20180316 – Journée nationale du sommeil: Six solutions pour dire adieu aux ronflements (et sauver son couple)?

Le ronflement implique une mauvaise circulation de l’air dans les voies respiratoires. — WIDMANN / TPH / SIPA
  • On estime qu’environ 10 millions de Français ronflent la nuit.
  • Si le ronfleur ne s’entend pas, son compagnon ou compagne en revanche peut voir ses nuits gâchés par ce bruit assourdissant.
  • Les rayons de pharmacies proposent aujourd’hui quantité de produits pour le réduire. Voici quelques conseils pour bien choisir en fonction de son profil de ronfleur et de l’efficacité des techniques.

Cent décibels. C’est le volume maximum d’un ronflement humain… mais aussi celui d’une perceuse. Rien d’étonnant donc si vous avez une peur bleue (et une légère montée d’agressivité) quand votre réveil nocturne résulte d’un compagnon ronfleur. Bonne nouvelle, le besoin a été bien identifié par les laboratoires pharmaceutiques et l’offre s’est enrichie ces dernières années pour tenter de diminuer leur impact. Moins encourageant, aucune de ces pistes n’est remboursée… Voici une petite liste de solutions à tester pour éviter que ce ronflement peu dangereux pour le sujet, nettement plus désagréable pour son compagnon/compagne mène au divorce.

 

  • Trouver les causes et changer son hygiène de vie

Mais au fait comment un humain peut produire autant de décibels disgracieux ? La faute aux tissus mous de la gorge, qui trop gros ou trop lâches, vibrent au passage de l’air. Avant de tester tous les produits gadgets ou miracles, mieux vaut consulter pour vérifier que le ronflement n’est pas un symptôme de l’apnée du sommeil,  ces arrêts de la respiration qui touchent un ronfleur sur dix.

>> A lire aussi : Apnée du sommeil: 700.000 personnes traitées en France

Deuxième étape de l’enquête : savoir quelles sont les causes. Certains ronfleurs dits positionnels ne ronflent que sur le dos, la langue obstrue le passage de l’air, provoquant cette vibration. Mais d’autres émettront ce doux bruit quelle que soit la position, du fait d’un voile du palais épais, des amygdales volumineuses, une luette allongée…

Illustration des sinus et du larynx, souvent impliqués dans le ronflement. – H.GREBE/SUPERSTOCK/SIPA

Trois zones sont impliquées : le nez, le voile du palais (ou la luette) et la langue. « Ces trois ronflements font un bruit spécifique, prévient le Dr Kamami, ORL à l’hôpital de Saint-Cloud. Et 80 % des ronflements viennent de la luette, seulement 50 % de la langue. » Une partie des ronfleurs cumulent donc les problèmes. Le premier réflexe, c’est de s’attaquer à son hygiène de vie : perdre du poids, limiter l’alcool le soir et les gueuletons. Pourquoi ? Quand votre corps grossit, votre langue aussi, quant à l’alcool il provoque un relâchement des tissus mous.

>> A lire aussi : Le ronflement, un problème qui peut monter très haut

  • Sac, ceinture, balle… pour éviter de dormir sur le dos.

Si le mal n’est qu’occasionnel et lié à une position sur le dos, des techniques de grand-mère ou high-tech peuvent aider. « Pour un ronfleur positionnel, on peut proposer un harnachement qui évite que la personne bascule sur le dos », détaille Dr Gilles Besnainou, ORL à Paris et spécialiste du ronflement et de l’apnée du sommeil. On peut aussi mettre un sac à dos ou enfiler une ceinture Ronfless. Version plus home made :  accrocher une balle de tennis au dos de son pyjama.

  • Spray pour la gorge

Avec son petit nom, « Douce nuit », un spray, promet monts et merveilles. « On asperge son palais avec ce spray à base d’huiles essentielles pour rigidifier le voile du palais, ce qui diminue les vibrations et donc le ronflement », explique le Dr Besnainou. Un remède très vendu en pharmacie… pas toujours efficace. « Les patients disent que ça marche une demi-heure car le spray est rapidement évacué par la déglutition, nuance le Dr Kamami. « L’utilisation de ce produit a pu entraîner des bronchites huileuses, c’est-à-dire que le patient se retrouve avec un dépôt d’huile dans les bronches, s’il l’utilise au long cours », renchérit le Dr Besnainou.

