20161212 – Comment faire durer son couple ? – Marie Claire

Après être tombée amoureuse, le plus difficile reste de faire durer son couple. Conseils, solutions miracles ou règles de bonne conduite : voici tout ce qu’il faut savoir pour faire rimer « amour » avec « toujours ».

Le défi principal dans la vie de couple est de faire durer les sentiments entre les partenaires, et ce, quel que soit l’âge auquel l’amour nous tombe dessus ou la configuration du couple en question. Après les premiers émois, les symptômes du coup de foudre s’amenuisant, il faut trouver des astuces et des réflexes pour minimiser l’impact du temps qui passe.

 

Ainsi des recettes miracles pour faire durer son couple pullulent sur la toile. Equations mathématiques, tests ou conseils pleins bon sens : grâce aux forums et aux sites spécialisés, on trouve des myriades de méthodes plus ou moins conventionnelles afin d’attiser la flamme.

 

COMMUNICATION ET SOUVENIRS : DES ÉLÉMENTS INDISPENSABLES POUR FAIRE DURER LE COUPLE

 

Mots doux, petites attentions, compliments et moments à deux : autant d’ingrédients romantiques qui permettent de faire rimer « amour » et « toujours ». Des éléments qui servent avant tout à fluidifier la communication dans le couple, premier critère de réussite pour la durabilité du couple.

 

En effet, c’est en se parlant et en partageant leur ressentis que les partenaires vont pouvoir se projeter dans l’avenir. Sans oublier de se créer des souvenirs communs, qui vont les aider à construire leur histoire.

 

DES SOLUTIONS ADAPTÉES À CHAQUE INDIVIDU 

 

Si certaines méthodes à l’instar du 2-2-2 semblent avoir fait leurs preuves, il ressort toutefois des études et des récits, que la solution miracle pour faire durer le couple à coup sûr, n’existe pas réellement puisque chaque individu a des attentes différentes et que chaque couple a sa propre histoire.

 

Relations à distance ou duos fusionnels : chaque « modèle » de relations a des besoins divers pour alimenter leurs sentiments, rassurer l’autre, et faire perdurer le désir et l’envie.

Par Emmanuelle Ringot

Source : Comment faire durer son couple ? – Marie Claire

Publicités

20161212 – Faut-il en finir avec la vie en couple ? – Libération

Si vivre en couple demeure la situation conjugale la plus répandue – les familles «traditionnelles» de parents mariés représentent encore, selon l’Insee, plus d’une famille avec enfants mineurs sur deux – les unions qu’elles soient contractualisées ou non sont toutefois plus fragiles. Les séparations augmentent et les mises en couples sont plus tardives : la vie à deux perd du terrain. Face à ce constat, le couple est-il amené à disparaître ? Faut-il le bazarder d’autant qu’il reste le lieu de nombreuses inégalités entre homme et femme ?

Pour le philosophe Alain de Botton, les réformes doivent avoir lieu au sein même du couple. Il s’agit d’abord d’en finir avec l’idée que l’amour se termine inéluctablement et de prêter une attention aux choses du quotidien, même les plus triviales. Quant à Marcela Iacub, directrice de recherches au CNRS, le ménage étant le lieu de la domination sexuelle, il est urgent d’en sortir et d’inventer de nouvelles formes de relations et d’associations entre les individus.

Alain de Botton «L’amour est une compétence»

En Angleterre, son pays d’adoption, on le surnomme «Docteur Love». Depuis qu’il a publié, à 22 ans seulement, sa Petite Philosophie de l’amour, le journaliste et écrivain suisse, Alain de Botton décrit avec simplicité les rouages du sentiment amoureux. Son dernier opus, Aussi longtemps que dure l’amour (Flammarion, 2016), raconte l’histoire de Rabih et Kirsten, un couple d’Ecossais, et vise à changer notre regard sur la manière de vivre à deux.

Lire l’interview dans son intégralité

Marcela Iacub «Une entité amenée à disparaître»

Le constat est sans appel : la Fin du couple, tel est le titre du dernier essai de Marcela Iacub qui vient de paraître aux éditions Stock. La directrice de recherches au CNRS et chroniqueuse à Libération y poursuit l’enterrement du couple, institution qu’elle considère obsolète, violente et inégalitaire, en particulier pour les femmes.

