20170515 – LEGO MARVEL SUPER HEROES Sequel Coming For 2017 Holiday Season

A sequel to the 2013 video game LEGO Marvel Super Heroes is in development for release this holiday season. Marvel Entertainment has partnered with the LEGO Group and video game developers Warner Bros. Interactive Entertainment and TT Games for this sequel into a new « open hub world, » Chronopolis.

“With a completely original branching storyline, LEGO® Marvel Super Heroes 2 introduces amazing new gameplay features, including the ability for characters to manipulate time and a four-player competitive Super Hero battling mode,” said Tom Stone, Managing Director, TT Games. “With a huge array of brand new characters from the Marvel Universe, including old favorites in new guises, this game is sure to thrill both LEGO and Marvel fans, as well as newcomers to the series.”

The primary villain of LEGO Marvel Super Heroes 2 will be Kang the Conquerer, battling Marvel heroes through Chronopolis and into « Ancient Egypt and The Old West to Sakaar and New York City in 2099. »

“The LEGO Group is delighted to continue the stories of the legendary Marvel characters in a new LEGO adventure,” said Sean McEvoy, VP Digital Games, The LEGO Group. “Fans young and old will love playing through this all-new cosmic saga spanning the Marvel Universe as seen through the LEGO lens.”

In addition to the primary iconic Marvel heroes, there will also be Spider-Man 2099 and « Cowboy Captain America. »

“As we look to bring amazing games to Marvel fans of all ages, we’ve teamed up yet again with our incredible partners at LEGO, Warner Bros. Interactive Entertainment and TT Games,” said Jay Ong, SVP, Games & Innovation, Marvel Entertainment. “LEGO® Marvel Super Heroes 2 brings characters from across Marvel’s history into an original story told in a way that only LEGO games can, offering hours of epic gameplay.”

LEGO Marvel Super Heroes 2 is scheduled for release November 14 on PlayStation 4, Xbox One and PC consoles, with a Nintendo Switch released planned for later in the year.

Source : LEGO MARVEL SUPER HEROES Sequel Coming For 2017 Holiday Season

20170515 – Première photo d’Alden Ehrenreich avec la coupe de Han Solo | News | Premiere.fr

L’acteur pose cheveux au vent avec Woody Harrelson et Jennifer Lawrence.

En février dernier, Disney a déjà dévoilé une photo officielle du spin-off de Star Wars sur Han Solo, mais Alden Ehrenreich (Tetro, Ave César !…), Woody Harrelson (Bienvenue à Zombieland, Hunger Games…), Phoebe Waller-Bridge (Fleabag),  Emilia Clarke (Game of Thrones), et Donald Glover (Interstellar, bientôt dans Spider-Man) ne posaient pas en costume (seul Joonas Suotamo s’était glissé dans celui de Chewbacca). Du coup, on ne connaît pas encore le look des héros du blockbuster de Phil Lord et Chris Miller.

HAN SOLO : ALDEN EHRENREICH A SIGNÉ POUR TROIS FILMS

Deux clichés qui n’ont a priori rien à voir avec le film viennent pourtant de dévoiler la coupe de cheveux du héros. Au beau milieu du tournage, Alden a profité d’une pause entre deux jours de prises de vue pour retrouver des amis : Woody Harrelson, son partenaire dans le spin-off, donc, accompagné de Jennifer Lawrence (la star de Hunger Games), de Francis Lawrence (le réalisateur des trois derniers opus de cette même saga à succès) et de Laura Simpson-Ternosky (la meilleure amie de Jen). Qu’il soit sur le bord de la Tamise ou au beau milieu d’une partie de croquet (so British !), pas de doute, l’acteur a bien la coupe de cheveux de Han Solo, copiée sur celle de Harrison Ford dans les premiers films.

Han Solo

 

Han Solo

Le film est toujours en tournage en Angleterre. Il sortira le 23 mai 2018 au cinéma. Patience.

Source : Première photo d’Alden Ehrenreich avec la coupe de Han Solo | News | Premiere.fr

20170515 – Plus des deux tiers des enfants vivent avec leurs deux parents – Libération

Une enquête de l’Insee révèle que 9,7 millions d’enfants vivent dans des familles «traditionnelles», c’est-à-dire avec leurs deux parents, et près de 4 millions dans des schémas familiaux éclatés.

