules politisées, ou certains « voyous » ne débarquent que pour « foutre la merde »…) Certes certains abusent de leur pouvoir , mais ils sont loin d’être tous de grosses brutes …  situation sociale vraiment pourrie en ce moment…

 

20160519 – News / Parents et salariés : trouver l’équilibre en vie privée et vie professionnelle – La Voix du Nord

6 h 45 : réveil. 8 h 15 : conduire les enfants à l’école. 9 h : être au bureau à l’heure. – France-Monde – La Voix du Nord

 

6 h 45 : réveil. 8 h 15 : conduire les enfants à l’école. 9 h : être au bureau à l’heure. Toute la journée : trouver le bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Peu à peu, des entreprises s’emparent de la question de la parentalité. Celles qui l’ont fait sont convaincues : des parents plus sereins font des salariés plus performants.

« Les collaborateurs ne laissent pas leur vie privée sur le parking le matin en arrivant à leur bureau. » Les salariés ont beau porter tailleur, chaussures de chantier, blouse médicale ou bleu de travail, ils ne quittent jamais leur casquette de papa ou de maman. Membre du directoire de la Caisse d’Épargne Nord France Europe, Christine Goeury connaît bien le sujet : la banque travaille depuis quelques années sur l’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle de ses salariés. C’est par ce biais qu’elle s’est intéressée aux questions de la parentalité en entreprise.

« Si les salariés sont contents de venir au bureau, s’ils sont disponibles à leur travail, l’entreprise est gagnante », assure Christine Goeury. Des mesures ont été prises pour contribuer à leur bien-être. Bannies les réunions après 17 heures. Acceptés les aménagements d’horaires (si le poste le permet) ou les demandes de travail à temps partiel. Réservés les berceaux en crèche. Bonifiés les chèques emploi service universel pour payer des heures de garde d’enfants ou de ménage… Les parents y gagnent. Les aidants familiaux aussi et, finalement, tous les salariés. « Ça a un coût, reconnaît Christine Goeury. Mais c’est moins cher ou, en tout cas, pas plus cher que de gérer des dysfonctionnements. Cette politique facilite les recrutements, renforce la fidélisation des collaborateurs… » L’intuition du retour sur investissement est difficile à mesurer. « Le seul critère observable, c’est celui de l’absentéisme. Et il décroit régulièrement depuis quatre ans. »

Aujourd’hui, 61 % des salariés en France ne sont pas satisfaits de leur employeur sur la question de la conciliation vie privée-vie professionnelle selon le baromètre de l’Observatoire de la parentalité en entreprise. L’articulation des temps de vie est pourtant un thème obligatoire du rapport de situation comparée (RSC), y compris pour les entreprises de moins de 300 salariés.

Performance économique

Environ 500 entreprises – qui comptent tout de même 5 millions de salariés – ont signé la charte de la parentalité en entreprise. Toutes les sociétés ont pourtant intérêt à s’intéresser à la question, estime Luc Derache, directeur du développement durable de Bayer à Lille : « l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée est un vecteur de performance économique. » L’accompagnement de la parentalité, une question d’efficacité.

Une question de société, aussi selon Christine Goeury : « Une entreprise de la taille de la nôtre doit contribuer à l’évolution des comportements en son sein mais aussi au-delà, en dehors du lieu de travail. » Luc Derache confirme : « Nous estimons que nous ne pouvons pas perpétuer les inégalités entre les hommes et les femmes au sein de notre groupe . » Chez Bayer, le processus de recrutement, l’accès à la promotion, le système de rémunération : tout est complètement asexué. Parent et salarié. Un beau métier.

