20160702 – News : Un jour, Nicolas reçoit un email: son père lui avait menti toute sa vie | Slate.fr

© Illustration par Muglück pour Slate.fr

Nicolas* a 40 ans aujourd’hui. Il y a quelques années, il a reçu un mail de son père, qui en quelques mots, en majuscules, a changé sa vie. Il mettait fin à un secret de famille qu’il pressentait sans en connaître l’existence, mais qui avait atrophié sa vie.

Le «secret de famille», concept utilisé en psychogénéalogie, peut relever de secrets connus à l’intérieur de la famille, et tus à l’extérieur (un enfant qui garde pour lui la violence dont il a été victime par exemple). Ou bien ils peuvent être connus de quelques uns seulement, et tus aux enfants: une mère qui ne dira jamais qu’elle a été abusée par son propre père. Un couple d’agents secrets qui dissimule à ses enfants sa vraie identité.

Les suintements du secret

Quelle que soit leur nature, les secrets de famille charrient, avec le silence, la douleur. Ils entravent souvent le parcours scolaire des enfants, peuvent avoir des conséquences importantes sur la santé. Ils peuvent perturber le développement affectif et émotionnel des enfants, leur compréhension des autres, leur lecture du monde. Le psychiatre Serge Tisseron décrivait ainsi dans le magazine Sciences Humaines en 2002:

«C’est, par exemple, le cas de la mère qui regarde son enfant en souriant puis cesse brusquement de sourire et s’assombrit. Ou bien, c’est le cas du père qui tient son enfant sur ses genoux en regardant la télévision, et se raidit soudain en écartant l’enfant. Ces changements brutaux d’attitude, de mimique, de comportement ou d’intonation ont toujours une cause précise. Par exemple, la mère a cru soudain voir dans le regard de son enfant, ou même dans la seule forme de son visage, quelque chose qui lui a rappelé le visage de son propre frère à un moment où elle a eu très peur de lui. Le père qui regardait tranquillement la télévision a soudain été bouleversé parce qu’un mot ou une image a réveillé un souvenir terrible de son histoire passée. A travers ces « suintements » du secret -qui peuvent être aussi bien des mots répétés, des lapsus ou des comportements-, l’enfant pressent une souffrance chez son parent.»

Quand la vérité surgit –avec brutalité forcément: elle crève la sédimentation des mensonges– tout peut recommencer. Car si le mensonge dans une famille est «destructeur» selon les mots de Nicolas, le dévoilement devient l’opportunité de tout reconstruire, de comprendre enfin les regards étranges, les soupirs, la noirceur plus ou moins enfouie. Et de devenir celui que l’on aurait pu être plus tôt, si le mensonge n’avait pas retardé les choses. C’est ce qui est arrivé à Nicolas, qui, en apprenant la vérité sur l’identité de son père, a pu trouver la sienne: «Si mon père n’est pas celui que je crois, alors je ne suis pas celui que je pense être, je suis… quelqu’un d’autre».

L’épisode de Transfert est signé Agathe Le Taillandier, réalisé par Lola Costantini. 

*Le prénom Nicolas a été changé.

Article de Charlotte Pudlowski Charlotte Pudlowski pour Slate

Source : Un jour, Nicolas reçoit un email: son père lui avait menti toute sa vie | Slate.fr

20160702 – News : L’Assemblée vote contre les violences corporelles envers les enfants – L’Express

L’Assemblée nationale a voté contre « tout recours aux violences corporelles » des parents envers les enfants, en vertu d’un amendement adopté dans la nuit de vendredi à samedi lors de l’examen du projet de loi « égalité et citoyenneté ».

Fini la gifle et la fessée. Les parents doivent désormais éviter « tout recours aux violences corporelles » avec leurs enfants, ont voté les députés dans la nuit de vendredi à samedi, lors de l’examen du projet de loi « égalité et citoyenneté ».