Sur les 13,7 millions d’enfants mineurs résidant en France métropolitaine, 9,7 millions (71%) vivent dans des familles «traditionnelles», c’est-à-dire avec leurs deux parents, sans demi-frère ni demi-sœur, indique une enquête de l’Insee publiée lundi. Les autres (29%) sont dans des schémas plus éclatés : 2,5 millions vivent dans des familles monoparentales et 950 000 avec un seul de leur parent au sein d’une famille recomposée.

Au total, 3,45 millions d’enfants vivent donc principalement avec un seul parent. Les raisons sont multiples : la séparation des deux conjoints, la volonté des parents ne pas vivre ensemble ou encore l’éloignement géographique du père ou de la mère à cause de sa situation professionnelle. L’enquête de l’Insee considère chaque personne dans sa résidence principale, c’est-à-dire dans la configuration familiale dans laquelle elle vit «la plupart du temps».

En majorité chez la mère

Vivre principalement avec un seul de ses parents ne signifie pas vivre exclusivement avec lui. Parmi les 3,45 millions d’enfants qui habitent «principalement avec un seul de leurs parents», seuls 900 000, soit un quart d’entre eux, séjournent «une partie du temps» chez leur autre parent. Les trois quarts restant n’y résidant «pas régulièrement», voire «épisodiquement», souvent en raison de l’éloignement géographique. Au sein même des familles monoparentales, différentes configurations existent : l’enquête révèle par exemple que ces enfants vivent en majorité chez leur mère et visitent peu leur père (65%). A contrario, seuls 8% d’entre eux vivent chez leur père en visitant peu leur mère. De même, les enfants qui habitent principalement chez leur mère et se rendent chez leur père (19%) sont plus nombreux que ceux vivant chez leur père et visitant leur mère (8%).

A LIRE AUSSILes pères solos sont-ils des mères comme les autres ?

La situation des enfants de familles monoparentales peut changer selon les moments : parmi les 2,5 millions d’enfants évoluant dans cette situation, 200 000 partagent leur résidence principale avec leur parent et un conjoint résidant principalement ailleurs, qui vient vivre une partie du temps dans leur logement.

Pour 80 000 enfants, cet autre adulte est le père ou la mère. Même si leurs deux parents sont en couple, ceux-ci ne cohabitent pas. Ces enfants vivent donc une partie du temps en «famille traditionnelle», quand leur autre parent rejoint le domicile familial. Ils vivent pour la quasi-totalité d’entre eux dans un seul logement tandis que le parent non-cohabitant alterne son temps entre son logement et celui ou vivent ses enfants. Pour les 120 000 autres, cet adulte n’est le parent d’aucun des enfants du foyer.

Les familles «traditionnelles» se transforment, elles aussi, lorsque des demi-frères et sœurs viennent vivre dans la résidence principale. Parmi les 9,8 millions d’enfants mineurs vivant avec leurs deux parents, l’Insee en recense 140 000, qui partagent «une partie du temps» leur logement avec des demi-frères ou demi-sœurs issus de précédentes unions. Ces familles «traditionnelles» deviennent alors des familles recomposées. A l’inverse, entre 90 000 et 120 000 enfants en familles recomposées vivant avec leurs deux parents, se retrouvent, une partie du temps, en famille traditionnelle, lorsque leurs demi-frères et sœurs vont chez leur autre parent.

Rozenn Morgat

Source : Plus des deux tiers des enfants vivent avec leurs deux parents – Libération

20170515 – La série X-Men produite par Bryan Singer révèle de nouvelles images – Le Point — Comics In France

gifted-995319

PAR MÉLISSA CHEVREUIL Publié le 15/05/2017 à 13:27 | Le Point.fr Les célèbres mutants traqués par le gouvernement investissent le petit écran, sous la houlette du réalisateur historique de la saga cinématographique. #AVoir#Séries Les héros Marvel n’en finissent plus d’envahir nos écrans. Entre les programmes estampillés ABC (Les Agents du SHIELD, Agent Carter), les anti-Avengers […]

via 20170515 – La série X-Men produite par Bryan Singer révèle de nouvelles images – Le Point — Comics In France

20170515 – La Pop-Rock Story de Depeche Mode

 

« Quand j’ai commencé à chanter, je n’étais pas vraiment un chanteur. L’idée était surtout de quitter la ville dans laquelle je vivais et de suivre ces mecs qui en partaient. J’ai réussi à me faufiler à leurs côtés. Avec le temps, je pense que j’ai trouvé ma voix » Dave Gahan.