Apprendre à être parent au bureau

Pendant la pause-déjeuner, ou pendant une journée, Marjorie Danna organise des ateliers consacrés à l’accompagnement à la parentalité. « Il s’agit d’activités ludiques et créatives pendant lesquelles on apprend à mieux se connaître et à se définir en tant que parents. » Elle intervient dans des établissements scolaires, des centres sociaux ou des collectivités mais aussi dans des entreprises de plus en plus intéressées par le sujet. « La France est un peu en retard sur ces thèmes mais c’est en train de changer. On commence à parler d’éducation positive, par exemple. Et puis les modèles économiques changent. Il y a une prise de conscience, notamment chez les jeunes entrepreneurs. »

Prendre un moment pour prendre soin de soi, pour réfléchir à son rôle de parent et pour en apprendre un peu plus. Et voilà un salarié plus serein à la maison et donc au bureau. « Au-delà, beaucoup de personnes qui ont assisté aux ateliers me disent qu’ils leur ont été utiles dans leur vie professionnelle. Par exemple, j’évoque les langages relationnels. Certains témoignent de leur affection en rendant service, d’autres en faisant des compliments… Mieux comprendre ces modes de fonctionnement permettent de mieux communiquer. Avec ses enfants. Mais aussi avec ses collègues. » Les parents sont gagnants. Les salariés aussi.

http://comandcit.free.fr/

Source : Parents et salariés : trouver l’équilibre en vie privée et vie professionnelle – La Voix du Nord

Avis Pimpf : C’est bien que certaines entreprises veuillent le prendre en compte, avec la mise en place par exemple de crèches d’entreprises, de solutions de ce genre  ( le télétravail aussi par exemple) qui peuvent permettre de simplifier la vie et de rassurer les salariés.

Mais c’est aussi un choix personnel , si je prends mon cas personnel , j’aurai pu certainement obtenir des postes à salaires plus élevés mais tout en bossant je préfère garder aussi du temps pour les miens, autant tu peux changer de boulot pas mal de fois dans ta vie, autant les personnes que tu aimes comme tes parents  tes enfants, tu n’en changent pas autant , du moins normalement…)

On n’a pas toujours le choix de pouvoir trouver un équilibre entre vie privée et vie  professionnelle mais quand on le peut c’est quand même idéal. Il y a aussi certains pour lesquels le boulot prime plus que le reste  et surtout leur vie personnelle et familiale mais sur le fond je me demande si souvent c’est parce-que leur vie perso ne les motive pas , je peux me tromper mais  c’est souvent mon sentiment…

J’ai souvent dit que je ne pourrai pas prendre un boulot ou je ne verrais pas mes enfants grandir ,car si c’est pour se mettre plein de sous dans les poches ou ne faire un bisou qu’a mes enfants qui dorment déjà parce-que je rentre tard , je trouverai cela difficile ( du moins c’est mon choix et je l’assume 🙂 ) .

Maintenant il faut aussi faire attention sur les plus jeunes ou ceux qui n’ont pas d’enfant, dans l’entreprises afin qu’ils ne sentent pas lésés, et d’entendre toujours la réflexion dans l’entreprise   » il n’y en a que pour ceux qui ont des enfants »

Sinon pour en revenir à l’article je suis pour ce genre d’initiative en entreprise , c’est très bien et ce serait génial que cela s’étende, mais par défaut en France de nos jours on a du mal à faire confiance ou à mettre en confiance les salariés, à part leur mettre la pression  , « faire ses heures » et les presser comme des citrons, j’ai du mal à voir un cadre agréable dans lequel travailler… vivement que la mentalité au boulot en France évolue… sur les grosses boites, car souvent les PME sont plutôt novatrices  dans ces approches et dans les méthodes de travail.

20160519 – News : – Crash avion A320 EgyptAir Paris-Le Caire : des débris de l’avion retrouvés – metronews

OL MS804 – Un avion reliant Paris au Caire a disparu des radars peu après son entrée dans l’espace aérien égyptien dans la nuit de mercredi à jeudi, a annoncé la compagnie EgyptAir. Il y avait 66 personnes à bord. Selon une source de l’aviation civile grecque, l’appareil s’est écrasé au large de l’île de Karpathos.

