20161008 -10% des utilisateurs de sites pornographiques sont des enfants de moins de dix ans

Une enquête publiée et menée par une société concevant des antivirus a étudié le comportement des jeunes enfants sur Internet. Les chiffres sont préoccupants.

Une enquête conduite par la société d’antivirus Bitdefender auprès de 706 de ses utilisateurs dans le monde révèle des chiffres particulièrement préoccupants pour l’usage d’Internet par les plus jeunes enfants. Selon les données collectées par ce sondage mené au cours du mois de septembre dernier, 10% des visiteurs de sites pornographiques dans le monde seraient âgés de moins de dix ans.

Ces très jeunes internautes représentent 22% des mineurs qui se connectent régulièrement à ces sites, tandis que 36% se situent dans la tranche d’âge 10-14 ans, et 42% sont âgés de 15 à 18 ans. Les moins de dix-huit ans sont donc présents en nombre sur les pages X et ce, bien avant l’adolescence.

Certains commencent dès l’âge de six ans

Pour éviter que les enfants n’aillent jeter un coup d’œil au mauvais endroit de la Toile, il est recommandé aux parents de placer l’ordinateur familial à un emplacement où l’écran est facilement visible de tout un chacun. Il s’agit également d’établir un contrôle parental, de clairement fixer les règles, de ne pas laisser ce sujet en dehors de la discussion.

De fait, lorsqu’ils surfent sur Internet, les jeunes enfants risquent en permanence d’être exposés à des contenus pornographiques. En 2013, Bitdefender publiait une enquête détaillée sur les habitudes des mineurs sur Internet. Réalisée avec le concours de 17.000 adultes et enfants du…

Source : 10% des utilisateurs de sites pornographiques sont des enfants de moins de dix ans

Avis Pimpf : c’est un bilan désastreux, , certes ce n’est que 10 % mais à cet age devant du porno sur le web non !!! parents inconscients…

Publicités

20161008 – Marvel’s Nova To Star Richard Rider

Comics In France

Today at the Spider-Man: Clone Conspiracy panel at New York Comic Con, Marvel Comics revealed that […]

Richard Rider is returning to star in a new Nova series from writers Jeff Loveness and Ramon Perez, illustrated by Perez.

The new Nova series will launch in December as part of the Marvel NOW! line shift at Marvel Comics. The new Nova series will still feature Sam Alexander as he attempts to help Richard Rider find his place in the modern world as both a Nova Corpsmen and as a human being after being removed for so long.

As reported by Comicbook.com’s Kofi Outlaw:

« Ramon Perez talked about Richard Rider’s return from the dead as Nova. He talked about the new story arc, which will see older Nova trying to school younger Nova (Sam Alexander) on how to be a hero. Thompson talked about bringing together the creative team for the…

Voir l’article original 309 mots de plus

20161008 – États-Unis : des parents obligés de payer 40 dollars pour embrasser leur nouveau-né après une césarienne – LCI

#INTERNATIONAL: PEAU À PEAU – On savait le système de santé américain cher et assez opaque, l’histoire de ce couple d’Américains le confirme davantage. Ils ont été obligés de débourser 40 dollars pour avoir le droit d’embrasser leur bébé après la naissance.

Malgré la réforme de l’assurance maladie, dite Obamacare, les États-Unis ont toujours le système de santé le plus coûteux des pays de l’OCDE. En témoigne cette histoire rapporté mardi 4 octobre par le site Vox, facture à l’appui.

Une jeune maman qui voulait prendre son bébé dans ses bras après sa césarienne a eu la surprise de voir la prestation facturée 39,35 dollars par la clinique.

« Pendant la césarienne, l’infirmière a demandé à ma femme si elle souhaitait prendre le bébé contre elle après la naissance », a expliqué le père, contacté par le site Vox. « Bien sûr, ma femme a répondu oui », ajoute-t-il.

Les parents ont donc pu tranquillement cajoler leur bébé, pendant que l’infirmière prenait quelques photos. Une parenthèse enchantée attendue par tous les jeunes parents. Mais manifestement ce petit geste a un coût, à en croire les professionnels américains.

