20160616 – News : Education à la sexualité : insuffisante et inégalitaire | Viva magazine

Le Haut Conseil à l’égalité a rendu son rapport : en France, l’éducation à la sexualité est insuffisante et les stéréotypes sexistes ont la vie dure.

L’éducation à la sexualité en France n’est pas satisfaisante et très inégalitaire selon les territoires. Les tabous et les stéréotypes hommes/femmes persistent.

Le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes (Hce) a rendu public, mercredi 15 juin, son rapport relatif à l’éducation à la sexualité dont le but était de : « répondre aux attentes des jeunes, construire une société d’égalité femmes-hommes. »

La sexualité : un domaine emprunt d’inégalités entre les filles et les garçons

Dans son constat, le rapport du Haut conseil dresse d’importantes inégalités entre les filles et les garçons. Très tôt, dans un contexte d’hypersexualisation influencé par la pornographie, les filles sont victimes de la double injonction d’être « respectables » tout en étant « désirables ».

D’autre part, elles connaissent très mal leur corps et le plaisir féminin est perçu comme secondaire : 1 jeune fille de 15 ans sur 4 ne sait pas qu’elle a un clitoris.

Elles sont toujours victimes de violences sexuelles : 7,5 % des filles déclarent avoir été victimes, à l’école, de voyeurisme, de caresses ou de baisers forcés et une jeune femme sur dix de moins de 20 ans déclare avoir été agressée sexuellement au cours de sa vie.

Une collégienne sur cinq  a été victime de cyberviolence. En Ile-de-France, une lycéenne sur quatre déclare avoir été victime d’humiliations et de harcèlement en ligne, notamment concernant son apparence physique ou son comportement sexuel ou amoureux. Ce terreau inégalitaire rend très difficile la construction d’une société équilibrée entre les femmes et les hommes.

Education sexuelle à l’école : carton rouge pour la France

Le rapport pointe aussi l’éducation à la sexualité en milieu scolaire, qui reste anecdotique, inadaptée et centrée sur la reproduction et l’anatomie. Il y a un réel problème à faire passer les messages d’information concrets et réalistes sur la sexualité. Les jeunes gens sont très vite confrontés à des images véhiculées par les medias, les réseaux sociaux, la publicité, qui devienent leurs références. De leur côté, les associations (Planning familial, associations féministes…) qui revendiquent depuis longtemps plus de moyens ont du mal à répondre aux sollicitations des établissements.

Les propositions du Haut conseil

Pour une société avec plus d’égalité enre les hommes et les femmes, il est important d’après le Haut conseil de travailler sur plusieurs pistes de réflexion :

– un meilleur l’accès à l’Ivg et à la contraception, à  la prévention des grossesses à l’adolescence,

– la prise en compte du désir et du plaisir des jeunes femmes, des inégalités et violences sexistes, étudier l’instrumentalisation des codes culturels et religieux justifiant l’inégalité filles-garçons et l’intolérance vis-à-vis de l’homosexualité.

Il faut « renforcer de manière ambitieuse la politique interministérielle d’éducation à la sexualité ; organiser, financer, évaluer et renforcer la visibilité de l’action de l’Education nationale en matière d’éducation à la sexualité et responsabiliser les autres espaces clés de socialisation des jeunes hors école pour prendre en compte leur parcours de vie. »

Pour consulter le rapport, cliquez ici.

Source : Education à la sexualité : insuffisante et inégalitaire | Viva magazine

20160616 – News : Voici combien de temps doit vraiment dormir votre enfant – metronews

Les parents le savent bien, les enfants doivent bien se reposer pour mieux grandir. Mais de combien de temps ont-ils réellement besoin pour que leur sommeil soit réparateur ? L’American Academy of Sleep Medicine a publié ce lundi 13 juin ses toutes premières recommandations. Des directives qui s’accordent avec celles de l’American Academy of Pediatrics, rendues publiques en 2015.