>> A lire aussi : Troubles du sommeil: Une nuit dans un centre spécialisé pour trouver l’origine du mal

  • Orthèse mandibulaire

L’autre grande option prend la forme d’un appareil dentaire pour la nuit. Utile pour ceux dont le ronflement provient de la langue. Cette orthèse mandibulaire « provoque une propulsion de la mâchoire inférieure, à laquelle est rattachée la langue, analyse le Dr Besnainou. Avec 95 % d’efficacité, on peut parler de miracle. » Inconfortable ? « Il faut un mois pour s’y habituer, assure le médecin. A une condition de taille : il faut opter pour une orthèse faite sur mesure par l’ORL, qui protège la dentition, et non une orthèse bon marché en caoutchouc proposée en pharmacie.

Voici une orthèse mandibulaire qui permet de décaler vers l’avant la mâchoire inférieure et donc la langue. – pixabay

Voici une orthèse mandibulaire qui permet de décaler vers l’avant la mâchoire inférieure et donc la langue. – pixabay

  • L’orthèse pour le nez

Côté orthèse, une autre technique vient tout droit du Japon et se nomme Nastent. Cette orthèse intranasale prend la forme d’une paille qu’on enfile dans le nez jusqu’au fond de la gorge. L’air peut ainsi passer ! Verdict ? « Autant chez les Japonais elle fonctionne bien, autant chez les Européens on s’est aperçu que le Nastent était trop court, ils ont essayé de le rallonger, nuance Yves-Victor Kamami. Ce qui a entraîné des problèmes pratiques : les ronfleurs se plaignent de nausées et supportent assez mal. »

  • Bande nasale

Une bonne idée quand on vit dans des villes polluées et que le ronflement vient du nez. «Avec la pollution et le tabac, les muqueuses gonflent,  souligne le Dr Kamami. On parle donc de nez bouché chronique, ce qui est le plus fréquent chez les jeunes ronfleurs. » Est-ce que mettre ce petit sparadrap sur le nez vous aidera à ne pas réveiller la maisonnée ? Pas sûr. « Cela ne fait que diminuer le bruit, car généralement il y a un obstacle à l’intérieur du nez», critique l’ORL.

  • Chirurgie

Quand le problème résonne plus fort, la chirurgie est parfois appelée à l’aide. « La chirurgie du voile du palais ne se fait plus car c’était très douloureux et peu efficace », souligne Gilles Besnainou. Pour lui, la seule chirurgie utile, c’est l’opération des amygdales. Autre piste très intéressante pour un problème de luette ou de voile, côté médico-chirurgical : la radiofréquence. Sous anesthésie locale, à l’hôpital ou au cabinet d’un ORL, « on envoie des ondes à haute fréquence qui permettent de rigidifier le voile du palais, avec des résultats intéressants pour un petit ronfleur en deux ou trois séances », reprend-il. Autre solution récente : le laser. « On fait une petite fente au milieu de la luette qui va entraîner l’arrêt de la vibration », précise Yves-Victor Kamami. Une solution plus radicale, plus durable et plus efficace : « le laser va enlever entièrement le bruit, la radiofréquence ne va faire que diminuer le ronflement et pour deux ans environ. Il faut essayer la solution qui convienne le mieux au patient. Ces deux petites opérations ont à peu près les mêmes conséquences : une petite douleur qui n’empêche ni de parler ni de manger. »

Deux techniques récentes à considérer également si le ronflement nasal dure toute l’année. « L’opération par laser ou radiofréquence est facile et pas douloureuse », promet l’ORL.

Source : Journée nationale du sommeil: Six solutions pour dire adieu aux ronflements (et sauver son couple)?

Publicités

20180316 – Journée du sommeil : combien d’heures vous faut-il pour être en forme ? – Sciencesetavenir.fr

Les besoins en sommeil varient énormément au cours de la vie et peuvent être scindés en neuf catégories d’âge. ©DAMIEN HYPOLITE/SCIENCES ET AVENIR

Rien ne vaut une bonne nuit de sommeil pour se sentir en pleine forme. Dormir oui, mais combien de temps ? La National Sleep Foundation américaine a publié en 2015 ses recommandations. Un panel de 18 spécialistes a en effet passé en revue plus de 300 publications scientifiques et en a déduit que les besoins en sommeil variaient énormément au cours de la vie et pouvaient être scindés en neuf catégories d’âge. Sciences et Avenir vous propose son infographie pour y voir plus clair :