Des débris retrouvés
Confirmant des informations de presse, l’armée grecque a annoncé que des débris de l’appareil ont été retrouvés au large de l’île de Karpathos.

 

C’est la compagnie EgyptAir qui a annoncé la disparition de l’avion, tôt ce jeudi matin sur Twitter. Le vol MS804 Paris – Le Caire a disparu des radars alors qu’il survolait la Méditerranée, quelques minutes après son entrée dans l’espace aérien égyptien. Il y avait 66 personnes à bord.

EN SAVOIR + >> Avion Egyptair disparu : qui sont les passagers du vol MS804 ?

L’Airbus A320 avait décollé à 23H09 locales (21H09 GMT) avec 56 passagers et dix membres d’équipage à bord, a ajouté la compagnie aérienne. Il se trouvait à 37.000 pieds d’altitude et était entré dans l’espace aérien égyptien quand il a disparu des radars jeudi à 02H45 heure du Caire (00H45 GMT), selon EgyptAir.

« Le vol EgyptAir MS804 a perdu le contact avec les appareils radars à 02H45, heure du Caire », indique le compte Twitter d’Egyptair, précisant que l’avion avait disparu des radars « après avoir pénétré l’espace aérien égyptien de dix miles » (16 km).

Les opérations de recherche ont commencé et laissent peu d’espoir de survivants. Impossible, pour l’heure de connaître la cause de la disparition, accident matériel, erreur humaine ou attentat.

Mais ce n’est pas le premier incident rencontré par la compagnie cette année. En mars, un pirate de l’air avait détourné vers Chypre un avion EgyptAir qui avait décollé d’Alexandrie et transportait 55 passagers. A l’arrivée à l’aéroport chypriote de Larnaca, l’homme avait libéré une grande partie des passagers, puis s’était rendu sans heurt au bout de six heures de négociations.

Par ailleurs, l’Egypte a déjà été visée par un attentat dans un avion. Le groupe Etat islamique (EI) avait revendiqué un attentat à la bombe contre un avion charter russe qui s’est écrasé le 31 octobre 2015 dans le nord de la péninsule du Sinaï, un drame qui a couté la vie aux 224 occupants.

 

Source : EN DIRECT – Crash avion A320 EgyptAir Paris-Le Caire : des débris de l’avion retrouvés – metronews

20160519 – News : Les enfants détruisent le couple, et on l’a bien cherché | Slate.fr

Les parents se sentent globalement moins heureux que les couples sans enfants. À qui la faute?

Un magazine féminin français assénait, avec le plus grand sérieux, que «la fellation était le ciment du couple» (et ne me lancez pas là-dessus). Un article publié sur le site The Conversation vient, lui, rappeler que l’enfant est la boule de chantier qui va méthodiquement défoncer le fragile édifice que s’était fabriqué le couple avant de se reproduire. On avait déjà quelques indices mais, pour ceux qui en doutaient encore, ce brillant récapitulatif d’études portant sur trois décennies entérine en effet l’idée qu’avoir des enfants nuit fortement au couple.

En compilant l’ensemble des études portant sur les couples avec et sans enfants, Matthew D. Johnson, professeur à l’université de Binghamton (l’université d’État de New York), a en effet constaté que les couples avec enfants sont presque deux fois plus déçus par leur relation amoureuse que les couples qui n’ont pas eu d’enfant. Dans le cas d’une grossesse non planifiée, les parents ont un jugement encore plus négatif sur leur relation.

Et cela prend encore davantage de sens quand on considère le fait que, pour décrire leur état de bonheur global, les gens se basent généralement sur leur rapport avec leur partenaire. Ce qui reviendrait alors à dire que les parents se sentent globalement moins heureux que les couples sans enfants.

Quotidien parental

Il ne faut guère compter sur les études qui entrent davantage dans le détail pour espérer voir les conclusions générales s’amoindrir ou se complexifier: quand on s’intéresse plus précisément au quotidien des couples de parents, c’est encore pire.