EN SAVOIR + >> La durée d’une bonne nuit de sommeil varie avec l’âge (mais ne fait pas tout)

Avant d’élaborer ces précieux conseils, les chercheurs ont passé au crible les plus récentes études analysant l’impact de la durée du sommeil des enfants sur leur santé. Verdict :

⇒ Avant 4 mois : il n’y a pas de recommandation car la structure du sommeil des plus petits varie considérablement d’un nourrisson à l’autre.
⇒ De 4 à 12 mois : les bébés ont besoin de 12 à 16 heures de sommeil, siestes comprises.
⇒ De 1 à 2 ans : cette tranche d’âge doit dormir entre 11 et 14 heures en incluant les siestes.
⇒ De 3 à 5 ans : les enfants ont besoin de 10 à 13 heures.
⇒ De 6 à 12 ans : ils doivent dormir entre 9 et 12 heures.
⇒ De 13 à 18 ans : les adolescents ont besoin de 8 à 10 heures de sommeil.

► Pourquoi le sommeil est important ?

Suivre ces recommandations permet aux enfants, toutes tranches d’âge confondues, d’être plus attentifs, plus concentrés et d’améliorer leurs facultés d’apprentissage. Outre les effets bénéfiques sur la mémoire, un sommeil réparateur permet aux enfants d’être plus en forme mais aussi d’être mieux moralement.

EN SAVOIR + >> La sieste en maternelle, c’est important (mais pas n’importe comment)

Quels sont les dangers du manque de sommeil ?
Les enfants qui ne dorment pas assez ont plus de risques de se blesser. Aussi, la tentation de manger est plus grande en cas de fatigue. Ces enfants ont donc un risque accru d’obésité et de diabète. Et comme la fatigue agit sur le moral, ils sont plus susceptibles de souffrir de dépression.

EN SAVOIR + >> Le manque de sommeil augmente le risque d’obésité

► Dormir plus que les recommandations est-il dangereux ?
Les auteurs ne préconisent pas de dormir plus que leurs directives. En effet, trop dormir peut avoir des conséquences néfastes sur la santé, notamment sur la tension artérielle. Les gros dormeurs s’exposent, eux aussi, à un risque de diabète et d’obésité.

EN SAVOIR + >> Dormir plus de 9 heures est dangereux pour la santé

L’American Academy of Pediatrics rappelle que les écrans gênent l’endormissement. Elle recommande donc aux parents de ne pas les laisser à portée de main des plus jeunes au moins 30 minutes avant le coucher. Si vous constatez un trouble du sommeil chez votre enfant, n’hésitez pas à consulter un spécialiste qui pourra en déterminer la cause et donc la traiter.

Source : Voici combien de temps doit vraiment dormir votre enfant – metronews

Avis Pimpf : notre ainé reste un gros dormeur  certain week-end il dort 2heures de plus dans l’après midi même si on le couche tôt le soir , cela change pas mal d’un enfant à l’autre.

20160616 – News : La Suède interdit à Coca-Cola Life de se présenter comme « naturel »

La Suède interdit à Coca-Cola Life de se présenter comme "naturel"

MARKETING – La justice suédoise a rappelé lundi à la marque de soda que sa boisson contenait des produits transformés chimiquement.

Lancé début 2015, le Coca-Cola Life est la promesse d’un soda sans édulcorants ni aspartam. Pour bien faire passer ce message, Coca-Cola a choisi la couleur verte pour cette nouvelle gamme de produits et multiplié les publicités qui sentent bon la campagne et la nature. Le message est clair : Coca-Cola Life se veut plus naturel et donc meilleur pour la santé. Un argument que la justice suédoise vient de remettre en cause.

