20160628 – News / Endométriose : vaincre l’ignorance dès le collège

ENTRETIEN – Il faut 7 ans avant qu’une endométriose ne soit diagnostiquée. Pour lever le tabou et réduire cette errance, une campagne d’information à l’école est lancée..

L’endométriose entre à l’école. A partir de la rentrée 2016, élèves et personnel scolaire seront sensibilisés à cette maladie gynécologique qui touche une femme sur dix. L’association Info Endométriose, qui rassemble cinq associations de patientes, est le moteur de cette initiative. Son soutien : le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.
Grâce à une meilleure information, le Dr Chrysoula Zacharopoulou, gynécologue à l’hôpital Armand-Trousseau (Paris), espère réduire l’errance diagnostique des patientes. Elles doivent attendre en moyenne 7 ans avant de connaître leur maladie.

Comment vous est venue l’idée de ce partenariat ?

Dr Chrysoula Zacharopoulou : J’ai mis au point ce projet il y a de nombreuses années. Il y a trois cibles pour informer sur l’endométriose : les professionnels de santé – par le ministère de la Santé –, le planning familial et les sages-femmes – par le ministère des Droits des femmes – et les jeunes filles – par le ministère de l’Education nationale.

J’ai présenté mon projet à Najat Vallaud-Belkacem en 2014, quand elle était ministre des Droits des femmes. Je lui ai dit que c’était une question de dignité autant que de santé : notre société doit apprendre à respecter la douleur des femmes et la prendre au sérieux. En raison des remaniements, je me suis trouvée face à Pascale Boistard (secrétaire d’État chargée des droits des femmes, ndlr) et Marisol Touraine quand j’ai avancé le projet. Mais je suis retournée voir les conseillères de Mme Belkacem, qui s’est engagée la première. Elle a tenu parole.

Avez-vous fixé un cadre précis à la formation ?

Dr Chrysoula Zacharopoulou : A partir de septembre, nous enverrons des affiches à tous les lycées et collèges. Elles se trouveront dans les infirmeries scolaires, avec des flyers. Dans le même temps, on va participer à différents congrès et réunions annuelles des infirmières scolaires, pour montrer à quels points faire attention : une adolescente avec des règles douloureuses, des absences fréquentes de l’école, qui rate le sport… L’objectif est de détecter quelles filles peuvent avoir plus tard une endométriose. Quand on voit qu’à 15 ans, leur qualité de vie n’est pas bonne, ça n’est pas normal.

Pensez-vous parvenir à lever les tabous ?

Dr Chrysoula Zacharopoulou : J’attends avant tout du respect. A l’âge où on crée sa personnalité de femme, il est important de bien vivre la période des règles, y compris lorsqu’elles sont douloureuses. Il faut que les adolescentes se sentent prises au sérieux par leurs camarades, les infirmières scolaires, les professeurs. J’espère aussi qu’elles seront adressées à un gynécologue qui puisse réaliser le suivi dans les années à venir.

On ne peut pas changer la génération actuelle, mais on peut poser des bases saines pour la prochaine. On ne verra pas de résultat dès aujourd’hui. Dans les années à venir, le regard sera différent. C’est quand les gens sont informés qu’ils peuvent s’améliorer. Si on reste dans l’ignorance, on n’avance pas.

Source : Endométriose : vaincre l’ignorance dès le collège

Publicités

20160628 – News / Zika : deux vaccins efficaces chez la souris, espoir pour l’Homme

Zika : deux vaccins efficaces chez la souris, espoir pour l'Homme

Deux vaccins ont protégé « complétement » des souris de l’infection par le virus Zika, selon des chercheurs, qui estiment qu’il s’agit d’un progrès vers la mise au point d’un vaccin pour les humains.

Un petit pas pour les souris, peut-être un grand pas pour l’Homme. Des chercheurs ont mis au point un vaccin protégeant « complètement » du virus Zika les rongeurs.

« Une protection complète contre le virus Zika ». Une seule injection de l’un ou de l’autre des deux vaccins « offre une protection complète contre le virus Zika » chez la souris, a déclaré le professeur d’Harvard Dan Barouch qui a dirigé l’étude publiée mardi dans la revue scientifique Nature, dont les conclusions « suscitent l’optimisme » pour un vaccin humain.

« Il va falloir faire des tests sur des singes et surtout sur des animaux en gestation pour prouver que ces vaccinations protègent contre la menace majeure de Zika, la microcéphalie, car l’objectif est surtout de protéger le foetus », a expliqué Etienne Simon-Lorière, de l’Institut Pasteur à Paris. Il faudra également vérifier si les anticorps induits par les deux types de vaccin ne favorisent pas le développement de maladies liées à la même famille de virus, comme la dengue, avec une gravité accrue.

460 cas d’infection en France métropolitaine. Selon les dernières données de l’Institut de veille sanitaire (INVS), plus de 460 cas d’infection au virus Zika ont été enregistrés en France métropolitaine depuis le 1er janvier dernier. Présent dans les régions tropicales d’Asie et d’Afrique, ce virus est responsable de plusieurs épidémies : en 2013 en Polynésie française, en 2014 en Nouvelle Calédonie.

Depuis 2015, il provoque une épidémie sur le continent américain. Les premiers cas sont détectés au Brésil, pays le plus touché avec plus de 1,5 million de cas. En février 2016, l’Organisation mondiale de la santé annonce que le virus Zika constitue « une urgence de santé publique de portée internationale ».