Ainsi, la sage-femme a livré un semblant d’explication, dans un billet publié sur un blog du site Slate. « Depuis plusieurs années, ces contacts sont de plus en plus fréquents dans les salles de naissance, y compris après une césarienne », raconte-t-elle. « Cela nécessite une sage-femme supplémentaire pour garantir que la patiente immobilisée, et souvent sous médicaments, ne fasse pas tomber l’enfant par accident ou même ne l’étouffe. »

40 dollars pour un simple câlin, on comprend maintenant mieux le prix exorbitant des césariennes aux Etats-Unis.

Source : États-Unis : des parents obligés de payer 40 dollars pour embrasser leur nouveau-né après une césarienne – LCI

 

Avis Pimpf :  j’espère ne jamais voir cela en France, comme quoi la connerie n’a pas de limite ni de prix !

20161008 – Ce livre va parler à tous les parents d’enfants qui « nous les brisent »

Parce que les enfants sages n’existent pas.

Ne vous fiez pas aux grands yeux mignons en couverture et au doux nom de « Petit Poussinou« . Prêtez plutôt attention à la suite du titre: « nous les brise ». Oui « Petit Poussinou nous les brise ».

Ce qui ressemble à livre pour enfant bien cucul est en réalité un livre d’histoire trash sur un petit héros insupportable que ses parents auraient préféré ne jamais mettre au monde.

Les titres des aventures de cet enfant infernal donnent le ton:

  • Petit Poussinou écoute que dalle
  • Petit Poussinou pourrit les chiottes
  • Petit Poussinou noie son petit chat
  • Petit Poussinou peut pas saquer sa sœur

Difficile de ne pas sourire aux dessins et textes cruels de Capucine Lewalle (scénariste pour la télévision) et Benoit Drigny (graphiste et illustrateur). Interdit aux moins de 12 ans, ce petit livre n’est pas à laisser entre toutes les mains mais il fera sans aucun doute beaucoup de bien à certains parents. Il donnera également raison à ceux qui ne veulent pas d’enfant.

Source : Ce livre va parler à tous les parents d’enfants qui « nous les brisent »

20161008 -Rotterdam veut imposer la contraception aux parents jugés « incompétents » – LCI

#INTERNATIONAL: NÉGLIGENCES – Toxicomanes, sans-abri, prostitués… aux Pays-Bas, la ville de Rotterdam souhaite imposer la contraception aux parents incapables d’élever un enfant convenablement.

Rotterdam veut lutter contre les maltraitances subies par les enfants. Si bien qu’elle propose une loi pour contraindre les parents jugés « incompétents » à utiliser des moyens de contraception. « Grandir sainement et en sécurité est également un droit que les enfants doivent recevoir, pointe Hugo de Jonge, échevin de la jeunesse et de l’éducation, cité par RTL Info. Et nous choisissons pour les droits de l’enfant. Certains enfants ont alors le droit de ne pas naître », se justifie-t-il.

Les femmes sont particulièrement visées par l’élu : « Il s’agit par exemple de femmes dépendantes ou qui ont des problèmes psychiatriques, qui sont handicapées, sans-abri ou qui travaillent dans le milieu de la prostitution », détaille Hugo de Jonge. Ces femmes jugées « incapables » se verraient alors imposer un stérilet ou un implant pendant trois ans après l’aval d’un juge, relate l’agence de presse Belga.

La proposition de loi ne fait toutefois par consensus à la mairie de Rotterdam. Pour Maarten van de Donk, cité par Belga, il s’agit d’une « pente glissante sur laquelle nous ne devrions pas nous engager ». « C’est effrayant de penser qu’une loi pourrait décider des grossesses », a de son côté réagi un autre conseiller.