Une voix grave, et culte. Celle de Dave Gahan, chanteur charismatique de Depeche Mode. Avec l’autre pilier du groupe, Martin Gore, ils ont traversé 37 ans de musique et vendu 80 millions de leurs 13  albums. Sans compter le 14e qui vient à peine d’arriver. En tous cas si on fait le point aujourd’hui sur ce groupe britannique, on peut dire qu’ils ont su évoluer. Ils ont commencé très new wave, pour devenir plus indus et électro. Martin Gore le timide excentrique s’est accaparé les synthés, les compos et l’écriture, Dave Gahan a assuré le chant et le show, jusqu’à obtenir enfin le droit d’écrire lui aussi. L’histoire que Stéphanie Renouvin va nous raconter est celle d’un groupe qui a survécu à la célébrité, à la drogue et aux différentes modes.

Source : La Pop-Rock Story de Depeche Mode

20170515 – Ransomware WannaCry : son impressionnant bilan en huit chiffres (01NET)

Depuis vendredi, de nombreux PC sont les victimes d’un ransomware. 3 jours après, quel est le premier bilan du virus WannaCry ?

Source : Ransomware WannaCry : son impressionnant bilan en huit chiffres

20170515 – Tomber sur «le bon» à 16 ans, une chance côté sexualité? – Le Temps

En pleine adolescence, ils sont tombés sur la personne qui leur correspondait. Chance ou boulet? Comment la vie sexuelle de ces couples évolue-t-elle?

Si nos arrière-grands-parents ne se posaient pas cette question – ou alors moins ouvertement – elle ne peut que tarauder les adultes d’aujourd’hui qui ont construit leur vie avec leur premier amour. Car il faut bien le dire: les couples qui, à 30 ans ou plus, n’ont connu dans leur lit que leur douce moitié, sont des ovnis. Alors, trouver la «bonne» personne à 16 ans, est-ce une chance ou un risque de rester bloqué dans des schémas adolescents? La sexualité évolue-t-elle de la même manière que pour ceux qui ont changé régulièrement de partenaire?

«Côté sexuel, c’est une chance, affirme la psychologue FSP et sexologue ISI Patrizia Anex. On grandit ensemble, on apprend, on expérimente, on explore dans la sécurité d’un couple naissant. Mais les couples restent parfois enfermés dans une sexualité plutôt adolescente. Une pudeur limitative peut s’installer, et l’on ne sait pas comment aborder les désirs, car on prend peu l’habitude de parler de sexualité. Adolescent, on ne se préoccupe pas de connaître ses sources d’excitation sexuelle car on est porté par les hormones.»

La même position pendant vingt ans

Le risque? Vivre de sérieux dysfonctionnements, sans réaliser qu’il y a un problème. Selon la spécialiste, qui reçoit de nombreux couples dans son cabinet, il arrive que Madame n’ait jamais eu d’orgasme, que Monsieur soit un éternel éjaculateur précoce ou que le couple n’ait expérimenté qu’une seule position, sans la moindre remise en question en vingt ans. «Avec un nouveau partenaire, on réalise assez vite qu’il y a un souci! Certains couples ne se rendent pas compte de leurs blocages. C’est souvent une crise qui déclenche les questionnements.»

Etonnant, à l’heure où il est facile de s’informer. Et la pornographie? «Les gens voient cela comme un film, mais ne vont pas forcément demander ces pratiques à leur partenaire. Si on regarde un film avec un superhéros, on ne va pas essayer de voler», explique Patrizia Anex, à la fois amusée et très sérieuse.

Emilie*, 42 ans, est avec son homme depuis l’âge de 15 ans, et s’en estime très heureuse. «On a tout appris ensemble, et cela s’embellit d’année en année. On est plus à l’aise, et je repense à nos débuts en souriant.» Ensemble, ils dialoguent continuellement, un point «essentiel pour éviter qu’après vingt-sept ans, on se rende compte que l’on a pris des chemins différents. Parfois tu réalises que certaines choses se font, tu vois avec l’autre si cela le tente ou pas. Je ne dis pas que cela a toujours été rose! Mais on ne s’oublie pas, on entretient notre complicité.»

Le piège de la curiosité

Le piège, selon Patrizia Anex, c’est la curiosité. Et ce, même si la relation est satisfaisante. «Notre sexualité humaine est curieuse d’autres corps, d’autres odeurs. Ces couples vont donc parfois vers l’échangisme. C’est généralement autour de la quarantaine que ces questions font surface. Jusque-là, on est occupé avec la famille… Et tout à coup, on vieillit, le corps change, et l’on a besoin de se rassurer.»