Ainsi, l’arrivée d’un enfant va par exemple changer la façon dont le couple va interagir. Là aussi, on s’en doutait un peu, mais il est ainsi confirmé que «les tâches banales telles que nourrir les enfants, les laver et les vêtir demande de l’energie, du temps, et de la détermination. Pour que la famille fonctionne bien, les parents discutent alors trajets en voiture et courses au lieu de partager les derniers potins ou leurs réflexions sur l’élection présidentielle. Plutôt que de demander comment la journée de l’autre s’est passée, on se demande si la couche est pleine […], les textos coquins sont remplacés par la liste des courses».

(Si vous trouvez que cette description est exagérée, c’est que vous avez une nounou à mi-temps et/ou que vous avez été fécondée par Ryan Gosling.)

Là non plus, personne ne tombera de sa chaise d’étonnement: les femmes sont encore celles qui tirent le moins leur épingle du jeu, l’arrivée d’un enfant affectant généralement davantage leur quotidien que celui des hommes. Même dans le cas où les deux partenaires travaillent hors de la maison et où ils affirment partager équitablement les tâches, à l’arrivée d’un enfant, les pères vont se mettre à passer davantage de temps au travail et les femmes à se consacrer davantage aux enfants et aux tâches ménagères. Les femmes deviennent aussi de manière quasi systématique «le parent que l’on appelle» la nuit pour récupérer un doudou perdu ou pour venir à l’école quand l’enfant est souffrant. De telles disparités génèrent alors frustration, culpabilité et anxiété pour chaque membre du couple.

Et il en va ainsi quelle que soit la géométrie du couple et ses spécificités. On observe le même sentiment de déception indifféremment de l’orientation sexuelle, du niveau de vie et même du statut marital, y compris dans les pays qui proposent des politiques familiales avantageuses.

Sacrifice conjugal

On peut avoir l’impression trompeuse que l’enfant ne heurte le couple que superficiellement s’il n’est question que de textos pas très sexys et de rab de tâches ménagères. Il n’en est rien. Le stress dans le couple peut affecter physiologiquement et psychologiquement, à tel point que les chercheurs ont découvert que les thérapies de couples étaient l’un des moyens les plus efficaces pour traiter la dépression et plusieurs troubles mentaux.

Si ces conclusions peuvent ne pas paraître franchement inédites à quiconque a déjà eu une reflexion lucide sur le sujet (et à beaucoup de parents divorcés), on peut néanmoins s’étonner du fait que, comme le rappelle l’auteur, «partout dans les monde, la majorité des gens considèrent que devenir parents est ce qu’il y a de plus enrichissant à faire dans une vie» et surtout que, malgré tout cela, les femmes continuent à considérer qu’être mère est leur plus grande source de joie, avec la certitude que «regarder son enfant grandir vaut bien la peine de sacrifier sa relation amoureuse».

Et ce, alors que, comme Slate l’écrivait, la notion usée jusqu’à la corde de «sacrifice pour les enfants» est dommageable à tous les protagonistes et qu’«il serait judicieux de cesser de systématiquement opposer le bien-être des enfants et celui des parents, comme si seuls les parents sacrifiels pouvaient faire le bonheur des enfants».

S’il faut trouver le responsable de la mise en échec du couple, il n’est probablement pas à chercher du côté de l’enfant, mais des adultes qui, une fois devenus parents, se sentent parfois obligés de renoncer à leur épanouissement personnel en voulant prendre au pied de la lettre le sacro-saint «les enfants d’abord».