Dans un jugement rendu lundi, cette dernière a en effet interdit à Coca-Cola d’utiliser son slogan actuel : « sucré à partir de sources naturelles ». Confirmant un premier jugement, la justice suédoise a estimé que la fameuse boisson gazeuse l’était grâce à des produits transformés chimiquement. « L’énoncé a été considéré comme trompeur pour les consommateurs », a indiqué la cour d’appel dans un communiqué, avant d’ajouter : « Le Coca-Cola Life est sucré avec des glycosides de stéviol et du sucre. Ces ingrédients n’apparaissent pas comme purs par nature, mais sont obtenus par des processus chimiques ».

Source : La Suède interdit à Coca-Cola Life de se présenter comme « naturel »

20160616 – News / Loi Travail : dégradations à l’hôpital Necker-Enfants malades, l’AP-HP « porte plainte »

Loi Travail : dégradations à l'hôpital Necker-Enfants malades, l'AP-HP "porte plainte"
Près de l’hôpital Necker-Enfants malades pendant la manifestation contre la loi Travail, le 13 juin 2016@ DOMINIQUE FAGET / AFP

L’hôpital parisien Necker-Enfants malades a été vandalisé mardi en marge du cortège contre la loi Travail.

L’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) a annoncé mardi vouloir « porter plainte » après l' »attaque inadmissible » de l’hôpital Necker-Enfants malades,vandalisé en marge de la manifestation nationale contre la loi Travail à Paris.

« Honteux » selon Touraine. De nombreux incidents ont éclaté mardi dans la capitale lors de la manifestation nationale contre la loi travail, provoquant au moins 26 blessés, 21 interpellations et de nombreuses dégradations de commerces et agences bancaires. « #Manif14Juin Inadmissible attaque contre l’hôpital public @hopital_necker. 15 baies vitrées cassées. L’#APHP porte plainte », a déploré le CHU francilien sur son compte twitter.

Source : Loi Travail : dégradations à l’hôpital Necker-Enfants malades, l’AP-HP « porte plainte »

 

Avis Pimpf : j’ai trouvé cette action déplorable, s’attaquer à un hôpital et encore plus un hôpital pour enfants c’est minable !!  Et comme d’habitude  aujourd’hui chaque côté se rejette la faute

Autant l’état par le manque d’action laissé à la police aux services d’ordre pour intervenir et empêcher les casseurs   d’intervenir et surtout de vandaliser des lieux publiques tel que des hôpitaux ( surtout cet hôpital pour enfants malades !!) mais  aussi les manifestants et les services d’ordre mis en place par les organisations syndicales

A chaque fois c’est pareil  ce n’est la faute de personne mais dans ces cas des dégradations se sont bien passés !  on est vraiment dans une société de cons et d’irresponsables à tout niveau !

20160615 – News : Les Français sont (encore) ceux qui travaillent le moins en Europe

Les Français sont (encore) ceux qui travaillent le moins en Europe

Comme en 2014, les Français sont ceux qui ont le moins travaillé en Europe avec un total de 1.646 heures, selon des chiffres d’Eurostat.

Les Finlandais occupaient la première place jusqu’en 2013. Mais en 2015, comme en 2014, les Français les ont coiffé au poteau : ils sont encore la nation européenne qui travaille le moins, à en croire les chiffres publiés récemment par Eurostatet que Le Figaro rapporte jeudi.

Les plus gros travailleurs… en Roumanie. Les employés français, qui sont à temps complet, ont travaillé en 2015 1.646 heures, tout en bénéficiant en moyenne de 10,6 semaines de vacances. Le chiffre est en baisse puisqu’en 2013, ils avaient passé 14 heures de plus au travail. Les Finlandais sont rétrogradés à la seconde place avec 1.662 heures, devant la Suède et le Danemark. L’Hexagone fait beaucoup moins que l’Allemagne où on travaille 199 heures de plus, que l’Italie (+130 heures) et que le Royaume-Uni (+228 heures). Les plus assidus au travail sont les Roumains qui cumulent 2.080 heures par an.