A ces couples qui vivent une belle histoire mais sont animés par la curiosité et la peur de passer à côté de quelque chose de mieux, Patrizia Anex conseille volontiers de faire des expériences tout en restant ensemble. «Je leur dis que cela ne sert à rien de se séparer. Et tout le travail consiste à ne pas casser la famille.» Ce travail passe d’abord par la communication. «Ces couples ont une forte complicité, pensent bien se connaître, mais sont souvent étonnés lorsque je provoque la discussion autour de leur sexualité. Ils se découvrent autrement.»

Quel conseil pour les ados que cette question turlupine? «L’amour et la sexualité entre 16 et 25 ans s’imprègnent fortement dans notre corps. Les amours de jeunesse ne s’oublient pas. L’idéal serait de faire ses expériences, et de se mettre en couple vers 22-25 ans. Mais peu se font cette réflexion.»

Source : Tomber sur «le bon» à 16 ans, une chance côté sexualité? – Le Temps

20170515 – Urgences à plus de 30 minutes de chez soi : une réalité pour 3,9 millions de Français

Près de 4 millions de personnes, soit 6% de la population, résidaient à plus de 30 minutes d’un service d’urgences ou d’un SMUR (structure mobile d’urgence et de réanimation) fin 2015 en France (hors Mayotte), selon une étude publiée ce 11 mai par le service de statistiques du ministère de la Santé (Drees).

Selon un dossier de la Drees sur les déserts médicaux, 3,9 millions de Français résident à plus de 30 minutes « d’un service d’urgence (SU) ou de services mobiles d’urgences et de réanimation (SMUR) ». Si l’on prend en compte la possibilité de recours aux hélicoptères de la Sécurité civile et du SMUR ou l’intervention des médecins correspondants du Samu (MCS), un peu plus d’un millions de personnes restent concernées.

Les zones pour lesquelles les soins urgents sont les moins accessibles « sont souvent situées en moyenne montagne ou dans un environnement où les déplacements sont difficiles » note les auteurs du dossier. Un peu moins de la moitié (46%) « des habitants des espaces ruraux isolés de l’influence des pôles urbains » seraient ainsi concernés, les régions les plus touchées étant la Corse, la Martinique, la Bourgogne-Franche-Comté et la Guyane.

Les « petits et moyens pôles urbains » et « les couronnes urbaines de grands pôles » ne sont pas épargnés, avec respectivement 13% et 5% de leurs habitants éloignés des urgences.

Quelle est l’étendue des déserts médicaux ?

Autre enseignement de l’étude, 8 % de la population « résident dans une commune sous-dense en médecins généralistes », où le nombre de consultations accessibles chaque année pour chaque habitant est inférieur à 2,5 (contre une moyenne nationale de 4,1 consultations par an et par habitant).

Les Antilles-Guyane, la Corse, l’Auvergne-Rhônes-Alpes, la Bourgogne-Franche-Comté et  l’Ile-de-France sont les plus touchées.

Entre 2012 et 2015, la population concernée a légèrement augmenté, mais l’accessibilité des zones déjà sous-denses au début de la période s’est très légèrement améliorée.

Enfin, si 4 personnes sur 5 ont accès à une pharmacie dans leur commune de résidence, »environ 1,6 million de personnes », vivent à plus de 10 minutes de l’officine la plus proche, en particulier dans les régions montagneuses ou très rurales.

Seulement 0,5% de la population cumule des difficultés d’accès aux généralistes, aux urgences et aux pharmacies, 13,6% connaissant au moins une des trois.

Un scenario qui pourrait empirer

La démographie vieillissante des médecins et les aspirations des jeunes « concourent à une diminution probable des effectifs libéraux », et « fait craindre un accroissement des inégalités territoriales d’accès aux soins », souligne la Drees.

Dans une autre étude, elle relève que sans évolution de la législation et des comportements, le nombre de médecins (généralistes et spécialistes) en activité devrait être « quasiment stable entre 2016 et 2019 (-0,4%), puis repartir à la hausse dès 2020 », notamment grâce aux installations de médecins diplômés à l’étranger, en particulier pour les spécialistes.