Source : Les enfants détruisent le couple, et on l’a bien cherché | Slate.fr

 

Avis Pimpf : Article intéressant, car même si les enfants sont certes une source de bonheur ils sont aussi une source d’inquiétude, de friction principale dans le couple, car on n’a pas toujours le même avis sur le comportement à avoir dans le couple et est parfois un des critères de séparation dans le couple ( pas le seul mais il en fait souvent partie)

Maintenant ce qui me gène un peu dans cette approche sont les éléments suivants :

  •  Certes personne ne demande aux parents de se sacrifier totalement à leurs enfants pour s’oublier  et ne vivre que pour leurs enfants ce n’est pas pas le plus sain
  • Le culte de l’enfant roi ( ah les ravages de l’approche Dolto … ou du moins celle de l’ approche qui consiste à laisser l’enfant s’exprimer ou s’orienter de lui même dès sa naissance, je ne suis pas sûr que cela marche avec tous les enfants et dans tous les cadres familiaux, certains ont besoin de plus d’encadrement que d’autres…)  a fait beaucoup de mal  laisser tout faire à son enfant est pour moi une hérésie, il faut à la fois le guider , l’aider à grandir et se forger son caractère, se faire une vision critique dans la vie savoir remettre en cause mais aussi savoir répondre à des règles  car que l’on veuille ou non on vit tous avec des règles, on ne peut pas dans notre quotidien décider du jour au lendemain , tiens aujourd’hui pour aller au boulot je vais y aller à poil ( oui drôle d’idée me direz vous mais malgré tout  pourquoi pas , mais essayez donc je ne sais pas combien de mètres vous arriverez à faire car non ça ne se fait pas , on est bien régis par des « règles » des droits et des devoirs … cela s’apprend aussi…
  • Le grand risque en tant que couple  c’est de passer de ce statut de couple à deux tranquille cocooning so in love , à celui uniquement de parent et de s’oublier en tant que couple , vous allez me dire « non pas possible… » pourtant si , regardez bien ça se produit plus souvent que l’on ne croit , et ce n’est pas terrible.
  • A contrario ceux qui ne pensent qu’a leur gueule et finalement les enfants sont des boulets  continuent d’agir en égoïste et finalement donneront aussi un schéma et une image d’attitude égoiste à leurs enfant ce n’est pas très bon non plus
  • Un juste milieu entre les deux est pour moi l’idéal . Il faut savoir s’occuper des enfants que l’on fait car eux n’ont rien demandé ,  c’est bien nous en tant qu’adultes qui faisons nos bébés et qui les accompagnons dans ce monde et cette société , ils sont de notre responsabilité,  c’est cool d’avoir fait youpla boom sous la couette et le fun et ne pas assumer ensuite d’avoir eu des gamins, à se moment la autant ne pas en faire  de gamins , d’user  de capote ou d’autre  moyens contraceptif pour être tranquille…
    Mais aussi en tant que couple il ne faut pas s’oublier non plus, savoir se créer de temps à autre des moments à deux, pouvoir sortir , aller au cinéma , au restau , pouvoir faire appel à de la famille, des amis, une nounou pour une soirée pour garder les enfants et pouvoir se retrouver c’est important pour un  couple, car si c’est pour au bout de certains nombres d’années quand les enfants sont grands, quittent la maison, ne plus avoir de vie de couple, ne plus rien avoir à échanger à partager ensemble et se regarder dans le blanc des yeux pour ne rien avoir à se dire , c’est dommage…

Je ne dis pas que tout  est  facile chacun l’aborde comme il peut, il faut à la fois donner à ses enfants les moyens de s’épanouir et de grandir  mais ne pas s’oublier non plus … les enfants seront aussi les premiers bénéficiaires de votre état d’âme si vous vous effacez  et vous vous oubliez vous n’êtes pas au meilleur de votre forme ni même le plus content de votre état  et les enfants le sentent,

Bref….

 

20160519 – News : Toute l’Europe : [Revue de presse] Déficits excessifs : la Commission choisit la souplesse avec l’Espagne, le Portugal et l’Italie

Comme avec la France l’an dernier, la Commission a décidé hier de ne pas sanctionner l’Espagne, le Portugal et l’Italie pour leurs entorses au Pacte de stabilité. Un choix très politique destiné à récompenser les efforts déjà consentis par ces pays et à ne pas entraver la reprise encore fragile de la croissance. Si l’Allemagne devrait manifester son mécontentement, éditorialistes et économistes soutiennent le choix de l’exécutif européen.