LIRE AUSSI >> La fessée: « Quand on blesse l’enfant, il n’apprend pas »

En vertu d’un amendement de députés socialistes et écologistes réformistes désormais adopté, la définition de l’autorité parentale dans le code civil a été précisée pour stipuler que parmi les devoirs qui la composent, figure « l’exclusion de tout traitement cruel, dégradant ou humiliant, y compris tout recours aux violences corporelles ».

Aucune sanction pénale nouvelle

« L’opinion publique est régulièrement choquée par le décès d’un enfant sous les coups de ses parents. Si, heureusement, les violences intrafamiliales ne tuent pas toujours, les spécialistes sont unanimes quant aux dégâts qu’elles occasionnent aux enfants qui en sont les victimes », soulignent Marie-Anne Chapdelaine, François-Michel Lambert et Edith Gueugneau dans l’exposé de leur mesure, soucieux d' »appeler l’attention de tous sur cet enjeu considérable ».

Ils notent que « la règle posée est de nature exclusivement civile et ne s’accompagne d’aucune sanction pénale nouvelle à l’encontre des parents. Elle énonce un principe clair, qui a vocation à être répété aux pères et mères, et à imprégner leur comportement futur ».

« Fier d’avoir porté et fait voter cet amendement contre la violence éducative et Pour une Education positive! », a tweeté François-Michel Lambert après l’adoption.

Une « éducation non violente »

La ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, Laurence Rossignol, a elle « salué » dans un communiqué l’adoption de cet amendement, « outil indispensable à la prévention de la maltraitance des enfants ».

Il « amplifie le travail de conviction que je mène, avec les associations, depuis deux ans, en faveur d’une éducation non violente », estime la ministre, et « permet aussi à la France de franchir une étape supplémentaire dans la mise en oeuvre de la convention internationale des droits de l’enfant ».

Les sanctions pour maltraitance existent déjà au pénal, avec circonstances aggravantes pour les personnes ayant autorité. Mais ces circonstances jouent souvent en sens inverse dans la jurisprudence, au nom d’un « but pédagogique » qui « atténue » finalement les sanctions dans les tribunaux, explique Olivier Maurel, président de l’Observatoire de la violence éducative ordinaire.

La France épinglée en 2015

Jusqu’alors, 27 des 47 pays membres du Conseil de l’Europe avaient adopté une législation interdisant, en toutes circonstances, d’infliger des châtiments corporels aux enfants, mais certains pays, comme la France, étaient des plus rétifs à légiférer pour inclure le cadre familial.

La France avait été épinglée en mars 2015 par le Conseil de l’Europe pour n’avoir pas interdit clairement toutes les formes de châtiments corporels sur les enfants, comme la fessée.

Le vote sur l’ensemble du projet de loi « égalité et citoyenneté », objet de 42 heures de débats en première lecture, aura lieu mercredi.

Source : L’Assemblée vote contre les violences corporelles envers les enfants – L’Express

20160702 – News : Bangladesh : terreur à Dacca

La prise d’otages a duré près de 12 heures. Vingt personnes, toutes de nationalité étrangère, ont été tuées dans l’attaque d’un restaurant par un commando islamiste hier soir à Dacca, la capitale du Bangladesh.

Les forces de sécurité ont mis fin ce matin à cette attaque, revendiquée par l’Etat islamique, libérant treize otages dont deux Sri-Lankais et un Japonais.

L’armée n’a pas été en mesure de préciser immédiatement la nationalité des ressortissants ayant péri. La plupart ont été tués à l’arme blanche au début de l’attaque. Six assaillants ont été abattus, un septième a été capturé après douze heures de siège.

Selon les médias transalpins, sept Italiens, dont plusieurs travaillant pour l’industrie textile, se trouvaient dans le restaurant quand le commando a fait irruption.
Pour sa part, le Quai d’Orsay a annoncé  ce matin qu’aucun Français ne figure parmi les victimes de cette attaque.