Mais l’exercice libéral exclusif devrait « poursuivre son déclin, au profit du salariat et de l’exercice mixte ». Les femmes représenteront 60 % des médecins en exercice en 2034 contre 44% actuellement. « Jusqu’en 2025, les effectifs de médecins augmenteraient moins que les besoins de soins de la population », vieillissante.

avec AFP

Source : Urgences à plus de 30 minutes de chez soi : une réalité pour 3,9 millions de Français

20170515 – Les Inrocks – Nommé CM de Depeche Mode, Tony Hawk joue le fanboy avec Trent Reznor

Depeche Mode laisse ses fans gérer sa page Facebook pendant un an. Le 10 mai dernier, le skateur pro américain était derrière leur compte officiel et a partagé un message fort de Trent Reznor au sujet du groupe anglais.

En pleine tournée pour leur nouvel album Spirit, sorti en mars dernier, les membres de Depeche Mode souhaitent se rapprocher de leur communauté et pas seulement grâce aux concerts. Il y deux mois, le groupe a lancé un concours pour permettre à un fan par jour de gérer leur page Facebook. Pendant un an, une personne différente aura le droit de publier au nom de Depeche Mode sur le fameux réseau social, rapporte le magazine SPIN

Mais mercredi 10 mai, ce n’est pas un anonyme qui a eu la chance d’investir la page officielle de Depeche Mode, mais un champion de skate de renommée internationale : Tony Hawk.

Hi, I’m Tony Hawk, Pro Skater (but please don’t call me THPS haha). I’ve been a fan of Depeche Mode since hearing “Just…

Posted by Depeche Mode on Wednesday, May 10, 2017

Le sportif professionnel a profité de son nouveau statut de community manager temporaire pour partager un mail que lui a envoyé Trent Reznor, leader de Nine Inch Nails (NIN), au sujet du trio britannique. Dans son post, il avoue que l’album de NIN, Pretty Hate Machine (1989) a changé sa vie avant d’expliquer : “Quand on m’a demandé de gérer la page de Depeche Mode, j’espérais que Trent pourrait contribuer.” Il poursuit :

Sans DM (Depeche Mode) et NIN, je serais perdue dans l’océan de l’ignorance à confondre electronia et musique industrielle, pendant mes années de formation. Tous deux ont continué à livrer quelques unes des meilleurs chansons de notre génération.

Une correspondance émouvante entre le skateur et le leader de Nine Inch Nails, Trent Reznor.

Dans cette correspondance, Tony Hawk révèle que Trent Reznor et lui-même affectionnent tout particulièrement Black Celebration, le cinquième disque de Depeche Mode. Le fondateur de Nine Inch Nails raconte comment sa vie a changé, l’été 1986, alors qu’il venait d’abandonner l’université et vivait à Cleveland “essayant de se faire ne place sur la scène locale.” Il se souvent d’une soirée qui l’a énormément marqué lors d’un concert de Depeche Mode à l’amphithéâtre du centre musical de Blossom, pendant le Black Celebration Tour. “J’ai pensé à cette nuit encore de nombreuses années plus tard,” confie-t-il. Ce show l’a grandement inspiré pour écrire un de ses albums les plus importants de sa carrière : Pretty Hate Machine, celui que préfère Tony Hawk.

C’était la nuit d’été parfaite, et j’étais pile à l’endroit où je sentais que je devais être. La musique, l’énergie, le public, la connexion…. C’était spirituel et franchement magique. J’ai quitté le concert reconnaissant, humble, plein d’énergie, concentré et émerveillé par la force de la musique. Et j’ai commencé à écrire ce qui pourrait devenir Pretty Hate Machine.

Pretty Hate Machine changed my life. I knew immediately that NIN would play a pivotal role in the soundtrack of my life….

Posted by Depeche Mode on Wednesday, May 10, 2017

Dans la foulée, le skateur professionnel a publié une vidéo de ses performances avec en fond sonore, le titre Never Let Me Down Again extrait de Music for the Masses, album paru en 1987, malheureusement illisible sur l’internet français. Tony Hawk a également partagé un commentaire de la chanteuse Amanda Palmer sur Depeche Mode et leur influence sur sa musique, à regarder juste ici.

Comme quoi, même les célébrités sont des groupies invétérées.

Source : Les Inrocks – Nommé CM de Depeche Mode, Tony Hawk joue le fanboy avec Trent Reznor

Avis Pimpf : Je connais Tony Hawk que de nom  mais Depeche Mode et Trent Reznor / Nine Inch Nails ,( je n’oublie pas Alan Wilder / Recoil) font partie de mes artistes favoris. De savoir que Trent revendique ainsi ouvertement que DM fait partie de ses inspirations c’est top pour moi  il y a une certaine logique en somme 🙂

%d blogueurs aiment cette page :