Le nombre d’heures de sommeil recommandées en fonction de chacune des 9 tranches d’âge : nouveau-nés (14 à 17 h) ; nourrissons (12 à 15 h)  ; bébés (11 à 14 h) ; jeunes enfants (10 à 13 h) ; enfants (9 à 11 h) ; adolescents (8 à 10 h) ; jeunes adultes (7 à 9 h) ; adultes (7 à 9 h) ; seniors (7 à 8 h). (© Damien Hypolite / Sciences et Avenir)

Ces fourchettes ne sont qu’indicatives. Cependant les auteurs notent que dormir plus ou moins que ce que préconisent ces recommandations pourrait être considéré comme le symptôme d’un trouble.

Évaluer son besoin de sommeil

En réalité il est impossible d’édicter une norme, chacun doit déterminer les besoins de sommeil qui lui sont propres. Chez les adultes, la durée moyenne de sommeil est de 8 heures, mais certains petits dormeurs se contentent de 6 heures alors que les « gros dormeurs » ont besoin de 9 à 10 heures pour se sentir reposés. Ces différences sont liées à des facteurs génétiques qui définissent notre « chronotype ».

Comment apprécier son besoin réel ? « On peut le mesurer par actimétrie [examen du rythme veille/sommeil réalisé grâce à un actimètre], mais c’est compliqué, précise Arnaud Rabat, chef de projet dans l’Unité fatigue et vigilance de l’Institut de recherche biomédicale des Armées (Irba). Le plus simple est de tenir un agenda du sommeil pendant une période sans (ou avec peu) de contraintes professionnelles et familiales. Idéalement la deuxième semaine de vos vacances. L’absence de contraintes, va vous permettre de dormir le temps qui correspond le mieux à vos besoins physiologiques !  » L’agenda du sommeil, comme le propose le Réseau Morphée par exemple consiste à noter certains paramètres de sommeil et somnolence sur une longue durée. Ce qui permet d’analyser vos habitudes, la répartition de votre sommeil et d’objectiver des progrès en cas de difficultés.

On s’aperçoit le plus souvent alors que notre besoin en sommeil est supérieur à ce que l’on pratique effectivement. En moyenne, en effet, selon l’Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV), 29 % des Français dorment moins de 7 h par jour en semaine. Avec une hausse du temps de sommeil le week-end, qui passe à 7 h 50 min en moyenne. Elle est destinée à « compenser » la dette de sommeil chronique de la semaine. Or, le manque de sommeil ne s’annule pas en 2 jours.

« Si cette restriction est ponctuelle et modérée, les conséquences sont limitées, note l’INSV. En revanche réduire le temps de sommeil à 6 heures chez des sujets dont le besoin était de 6 h 30 min à 8 h 30 min sur une durée de deux semaines provoque des altérations des performances dans la journée aussi importantes au bout de 5 jours qu’après une nuit blanche, ainsi que des accès de sommeil incontrôlables chez certains sujets en fin d’expérience. » De plus, on sait désormais que des nuits de moins de 6 heures bouleversent jusqu’à l’expression de nos gènes avec des risques de maladies à la clé.

Source : Journée du sommeil : combien d’heures vous faut-il pour être en forme ? – Sciencesetavenir.fr

Avis Pimpf : sur les soucis qui apparaissent avec le temps et l’âge , le problème du sommeil est un de ceux récurrents,  je prends que dans mon cas personnel mes parents  étant agés de 70+  leur sommeil n’est plus ce qu’il était ( les soucis de santé type thyroide et autre) n’aident pas beaucoup et quand les nuits sont très courtes et s’enchainent  on devient plus fatigués, plus irritables, bref pas toujours simple.   Je  prends mon cas j’étais un gros dormeur étant jeune, ce n’est plus le cas aujourd’hui …

20180316 – News / Retraites complémentaires: le déficit réduit presque de moitié en 2017 – Le Point

Le déficit des régimes de retraites complémentaires Agirc (cadres) – Arrco (tous les salariés du privé) a diminué quasiment de moitié en un an pour s’établir à 1,16 milliard en 2017, ont annoncé vendredi ses gestionnaires.

En 2017, « le résultat global des régimes Agirc et Arrco enregistre un déficit de 1,165 milliard d’euros, en diminution d’un peu plus de 969 millions d’euros par rapport à l’an passé », ont-ils précisé dans un communiqué. En 2016, le déficit atteignait 2,134 milliards d’euros.