Un an de plus pour Madrid et Lisbonne

« Budget : l’UE reporte sa décision de sanction contre Madrid et Lisbonne« , titre Libération (avec l’AFP). De fait, l’Espagne a « affiché un déficit public de 5,1% au-dessus de l’objectif donné de 4,2%« , et le Portugal a porté son propre déficit à 4,4% « alors que l’objectif fixé était de repasser en dessous des 3%« . La Commission européenne a malgré tout préféré ne pas infliger de sanction financière à ces deux pays. Une amende pouvant aller jusqu’à 0,2% du PIB est pourtant prévue par les règles européennes.

« Outre la péninsule ibérique« , poursuivent Les Echos, « la botte italienne a également bénéficié de la mansuétude de Bruxelles« . Si le pays se trouve bien sous la barre fatidique des 3% de déficit public, son niveau d’endettement (133% du PIB) inquiète fortement la Commission. Dans ce contexte, « une trajectoire budgétaire contraignante » lui est imposée par l’UE, rappelle le quotidien économique. La récente décision de Matteo Renzi de s’en éloigner n’a donc pas été retoquée.

Naturellement, « ce n’est pas un blanc-seing que l’exécutif donne à ces trois pays, mais un délai supplémentaire« , écrit La Tribune. Espagne et Portugal sont ainsi invités à « prendre les mesures structurelles nécessaires » et à « consacrer toutes les recettes imprévues à la réduction du déficit et de la dette« . La question des possibles sanctions sera réexaminée en juillet, alors que Madrid et Lisbonne ont désormais un an de plus pour tenir les engagements précédemment pris. La situation italienne, elle, doit être revue en novembre.

« Pas le bon moment »

« Ce n’est pas le bon moment économiquement et politiquement » pour prendre des sanctions, a confirmé Pierre Moscovici, commissaire européen en charge des Affaires économiques [La Croix, avec AFP].

Dans le cas de l’Espagne, la Commission a préféré attendre le verdict des élections législatives du 26 juin, le pays étant en situation de blocage politique depuis décembre dernier. « Il va y avoir des élections, nous n’avons pas en face de nous un gouvernement capable de prendre les mesures nécessaires« , a expliqué M. Moscovici. Une décision qui satisfait le quotidien conservateur El Mundo, qui y voit une victoire du ministre espagnol des Finances, Luis de Guindos, qui aurait « montré les dents« .

En ce qui concerne le Portugal, « il était difficile de sanctionner un gouvernement pour les erreurs de son prédécesseur« , a déclaré un membre de la Commission cité par Les Echos.

Et quant à l’Italie, Bruxelles a choisi de donner du crédit aux réformes engagées par le gouvernement et à ne pas créer de conflit alors que « Matteo Renzi est en difficulté avant les élections municipales de juin » [La Tribune]. Le Premier ministre italien, offensif vis-à-vis de Bruxelles depuis plusieurs semaines, s’est d’ailleurs déclaré moyennement satisfait de ce répit, signifiant qu’il aurait voulu « obtenir une plus grande flexibilité » [Frankfurter Allgemeine Zeitung].

La France, elle, n’était pas dans le viseur de la Commission européenne cette année, le pays ayant jusqu’en 2017 pour revenir sous le seuil des 3% de déficit. Toutefois, comme l’indique Le Figaro, Bruxelles « n’exclut pas un dérapage français« . Interrogé par France TV Info, Pierre Moscovici a rappelé que l’engagement français devrait « être tenu« , et que l’exécutif européen attendait de la France que le marché du travail « soit réformé » et de continuer de « lever toutes les barrières qui freinent ou brident la compétitivité« .

Vers la fin de la menace des sanctions ?