Source : Rotterdam veut imposer la contraception aux parents jugés « incompétents » – LCI

 

Avis Pimpf: Alors oui je reste persuadé que tout le monde n’est pas apte à être parent ou à élever des enfants, mais de la à passer par un cadre législatif??  demain on va alors imposer aux seuls riches d’avoir des enfants et aux pauvres rien ? attention à la dérive de ce genre de mesure…

20161008 -Vanves : ils veulent que la place de la République retrouve sa tranquillité – le Parisien

Vanves, Septembre 2016 , les commerçants et riverains sont excédés par les groupes  de jeunes qui  se réunissent  tous les soirs sur la place de la République. En juillet, une bagarre avait même éclaté. (LP/A.R.)
Ariane Riou
VanvesSécuritéPlace de la République

C’est l’histoire d’une place coquette et tranquille dont la fréquentation a changé ces derniers mois. En juillet dernier, une rixe entre jeunes avait éclaté sur la place de la République à Vanves, faisant deux blessés. Depuis, la colère des riverains et des commerçants de la place ne redescend pas. « Ce n’est plus l’endroit que j’ai connu en arrivant ici », souffle une commerçante installée depuis plus de 15 ans. « Il y a des rassemblements tous les soirs, les jeunes écoutent de la musique, discutent parfois très fort et très tard… », confirme une habitante, qui préfère rester anonyme, par peur des représailles.

Il y a quelques semaines, un restaurateur, dépité, a même décidé de mettre la clé sous la porte. « On en a ras le bol. Ça fait fuir notre clientèle, fustigeait-il, au lendemain de la rixe. Il y a même des clients qui ont été touchés par des projections de mortiers alors qu’ils étaient en terrasse. » Cet été, plusieurs riverains affirment avoir vu des fusées lancées jusqu’à l’église qui domine cette petite place pavée. « Ça aurait pu être dangereux. Il y a beaucoup de familles avec des enfants en bas âge qui vivent ici », regrette un riverain.

Un arrêté interdit la vente à emporter d’alcoolD’après la mairie, les jeunes sont pour la plupart originaires de Vanves, quelques-uns des communes alentour. Pour Ginette, qui vit au-dessus des lieux de rassemblement depuis dix ans, le problème est donc plus profond. « S’ils viennent ici, c’est qu’ils ne savent pas où aller. Pris individuellement, ils sont souvent très sympathiques, souligne cette retraitée de 90 ans. Ce qu’il faudrait, c’est les occuper. »

Pour le maire (UDI) Bernard Gauducheau, plusieurs facteurs peuvent expliquer le changement du climat de cette place, notamment « la mobilisation des forces de l’ordre sur d’autres terrains dans le cadre de l’état d’urgence » ou « les baisses des effectifs de police nationale sur la circonscription ».

D’après l’édile, des mesures ont déjà été prises pour tenter de régler les choses. « L’élagage des bosquets pour empêcher les angles morts pour la vidéosurveillance, l’installation de bacs à orangerie pour dissuader les jeux de ballons, l’intensification des patrouilles de la police municipale dès 15 heures, la prise d’un arrêté interdisant la consommation et la vente à emporter de boissons alcoolisées », détaille-t-il. « Nous avons également renforcé l’équipe d’éducateurs spécialisés », complète le maire.

Source : Vanves : ils veulent que la place de la République retrouve sa tranquillité – le Parisien

20161008 -[À la télé ce soir] Pin-up: la revanche d’un sex-symbol – Télé – FocusVif.be

Pin up Fan

Historienne de l’art, auteures et éditrices mais aussi pin-up moderne comme la Belge Lolly Wish, chanteuse et performeuse glamour mettent à nu l’histoire d’un sex-symbol.

Mais qui donc est la pin-up? Cette femme que tous les hommes ont un jour eu envie d’épingler. Cette icône populaire américaine étonnamment devenue un symbole de revendication féministe. De Paris à Berlin, de Los Angeles à Bruxelles, Sophie Peyrard mène l’enquête et part sur les traces de ses ancêtres. Elle raconte comment le vélo a permis aux femmes de sortir non accompagnées. La première révolution sexuelle dans les années 20 (concubinage, parentalité hors mariage). Et le passage des pin-up illustrées aux pin-up photographiées. On croise Mamie Van Doren, Marilyn Monroe, Jayne Mansfield ou encore Bettie Page qui s’encanaille dans des séries fétichistes et amène une version plus subversive de l’érotisme. On découvre l’apparition de la playmate et le néoburlesque qui, fin des années 90…

Voir l’article original 60 mots de plus