Lire l’interview dans son intégralité

LIBERATION

Source : Faut-il en finir avec la vie en couple ? – Libération

20161212 -Toulouse : une nounou violente piégée par la caméra des parents, cachée sous le sapin – 12/12/2016 – ladepeche.fr

C’est une mini-caméra, cachée dans le sapin de la maison familiale, qui va tout déclencher. Sur les images visionnées, le 5 décembre, à Toulouse, par le père d’une petite fille de 2 ans gardée par sa nounou, où y voit cette dernière tirer les cheveux de l’enfant et lui enfoncer violemment une cuillère dans la bouche pour lui faire avaler les aliments. Les doutes que nourrit ce père de famille sur les agissements de la nounou, deviennent désormais d’affreuses certitudes. Le lendemain, le 6 décembre, les parents de la petite fille déposent plainte au commissariat contre la femme de 49 ans, non agréée et recrutée sur internet, via un site de garde d’enfants à domicile. Depuis jeudi soir, cette femme au casier vierge est mise en examen pour «violences sur mineur de moins de 15 ans» et écrouée. «Cette femme vivait une phase de stress aiguë avec des problèmes personnels à gérer qui semblaient s’accumuler», explique son avocat, Me Raynaud de Lage.

Traces au visage

En mai dernier, des premiers soupçons de violence sont apparus. L’enfant présentait des blessures au visage et une perte de cheveux. Elle est transférée dans un service hospitalier. Le rapport des médecins avait conclu à un traumatisme crânien. «Une simple chute dans l’escalier», prétendait la nounou.

Interpellée le 6 décembre par les policiers de la sûreté départementale, l’assistante maternelle aurait reconnu une partie des faits. Elle aurait indiqué avoir tiré les cheveux de la petite fille en la traînant au sol par le bras, dans les escaliers, alors qu’elle pleurait. Elle aurait également reconnu avoir giflé à plusieurs reprises l’enfant qui avait chuté de sa chaise. Début décembre, des traces sur le visage de la petite fille sèment à nouveau le doute dans l’esprit des parents. La nounou explique que l’enfant s’est cognée. Quatre jours plus tard, le père décide de placer une mini-caméra sous le sapin de la maison. C’est en visionnant les images qu’il constate avec effroi les violences subies par sa fille. Recrutée depuis plusieurs mois, l’assistante maternelle qui avait visiblement perdu toute patience, avait déposé sa candidature sur un site internet de garde d’enfants. Elle s’occupait également de personnes âgées depuis un certain temps. Une information judiciaire a été ouverte pour déterminer l’existence d’éventuelles autres victimes.

Source : Toulouse : une nounou violente piégée par la caméra des parents, cachée sous le sapin – 12/12/2016 – ladepeche.fr

20161212 – Un couple autorisé à congeler le cordon ombilical de son bébé

Le tribunal de Grasse a donné son accord à la procédure pour des raisons thérapeutiques, a expliqué lundi l’avocat des parents.

Source : Un couple autorisé à congeler le cordon ombilical de son bébé

20161212 – Les AirPods d’Apple ne seront pas sous les sapins de Noël

Apple repousserait à nouveau la sortie de la dernière génération d’écouteurs de l’iPhone.

Ils avaient déchaîné les passions lors de leur présentation. Les AirPods se font toujours désirer. Attendue pour le mois d’octobre, la dernière génération d’écouteurs d’Apple ne sera pas commercialisée avant l’année prochaine à cause d’un problème de conception, selon le Wall Street Journal. Leur sortie avait déjà été retardée de plusieurs semaines par Apple cet automne, un représentant d’Apple expliquant avoir besoin d’un peu plus de temps pour que les AirPods soient prêts pour les clients du groupe.

Ils ne feront donc pas partie des cadeaux déposés sous les sapins pour Noël. Un timing inhabituel pour la marque à la pomme, habituée à faire coïncider le lancement de ses produits avec les fêtes de fin d’année. Le groupe informatique n’a pas souhaité commenter l’information et n’a laissé filtrer aucune date de commercialisation.