L’attaque a débuté quand plusieurs hommes armés se sont retranchés dans le restaurant du Holey Artisan, situé dans le quartier chic de Gulshan, vendredi aux alentours de 21h00 heure locale.
Plus de cent policiers des forces spéciales ont donné l’assaut aux alentours de 8h00 heure locale dans ce restaurant du quartier diplomatique de Dacca. Les assaillants ont riposté lors d’une “intense fusillade”.

Cette prise d’otages marque une nouvelle étape dans la vague de violences islamistes qui secoue le Bangladesh depuis dix-huit mois et a coûté la vie à des défenseurs des libertés ou des membres de minorités religieuses non musulmanes.

Vendredi, un prêtre hindou a été tué à coups de machette dans un temple du district de Jhinaidah, à 300 km environ au sud-ouest de Dacca.

Source : Bangladesh : terreur à Dacca

20160702 – News : Michel Rocard, la deuxième gauche

Ancien premier ministre de François Mitterrand, Michel Rocard, décédé samedi, restera dans l’Histoire comme le héraut de ce que l’on appelait « la deuxième gauche ». Retour sur ses années à Matignon.

Le 10 mai 1988, réélu, François Mitterrand nomme Michel Rocard à Matignon. Qui l’eût cru? Qui l’eût dit? C’est donc la grande «réconciliation» entre la première gauche, celle qu’incarnait le chef de l’Etat depuis le Congrès d’Epinay, en 1971, et la deuxième, qui l’avait combattu des années durant dans un de ses combats homériques dont la gauche française est friande. Phénomène que Manuel Valls, ancien rocardien, constate aujourd’hui encore…

Après ses années au PSU (Parti socialiste unifié), Michel Rocard représenta rapidement la gauche dite «moderne», celle qui allait tenter de combattre le cheminement vers l’Elysée du premier secrétaire François Mitterrand. Tout a été écrit sur cette exceptionnelle animosité entre le «vieux sage» et le «jeune fougueux», lequel estimait que l’alliance avec les communistes était néfaste. Tout a été dit, et notamment sur ce fameux Congrès de Metz d’avril 1979, où Michel Rocard déstabilise François Mitterrand, lequel envoie Laurent Fabius «exécuter» l’intrépide de sa formule fameuse: «Entre le plan et le marché, Michel Rocard, il y a nous, le socialisme à la française!».

Deux années plus tard, en nommant à Matignon celui qui avait voulu l’éliminer, François Mitterrand souhaitait, selon ses propres termes, «lever l’hypothèque Rocard». Certes, ce choix convenait à la politique d’ouverture voulue par Mitterrand, mais il cachait un dessein assez machiavélique: prouver à l’opinion publique en général, et aux socialistes en particulier, que l’icône de la deuxième gauche – la «gauche américaine» comme disait Jean Poperen- était nettement surévaluée. Dans l’esprit du président réélu, Rocard devait à Matignon faire la preuve de son incompétence, ou à tout le moins de ses insuffisances. «Je vais le nommer puisque les Français semblent en vouloir. Mais vous verrez, au bout de 18 mois, on verra au travers», avait confié François Mitterrand à ses proches.

La perspective lui plaisait: Michel Rocard échouant à Matignon, c’était l’assurance de ne pas le voir se présenter à la présidentielle de 1995, et donc ne pas prétendre à lui succéder. Ce qui, d’ailleurs, arriva. Le président se souvenait de tout: du tumultueux congrès de Metz et de l’offensive lancée alors contre lui par le représentant de la deuxième gauche (les girondins contre les jacobins), l’accusation d’«archaïsme» portée en 1978 après la défaite de la gauche aux législatives, les mises en garde contre les nationalisations à 100 % de 1981. Il se souvenait de tout, et il voulait se venger. À sa façon.