« Le déficit technique des régimes » (différence entre les ressources et les charges, hors produits financiers générés par le placement des réserves) s’établit lui à 3,5 milliards d’euros, contre un peu moins de 4,2 milliards en 2016.

Ces résultats sont « en amélioration par rapport à la trajectoire fixée par les partenaires sociaux » en 2015, a souligné le directeur général de l’Agirc-Arrco, François-Xavier Selleret, lors d’un point presse, invoquant notamment la « reprise de l’économie française » et un « dynamisme des cotisations plus élevé ». « On avait une projection de déficit technique en 2019 autour de 5 milliards », a ainsi rappelé M. Selleret.

« Pour autant », la persistance des déficits « justifie la mise en oeuvre » des mesures adoptées en 2015, a-t-il insisté.

En octobre 2015, le patronat et trois syndicats (CFDT, CFE-CGC, CFTC) ont signé un accord pour inciter les salariés à travailler plus longtemps afin d’éviter l’épuisement des réserves des deux régimes d’ici 2018. Cet accord a acté notamment la mise en place d’un système de bonus-malus et prolongé de trois ans la moindre revalorisation des pensions en les sous-indexant d’un point par rapport à l’inflation. Une clause les empêche de baisser.

Un nouveau régime unifié, réunissant l’Agirc et l’Arrco, est par ailleurs prévu au 1er janvier 2019 aux termes d’un accord trouvé en novembre 2017.

Source : Retraites complémentaires: le déficit réduit presque de moitié en 2017 – Le Point

Avis Pimpf : tout irait mieux si l’emploi des jeunes n’était pas si en difficulté il faut que cela s’améliore et que cela redémarre pour les premiers emplois des jeunes débarquant sur le marché du travail car cela reste bien aujourd’hui le travail des actifs qui permet de financer les retraites principales et complémentaires de nos retraités. Il faut bien sûr pouvoir leur donner quelque chose de décent par rapport à leur vie au travail mais il ne faut pas négliger les plus jeunes et les mettre en péril aussi. Si la perspective veut qu’il faille attendre à terme que l’on ai presque 70 ans pour pouvoir partir avec une retraite à taux plein, cela va être compliqué , vu comment notre société et le système fonctionne aujourd’hui ( moi je ne me vois pas travailler jusqu’à 70 ans au poste ou  aux fonctions dans ma société actuelle , c’est inimaginable.

20180316 – News  / Compiègne : ses fils vendent de la drogue, elle est expulsée de son HLM

La famille expulsée vivait dans la cité du Clos-des-Roses, à Compiègne (Oise). (MAXPPP)

Pour l’office HLM, c’est « un signal fort ». La justice a ordonné l’expulsion d’une famille dont trois membres étaient impliqués dans un trafic de drogue, rapporte jeudi 15 mars Le Monde. Selon le quotidien, c’était la troisième fois que l’Office public d’aménagement et de construction (OPAC) HLM de l’Oise demandait l’expulsion de cette famille.

L’arrêt pris le 27 février par la cour d’appel d’Amiens (Somme) résilie le bail de la mère de la famille, pour « trouble de jouissance ». Trois de ses fils ont été condamnés en 2010, 2015 et 2017, pour voie de fait et trafic de stupéfiants. La dernière peine était de trois ans et demi de prison ferme pour « trafic international de grande ampleur, impliquant 150 à 200 clients par jour ». Ils vendaient du cannabis, de l’héroïne, du crack et de l’ecstasy dans la cité du Clos-des-Roses.

Sur Europe 1, le président de l’office HLM, Arnaud Dumontier, s’est félicité de cette décision. « C’est la première fois que nous obtenons gain de cause, donc j’ose espérer que cela fasse jurisprudence et que cela soit un signal fort adressé à ceux qui troublent la tranquillité publique », a-t-il déclaré. Un voisin, contacté par la radio, est moins enthousiaste : « Elle n’est pas responsable des erreurs de ses enfants ».

Source : Compiègne : ses fils vendent de la drogue, elle est expulsée de son HLM

20180316 – News / Lille: un SDF écope d’une amende de 200 euros pour avoir mendié dans le métro – L’Express Styles

Lille afp.com/PHILIPPE HUGUEN

Lille – Une personne sans-abri a écopé dimanche à Lille d’une amende de 200 euros par le réseau de transport lillois Transpole pour avoir mendié dans le métro, provoquant l’ire d’une association d’aide aux SDF, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

Ce SDF « a été verbalisé pour mendicité au sein de la station de métro gare Lille-Flandres« , a affirmé à l’AFP la communication de Transpole confirmant une information de La Voix du Nord.