Source : Zika : deux vaccins efficaces chez la souris, espoir pour l’Homme

20160628 – News : L’acteur Bud Spencer est mort

Le western spaghetti perd l’une des ses plus grandes stars. L’acteur italien Bud Spencer est mort ce lundi à Rome. Il avait 86 ans. C’est sur Twitter que la famille du défunt a annoncé la triste nouvelle. « Avec nos regrets les plus profonds, nous devons vous annoncer que Bud s’envole vers d’autres horizons » ont-ils annoncé sur le compte personnel de l’acteur. Selon son fils, Giuseppe Pedersoli, l’octogénaire est décédé « paisiblement » et « sans avoir souffert« . « Nous étions tous à ses côtés, et son dernier mot a été « Merci »« , a-t-il ajouté.

L’acolyte de Terence Hill

Bud Spencer, né Carlo Pedersoli le 31 octobre 1929 à Naples, est l’un des piliers des films de western spaghetti, le pendant italien et sarcastique des westerns hollywoodiens. L’homme apparaît dans de nombreux long métrages à partir des années 1950, dont près d’une vingtaine aux côtés de son acolyte Terence Hill (Mario Girotti de son vrai nom). Le duo d’acteurs a réussi à asseoir la notoriété de ce genre cinématographique avec des classiques comme « Les Quatre de l’Ave Maria » (1968), « On l’appelle Trinita » (1970) ou encore « Attention les dégâts » (1984).

Bud Spencer, dont le nom est une contraction de l’amour qu’il portait pour la bière américaine Budweiser et l’acteur hollywoodien Spencer Tracey, tourne par la suite de nombreux films sans Terence Hill. Une carrière poursuivie jusqu’en 2011, où Bud Spencer revient sur ses plus grands rôles dans un documentaire allemand. Il connaît également le succès à la télévision dans plusieurs séries, notamment « Extralarge » au début des années 90.

Des bassins de natation aux élections régionales

Avant d’atterrir sur les plateaux de tournages, Carlo Pedersoli connait une carrière de nageur professionnel. En 1950, il devient le premier nageur italien à passer sous la barre des 1 minute sur 100m. Après les Jeux Olympiques de Rome en 1960, le «  »big friendly giant » comme le surnomment ses fans, abandonne les bassins et ses objectifs sports pour se consacrer pleinement à sa carrière sur grand écran.

Outre ses 60 années passées derrière les projecteurs, le napolitain fait un court aparté politique en se présentant en tant que candidat aux régionales dans le Latium, la région de Rome, en soutien au parti de Silvio Berlusconi en 2006. L’acteur n’est cependant pas élu. La classe politique italienne et Hollywood lui rendent aujourd’hui hommage, du premier ministre italien Matteo Renzi à l’acteur Russell Crowe.

Source : L’acteur Bud Spencer est mort

20160628 – News : Attentat-suicide à l’aéroport d’Istanbul, au moins 10 morts

Attentat-suicide à l'aéroport d'Istanbul, au moins 10 morts

Le ministère de l’Intérieur turc, qui parle d’attentat suicide, a activé une cellule de crise.

L’ESSENTIEL EN DIRECT

Les informations à retenir

  • Au moins dix personnes auraient été tuées dans un attentat suicide à l’aéroport Atatürk d’Istanbul
  • Il y aurait également plusieurs blessés
  • Une cellule de crise a été activée par le ministère de l’Intérieur turc

Attentat suicide. Mardi soir, vers 22h heure locale, (21h heure française), au moins un homme se serait fait exploser à l’entrée de l’aéroport international d’Istanbul, le plus grand de Turquie, a annoncé le ministre turc de la Justice Bekir Bozdag.  « Un terroriste a commencé à tirer avec une kalachnikov puis s’est fait exploser », a-t-il brièvement expliqué devant les députés. Le nombre d’assaillant reste toutefois flou, certains médias évoquant deux kamikazes.

Selon des témoins cités par CNN-Türk, deux violentes déflagrations ont secoué le terminal des vols internationaux, créant un mouvement de panique. « C’était très fort, tout le monde a paniqué et s’est mis à courir dans toutes les directions », a dit l’un des passagers sur la chaine. Des photos diffusées sur les réseaux sociaux montraient d’important dégâts matériels à l’intérieur du terminal et des passagers gisant au sol.

Au moins dix morts. Au moins dix personnes ont été tuées selon un premier bilan, a précisé le ministre turc de la Justice, ajoutant qu’il y avait aussi de nombreux blessés. Pour le moment, aucune information n’a été donnée sur la nationalité des victimes.

Un périmètre de sécurité. Plus d’une dizaine d’ambulances ont été dépêchées sirènes hurlantes vers le terminal des vols internationaux, a indiqué la chaîne d’information CNN qui montrait mardi soir des images de blessés pris en charge par les secours. De nombreux policiers ont établi un périmètre de sécurité sur les lieux, selon les images.

Une cellule de crise. Le ministère de l’Intérieur turc, qui parle d’attentat suicide, a activé une cellule de crise. Tous les vols ont été suspendus. L’aéroport Atatürk est situé à environ 15 kilomètres du centre d’Istanbul. Il s’agit du 18e aéroport le plus fréquenté au monde, le 3e en Europe.

SON DAKİKA: Atatürk Havalimanı’nda patlama. Görgü tanığı o anları anlattı http://buff.ly/298yeOo 

Source : Attentat-suicide à l’aéroport d’Istanbul, au moins 10 morts