Rocard carbonisé en 18 mois? Ce n’est pas exactement ce qui arriva et la «cohabitation» Mitterrand-Rocard dura trois ans. Le premier ministre, qui promène partout où il va une sorte d’austérité rieuse, commence par un coup d’éclat, la signature des accords de Matignon, qui, sous la houlette de Christian Blanc, mettent fin à la violence en Nouvelle-Calédonie.

François Mitterrand doit commencer à réviser son jugement, d’autant plus que son premier ministre bénéficie d’une insolente cote de popularité. Et pourtant, ce ne sont pas les difficultés qui manquent. Malgré tout, le fameux «parler vrai» de Michel Rocard plaît aux Français.

Cependant, sous la surveillance du chef de l’État et d’une partie du PS, Michel Rocard doit composer à l’Assemblée avec une majorité parfois rétive. Aux législatives de juin 1988, et conformément au «souhait» exprimé par François Mitterrand (pour qui «il n’est pas bon qu’un seul parti ait la majorité absolue»), les électeurs ont accordé au PS une majorité relative. Les socialistes auront donc besoin pendant cinq ans des voix communistes. Cette majorité relative, Michel Rocard la traînera comme un boulet. Elle fera de lui le recordman du 49-3 sous la Ve République. À 28 reprises la scène s’est répétée à l’Assemblée nationale: le premier ministre pénétrait dans l’hémicycle, ou socialistes et communistes s’invectivaient, et mettait fin au débat en utilisant «l’arme nucléaire» de la vie parlementaire. Petit rappel savoureux à l’heure où Manuel Valls, qui commença en politique à Matignon du temps de Michel Rocard, s’apprête à utiliser le 49-3 sur la loi El-Khomri pour circonvenir les frondeurs.

Son débat le plus périlleux? Ce fut assurément celui sur la contribution sociale généralisée. La CSG? C’était pour lui le symbole de sa politique réformatrice. Financer une partie de la protection sociale par une cotisation assise sur l’ensemble des revenus, c’était une vieille idée qui traînait dans toutes les têtes, à gauche comme à droite (notamment Raymond Barre et Alain Juppé), mais que personne n’avait osé mettre en œuvre. Donc, Michel Rocard se lance, malgré les réserves des mitterrandistes du PS et la franche hostilité des communistes. En novembre 1990, il engagera finalement la responsabilité de son gouvernement sur ce texte et, lors de la motion de censure qui suivra, ne sauvera sa tête qu’à cinq voix près. Quelques minutes avant le vote, il lancera aux communistes: «Vous vous apprêtez à franchir une étape symbolique quand, à l’appel alphabétique, on verra Georges Marchais emboîter sagement le pas à Raymond Marcellin…!»

Cependant, Michel Rocard a su créer au Parlement quelques élans d’unanimité. C’est notamment le cas lors de la création du revenu minimum d’insertion (RMI), adopté en 1988 avec les voix du RPR et de l’UDF.

Malgré tout, Matignon fut tout sauf un fleuve tranquille. Car Michel Rocard savait créer la polémique, et surtout dans son propre camp. Chacun se souvient de la phrase célèbre: «La France ne peut accueillir toute la misère du monde», que Nicolas Sarkozy utilisa plus tard pour faire la leçon aux socialistes. La droite avait applaudi, plus d’un socialiste avait fait grise mine, notamment ceux qui, de près ou de loin, avaient participé quelques années plus tôt à la création de SOS-Racisme.

Et que dire du Livre blanc sur les retraites et de ce grand discours dans lequel Michel Rocard affirmera que la question du financement des retraites est «explosive» et susceptible de «faire sauter trois ou quatre gouvernements»? Le premier ministre évoque, timidement, un allongement de la durée de cotisations et des pensions moins généreuses. Mais, de réforme des retraites, il n’y aura pas, puisque François Mitterrand veillait, mais ce discours prophétique hantera longtemps les esprits socialistes.