Une technologie plus complexe que prévu

Présentés lors de la keynote de l’iPhone 7, ces écouteurs bluetooth sont censés compenser l’abandon de la prise jack sur les derniers iPhone. Reliés au téléphone en Bluetooth, ils sont équipés d’une nouvelle puce W1, permettant de les synchroniser automatiquement au téléphone une fois sortis de leur boîtier, qui fait office de chargeur et leur assure 24 heures d’autonomie. Ils sont configurés pour détecter lorsqu’ils sont placés dans une oreille et se mettre en pause une fois retirés. Des gestes intuitifs permettent également de solliciter facilement l’assistant personne; Siri par commande vocale.

Source : Les AirPods d’Apple ne seront pas sous les sapins de Noël

Avis Pimpf : la grosse bourde d’Apple et vu le prix des oreillettes il ne faut pas en perdre une…

20161212 – Après le cas du directeur d’école de Villefontaine, l’Education nationale suspend un autre enseignant – France 3 Alpes

Une semaine après l’interpellation du directeur d’école de Villefontaine, écroué pour viols sur plusieurs élèves, un autre enseignant a été suspendu dans l’académie de Rennes. Vivement critiquée, l’Éducation nationale affiche sa fermeté face aux affaires de pédophilie.

Source : Après le cas du directeur d’école de Villefontaine, l’Education nationale suspend un autre enseignant – France 3 Alpes

20161212 – Présidentielle : des médecins lancent une pétition pour préserver la Sécu

 

Plus de 200 personnes ont signé une pétition, lundi, appelant les candidats à la présidentielle à « préserver le niveau actuel de remboursement des soins », par la Sécurité sociale, que François Fillon avait remis en cause dans son programme.

« Nous demandons au futur président de la République de garantir pour le prochain quinquennat le niveau actuel de remboursement des soins par la Sécurité sociale », écrivent les signataires de la pétition mise en ligne dimanche sur le site change.org. Lundi, plus de 200 personnes, essentiellement des médecins, ont signé une pétition appelant les candidats à la présidentielle à préserver le « niveau actuel de remboursement des soins » par la Sécurité sociale, remis en cause dans le programme de François Fillon.

Michel Onfray, François Morel ou Irène Frachon, parmi les signataires. Parmi eux, de nombreux médecins de renom, comme le professeur André Grimaldi, à l’initiative du texte, ou la pneumologue Irène Frachon, qui a dénoncé le scandale du Mediator… Mais aussi des infirmières, des universitaires et autres personnalités comme le philosophe Michel Onfray ou le comédien François Morel. Selon eux, la Sécu ne peut se contenter de rembourser les maladies graves et de longue durée en laissant les autres soins à la charge des complémentaires santé, comme le préconise le candidat de la droite François Fillon.

Ce dernier a par ailleurs réagi lundi dans une tribune publiée sur lefigaro.fr, dans laquelle il affirme ne pas vouloir « privatiser l’assurance maladie ».

« Maintenir la solidarité ». Elle doit au contraire continuer à rembourser « les soins courants, préventifs et curatifs, dès lors qu’ils sont justifiés et que les traitements prescrits ont une efficacité démontrée », estiment-ils. Il s’agit de maintenir « la solidarité entre les bien portants et les malades, entre les plus jeunes et les plus vieux, entre les personnes ayant des niveaux de revenus différents » et « l’égalité de toutes et tous face à la maladie ». Alors que François Fillon cherche à faire des économies sur la santé (20 milliards d’euros), celles-ci « doivent être faites sur les traitements inefficaces, les prescriptions injustifiées et les hospitalisations évitables (soit plus de 20% des dépenses) », font valoir les signataires.

Ce dernier a par ailleurs réagi lundi dans une tribune publiée sur lefigaro.fr, dans laquelle il affirme ne pas vouloir « privatiser l’assurance maladie ». Le projet du candidat de la droite en matière d’assurance maladie suscite l’inquiétude jusque dans son propre camp. Lundi, Jérôme Chartier, un de ses proches, a tenté de rassurer en expliquant que les « petits risques » seraient toujours pris en charge par la Sécu mais s’agissant des rhumes, « ça dépend de quel rhume ».

Source : Présidentielle : des médecins lancent une pétition pour préserver la Sécu

%d blogueurs aiment cette page :