Et les fonctionnaires ? Autre enseignement des chiffres d’Eurostat, ce sont les salariés du public qui travaillent le moins avec un total de 1.569 heures, soit moins que la durée légale de travail (35 heures par semaine). Une situation déjà soulignée le 26 mai dernier par Philippe Laurent, élu UDI chargé de rendre un rapport sur le sujet. « Peu de fonctionnaires travaillent 35 heures« , y expliquait-il, pointant du doigt la « faiblesse du management » et des largesses injustifiées accordées aux employés. Mais il avait aussi relativisé son constat, expliquant que 40% des fonctionnaires travaillaient le week-end et que beaucoup de leurs heures supplémentaires n’étaient pas déclarées.

Source : Les Français sont (encore) ceux qui travaillent le moins en Europe

Avis Pimpf : vrai paradoxe, on serait le pays d’Europe ou on travaille le moins en moyenne et dont les conditions sociales se dégradent le plus? j’ai du mal à voir la corrélation. Certes ailleurs ils travaillent peut être plus mais pour quel salaire et pour quelles conditions de travail ?

20160615 – News : Un élève de 12 ans poignardé par un camarade près de Lyon sur fond de racket

Un élève de 12 ans poignardé par un camarade près de Lyon sur fond de racket

L’agression s’est produite dans une école primaire de Vénissieux, selon Le Progrès. Un racket serait à l’origine de l’altercation.

Un garçon de douze ans a reçu un coup de couteau dans l’enceinte de son école primaire, à Vénissieux dans le Rhône. Son pronostic vital initialement engagé, ne l’était plus dans l’après-midi.

Un racket en cause. Les faits se sont déroulés vers 8h30 mercredi matin à l’entrée du groupe scolaire Anatole-France, entre deux élèves d’une même classe de CM2 de l’établissement. Un écolier de 10 ans a grièvement blessé au couteau un camarade de 12 ans qui aurait tenté de le racketter. Les fonctionnaires de police ont retrouvé la victime blessée dans l’enceinte de l’établissement. Plusieurs coups ont été portés avec ce couteau au racketteur présumé qui a été hospitalisé à l’hôpital Femme-Mère-Enfant de Bron dans la métropole lyonnaise. Il a reçu un coup de « couteau de cuisine basique » dans le ventre « sous les yeux de ses camarades », a précisé Michèle Picard, la maire communiste de Vénissieux.

« Un drame qui illustre l’état de notre société ». « Ces deux élèves n’étaient pas spécialement connus pour des faits de violences ou de racket. Ils ont réglé les choses entre eux et la seule réponse a été la violence. Ça veut dire que la collectivité a échoué et cela me met en colère », a ajouté l’édile qui a interpellé dans une lettre la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, pour réclamer des mesures collectives de prévention. L’école était fermée mercredi après-midi et ses abords déserts. Seul élément notable, un groupe de quatre militaires avec une voiture estampillée « Vigipirate », positionné devant une des entrées de l’établissement. « Ce drame illustre l’état de notre société, son délitement, ses manques de repères qui conduisent à la violence. Nous sommes de plus en plus confrontés à un climat dégradé qui rejaillit dans nos écoles », a poursuivi Mme Picard, dans un communiqué.

Une cellule psychologique mise en place. L’auteur des coups était entendu à la Brigade de protection des familles à Lyon. Il a été placé « en retenue judiciaire » et non en garde à vue « parce qu’il a moins de 13 ans », selon la même source. Cette procédure peut durer douze heures, prolongeable une fois. Les deux protagonistes étaient élèves de l’établissement, selon le rectorat. L’inspecteur académique du Rhône s’est rendu sur place en matinée et une cellule psychologique a été immédiatement ouverte jusqu’à la fin des cours de mercredi. Elle sera remise en place jeudi, selon le rectorat.

Source : Un élève de 12 ans poignardé par un camarade près de Lyon sur fond de racket