Dans un contexte économique qui devient difficile, Michel Rocard ne peut pas offrir grand-chose au Parti socialiste. Pierre Mauroy réclame «quelques lois sociales qui ne coûtent pas cher», certains socialistes parlent de «déficit social». Rocard répond en expliquant qu’un premier ministre, même socialiste, a «un devoir de grisaille».

Les mois passent à Matignon et les relations avec François Mitterrand s’aigrissent irrémédiablement. Pourtant, Michel Rocard veut croire qu’avec le temps il a fini par apprivoiser le chef de l’État. «Le président, dit-il un jour, a fini par découvrir que j’étais capable de loyauté et je m’astreins à obéir à ses injonctions.» Erreur de jugement!

Le 10 mai 1990 au palais de l'Élysée.

Le chef du gouvernement est ostensiblement tenu à l’écart des affaires internationales, notamment de l’invasion du Koweït par l’Irak – il fait une croisière en Adriatique et on oublie quelques heures de le prévenir! – puis de la guerre contre l’armée de Saddam Hussein. C’est l’époque où Roland Dumas, le très mitterrandiste ministre des Affaires étrangères, explique à qui veut l’entendre, le sourire aux lèvres: «Michel Rocard est un barreur de petit temps.» Autre amabilité: «Il n’a pas de plexus!»

Au début du printemps 1991, après la première guerre du Golfe, François Mitterrand parle de la nécessité d’insuffler à la France «un nouvel élan». Chacun comprend que les jours de Michel Rocard sont comptés. Lui aimerait rester jusqu’aux législatives de 1993. Mais, le 15 mai, selon le mot qu’il emploiera plus tard, Michel Rocard est «viré» par François Mitterrand. Fait rare, dans sa lettre de démission, il écrira noir sur blanc que «sa tâche est inachevée». Le lendemain, Édith Cresson lui succède.

Un quart de siècle après son départ de Matignon, la gauche française en est toujours à se combattre, et les adversaires de Manuel Valls usent toujours contre lui des arguments utilisés jadis par les mitterrandistes contre Michel Rocard. Il est mort sans avoir vu la fin de «la guerre des deux roses».

Source : Michel Rocard, la deuxième gauche

20160702 – News : Disney prépare une suite des « Mondes de Ralph » pour 2018 – metronews

Disney n’en a pas terminé avec l’univers des jeux d’arcade. Le studio a décidé de développer la suite des Mondes de Ralph, quatre ans après la sortie du premier film. Une rumeur courrait sur l’éventualité d’un second long-métrage, c’est désormais officiel. Henry Jackman, le compositeur, avait notamment déclarer : « je ne peux pas vous en dire davantage parce que je fais le timide. Mais je crois que le projet est officiellement sur les rails. Je n’en sais pas plus sur l’histoire. Elle est en cours d’écriture ».

Internet après les jeux vidéo

Le réalisateur Rich Moore et le scénariste Phil Johnston, derrière le premier film, reprendront leur rôle créatif pour mettre sur pied les nouvelles aventures de Ralph, Fix-It Felix ou encore la sergent Calhoun. Disney a prévu une sortie en salle le 9 mars 2018. La nouvelle a été annoncée dans une vidéo live publiée sur le compte Facebook du studio, dans laquelle l’acteur John C. Reilly – doubleur original de Ralph – était présent.

Si aucun détail sur l’histoire n’a été annoncé dans la vidéo, Rich Moore a révélé, dans une interview pour le site américain Collider ce jeudi 30 juin, que l’intrigue se déroulerait six ans après les événements du premier « Mondes de Ralph » et que l’anti-héros, qui souhaitait devenir gentil, allait maintenant s’attaquer à internet.

Source : Disney prépare une suite des « Mondes de Ralph » pour 2018 – metronews

20160702  – News : Pas de journaux télévisés aujourd’hui sur France 3 Paris après un incendie – France 3 Paris Ile-de-France

Il n’y aura pas de journaux télévisés ce samedi 2 juillet sur France 3 Paris Ile-de-France. Un incendie qui s’est déclaré ce matin dans le parking de nos locaux à endommagé certaines de nos installations techniques, nous empêchant de diffuser normalement.