De toute évidence, cette souplesse de la part de la Commission européenne n’est pas neutre sur le plan politique et ne manquera pas d’être perçue comme une nouvelle brèche dans le Pacte de stabilité. « Zone euro : les ratés du Pacte de stabilité« , titrent ainsi Les Echos. Tandis que le journal italien Il Sole 24 Ore parle d’un « nouveau contrat pour le Pacte de stabilité » et que le quotidien espagnol El Pais estime que la décision de la Commission signifie que « la version allemande du Pacte de stabilité [est] dépassée« .

Un état de fait qui ne devrait pas faire que des heureux outre-Rhin. Die Welt écrit en effet qu’une « journée historique » a été ratée, lors de laquelle « Bruxelles aurait prouvé qu’elle suivait de près les critères de stabilité de l’euro« . L’eurodéputé Markus Ferber, membre de la CSU, la branche bavaroise de la CDU, parti d’Angela Merkel, a lui déclaré qu’il est « inacceptable que la Commission ait cédé aux pressions de Madrid et de Lisbonne« . Et d’ajouter que « quand l’arbitre ouvre sans cesse un débat de fond sur les avantages et les inconvénients du cadre réglementaire, il est parfois judicieux de chercher un autre arbitre« .

Une allusion à peine voilée à la proposition de Jens Weidmann, président de la Bundesbank, et de Wolfgang Schäuble, ministre allemand des Finances, de créer un organe indépendant pour reprendre le rôle de surveillance budgétaire à la Commission [The Financial Times].

Toutefois, la Commission de Jean-Claude Juncker, lui-même favorable à ne pas accabler les Etats membres en situation de déficit excessif, devrait pouvoir compter sur le soutien d’une majorité d’économistes. C’est en tout cas l’avis de la banque néerlandaise ING, qui juge que « la décision d’aujourd’hui est la bonne, de nombreux pays de la zone euro devant encore se battre pour relancer la croissance et lutter contre le chômage » [Libération].

Même son de cloche du côté de Gregory Claeys, économiste chez Bruegel, centre d’analyses politiques et économiques basé à Bruxelles, selon qui il serait en effet « absurde d’appliquer le même critère – un déficit maximal de 3% du PIB – en période de récession comme en période de boom pour évaluer un budget« . Ce dernier allant même jusqu’à plaider pour la fin des menaces de sanctions « pas crédibles » et pouvant même « avoir des conséquences politiques désastreuses si elles étaient appliquées » [Le Temps].

Source : Toute l’Europe : [Revue de presse] Déficits excessifs : la Commission choisit la souplesse avec l’Espagne, le Portugal et l’Italie

 

Avis Pimpf : Je ne vois pas comment Portugal peut encore faire d’effort, pas d’industrie, la troïka ( FMI, BCE et représentant de L’UE) contrôle les dépenses du pays à la culotte de nos jours, certes il y a eu de grosses aides de l’Europe à une époque mais la on est venu à revenir en arrière au niveau des banques.

Des gens vendant leurs maisons principale pour payer les banques, le retour à la maison familiale pour subvenir au moyen et revivre avec ses parents ( après tout 3 générations sous un même toit pourquoi pas , je pense qu’on proposerait cela en France on  crierait vite au scandale social), un chômage de la jeunesse qui explose, la jeunesse diplômée qui quitte en majorité le pays et l’Europe pour aller trouver du boulot ailleurs,  ce n’est pas top.

Ah si autre point pour l’harmonisation européenne, les prix du quotidien, produits ménagers, electro ménager, voiture vêtement eux sont harmonisés alors que le SMIC gravite en dessous des  500 € non ne vit pas tous en Europe de la même façon ( heureusement que la nourriture reste encore abordable par rapport à la France, mais cela va durer encore combien de temps ?)… Le coût de l’Europe a fait mal à ces pays d’Europe du Sud et je pense que la facture n’a pas fini d’être payée…Je  n’ai du voir que la progression dans ces pays pendant 5 ans, depuis on a l’impression d’un frein brutal voir même d’un retour en arrière… heureusement que le climat en Italie, Espagne et Portugal est encore bon et clément, car vraiment il y aurait de quoi déprimer…