Les agents présents sur le réseau « veillent au respect du règlement d’utilisation du réseau » et parmi les dispositions « figure l’interdiction de pratiquer toute forme de mendicité dans l’enceinte des transports« , a ensuite expliqué le réseau de transport dans un communiqué.

« Toute personne contrevenant à cette disposition s’expose à une amende prévue pour les contraventions de 4e classe« , a-t-il ajouté.

L’association « Une Touche d’Espoir« , qui distribue des repas aux SDF à Lille, a publié sur Facebook une photo de cette amende.

« C’est disproportionné, 200 euros pour un sans-abri c’est plusieurs nuits à l’hôtel. On ne comprend pas que face à une personne démunie on puisse agir avec une certaine forme de violence« , a réagi auprès de l’AFP Ibrahim Dergam, président de l’association.

Pour sa défense, Transpole a indiqué être engagé dans l’accompagnement des « personnes en situation de grande précarité » travaillant avec l’association ABEJ Solidarité.

Deux éducateurs sont ainsi « présents quotidiennement sur le réseau et opèrent des maraudes afin de proposer aux personnes dans le besoin une aide et un accompagnement vers des structures d’hébergement, de soin ou d’emploi« , a précisé le réseau de transport.

Source : Lille: un SDF écope d’une amende de 200 euros pour avoir mendié dans le métro – L’Express Styles

Avis Pimpf : si c’est vraiment le seul motif pour lequel ils lui ont mis une amende et que cela ne cache rien derrière , c’est effectivement cher payé pour quelqu’un qui n’en a pas les moyens

20180316 – SNCF: les syndicats appellent à une grève de 36 jours répartis sur trois mois

En l’état actuel des annonces, voici le calendrier prévisionnel des mouvements :

Les quatre organisations syndicales représentatives à la SNCF (CGT, Unsa, CFDT, SUD-rail) semblent enfin avoir trouvé un terrain d’entente pour entamer une grève reconductible. L’intersyndicale appelle à une mobilisation «2 jours sur 5 à compter du 3 avril», et ce, jusqu’au 28 juin.

Les syndicats représentatifs de la SNCF entament le bras de fer. CGT, Unsa, SUD Rail et CFDT ont appelé jeudi à une grève reconductible «deux jours sur cinq à compter du 3 avril», soit le lendemain du week-end de Pâques. Le mouvement, qui doit durer jusqu’au 28 juin, comprend donc les vacances de printemps et les différents ponts du mois de mai. «L’intersyndicale constate que le gouvernement n’a aucune volonté de négocier» et «prend la responsabilité (d’un) conflit intensif sur une très longue durée», a déclaré Laurent Brun de la CGT Cheminots, à l’issue d’une réunion de plus de deux heures avec les trois autres syndicats. C’est «une mobilisation innovante», a de son côté souligné Didier Aubert de la CFDT Cheminots. «Clairement, on attend une ouverture de la part du gouvernement (…) S’il veut éviter ça, c’est [à lui] d’ouvrir des négociations», a-t-il ajouté.

» LIRE AUSSI – SNCF: le calendrier des jours de grève

Un autre rendez-vous est prévu mercredi prochain pour «établir plus précisément l’appel» à la grève qui s’étalera sur 36 jours. Le lendemain aura lieu à Paris une manifestation nationale des cheminots, le même jour que les fonctionnaires. Selon Laurent Brun, «plus de 25.000» cheminots sont attendus à cette manifestation.

Les syndicats ont donc choisi la méthode dure pour s’opposer à la volonté du gouvernement de réformer la SNCF en mettant fin progressivement au statut de cheminot et en préparant l’ouverture du secteur à la concurrence, le tout via l’emploi d’ordonnances pour accélérer la procédure. Ils rejettent également le «programme de travail» remis par le président de la SNCF, Guillaume Pepy, à la ministre des Transports Élisabeth Borne en vue de la réorganisation du groupe public. Ce programme contient sept piliers, bases du «projet stratégique» que la direction doit présenter en juillet. Il porte une attention soutenue sur la qualité du réseau, un enrichissement des offres à la clientèle, une simplification de l’organisation, une décentralisation du management, une plus grande numérisation, une optimisation des matériels et un accent mis sur les ressources humaines. Autant de sujets de friction avec les organisations syndicales.