Un incendie s’est déclaré ce matin, samedi 2 juillet, dans le parking souterrain de France3 Paris Ile-de-France, à Vanves (Hauts-de-Seine). C’est une voiture stationnée qui a pris feu vers 9 heures.

En quelques minutes une épaisse fumée noire s’est dégagée, envahissant la partie inférieure des bâtiments. L’ensemble du personnel a très rapidement évacué les locaux. Aucune des personnes présentes à ce moment là n’a heureusement été blessée.

Le feu a été relativement rapidement maîtrisé par les pompiers. Mais, comme toujours lorsque le feu se déclare sur des véhicules, dans un local clos, la chaleur monte très rapidement, l’incendie se propage aux véhicules proches et les dégagements de fumées sont très importants et durent longtemps.
Certains des nombreux câbles présents dans un bâtiment dont l’activité est la fabrication de contenus de télévision ont été endommagés. Les circuits électriques, électroniques et informatiques font actuellement l’objet d’un bilan techniques. Nous ignorons encore l’étendue des dommages. Et nous ignorons donc pour l’instant, quelle sera la durée pendant laquelle nous ne sommes pas en mesure de remplir notre mission quotidienne d’information. Nous en saurons sans doute davantage au cours du week-end

Source : Pas de journaux télévisés aujourd’hui sur France 3 Paris après un incendie – France 3 Paris Ile-de-France

20160702 – News : Le trou dans la couche d’ozone est en train de se résorber

Le trou dans la couche d'ozone est en train de se résorber

Pour la première fois, un groupe de scientifiques anglais et américains a réussi à démontrer que le trou dans la couche d’ozone était en train de rétrécir.

Le trou dans la couche d’ozone au dessus de l’Antarctique serait en train de se recomposer beaucoup plus vite que prévu, d’après une étude anglo-américaine, publiée cette semaine dans la prestigieuse revue Sciences.

6 fois la taille de la France. Les chercheurs ne s’attendaient pas à une telle conclusion : ces quinze dernières années, le trou au-dessus de la couche d’ozone a rétréci de quatre millions de km², ce qui représente un peu plus de six fois la surface de la France. Comment expliquer cette « guérison » de la couche d’ozone, selon les termes la scientifique américaine du MIT qui a dirigé l’étude ?  Elle serait due en grande partie aux efforts des pays du monde entier pour ne plus utiliser certains gaz polluants, les gaz chlorés.

Un accord international. Ces gaz se trouvaient par exemple dans les climatiseurs, les réfrigérateurs, ou encore les aérosols. Principaux responsables de la fragilisation de la couche d’ozone, ils ont été progressivement interdit après la signature d’un accord par tous les pays de la planète en 1987. Et parce qu’ils sont de moins en moins présents dans l’atmosphère, le trou au-dessus de l’Antarctique se résorbe plus rapidement.

Les scientifiques sont plutôt optimistes pour la suite : selon leurs modélisations, au rythme actuel, la couche d’ozone  se sera complètement reconstituée d’ici 2050.

Source : Le trou dans la couche d’ozone est en train de se résorber

20160702 – News : L’encadrement des loyers va être étendu, mais quel est son impact ?

L’encadrement des loyers va être étendu, mais quel est son impact ?

IMMOBILIER – La ministre du Logement a annoncé que ce dispositif sera élargi à plus de 400 communes de la région parisienne.

Presque un an après son lancement à Paris, l’encadrement des loyers passe à la vitesse supérieure. La ministre du Logement a annoncé jeudi matin que ce dispositif allait être étendu à plus de 400 communes de l’agglomération parisienne. Emmanuelle Cosse a signé un arrêté mercredi qui prévoit une entrée en application à partir de 2018. Que va changer cette réforme ? Retour sur les premières expériences.

Comment fonctionne l’encadrement ? Pour rappel, la loi Alur part du constat suivant : la pénurie de logements dans les zones les plus recherchées provoque une flambée des loyers si bien qu’il est devenu quasiment impossible pour les ménages les plus modestes de se loger dans certaines communes. Pour enrayer cette inflation effrénée, cette réforme instaure donc un encadrement des loyers qui limite les hausses de loyers lors d’un changement de locataire.

Pour y arriver, la réforme repose sur un principe simple : le calcul d’un loyer médian de référence dans chaque quartier, que les propriétaires ne doivent pas dépasser de plus de 20%. A moins que ce logement soit considéré comme un bien d’exception ou qu’il ait été rénové depuis le départ du dernier locataire. Une telle politique étant inédite, il a été décidé de la tester à partir du 1er août 2015 dans la ville qui concentre le plus d’abus, Paris, avant de l’élargir.

Quelles sont les villes bientôt concernées ? L’encadrement des loyers va être étendu à 412 communes de l’agglomération parisienne, situées dans les départements suivants :  Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Yvelines, Val-d’Oise, Essonne et Seine-et-Marne. D’ici 2018, l’Observatoire des loyers va collecter des statistiques sur ces communes afin d’établir un diagnostic du marché immobilier local puis fixer le loyer médian et donc les montants à ne pas dépasser.

Quel a été son effet à Paris ? L’encadrement des loyers a été lancé il y a moins d’un an, les retours d’expérience sont donc limités mais des tendances se dégagent déjà. Cette réforme a d’abord eu un effet immédiat : un mois après son entrée en application, début septembre 2015,  le montant des loyers a eu tendance  à reculer, surtout pour les logements de petite surface. 20% des studios gérés par le réseau Century 21 ont ainsi vu leur loyer diminuer. Autre indicateur : les annonces de location. Alors que 46% des offres de location dépassaient le plafond fin juillet 2015, elles n’étaient plus que 29% un mois plus tard, selon une étude de Meilleursagents.com qui avait alors décortiqué 30.000 petites annonces.

Six mois plus tard, Meilleursagents.com ressortait sa calculette et constatait que la situation s’était depuis figée : début mars 2016, 29% des offres de locations étaient au-dessus du loyer de référence, c’est-à-dire autant qu’en septembre 2015. Un tiers des offres locatives qui étaient hors-jeu sont donc rentrées dans le rang et la situation n’a pas bougé depuis, toujours selon Meilleursagents.com. L’association des plus importants professionnels de la gestion locative, Pluriences, est, elle, plus sceptique : d’après ses calculs réalisés mi-juin, seuls 15% des offres de location ont vu leur loyer reculer depuis l’été 2015, rapporte le site spécialisé Businessimmo.

Quel impact dans les nouvelles communes concernées ? « On peut anticiper ce qu’il s’est passé à Paris cette année : une légère mais assez rapide baisse des loyers », résume pour Europe 1 Thomas Lefebvre, directeur scientifique de Meilleursagents.

Cet encadrement pourrait même mettre fin à certaines anomalies provoquées par… l’encadrement des loyers justement. « Des villes de la première couronne parisienne se retrouvent avec des loyers pratiqués supérieurs à ceux de Paris, qui sont encadrés. A Montreuil, le loyer pour un studio est aujourd’hui de 25 euros du mètre carré alors que dans les quartiers environnants qui sont à Paris, dans le XXe arrondissement, le loyer est de l’ordre de 23 euros le mètre carré. Aujourd’hui, louer un studio coûte plus cher à Montreuil que dans certains quartiers parisiens », détaille-t-il. En revanche, les investisseurs immobiliers qui avaient délaissé la capitale pour ses environs risquent désormais d’y réfléchir à deux fois avant d’acheter un bien, surtout les petites surfaces réputées plus rentables, ce qui pourrait réduire l’offre locative à plus long terme.