» LIRE AUSSI – Concurrence, statut des cheminots: le gouvernement dévoile son projet

Les Français opposés à la stratégie des syndicats

La ministre des Transports Elisabeth Borne a déploré sur BFMTV une «décision qui manifestement vise à pénaliser les usagers», la jugeant «incompréhensible». De son côté, Guillaume Pepy, président de l’entreprise publique, a estimé que la grève était «un peu décalée par rapport à la concertation qui est engagée». Selon lui, «c’est d’abord une mauvaise nouvelle, une mauvaise chose pour les 4 millions et demi de Français qui prennent le train tous les jours», a-t-il expliqué sur le plateau de TF1, tout en s’engageant à publier chaque jour à 17 heures la liste des trains qui circuleront le lendemain. Le patron de la SNCF a également promis de mettre en place des solutions d’acheminement des voyageurs en s’appuyant sur le co-voiturage, en mobilisant des bus, des cars et des VTC. «On sera complètement mobilisés», a-t-il assuré en appelant à une poursuite des discussions entre gouvernement et syndicats car selon lui, «il y a énormément de grain à moudre» pour trouver une solution.

En attendant, le mouvement des syndicats est mal accepté par l’opinion publique. Selon un sondage Odoxa pour BFM Business, Challenges et Aviva Assurances publié jeudi, 63% des Français jugent «injustifiée» la menace de grève reconductible. D’autant que le risque d’une propagation vers d’autres secteurs plane: d’ores et déjà, les trois syndicats représentatifs à la RATP ont appelé à la grève le 22 mars pour soutenir les cheminots et défendre le service public de transport.

 

Source : SNCF: les syndicats appellent à une grève de 36 jours répartis sur trois mois

20180307 – Pas d’écran avant 3 ans, lit de bébé dans la chambre des parents: les conseils du nouveau carnet de santé

Le nouveau carnet de santé sera distribué dès le début du mois d’avril. Parmi ses nouveautés: les 11 vaccinations obligatoires, la recommandation de ne pas exposer les enfants de moins de 3 ans aux écrans ou encore le choix de biberons sans bisphénol A.

Le ministère de la Santé a publié lundi le nouveau modèle du carnet de santé, qui intègre les 11 vaccinations dorénavant obligatoires pour les enfants, mais aussi des recommandations nouvelles comme d’éviter la télé avant l’âge de 3 ans.

11 vaccinations obligatoires

Ce carnet, gratuit et traditionnellement remis par la maternité ou un médecin, succédera le 1er avril au modèle distribué depuis 2006. Il a été conçu pour « tenir compte des avancées scientifiques et des attentes des professionnels de santé et des familles », a indiqué le ministère dans un communiqué.

Le principal changement est le calendrier de vaccination. Pour les enfants nés depuis le 1er janvier, 11 vaccinations sont obligatoires contre seulement trois auparavant. Ces enfants doivent recevoir dix injections avant l’âge de 2 ans.

Le lit du bébé dans la chambre des parents

Enfin, ce nouveau carnet de santé est rempli de recommandations nouvelles. « Avant 3 ans: évitez de mettre votre enfant dans une pièce où la télévision est allumée même s’il ne la regarde pas », préconise-t-il.

Autre conseil: « Il est préférable, si cela est possible, de placer le lit de votre bébé dans votre chambre pour les six premiers mois au minimum » pour « réduire le risque de mort inattendue du nourrisson ».

Biberon sans bisphénol A ou en verre

« Utilisez des biberons garantis sans BPA (bisphénol A) et si possible en verre »,…

Source : Pas d’écran avant 3 ans, lit de bébé dans la chambre des parents: les conseils du nouveau carnet de santé

Avis Pimpf : pourquoi pas un nouveau carnet , et pourquoi aussi en plus de la version « papier »  ne pas inclure un vrai carnet éléctronique  à usage unique des médecins associé à ce carnet qui permettrait un meilleur  suivi des enfants? et ces conseils prodigués aujourd’hui seront ils encore valable dans 10 ans ? même si certains me semble de bon sens, d’autre  restent plus au juger des parents et autre… mais bon pour certains une piqure de rappel ne fait pas de mal mais bon…