Les propriétaires jouent-ils le jeu ? Si entre 15% et 30% des locations immobilières ne respectant pas l’encadrement sont rentrées dans les clous à Paris, la majorité des propriétaires prend donc le risque de rester dans l’illégalité. Et donc d’être poursuivi par leur locataire qui peut, une fois le contrat de location signé, en contester le montant. Sauf qu’un tel bras-de-fer est encore très, très rare : « Il n’y  pas forcément de police des loyers et les locataires ne font pas forcément appel à la Commission de conciliation des loyers. Je crois qu’il y a eu une vingtaine de dossiers gérés (en 11 mois, ndlr) », souligne Thomas Lefebvre.

Source : L’encadrement des loyers va être étendu, mais quel est son impact ?

20160701 – Les états d’esprit du vendredi by Fedora & The Postman 2016#S26

Voici ma contribution à ce  questionnaire hebdomadaire qui a été initié  par Fedora  et  The Postman.

Il y a aussi un tableau pinterest collectif (dont chacun doit partager son image) et une playlist sur youtube (Fedora ajoute les morceaux de cette playlist)

Le questionnaire ? le voici 

Fatigue :

7ffuhvnmzsgow

De la fatigue du boulot car il y a toujours beaucoup à faire  puis une fatigue qui fait du bien liée à l’arrivée de P Cadet  ce fut fatigant, surtout pour Puce, mais le résultat est tellement beau que cela en vaut la peine.

Humeur :

3od3ynx1jvkraq144w

heureux   🙂

Estomac :

2s7lb48xp0yje

je n’y fais pas gaffe la,  ce n’est pas la priorité de la semaine.

Condition physique :

11lk7pva9yl9pa

Cette semaine dernière séance de Tai Chi avec notre professeur habituel, dernière séance prévue la semaine prochaine et quelques séances prévue au Parc de Vanves pour le mois de Juillet et Août ça fera du bien de s’entraîner en plein air 🙂

Esprit :

hvhbd46p8msug

Serein et ravi ça se comprend non ?

Boulot :

k9wtiknm4h2lu

Bien rempli en début de semaine  mais ça s’est arrêté en fin de semaine la je ne sais plus ce que c’est de bosser avant Mercredi 🙂

Reste :

zgmilchbgujeu

Reste à attendre le retour des miens à la maison

Penser à :

10thjiv2xwirr6

Faire les dernières courses avant le retour de Puce et P Cadet 🙂

Avis perso :

qkgwrh8hyp6py

Même si le monde me semble de plus en plus fou il faut aller de l’avant  je continuerais ainsi avec les miens

Message perso :

zmfrmf6hgmnf2

big love à la Pimpf family 🙂

Loulous :

3oedvboutcexog1q88

P JR est méga fier d’être un grand fier et de passer en Grande section , c’est du changement à venir, et il grandit de jour en jour 🙂

P Cadet va bien, c’est un vrai petit ange 🙂  j’ai hâte de l’avoir à la maison 🙂

Amitiés :

xzx7ht7mh8wqs

Elles sont la 🙂

Love :

yqwji6wlxx75m

Courageuse et forte, ce n’est pas simple affaire que de donner la vie à un petit être, elle récupère en ce moment , elle en a besoin.

Sorties :

zc0gzttse0oso

Comment dire pas de prévues actuellement 🙂 si ce n’est voir Puce et P Cadet à la maternité 🙂

Divers :

bmcx5obcwqayq

On profite des soldes pour refaire le stock de vêtements des petits .

Courses :

x2if4fa8pigkq

A faire ce week-end avant le retour des miens  à la maison.

Envie de :

3orif37evvunc5q5zc

rien de plus en ce moment 🙂 si ce n’est d’être tous vite réunis à la maison 🙂

‘Zic:

m12ckwbgafp8c

Depeche Mode : New Life